La junte guinéenne essuie à son tour la rigueur des Etats ouest-africains

Le président du Burkina Faso, Paul Henri Sandaogo Damiba, assiste à la 77e Assemblée générale des Nations Unies au siège de l'ONU à New York, le 23 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Le président du Burkina Faso, Paul Henri Sandaogo Damiba, assiste à la 77e Assemblée générale des Nations Unies au siège de l'ONU à New York, le 23 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Samedi 24 septembre 2022

La junte guinéenne essuie à son tour la rigueur des Etats ouest-africains

  • Ils ont donné aux militaires un mois pour renoncer à leur projet de gouverner encore trois ans, et accepter un délai «raisonnable et acceptable» pour céder la place
  • À défaut, la Cédéao, qui a dit antérieurement pouvoir se satisfaire d'une période transitoire de deux ans, adoptera des «sanctions plus sévères»

CONAKRY: La Guinée dirigée par les militaires fait à son tour face à la rigueur de l'organisation des Etats ouest-africains, et encourt un régime endurci de sanctions si la junte n'accepte pas de revoir ses plans sur la restitution du pouvoir aux civils.

Les leaders des pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) réunis en sommet extraordinaire jeudi à New York ont signifié leur impatience au colonel Mamady Doumbouya et à ceux qui commandent avec lui depuis le putsch qui a renversé le pouvoir civil en septembre 2021.

Ils leur ont donné un mois pour renoncer à leur projet de gouverner encore trois ans, et accepter un délai "raisonnable et acceptable" pour céder la place, indique un communiqué de l'organisation.

À défaut, la Cédéao, qui a dit antérieurement pouvoir se satisfaire d'une période transitoire de deux ans, adoptera des "sanctions plus sévères" que celles annoncées le jour même.

La Cédéao décide dès à présent de suspendre toute assistance et transaction financière de ses institutions financières avec la Guinée. Un certain nombre de personnalités sont par ailleurs frappés de gel de leurs avoirs financiers et d'interdiction de voyager dans l'espace Cédéao.

La Cédéao avait déjà annoncé de telles sanctions individuelles contre les membres de la junte une dizaine de jours après le putsch de 2021. L'application de ces mesures depuis n'est pas claire. Dans un apparent signe de fermeté, des listes de travail des sanctionnés ont circulé, comprenant le colonel Doumbouya, une volée de colonels, le Premier ministre Bernard Goumou, une flopée de membres du cabinet et des responsables du conseil tenant lieu de Parlement, installé comme le gouvernement par la junte.

Le Premier ministre Bernard Goumou et l'une des principales figures de la junte, le colonel Amara Camara, se sont illustrés jeudi avant le sommet par des attaques personnelles d'une rare violence contre le président en exercice de la Cédéao, le Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embalo, qui avait prévenu mercredi que la Guinée risquaient de "lourdes sanctions".

«Guignol»

M. Goumou a qualifié M. Embalo de "guignol".

Vendredi, le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo, a montré plus de retenue et exprimé la "sérénité" des autorités face aux sanctions.

Ce n'est "pas la durée qui pose problème, c'est, qu'est-ce qu'il faut faire ?" pendant la période précédant le retour des civils, a-t-il dit à Radio France Internationale. Il a évoqué le temps nécessaire pour régler des problèmes anciens comme celui du fichier électoral et pour mener à bien des réformes profondes. Il s'est montré ouvert à la discussion avec la Cédéao. "La Guinée a besoin de moins de sanctions que d'accompagnement", a-t-il déclaré.

Depuis deux ans, la Cédéao a vu se succéder les coups de force militaires en Afrique de l'Ouest, à deux reprises en 2020 et 2021 au Mali, en 2021 en Guinée et en 2022 au Burkina Faso. Elle multiplie les sommets, les missions et les pressions pour abréger les périodes dites de transition et endiguer la contagion, mais est confrontée à des autorités qui n'entendent pas lâcher les commandes de sitôt.

Après près d'un an de condamnation mais aussi de médiation, la Guinée commence à subir le sort de son voisin malien, avec lequel elle a été une des rares à se solidariser.

La Cédéao a infligé au Mali en janvier un sévère embargo pour sanctionner le projet des militaires de rester au pouvoir jusqu'à cinq années supplémentaires. Ces mesures passent pour avoir durement touché l'économie.

La Guinée, comme le Mali, figure parmi les pays les plus pauvres de la planète.

La junte malienne s'est depuis engagée à organiser des élections en février 2024, et la Cédéao a levé l'embargo en juillet.

Mais le Mali et la Guinée restent suspendus des organes de la Cédéao.

La Cédéao maintient aussi les sanctions individuelles contre des dizaines de membres de la junte malienne.

Pays «frères»

Un nouveau noeud de tension s'est formé avec l'arrestation de 49 soldats ivoiriens le 10 juillet à leur arrivée à l'aéroport de Bamako.

Trois ont été libérés, mais le sort des 46 autres nourrit une vive querelle entre Abidjan et Bamako.

Les soldats devaient, selon Abidjan et l'ONU, participer à la sécurité du contingent allemand des Casques bleus au Mali. Bamako dit les considérer comme des "mercenaires" venus attenter à la sûreté de l'Etat.

La Cédéao "condamne avec fermeté" leur incarcération et "dénonce le chantage exercé par les autorités maliennes", dit-elle.

"Mardi, la Cédéao dépêchera au Mali les présidents du Ghana, du Togo et du Sénégal pour obtenir leur libération", a déclaré Omar Aliou Touray à New York.


La Cédéao décide de créer une force régionale face au djihadisme et aux coups d'Etat

Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays,
  • Les armées nationales sont impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie

ABUJA, Nigeria: Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest ont décidé dimanche à Abuja la création d'une force régionale vouée à intervenir non seulement contre le djihadisme, mais aussi en cas de coup d'État, comme la région en a connu plusieurs depuis deux ans, a indiqué un haut responsable.

Propagation djihadiste 

Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays, mais aussi le Burkina Faso et le Niger, et s'étend vers le sud et le golfe de Guinée. Les armées nationales sont largement impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie.

L'insécurité est un facteur primordial des coups d'État militaires qui ont secoué la région depuis 2020, au Mali, au Burkina et, pour d'autres raisons, en Guinée.

Des responsables militaires de la région se réuniront dans la deuxième moitié de janvier pour discuter des modalités d'établissement de la force régionale, a dit M. Touray.


«Pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine, selon une responsable de Memorial

 Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont «puérils»
  • «La solution qui se présente maintenant est une solution militaire»

HAMBOURG: Il n'y actuellement "pas de solution diplomatique" à la guerre en Ukraine, a estimé dimanche Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

"La solution qui se présente maintenant est une solution militaire", même si ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a estimé Mme Chtcherbakova, qui a reçu à Hambourg le prix Marion Doenhoff pour ses années de militantisme en Russie au service de la cause des droits de l'homme.

"Mais ces décisions, cette diplomatie ne pourront intervenir que lorsque l'Ukraine estimera avoir gagné la guerre et pouvoir y mettre fin", a-t-elle estimé.

Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont "puérils". "Rien ne sera jamais plus comme avant", a-t-elle relevé.

Le prix Marion Doenhoff a été remis à Mme Chtcherbakova par le chancelier allemand Olaf Scholz.

Les efforts de Mme Chtcherbakova montrent la voie vers un "meilleur avenir pour la Russie", même si cette perspective "parait encore invraisemblable", a déclaré le chancelier.

La guerre ne devrait pas se terminer par "une victoire de l'expansionnisme" russe", mais il ne faut pas oublier que la Russie sera "toujours là" après la fin des hostilités, a poursuivi M. Scholz.

Memorial, lauréat du prix Nobel 2022 avec le militant des droits de l'homme bélarusse Ales Bialiatski et le Centre pour les libertés civiles (Ukraine), recevra la récompense à Oslo samedi 10 décembre.

Fondée en 1989, Memorial a œuvré pendant des décennies pour faire la lumière sur les crimes commis sous le régime totalitaire de Staline et pour préserver la mémoire de ses victimes tout en collectant des informations sur la violation des libertés et des droits en Russie.

L'organisation a été dissoute par la justice russe fin 2021.


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.