Violences faites aux femmes: après LFI, EELV à son tour dans la tourmente

Elisabeth Borne s'adresse aux journalistes lors d'un point de presse à l'issue d'un événement organisé à l'occasion des quatre ans du programme de développement des infrastructures cyclables «Plan Vélo» à l'hôtel Matignon à Paris, le 20 septembre 2022. (Photo, AFP)
Elisabeth Borne s'adresse aux journalistes lors d'un point de presse à l'issue d'un événement organisé à l'occasion des quatre ans du programme de développement des infrastructures cyclables «Plan Vélo» à l'hôtel Matignon à Paris, le 20 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 20 septembre 2022

Violences faites aux femmes: après LFI, EELV à son tour dans la tourmente

Elisabeth Borne s'adresse aux journalistes lors d'un point de presse à l'issue d'un événement organisé à l'occasion des quatre ans du programme de développement des infrastructures cyclables «Plan Vélo» à l'hôtel Matignon à Paris, le 20 septembre 2022. (Photo, AFP)
  • Interrogée sur M. Mélenchon, la Première ministre a jugé «évidemment extrêmement choquant d'avoir quelqu'un qui banalise les violences intra-familiales»
  • Jean-Luc Mélenchon a dénoncé dans un tweet «la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux», saluant en revanche la «dignité» et le «courage» de M. Quatennens

PARIS: Les violences faites aux femmes continuent de plonger la gauche dans la tourmente: Elisabeth Borne a critiqué mardi Jean-Luc Mélenchon pour sa réaction à l'affaire Quatennens, tandis qu'EELV doit gérer des soupçons visant son chef Julien Bayou. 

Interrogée sur M. Mélenchon, la Première ministre a jugé "évidemment extrêmement choquant d'avoir quelqu'un qui banalise les violences intra-familiales". 

Elle ciblait la réaction, controversée jusqu'au sein de La France insoumise, de l'ex-candidat à la présidentielle au retrait de la coordination d'Adrien Quatennens, qui a avoué dimanche des violences conjugales. 

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé dans un tweet "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux", saluant en revanche la "dignité" et le "courage" de M. Quatennens. Avant de tenter de corriger le tir dans un deuxième tweet: "Une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l'assume. C'est bien". 

Sommées de répondre sur cette réaction et la gestion de LFI, qui essuie sa troisième affaire de moeurs en un an après les affaires Coquerel et Bouhafs, des députées insoumises n'ont pas caché leur malaise en conférence de presse mardi matin. 

Pour gérer les cas de violences sexistes, "nous essayons de mettre des mécanismes en place, ça n'est pas parfait", a admis la députée Clémentine Autain. 

L'élue de Seine-Saint-Denis a toutefois estimé qu'il fallait reconnaître la "complexité" de telles situations, nécessitant de respecter la présomption d'innocence des mis en cause, de prendre en compte la difficulté sur le plan "humain" de traiter le cas de "camarades" ou encore le respect des victimes. 

"Oui, nous assumons que nous tâtonnons", a renchéri la députée de Paris Danièle Obono. Elle a souligné que les députés LFI allaient assister à une formation "obligatoire" sur les violences sexistes et sexuelles lors de leurs journées parlementaires de jeudi et vendredi. 

La formation sera assurée par une société co-fondée par la féministe Caroline de Haas. Adrien Quatennens, incité à la discrétion, ne sera pas présent. 

Clémentine Autain a par ailleurs eu une pointe d'amertume en demandant "la même vigilance, le même acharnement" vis-à-vis d'autres partis politiques qui ne prennent "aucune mesure", faisant référence au traitement du cas Abad par LREM, qui n'a pas été "traquée de la même manière". 

Selon un député de la majorité, la patronne du groupe Renaissance Aurore Bergé a déclaré auprès de ses troupes, mardi: "Les affaires de violences conjugales ou de harcèlement ne se règlent pas en interne. Si j'étais sollicitée, un de vous ou le secrétariat général du groupe sur ces faits, nous ferions immédiatement un signalement article 40, il est hors de question de garder ça en interne". 

D'une affaire à l'autre ? 

L'affaire a eu un effet domino chez les écologistes. Sandrine Rousseau, invitée à "C à vous" sur France 5 lundi soir pour évoquer le cas Quatennens, a accusé Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, de "comportements de nature à briser la santé morale des femmes". 

Elle a raconté avoir "reçu longuement" chez elle une ex-compagne "très déprimée" de M. Bayou, qui lui a raconté des "comportements de nature à briser la santé morale des femmes". 

L'éco-féministre a assuré qu'"elles sont manifestement plusieurs" à être concernées par ces comportements, évoquant une "enquête journalistique en cours". 

Le groupe écologiste à l'Assemblée nationale a dû consacrer une large partie de sa réunion de rentrée à huis clos, mardi midi, à discuter du cas Julien Bayou, rien moins que son co-président. 

"La cellule d'enquête et de sanction contre les violences sexuelles et sexistes a été saisie cet été et fait son travail", a indiqué à l'AFP la numéro 2 d'EELV et députée Sandra Regol. "Chez les écologistes on n'évite aucune question", a-t-elle ajouté pour se démarquer des Insoumis. 

La responsable a argué que Julien Bayou observait déjà une période de mise en retrait en attendant les conclusions de la cellule interne. M. Bayou a néanmoins prononcé le discours de rentrée puis tenu un point presse aux journées d'été du parti fin août à Grenoble. 

Clémentine Autain a souligné les limites de "la transparence totale" décidée par Sandrine Rousseau: "Je ne sais pas si (la potentielle victime) a envie que toute la France sache qu'elle a fait une tentative de suicide". 


La France veut rester un partenaire privilégié de la Côte d'Ivoire

La ministre française des Affaires étrangères et européennes, Catherine Colonna, serre la main du président ivoirien Alassane Ouattara (Photo, AFP).
La ministre française des Affaires étrangères et européennes, Catherine Colonna, serre la main du président ivoirien Alassane Ouattara (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous luttons ensemble contre les groupes terroristes armés, contre la piraterie maritime, contre un certain nombre de trafics»
  • La ministre française doit rencontrer samedi le ministre de la défense Birahima Ouattara, le frère du président

ABIDJAN: La France restera aux côtés de la Côte d'Ivoire "dans tous les domaines" y compris sécuritaire, a assuré vendredi la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna lors d'une visite à Abidjan.

"Nous luttons ensemble contre les groupes terroristes armés, contre la piraterie maritime, contre un certain nombre de trafics", a-t-elle déclaré à l'issue d'un entretien avec le président Alassane Ouattara.

"Nos deux pays sont main dans la main et sont prêts à répondre aux défis du temps", a-t-elle ajouté.

Plus tôt, elle avait rencontré son homologue ivoirienne Kandia Camara qui avait déploré "la volonté des terroristes de descendre vers la Côte d'Ivoire" depuis le Mali et le Burkina frontaliers.

"L'insécurité est partout", mais "en matière de sécurité, nous avons toujours bénéficié du soutien de la France", s'est félicitée Mme Camara.

La ministre française doit rencontrer samedi le ministre de la défense Birahima Ouattara, le frère du président, pour évoquer des questions stratégiques de défense.

Les Forces françaises en Côte d'Ivoire comptent quelque 900 hommes, chargés d'appuyer et de soutenir les opérations en Afrique centrale et de l'Ouest, mais aussi de mettre en œuvre un partenariat militaire avec Abidjan.

Catherine Colonna a souligné que l'un des enjeux pour la Côte d'Ivoire était de l'accompagner sur la voie de la croissance pour assurer la prospérité, une des conditions pour éviter que les jeunes ne tombent aux mains des Djihadistes.

"La France croit dans le potentiel de la Côte d'Ivoire", a-t-elle commenté. "Elle est disponible et disposée à accompagner sa progression notamment grâce notamment au contrat de désendettement, de développement qui nous permet d'être le premier investisseur" dans le pays.

Par ailleurs, elle a promis de "rattraper le retard" de délivrance des visas, notamment pour les étudiants.


Travail et réforme des retraites, leviers de «pérennité» du modèle social, selon Borne

La Première ministre française Elisabeth Borne (Photo, AFP).
La Première ministre française Elisabeth Borne (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne présidera samedi à Matignon un autre CNR thématique consacré à la jeunesse
  • Le modèle social français est «de plus en plus coûteux», a souligné Bruno Le Maire

PARIS: "Le travail" et la "réforme des retraites" sont des leviers de "pérennité" du modèle social français, a estimé Elisabeth Borne vendredi soir en concluant un Conseil national de la refondation (CNR) consacré au "modèle social et productif" français.

"Notre modèle social c'est une grande force de notre pays. C'est un modèle qui peut protéger chacun et qui protège aussi les plus fragiles. (...) Donc on veut tous (le) préserver", a affirmé la Première ministre en concluant ce CNR thématique au ministère de l'Economie.

Mais "ça ne sera pas en augmentant massivement nos impôts" dans le contexte d'inflation, ni en alourdissant la dette, a-t-elle ajouté.

"Du coup, et c'est vraiment le levier auquel moi je crois profondément, c'est par le travail que nous pourrons assurer la pérennité de notre modèle social", a déclaré la cheffe du gouvernement. Le travail, "c'est le chemin de la dignité et l'émancipation" et "aussi ce qui nous permet de créer de la richesse et de financer ce modèle social".

Elle a également affirmé que la réforme des retraites, qu'elle doit présenter la semaine prochaine, était "un levier majeur pour augmenter le taux d'emploi des seniors et donc participer aussi à défendre ce modèle social", pointant les taux d'emploi encore faibles dans cette catégorie et chez les jeunes.

La Première ministre était accompagnée de plusieurs ministres, dont Bruno Le Maire (Economie), Olivier Dussopt (Travail), Sylvie Retailleau (Enseignement supérieur et recherche) et Jean-Christophe Combe (Solidarités).

Le modèle social français est "de plus en plus coûteux", a souligné Bruno Le Maire, pour qui la "seule voie" est de "créer plus de richesses, plus d’emplois", voyant un "lien total entre un modèle social totalement solidaire et un modèle productif totalement efficace".

Ce CNR visait à débattre de la "stratégie économique et sociale" de la France autour notamment de l'innovation, du plein emploi et de la planification écologique.

Elisabeth Borne présidera samedi à Matignon un autre CNR thématique consacré à la jeunesse, avant de participer au CNR global lundi à l'Elysée.

Censé mobiliser les forces vives du pays, le CNR avait été boudé à son lancement le 8 septembre par les oppositions et certains syndicats.


Un jeune homme de 18 ans tué par balle à Marseille

Les médecins légistes de la police française dans le 10e arrondissement de Marseille (Photo, AFP).
Les médecins légistes de la police française dans le 10e arrondissement de Marseille (Photo, AFP).
Short Url
  • La victime, qui présentait une plaie par balle au visage, a été trouvée dans une impasse peu fréquentée, selon les pompiers intervenus vers 06H40
  • De source policière, l'homicide a eu lieu dans la cité du Moulin de Mai, une des nombreuses cités marseillaises gangrénées par la violence et les trafics

MARSEILLE: Un jeune homme de 18 ans connu pour infractions liées aux stupéfiants a été retrouvé mort vendredi matin, tué par balles, dans le quartier de la Belle de Mai au coeur de Marseille, a-t-on appris de sources policières et judiciaire.

La victime, qui présentait une plaie par balle au visage, a été trouvée "dans une impasse peu fréquentée", selon les pompiers intervenus vers 06H40. Un médecin du SMUR a rapidement constaté le décès.

Le parquet de Marseille a précisé à l'AFP que la victime, âgée de 18 ans, était connue des services de police, "notamment pour des infractions à la législation sur les stupéfiants", mais sans donner plus de détails sur la nature de ces infractions.

De source policière, l'homicide a eu lieu dans la cité du Moulin de Mai, une des nombreuses cités marseillaises gangrénées par la violence et les trafics de stupéfiants.

Une enquête a été ouverte pour "homicide volontaire en bande organisée" et confiée à la Direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Marseille, a précisé le parquet. Ni les circonstances précises de ce meurtre, ni le profil du ou des agresseurs ne sont pour l'instant connus.

Il s'agit du 30e décès par balles dans les Bouches-du-Rhône depuis le début de l'année, pour la plupart à Marseille, et le plus souvent sur fond de trafic de drogue, selon un décompte de l'AFP. Avec ce chiffre, l'année 2022 se rapproche de 2016, une des pires années en termes d'homicides depuis le début du siècle, avec 31 morts au total.

Sur le seul mois d'octobre, quatre hommes ont été tués par balles dans ce même IIIe arrondissement, au centre de Marseille et l'un des plus pauvres de la ville, où se situe le quartier de la Belle de Mai.

La dernière des victimes était un homme de 33 ans, tué le 11 octobre dans une épicerie par une balle tirée d'un véhicule qui avait pris la fuite. La piste du règlement de compte est privilégiée par les enquêteurs, l'homme étant connu pour des affaires de stupéfiants.

La cité du Moulin de Mai, où a été retrouvée vendredi la nouvelle victime, est connue pour abriter un trafic de stupéfiants. Elle avait déjà défrayé la chronique judiciaire en octobre 2020 avec la mort d'une jeune femme de 19 ans, simple passagère d'un véhicule visé par des tirs près d'un point de drogue du quartier. Si le conducteur du véhicule était connu pour trafic de stupéfiants, la jeune femme avait été considérée comme une victime collatérale.