Les post-fascistes au seuil du pouvoir en Italie, un «espoir» prudent pour Le Pen en France

Giorgia Meloni, présidente du parti Fratelli d'Italia (FDI), s'adresse à ses partisans lors d'un rassemblement dans le cadre de la campagne pour les élections générales, sur la Piazza Duomo à Milan, Italie, le 11 septembre 2022. (Photo de Piero CRUCIATTI / AFP)
Giorgia Meloni, présidente du parti Fratelli d'Italia (FDI), s'adresse à ses partisans lors d'un rassemblement dans le cadre de la campagne pour les élections générales, sur la Piazza Duomo à Milan, Italie, le 11 septembre 2022. (Photo de Piero CRUCIATTI / AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 21 septembre 2022

Les post-fascistes au seuil du pouvoir en Italie, un «espoir» prudent pour Le Pen en France

  • Dimanche, Le Pen s'est félicitée lors d'un discours de rentrée d'«une vague patriote qui prépare le retour prochain des nations d'Europe: hier la Suède, demain l'Italie»
  • Quels fruits pourrait alors tirer le Rassemblement national? «Une victoire psychologique, car ça montrerait la faiblesse de la droite traditionnelle», dit l'expert

PARIS: Le Rassemblement national concentre ses regards sur les élections législatives italiennes de dimanche, lors desquelles la victoire des post-fascistes, favoris, représenterait un "espoir", selon les lepénistes, même si les deux partis entretiennent une distance méfiante.

Dimanche, une semaine après la victoire de l'extrême droite aux législatives suédoises et une semaine avant les élections générales transalpines, Marine Le Pen s'est félicitée lors d'un discours de rentrée d'"une vague patriote qui prépare le retour prochain des nations d'Europe: hier la Suède, demain l'Italie".

Favorite dans les sondages, la coalition entre le parti de Silvio Berlusconi (dont les troupes siègent avec LR au Parlement européen), la Ligue de Matteo Salvini et Fratelli d'Italia, héritiers du parti néofasciste Mouvement social italien, bénéficie du "soutien" et des "encouragements" du RN, avait déjà affirmé Jordan Bardella, candidat à la présidence du parti en novembre.

Giorgia Meloni, une ex-fan de Mussolini au seuil du pouvoir en Italie

Favorite pour devenir la première femme chef de gouvernement de l'histoire de l'Italie, Giorgia Meloni, présidente du parti Fratelli d'Italia (FDI), incarne un mouvement à l'ADN post-fasciste qu'elle s'efforce de "dédiaboliser" pour accéder enfin au pouvoir.

Cette Romaine de 45 ans caracole en tête dans les enquêtes de popularité et sa formation est créditée d'environ 24% des intentions de vote aux législatives du 25 septembre, devant le Parti démocrate (PD, centre-gauche).

Aux législatives de 2018, FDI avait dû se contenter d'un peu plus de 4% des voix, mais Mme Meloni est parvenue depuis à catalyser sur son nom les mécontentements et frustrations des nombreux Italiens se disant excédés par les "diktat" de Bruxelles, la vie chère et l'avenir précaire de leurs enfants.

Sa devise? "Dieu, patrie, famille". Ses priorités? Fermer les frontières pour protéger l'Italie de "l'islamisation", renégocier les traités européens pour que Rome reprenne le contrôle de son destin, lutter contre "l'hiver démographique" du pays, dont la moyenne d'âge est la plus élevée du monde industrialisé juste derrière le Japon.

Le 6 octobre 2016 sur Facebook, elle dénonce "le remplacement ethnique en cours en Italie", à l'unisson des autres formations d'extrême droite européennes. "Meloni représente un point de référence pour la contestation, la protestation, la désaffection", relève Sofia Ventura, professeur de sciences politiques à l'université de Bologne.

Mussolini? «Un bon politicien»

Meloni et son parti sont les héritiers du Mouvement social italien (MSI), parti néofasciste créé après la Seconde Guerre mondiale.

A 19 ans, elle affirme à la chaîne française France 3 que le dictateur Benito Mussolini était "un bon politicien".

Si elle doit ménager une frange de sa base qui se réclame de ce passé-là, elle sait aussi que pour gagner, elle doit rassurer l'aile modérée de sa famille politique. "Si j'étais fasciste, je dirais que suis fasciste", s'est-elle défendue dans un récent entretien au magazine britannique The Spectator.

Son récit est "contredit par les faits", estime le quotidien de centre gauche La Repubblica, qui pointe du doigt une partie de l'entourage et de la base du parti restée sensible à ses racines.

Dans un exercice consommé d'équilibriste, elle reconnaît encore aujourd'hui à Mussolini d'avoir "beaucoup accompli", sans l'exonérer de ses "erreurs" : les lois antijuives, l'entrée en guerre, l'autoritarisme. Et de clarifier: dans ses rangs, "il n'y a pas de place pour les nostalgiques du fascisme, ni pour le racisme et l'antisémitisme".

«Je suis chrétienne»

Née à Rome le 15 janvier 1977, Giorgia Meloni entre en militance à 15 ans dans les associations étudiantes classées très à droite, tout en travaillant comme babysitter ou serveuse.

En 1996, elle prend la tête d'une association lycéenne, Azione Studentesca, dont l'emblème est la Croix celtique.

En 2006, elle devient députée et vice-présidente de la chambre. Deux ans plus tard, elle est nommée ministre de la Jeunesse dans le gouvernement de Silvio Berlusconi.

Elle fréquente alors assidûment les plateaux de télé. Sa jeunesse, sa témérité, ses formules font d'elle un bon personnage médiatique. Jusqu'ici jalouse de sa vie privée, elle comprend que, au moins autant que les idées, la personnalité d'une jeune et jolie femme blonde dans une Italie encore très machiste séduit.

"Je suis Giorgia, je suis une femme, je suis une mère, je suis italienne, je suis chrétienne", lance-t-elle à ses supporteurs en 2019 à Rome lors d'un fervent discours devenu célèbre. Giorgia Meloni, qui vit en concubinage avec un journaliste TV, a une fille née en 2006.

Fin 2012, lasse des dissensions qui rongent la droite, elle fonde Fratelli d'Italia avec d'autres dissidents du berlusconisme, et choisit de camper dans l'opposition.

Lorsque Mario Draghi, ancien gouverneur de la Banque centrale européenne forme en février 2021 un cabinet d'unité nationale pour sortir l'Italie de la crise sanitaire et économique, elle refuse d'y participer.

"L'Italie a besoin d'une opposition libre", affirme-t-elle alors. C'est au nom de cette liberté, synonyme de souveraineté, que cette Atlantiste dénonce dès le premier jour l'agression de l'Ukraine par Moscou.

"Il n'y a pas de raison qu'on ne se réjouisse pas de leur victoire", renchérit son adversaire dans la compétition interne Louis Aliot; "une très bonne nouvelle", qui "démontre que nos idées sont inexorablement appelées à être au pouvoir partout", assurent respectivement les députés Alexandre Loubet et Bruno Bilde.

Sauf que l'attelage italien n'est plus dominé par l'allié historique du Rassemblement national, la Ligue, en grande perte de vitesse, mais par Fratelli d'Italia (FDI), autrefois petit parti d'appoint situé à la droite de la formation de M. Salvini, et dont la fulgurante ascension sondagière pourrait désormais faire de sa patronne Giorgia Meloni la future cheffe du gouvernement.

Or, les eurodéputés de Fratelli d'Italia ne siègent pas au Parlement européen sur les mêmes bancs que ceux du Rassemblement national, en restant sourds aux appels à un rapprochement. "Ce serait plus simple si Matteo Salvini était leader de la coalition italienne...", soupire Jean-Paul Garraud, élu RN au Parlement de Strasbourg.

Meloni, dont la devise "Dieu, patrie, famille" et son amour de jeunesse plus ou moins abjuré pour Mussolini font écho aux saluts fascistes affichés par certains de ses partisans, "est plus conservatrice (sur les moeurs) et plus libérale (économiquement) que nous: si ça n'est pas notre alliée traditionnelle, c'est pour une bonne raison", fait pour sa part valoir le député lepéniste Sébastien Chenu.

Un autre parlementaire RN, Kevin Pfeffer, appelle dès lors "à ne pas trop en faire" en cas de victoire de Fratelli d'Italia dimanche prochain et "s'abstenir de tout commenter".

D'autant que Giorgia Meloni désignée cheffe du gouvernement n'aurait "aucun intérêt à se précipiter dans les bras de Marine Le Pen, auquel cas ce serait une faute politique qui la marginaliserait", note le politologue Jean-Yves Camus.

«Victoire psychologique»

Quels fruits pourrait alors tirer le Rassemblement national? "Une victoire psychologique, car ça montrerait la faiblesse de la droite traditionnelle", poursuit l'expert.

"Meloni, comme le RN, a essayé de se dédiaboliser: cela peut fournir des pistes de stratégie pour le RN", complète le directeur d'études chez Ipsos Mathieu Gallard, qui rappelle néanmoins "que les scrutins à l'étranger ont rarement un impact en France" et que "si, au bout de quelques mois, Meloni fait face à une situation économique et sociale très difficile, cela confirmera que les droites radicales n'ont pas les épaules assez solides pour diriger un grand pays".

Prudent, le RN rejette également l'idée du modèle italien d'"union des droites", en estimant qu'il n'est pas transposable dans le système électoral français.

"Au contraire, c'est ce que nous appelons de nos vœux en France", lui répond Marion Maréchal, ex-députée RN devenue vice-présidente du parti d'Eric Zemmour, Reconquête!, et dont l'époux, l'eurodéputé italien Vincenzo Sofo, a quitté la Ligue pour Fratelli.

Chez les zemmouristes, Nicolas Bay (également ex-RN) estime lui-aussi croire que Giorgia Meloni "est bien davantage sur la ligne de Reconquête! que sur celle du RN", "avec des positions très claires sans compromission". Et rêve que le mouvement identitaire français connaisse la même trajectoire électorale.


Un militaire américain tente de s'immoler par le feu devant l'ambassade d'Israël à Washington

Des membres de la division en uniforme des services secrets américains bloquent l'accès à une rue menant à l'ambassade d'Israël à Washington, le 25 février 2024 (Photo, AFP).
Des membres de la division en uniforme des services secrets américains bloquent l'accès à une rue menant à l'ambassade d'Israël à Washington, le 25 février 2024 (Photo, AFP).
Une partisane d'Israël est drapée dans un drapeau israélien devant l'ambassade d'Israël à Washington (Photo, AFP).
Une partisane d'Israël est drapée dans un drapeau israélien devant l'ambassade d'Israël à Washington (Photo, AFP).
Short Url
  • Des images le montre, en tenue militaire, déclarer qu'il «ne sera pas complice d'un génocide» et s'asperger de liquide
  • L'homme a été transporté à l'hôpital avec des «blessures graves mettant sa vie en danger»

WASHINGTON: Un militaire américain s'est grièvement blessé en tentant de s'immoler par le feu devant l'ambassade d'Israël à Washington dimanche, ont indiqué des responsables, les médias locaux rapportant qu'il protestait contre la guerre à Gaza.

Les secours se sont précipités sur les lieux peu avant 13H00 (18H00 GMT) en réponse à un "appel concernant une personne en train de brûler devant l'ambassade d'Israël", a indiqué sur X le service des pompiers de la capitale.

25 y/o American, serving at the US Air Force has set himself on fire because of “what people in Palestine have been experiencing at the hands of their colonizers”

He is living on a colonized land and his army has outposts all over the world… yet he burned himself for Palestine. pic.twitter.com/nBqgRR5JqI

— Hen Mazzig (@HenMazzig) February 26, 2024

A leur arrivée, ils ont constaté que le Secret Service, le service de protection des hautes personnalités de l'Etat américain, avait déjà éteint le feu.

L'homme a été transporté à l'hôpital avec des "blessures graves mettant sa vie en danger", a-t-on appris de même source.

Un porte-parole de l'armée de l'air a confirmé à l'AFP qu'il en était un membre actif, sans donner davantage de précisions.

De son côté, l'ambassade d'Israël a déclaré qu'aucun membre du personnel n'avait été blessé lors de l'incident et que le militaire américain était "inconnu".

Des images apparemment diffusées en direct par ce dernier sur la plateforme de streaming Twitch, le montre, en tenue militaire, déclarer qu'il "ne sera pas complice d'un génocide" et s'asperger de liquide, ont rapporté les médias américains. Il tente ensuite de s'immoler par le feu en criant "Free Palestine!" (Libérez la Palestine!), jusqu'à ce qu'il tombe au sol.

L'AFP n'a pas été en mesure de vérifier immédiatement la séquence, le New York Times indiquant qu'elle a été retirée de Twitch.

Cet acte est intervenu au moment où les protestations se multiplient aux Etats-Unis contre l'offensive à Gaza d'Israël dont l'armée israélienne mène une guerre à la suite de l'attaque sans précédent perpétrée le 7 octobre par des commandos du Hamas infiltrés sur son territoire.


Ethiopie: un journaliste français emprisonné, accusé de vouloir «  créér le chaos »

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed (C) attend l'arrivée du président angolais Joao Lourenco (non photographié) pour une réunion bilatérale en marge de la 37e session ordinaire de l'Assemblée de l'Union africaine (UA) au siège de l'UA à Addis-Abeba, le 17 février 2024. (AFP).
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed (C) attend l'arrivée du président angolais Joao Lourenco (non photographié) pour une réunion bilatérale en marge de la 37e session ordinaire de l'Assemblée de l'Union africaine (UA) au siège de l'UA à Addis-Abeba, le 17 février 2024. (AFP).
Short Url
  • Deuxième pays le plus peuplé d'Afrique (120 millions d'habitants) et mosaïque de quelque 80 communautés ethno-linguistiques, l'Ethiopie est minée par plusieurs conflits locaux,
  • Après s'être largement améliorée à l'arrivée au pouvoir de l'actuel Premier ministre Abiy Ahmed en 2018, la situation de la liberté de la presse s'est à nouveau profondément dégradée en Ethiopie depuis 2022

ADDIS ABEBA: Un journaliste français, Antoine Galindo, est incarcéré en Ethiopie depuis son arrestation le 22 février, les autorités l'accusant de "conspirer en vue de créer le chaos" dans le pays, a annoncé lundi son employeur, la publication spécialisée Africa Intelligence.

M. Galindo a été déféré samedi devant un juge qui a prolongé sa détention jusqu'au 1er mars, selon Africa Intelligence. La publication dénonce des "accusations fallacieuses" qui "ne se basent sur aucun élément tangible" et appelle à la "libération immédiate" de son journaliste.

Sollicitées par l'AFP au sujet de cette arrestation, les autorités éthiopiennes n'ont pas répondu dans l'immédiat.

M. Galindo, 36 ans, chef de la rubrique Afrique de l'Est, était arrivé en Ethiopie le 13 février pour couvrir notamment le Sommet de l'Union africaine (UA) à Addis Abeba, siège de l'organisation panafricaine.

"Antoine Galindo, journaliste connu de l'Ethiopian Media Authority (EMA)", l'organe de supervision des médias en Ethiopie, "disposait d'un visa l'autorisant à exercer son activité de journaliste", souligne Africa Intelligence qui fustige une "arrestation injustifiée" constituant "une grave atteinte à la liberté de la presse".

Antoine Galindo a résidé en Ethiopie entre 2013 et 2017, quatre années durant lesquelles il était le correspondant de plusieurs médias internationaux.

Deuxième pays le plus peuplé d'Afrique (120 millions d'habitants) et mosaïque de quelque 80 communautés ethno-linguistiques, l'Ethiopie est minée par plusieurs conflits locaux, particulièrement dans les deux Etats régionaux les plus peuplés, l'Oromia et l'Amhara.

Après s'être largement améliorée à l'arrivée au pouvoir de l'actuel Premier ministre Abiy Ahmed en 2018, la situation de la liberté de la presse s'est à nouveau profondément dégradée en Ethiopie depuis 2022 et le début de la guerre dans l'Etat régional du Tigré.


En rejoignant l'Otan, la Suède met fin à son non-alignement militaire

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson (à gauche) et le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, s'adressent à une conférence de presse le 24 octobre 2023 à Stockholm (Photo, AFP).
Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson (à gauche) et le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, s'adressent à une conférence de presse le 24 octobre 2023 à Stockholm (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette adhésion marque un changement profond pour la défense suédoise, qui s'inscrit désormais dans un collectif, et une évolution géopolitique majeure pour la région
  • L'adhésion bouleverse sa conception traditionnelle des rapports de force en cas de conflit potentiel

STOCKHOLM: L'adhésion de la Suède à l'Otan, processus entamé après l'invasion de l'Ukraine par la Russie et qui doit franchir un dernier obstacle lundi avec le vote du parlement hongrois, mettra fin à 200 ans de non-alignement militaire pour le pays nordique.

Cette adhésion marque un changement profond pour la défense suédoise, qui s'inscrit désormais dans un collectif, et une évolution géopolitique majeure pour la région.

Pourquoi la Suède a décidé de rejoindre l'Otan?

Après la fin des guerres napoléoniennes au XIXe siècle, la Suède a officiellement adopté une politique de neutralité.

Elle a évolué après la fin de la guerre froide en une politique de non-alignement militaire afin de se tenir à l'écart de tout conflit futur.

Si elle contribue aux forces internationales de maintien de la paix, la Suède n'a ainsi plus connu de guerre depuis la conflit contre la Norvège en 1814.

Malgré sa neutralité, elle a mené une intense activité diplomatique, plaidant pour les droits de l'homme et se trouvant parfois surnommée "superpuissance humanitaire".

Tout en restant à l'extérieur de l'Otan, elle s'est rapprochée de l'Alliance en rejoignant le Partenariat pour la paix en 1994 et le Conseil de partenariat euro-atlantique en 1997.

Une majorité de Suèdois a longtemps été opposée à l'adhésion, vue comme un tabou par les sociaux-démocrates, principal parti suédois.

L'ancien ministre de la Défense social-démocrate, Peter Hultqvist déclarait ainsi encore à l'automne 2021 qu'il pouvait "garantir" qu'il ne participerait jamais à un processus d'adhésion.

L'invasion de l'Ukraine a marqué un tournant spectaculaire dans les partis et l'opinion et une nette majorité du parlement a voté en mai 2022 en faveur d'une demande d'adhésion à l'Otan.

Comment la Suède contribue à l'Otan?

La Suède a longtemps investi massivement dans sa défense pour assumer sa neutralité avant de réduire ses dépenses après la fin de la guerre froide.

Son budget défense a recommencé à augmenter en 2014 après l'annexion de la Crimée par l'Ukraine.

En 1990, ce budget représentait 2,6% du PIB, avant de se réduire à 1,2% en 2020, selon le gouvernement qui assure que l'objectif de l'Otan de 2% du PIB est à nouveau franchi en 2024.

En combinant ses différentes branches, l'armée suédoise peut aligner quelque 50.000 soldats, dont environ la moitié sont des réservistes.

Dans les airs, elle s'appuie sur plus de 90 avions de chasse JAS 39 Gripen, du fabricant suédois Saab, et elle dispose d'une flotte de guerre en mer Baltique qui comprend plusieurs corvettes et sous-marins.

Le Premier ministre suédois, Ulf Kristersson, a également déclaré en janvier que son pays était prêt à fournir des troupes aux forces de l'Otan en Lettonie.

L'adhésion de la Suède - et de la Finlande - à l'Otan signifie également que la mer Baltique est désormais entourée de pays membres de l'Alliance, certains analystes la qualifiant de "lac de l'Otan".

"C'est la dernière pièce du puzzle de la carte de l'OTAN en Europe du Nord qui se met en place", dit à l'AFP Robert Dalsjö, analyste à l'Institut suédois de recherche sur la défense (FOI).

Quelles sont les implications pour la défense suédoise?

La Suède doit désormais inscrire sa politique dans un cadre collectif, soulignent les experts.

"La Suède a longtemps travaillé en partant du principe de devoir résoudre la tâche seule", explique à l'AFP Jan Henningson, chercheur à l'Agence suédoise de recherche sur la défense.

"Nous allons maintenant devoir apprendre à travailler en équipe. Et nous devrons nous adapter au fait que nous ne nous préparons pas à défendre uniquement le territoire suédois, mais aussi le territoire allié", relève de son côté M. Dalsjö.

Dans un contexte où la Finlande ou les pays baltes seraient des champs de bataille, la Suède devra se positionner comme pays de transit pour les troupes de l'Otan.

L'adhésion bouleverse également sa conception traditionnelle des rapports de force en cas de conflit potentiel.

"Traditionnellement, nous pensions que nous étions un petit État et que celui qui nous attaquait était beaucoup plus grand", relève M. Henningson.

Mais en ce qui concerne l'économie et la démographie, "l'Otan est bien plus grande que la Russie", ajoute-t-il. "Nous ne sommes plus David sur aucun aspect".

Ce qui est à l'avantage de Stockholm, selon ses responsables militaires.

"Il s'agira d'une force assez impressionnante avec, espérons-le, la puissance combinée de 32 pays, de la Turquie au sud jusqu'au Svalbard" au nord, a déclaré le chef de l'armée suédoise, Jonny Lindfors, au journal Dagens Nyheter en décembre.