Décès d'Aïcha Ech-Chenna, icône de la lutte pour les droits des femmes: le Maroc en émoi

La présidente de l'association marocaine Solidarité Féminine, Aicha Ech-Chenna lors de la présentation de son livre "A haute voix" à Casablanca, le 11 juin 2014. (AFP)
La présidente de l'association marocaine Solidarité Féminine, Aicha Ech-Chenna lors de la présentation de son livre "A haute voix" à Casablanca, le 11 juin 2014. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 26 septembre 2022

Décès d'Aïcha Ech-Chenna, icône de la lutte pour les droits des femmes: le Maroc en émoi

  • Jusqu’à son dernier souffle, l’infatigable militante aura consacré sa vie au soutien des mères célibataires et des enfants abandonnés
  • Au Maroc, tout le monde connaissait Aïcha Ech-Chenna, mais sa voix a également porté à l’étranger. Elle a été récompensée par de nombreux prix internationaux pour son engagement

NICE, FRANCE: On la surnommait la «mère courage» ou «la mère Theresa» du Maroc. Aïcha Ech-Chenna, une icône du combat pour les droits des femmes, s’en est allée dimanche 25 septembre à l’âge de 81 ans, après un long combat contre la maladie. Son décès a suscité une vague d’émotion au Maroc. La militante associative était connue pour son franc-parler, sa détermination et son engagement à toute épreuve. Jusqu’à son dernier souffle, elle aura consacré sa vie au soutien des mères célibataires et des enfants abandonnés.

Une vie au service des démunis

Née à Casablanca en 1941, orpheline de père, elle a suivi des études d’infirmière. Alors qu’elle n’a que 17 ans, elle voit pour la première fois des enfants abandonnés, et prend conscience de ce qui sera l’engagement d’une vie: la lutte pour les droits des populations les plus vulnérables et marginalisées. Elle travaille plusieurs années comme animatrice d’éducation sanitaire et sociale avant de fonder en 1985, l’association Solidarité Féminine (ASF), dont elle fut la présidente. ASF a été la première association du genre au Maroc à offrir des formations, des cours d’alphabétisation et même un travail aux mères célibataires, bien trop souvent livrées à elles-mêmes.

L’association met à leur disposition une structure possédant un restaurant solidaire, une pâtisserie, un salon de coiffure, une salle de sport, un hammam... Ces femmes parviennent à devenir indépendantes financièrement, à mieux s’intégrer dans la société, mais aussi à bénéficier d’un soutien psychologique grâce à un centre d’écoute pour femmes en détresse.

À travers son association, Aïcha Ech-Chenna a un autre cheval de bataille: éviter l’abandon d’enfants par leurs parents. En 2019, la militante infatigable avait déclaré dans la presse qu’en moyenne 24 nourrissons par jour étaient «abandonnés immédiatement après leur naissance» dans le royaume chérifien. Un chiffre choc qui a donné davantage de poids à son action.

Une reconnaissance au-delà du Maroc

Au Maroc, tout le monde connaissait Aïcha Ech-Chenna, que ce soit dans les grandes villes ou dans les campagnes. Son action a été reconnue au plus haut sommet de l’État. En 2000, le roi Mohammed VI lui a apporté son soutien en lui attribuant notamment la médaille d’honneur. Mais sa voix a également porté à l’étranger. Aïcha Ech-Chenna a en effet été récompensée par de nombreux prix internationaux. En 1995, elle a obtenu le prix des Droits de l’homme de la République française pour son association, l’Opus Prize aux États-Unis en 2009 et le prix de la Banque mondiale en 2015. Juste avant, en 2013, elle a également été décorée par le prestigieux insigne de Chevalier de la Légion d’honneur en France.

Et pour sensibiliser davantage l'opinion publique, cette militante de la première heure a publié deux ouvrages. D'abord Miseria, un recueil de témoignages qui raconte l'histoire de victimes (femmes malmenées, jeunes domestiques ou enfants abandonnés) puis À hautes voix, qui donne la parole aux jeunes femmes actives de l’association Solidarité Féminine ainsi qu'à leurs enfants devenus grands. Ils y racontent leur combat contre l'analphabétisme et les préjugés.

Une pluie d’hommages

Les médias marocains ont tous rendu un torrent d’hommages à l’ambassadrice de la cause féminine au Maroc. La Toile n’est pas en reste, des milliers d’internautes saluant son combat, «son engagement pour les causes justes». De nombreuses personnalités des médias, du monde politique et de la vie associative ont appelé à lui rendre hommage en poursuivant «son combat pour une société inclusive, juste et égalitaire». Sur Instagram, l’humoriste franco-marocain Jamel Debbouze a tenu à faire son éloge. «Tu as passé ta vie à nous montrer la voie. Merci. Grâce à toi on sait! Paix à ton âme.»


Deux nouveaux champs de gaz naturel découverts en Arabie saoudite, annonce le ministre de l’Énergie

Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane. (Photo)
Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane. (Photo)
Short Url
  • Le premier champ de gaz naturel «Awtad» a été découvert au sud-ouest du champ de Ghawar, à 142 kilomètres au sud-ouest de la ville de Hofouf
  • Le champ de gaz naturel «Al-Dahna» est pour sa part situé à 230 kilomètres au sud-ouest de la ville de Dhahran.

RIYAD: Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a annoncé la découverte de deux nouveaux champs de gaz naturel dans le Royaume.

Le champ de gaz naturel non classique «Awtad» a été découvert au sud-ouest du champ de Ghawar, à 142 kilomètres au sud-ouest de la ville de Hofouf, selon l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Le champ de gaz naturel non classique «Al-Dahna» est situé à 230 kilomètres au sud-ouest de la ville de Dhahran. 

Les deux champs ont été découverts par Saudi Aramco.

Le prince Abdelaziz a déclaré que l’importance de ces découvertes résidait dans l’augmentation des réserves de gaz naturel de l’Arabie saoudite, ce qui soutiendrait à son tour les stratégies du Royaume et contribuerait à réaliser les objectifs du programme de déplacement des combustibles liquides.

Le ministre de l’Énergie a ajouté que ces découvertes témoignaient de la richesse des ressources naturelles dont dispose le Royaume.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le groupe Etat islamique annonce la mort de son chef

Drapeau du groupe terroriste, Etat islamique. (Photo fournie)
Drapeau du groupe terroriste, Etat islamique. (Photo fournie)
Short Url
  • L'Irakien Abou Hassan al-Hashimi al-Qurashi, précisant qu'il avait été tué en combattant selon le groupe terroriste
  • Dans un message audio, le porte-parole du groupe Djihadiste a annoncé qu'un successeur, Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qurashi, avait été nommé

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique, défait en Irak et en Syrie, a annoncé mercredi la mort de son chef, l'Irakien Abou Hassan al-Hashimi al-Qurashi, précisant qu'il avait été tué "en combattant les ennemis de Dieu".

Dans un message audio, le porte-parole du groupe djihadiste a annoncé qu'un successeur, Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qurashi, avait été nommé.


Iran: 15 accusés risquent la peine de mort pour le meurtre d'un paramilitaire

Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation de soutien à Amini, une jeune Iranienne décédée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique, sur l'avenue Istiklal à Istanbul le 20 septembre 2022. (AFP)
Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation de soutien à Amini, une jeune Iranienne décédée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique, sur l'avenue Istiklal à Istanbul le 20 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Depuis la mi-septembre, des milliers d'Iraniens et une quarantaine d'étrangers ont été arrêtés et plus de 2.000 personnes inculpées en lien avec les «émeutes», selon les autorités judiciaires
  • Parmi les inculpés, au moins six ont été condamnés à mort en première instance et leur sort dépend désormais de la Cour suprême qui doit statuer sur leur appel

TEHERAN: Quinze personnes, dont une femme et trois mineurs, accusées d'avoir tué début novembre un paramilitaire lors d'une cérémonie organisée par des manifestants pour marquer le 40e jour de la mort d'une des leurs, risquent la peine de mort, a annoncé mercredi la justice iranienne.

L'Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs. Cette dernière lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

"La première audience des agresseurs de Ruhollah Ajamian a eu lieu ce matin (mercredi) dans la province d'Alborz" près de Téhéran, a indiqué l'organe de la justice, Mizan Online.

"Quinze accusés ont été inculpés de corruption sur terre", un crime passible de la peine capitale, a précisé la même source.

Ruhollah Ajamian, membre de la milice Bassidj, liée aux Gardiens de la révolution [l'armée idéologique de la République islamique], a été tué le 3 novembre à Karaj, dans la province d'Alborz, à 30 km à l'ouest de Téhéran, alors qu'un rassemblement marquait près d'un cimetière le 40e jour de deuil après la mort d'une manifestante, selon les médias locaux.

"Les émeutiers ont attaqué cet agent de sécurité qui n'était pas armé, l'ont déshabillé, poignardé, frappé avec des poings américains, des pierres et des coups de pied, puis ont traîné son corps nu et à moitié mort sur l'asphalte de la rue et entre les voitures d'une manière horrible", avait affirmé le 12 novembre Hossein Fazeli Harikandi, chef de la justice de la province d'Alborz.

L'agence Mizan avait annoncé le même jour l'inculpation de onze individus, dont une femme, soupçonnés d'avoir assassiné Ajamian.

Mercredi, Mizan a précisé que "trois des accusés ont 17 ans" et que "leur cas sera traité par un tribunal spécial chargé des délits juvéniles".

Depuis la mi-septembre, des milliers d'Iraniens et une quarantaine d'étrangers ont été arrêtés et plus de 2.000 personnes inculpées en lien avec les "émeutes", selon les autorités judiciaires.

Parmi les inculpés, au moins six ont été condamnés à mort en première instance et leur sort dépend désormais de la Cour suprême qui doit statuer sur leur appel.

Un général iranien a fait état lundi de la mort de plus de 300 personnes depuis le début du mouvement de contestation.

Dans ce bilan figurent des dizaines de membres des forces de l'ordre tués dans des affrontements avec les manifestants ou assassinés, selon les autorités iraniennes.