Qatar 2022: L’histoire des participations marocaines au mondial de football

Les lions de l'Atlas participant à la coupe du monde en 1970 (Photo, FRMF).
Les lions de l'Atlas participant à la coupe du monde en 1970 (Photo, FRMF).
Short Url
Publié le Jeudi 29 septembre 2022

Qatar 2022: L’histoire des participations marocaines au mondial de football

  • Les lions de l’Atlas se sont illustrés en tant que premier pays africain et arabe en se qualifiant pour le deuxième tour de la compétition en huitième de finale
  • Le Maroc a frôlé à deux reprises la participation à la Coupe du monde, et prend part à la compétition pour la sixième fois de son histoire

CASABLANCA: Le Maroc a frôlé à deux reprises la participation à la Coupe du monde, et prend part à la compétition pour la sixième fois de son histoire. 

Les lions de l’Atlas ont perdu face au seul pays africain qualifié en 1974, le Zaïre, et en 1982 contre le Cameroun et se sont qualifiés pour la première fois sous la Direction du Yougoslave Blagoje Vidinic en 1970, parvenant à tenir en échec, une heure durant, l’Allemagne de l’Ouest de Beckenbaeur et Gerd Muller. 

S'ensuivirent, après cette première participation arabe et africaine à la coupe du monde, cinq qualifications en phases finales du Mondial; au Mexique-1986, aux Etats-Unis-1994, en France-1998, en Russie-2018 et au Qatar en nombre prochain. l’Egypte n’ayant participé en 1934, qu’en tant qu’invité, à la deuxième édition du mondial en 1934 sous l’Italie mussolinienne.

Une histoire d'Afrique avant l’histoire

La sélection marocaine a disputé les phases qualificatives de la coupe du monde en 1962 au Chili tandis que le continent africain était écarté de la carte du football mondial. En effet, l’Afrique n’était pas garantie de participer à la plus prestigieuse des compétitions sportives, dès lors que le vainqueur des phases de qualification représentant le continent africain s’illustrer face à une équipe européenne lors d’un match barrage avant d’obtenir son ticket pour les phases finales de la compétition. 

Le Maroc a dû affronter, lors de cette étape, la sélection espagnole, de Di Stefano et de Gento, face à laquelle les Lions de l’Atlas s’étaient inclinés 0-1 à Casablanca lors du match aller et 3-2 à Madrid.

 

Contexte

Depuis 1970, les joueurs de la sélection nationale sont surnommée les lions de l’Atlas. Pour leur première participation à la coupe du monde, le roi Hassan II a fait don de plusieurs lions qui avaient appartenu à son père, Mohamed V. Symbole de la royauté au Maroc.

 

Exploit et déceptions 

Le Mundial 1986 au Mexique a été l’un des rendez-vous décisifs de la participation marocaine à la compétition. Les lions de l’Atlas se sont illustrés en tant que premier pays africain et arabe en se qualifiant pour le deuxième tour de la compétition en huitième de finale.

Sous la houlette du sélectionneur brésilien Jose Faria, les lions de l’Atlas ont déjoué tous les pronostics défavorables en 1986 tirés au mauvais sort du groupe de la mort avec la Pologne, l’Angleterre et le Portugal.

La sélection a pu arracher un match nul la Pologne sur un score vierge 0-0 au Stadio Tecnologico de Monterey, avant de réitérer l’exploit face à l’Angleterre, le 6 juin de la même année, avant de prendre le dessus, à Guadalajara 3-1 face au Portugal, terminant ainsi, contre toute attente, en tête de leur groupe. Les coéquipiers d’alors du gardien de but Baddou Zaki sont entrés depuis la mémoire collective du football national. L’épopée de 1986 prendra fin face à la sélection d’Allemagne de l’Ouest à Monterrey à la 90e minute sur une frappe imparable de Lothar Mattäus.

 

EN BREF

Mexique 1970 :

Maroc-Allemagne 1-2

Maroc-Pérou 0-3.

Maroc-Bulgarie 1-1.

Mexique 1986 :

Maroc-Pologne 0-0.

Maroc-Angleterre 0-0.

Maroc-Portugal 3-1.

Maroc-Allemagne 0-1.

Etats Unis 1986

Maroc-Belgique 0-1.

Maroc-Arabie Saoudite 1-2.

Maroc-Pays Bas 1-2.

France 1998 :

Maroc-Norvège 2-2.

Maroc-Brésil 0-3.

Maroc-Ecosse 3-0.

Russie 2018 :

Maroc-Iran 0-1.

Maroc-Portugal 0-1.

Maroc-Espagne 2-2.

 


Deux membres de factions palestiniennes tués dans un raid israélien en Cisjordanie

L'armée a mené des mois d'arrestations en Cisjordanie, provoquées par une série d'attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes. (AFP)
L'armée a mené des mois d'arrestations en Cisjordanie, provoquées par une série d'attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes. (AFP)
Short Url
  • Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens et Zubaidi l'un de ses proches associés
  • De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir tué deux «leaders importants» des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine

JENINE: Un raid israélien a tué jeudi deux Palestiniens, un leader du Jihad islamique et l'un de ses proches associés, dans le secteur de Jénine, au coeur ces derniers mois de la plus importante vague de violence depuis sept ans en Cisjordanie, ont indiqué les autorités locales.

Selon le ministère palestinien de la Santé, Mohammed Ayman al-Saadi, 26 ans, et Naïm Jamal Zubaidi, 27 ans, ont été "tués par balle par l'armée israélienne lors d'une opération à l'aube", dans le secteur de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens considéré comme un bastion des factions armées palestiniennes, et Zubaidi l'un de ses proches associés.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir tué deux "leaders importants" des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine ayant aussi mené à l'arrestation de neuf personnes.

La semaine dernière, des combattants de Jénine avaient enlevé un jeune Israélien traité dans un hôpital local après avoir été blessé dans un accident de la route en Cisjordanie occupée.

D'intenses négociations ont été menées par l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas pour convaincre les combattants de restituer la dépouille du jeune homme, dont il n'est pas clair s'il avait été enlevé mort ou vivant selon les versions de la famille ou de l'armée, afin d'éviter des violences.

"De notre point de vue, il y avait deux façons de récupérer ce corps : soit via l'Autorité palestinienne, soit via une opération armée dans la ville, dans le camp, qui aurait probablement été très, très, violente", avait indiqué un responsable militaire israélien.

Les rapts d'Israéliens, morts ou vivants, ont déjà servi de monnaie d'échange pour des groupes armés, afin de demander la libération de prisonniers ou le retour de corps de Palestiniens tués dans des affrontements et conservés par Israël.

Dans la foulée d'attaques anti-israéliennes meurtrières au printemps, l'armée a mené plus de 2 000 raids en Cisjordanie, notamment à Jénine et Naplouse. Les violences en Cisjordanie ont fait plus de 130 morts côté palestinien, bilan le plus lourd depuis sept ans, selon l'ONU.


Le ministère saoudien de la Défense et l'entreprise espagnole Navantia signent un accord sur les navires de combat

Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Short Url
  • Le prince Khaled a déclaré que cet accord s'inscrivait dans la vision du prince héritier qui consiste à renforcer les capacités du ministère de la Défense saoudien
  • Selon cet accord, Navantia se chargera jusqu'à 100% de la construction navale, de l'intégration des systèmes de combat et de la maintenance des navires

RIYAD: Le ministère saoudien de la Défense et l'Autorité générale saoudienne des industries militaires ont signé un accord avec la société espagnole Navantia pour l'acquisition et la construction de plusieurs navires de combat polyvalents à destination des Forces navales royales saoudiennes, a rapporté jeudi l'agence de presse saoudienne.

Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de ratification de l'accord.

Le prince Khaled a déclaré sur Twitter que cet accord s'inscrivait dans la vision du prince héritier Mohammed ben Salmane qui consiste à renforcer les capacités du ministère de la Défense saoudien.

«Ce protocole d'accord représente le dernier effort en date pour concrétiser la vision du prince héritier et du Premier ministre: décentraliser notre industrie militaire et renforcer les capacités du ministère de la Défense. Cela contribuera à assurer la sécurité de notre pays et de notre région», a-t-il déclaré.

L'accord vise à élever le niveau de préparation des forces navales royales saoudiennes afin de renforcer la sécurité maritime dans la région, de protéger les intérêts vitaux et stratégiques du Royaume et de soutenir les objectifs opérationnels et tactiques du ministère de la Défense.

Selon cet accord, Navantia se chargera jusqu'à 100% de la construction navale, de l'intégration des systèmes de combat et de la maintenance des navires, conformément aux objectifs de la Vision 2030.

Il prévoit également l'intégration des systèmes de combat dans les nouveaux navires, l'ingénierie et la conception des systèmes et du matériel ainsi que le développement des logiciels.

Les essais, la vérification des systèmes, le prototypage, la simulation ainsi que le soutien logistique et la conception de programmes de formation font également partie de cet accord.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les ministres des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite et du Koweït discutent d’un plan d’action commun

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Short Url
  • Le plan d’action commun permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité
  • Le plan d’action commun permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a rencontré son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah, ainsi que la délégation qui l’accompagnait, lors de sa visite officielle dans la capitale, Riyad, a annoncé mercredi dernier le ministère du Royaume.

Au cours de la réunion, les deux parties ont souligné l’importance de renforcer le plan d’action commun entre les deux pays en application des directives du roi Salmane et de l’émir du Koweït, cheikh Nawaf al-Ahmed al-Jaber al-Sabah de manière à montrer les relations solides qui existent entre les deux pays. Par ailleurs, une telle initiative permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité, indique le ministère dans un communiqué.

Le prince Faisal a organisé un dîner officiel en l’honneur du ministre koweïtien des Affaires étrangères et de sa délégation.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com