La CGT mobilise sur les salaires et les retraites jeudi, une «première étape»

Des manifestants portant des vestes du syndicat Confédération Générale du Travail (CGT) se rassemblent devant l'hôtel de ville de Saint-Etienne pour demander la démission du maire, le 26 septembre 2022. (AFP).
Des manifestants portant des vestes du syndicat Confédération Générale du Travail (CGT) se rassemblent devant l'hôtel de ville de Saint-Etienne pour demander la démission du maire, le 26 septembre 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 27 septembre 2022

La CGT mobilise sur les salaires et les retraites jeudi, une «première étape»

  • Au moins 200 lieux de rassemblement sont prévus partout en France pour cette première journée de mobilisation interprofessionnelle depuis la rentrée, affirme Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT
  • A Paris, le cortège partira à 14H00 de la place Denfert-Rochereau, en direction de Bastille

PARIS : "Augmenter les salaires, pas l'âge de la retraite": la CGT, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse appellent jeudi à une journée de grève et de manifestation, une "première étape" en attendant d'autres mobilisations.

Au moins 200 lieux de rassemblement sont prévus partout en France pour cette première journée de mobilisation interprofessionnelle depuis la rentrée, affirme Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT.

A Paris, le cortège partira à 14H00 de la place Denfert-Rochereau, en direction de Bastille. Une source policière attend 3 à 6 000 personnes dans la capitale. Elles étaient en comparaison 3 200 le 17 mars et 8.800 le 27 janvier, selon l'Intérieur.

La CGT et Solidaires avaient annoncé cette date de mobilisation avant les vacances, bientôt rejoints par la FSU et un aréopage de partis de gauche et d'associations.

Au mot d'ordre initial réclamant une hausse des salaires, des pensions, des bourses et des minima sociaux face à une inflation inédite (+5,9% en août), s'est ajouté le dossier des retraites, que l'exécutif est déterminé à faire avancer tambour battant.

"La question des salaires est posée dans ce pays depuis plusieurs mois (...) L'actualité fait que le sujet des retraites revient sur le haut de la pile", a déclaré vendredi à des journalistes le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. "C'est une première étape pour nous. Il faudra qu’il y en ait d’autres".

La CFDT avait rapidement fait savoir début septembre qu'elle ne participerait pas à cette journée de mobilisation. "C'est entreprise par entreprise, branche par branche qu'il faut agir", déclarait son secrétaire général, Laurent Berger.

FO, qui s'était associée à la plupart des manifestations organisées par la CGT ces derniers mois, a cette fois-ci décidé de se tenir à l'écart. Son secrétaire général Frédéric Souillot a mis en avant la nécessaire "liberté et indépendance" des syndicats vis-à-vis des organisations politiques.

M. Souillot a pris la tête du troisième syndicat français en juin, avec une ligne plus "réformiste" que celle de son prédécesseur Yves Veyrier, analysent des sources syndicales sous couvert d'anonymat. Les élections professionnelles amènent peut-être aussi chaque organisation à vouloir marquer sa différence, soulignent ces sources.

La suite le 3 octobre

"Tout ce que le monde du travail a pu conquérir, cela s'est toujours fait dans l'unité des organisations syndicales. Donc, il faut qu'on travaille sur cette question d'unité, c'est essentiel pour gagner des choses", a commenté vendredi M. Martinez.

Le leader de la CGT ne doute pas cependant que tous les syndicats se retrouvent, une fois que l'exécutif aura mis concrètement sur la table son projet de recul de l'âge de la retraite, et comme ils ont réussi à le faire sur l'assurance chômage.

"Tous les syndicats en France sont contre l’idée d’allonger l’âge de départ à la retraite. Cela fait une bonne base de départ pour qu’on puisse concrétiser des journées de mobilisation à huit organisations syndicales", a-t-il dit.

L'idée, agitée depuis quelques semaines, de faire passer la réforme à la va-vite via un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), crispe tout particulièrement les leaders syndicaux.

"Que le gouvernement passe en force dans le PLFSS et vous verrez ce qu'il se passera, il y aura une opposition frontale de la part des organisations syndicales et notamment de la CFDT. On risque de casser le corps social", a de nouveau tonné Laurent Berger lundi sur Europe 1.

L'exécutif a prévu de faire connaître sa méthode "d'ici la fin de la semaine", a affirmé lundi la Première ministre Elisabeth Borne. Mais vraisemblablement "plutôt après" jeudi, a glissé un ministre à l'AFP.

L'ensemble des organisations syndicales nationales (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires et Unsa) doivent se retrouver au siège de l'Unsa le 3 octobre. "Il pourrait y avoir une annonce de manifestation le 3", selon Mme Verzeletti.

Les partis de gauche prévoient de leur côté d'organiser le 16 octobre une "grande marche contre la vie chère et l'inaction climatique", sans le soutien, un temps envisagé, de la CGT.

Une "concurrence" qui "contribue à fragiliser" les organisations syndicales, analyse le même ministre.


Mondial-2022: nouveau succès d'audience de TF1 pour France/ Tunisie

L'attaquant français n ° 07 Antoine Griezmann se dispute avec l'arbitre néo-zélandais Matthew Conger après avoir marqué le premier but de son équipe qui a ensuite été refusé après un examen VAR pour hors-jeu lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Tunisie et la France au stade Education City à Al-Rayyan, à l'Ouest de Doha le 30 novembre 2022. (Photo de Antonin THUILLIER / AFP)
L'attaquant français n ° 07 Antoine Griezmann se dispute avec l'arbitre néo-zélandais Matthew Conger après avoir marqué le premier but de son équipe qui a ensuite été refusé après un examen VAR pour hors-jeu lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Tunisie et la France au stade Education City à Al-Rayyan, à l'Ouest de Doha le 30 novembre 2022. (Photo de Antonin THUILLIER / AFP)
Short Url
  • La retransmission de Tunisie-France a toutefois été marqué par un événement rarissime: TF1 a rendu l'antenne avant le dénouement de la rencontre, pensant que l'arbitre avait sifflé la fin du match sur le score de 1-1
  • L'égalisation française d'Antoine Griezmann a finalement été annulée pour un hors-jeu après visionnage de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR), tandis que des publicités passaient sur la chaîne privée française

PARIS: Malgré un couac de retransmission en fin de match, nouveau succès d'audience pour TF1 avec l'équipe de France au Mondial-2022: la défaite des Bleus face à la Tunisie a été suivie par 8,8 millions de téléspectateurs mercredi, selon les chiffres de Médiamétrie publiés jeudi.

Programmée à 16h00, la rencontre a rassemblé 61,7% du public devant la télévision à ce moment-là.

Elle a toutefois fait légèrement moins bien que l'entrée en lice des Bleus contre l'Australie, puis le deuxième match contre le Danemark, regardés respectivement par plus de 12,5 et 11,5 millions de personnes.

La retransmission de Tunisie-France a toutefois été marqué par un événement rarissime: TF1 a rendu l'antenne avant le dénouement de la rencontre, pensant que l'arbitre avait sifflé la fin du match sur le score de 1-1.

L'égalisation française d'Antoine Griezmann a finalement été annulée pour un hors-jeu après visionnage de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR), tandis que des publicités passaient sur la chaîne privée française.

"Après la remise en jeu des Tunisiens et que l'arbitre a sifflé la fin du match, TF1 a, comme pour tous les matches, rendu l'antenne pour laisser place au Mag. Pendant ce laps de temps, un arbitrage vidéo a été demandé et le but tricolore refusé. Cette séquence a fait l'ouverture du Mag", s'est excusée la chaîne auprès de ses téléspectateurs "qui n'ont pas pu vivre ce moment en direct".

"On était persuadé que c'était terminé, tout le monde rentrait au vestiaire, et puis ça s'est transformé, cette fin de match, en ça", s'est encore expliqué le journaliste Grégoire Margotton à la reprise d'antenne.

TF1 est la seule chaîne à retransmettre en clair le Mondial-2022 en France, également diffusé sur beIN Sports de manière payante.

Les audiences de l'édition 2022 sont comparables à celles enregistrées lors de la dernière Coupe du monde, en 2018 en Russie, semblant montrer que les appels au boycott du Mondial au Qatar n'ont eu en France que des effets limités, voire inexistants.


Agriculture et forêt: le projet de budget 2023 rejeté au Sénat

Le ministre français de l'Agriculture Marc Fesneau participe à une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 22 novembre 2022. (Photo de Thomas SAMSON / AFP)
Le ministre français de l'Agriculture Marc Fesneau participe à une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 22 novembre 2022. (Photo de Thomas SAMSON / AFP)
Short Url
  • Les crédits prévus par le gouvernement pour la mission «agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales» ont été rejetés par 238 voix contre et 55 pour, à l'issue de quatre heures de discussions
  • Finalement, les parlementaires ont retiré tous leurs amendements en fin de séance, pour passer rapidement au vote et éviter de poursuivre les débats samedi

PARIS: Le Sénat dominé par l'opposition de droite a rejeté dans la nuit de mercredi à jeudi le projet de budget 2023 pour l'agriculture et la forêt, considéré comme n'étant pas à la hauteur.

Les crédits prévus par le gouvernement pour la mission "agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales" ont été rejetés par 238 voix contre et 55 pour, à l'issue de quatre heures de discussions.

Les sénateurs LR, majoritaires à la chambre haute, reprochaient notamment à l'exécutif de mettre sur la table 560 millions d'euros pour la réforme de l'assurance récolte, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier, contre 680 millions d'euros attendus.

"Pour cette réforme nécessaire, on peut craindre que le soutien public soit insuffisant", a résumé le rapporteur spécial de la commission des finances, Patrice Joly.

"On peut avoir des doutes sur le caractère suffisant des crédits qui sont dédiés à la forêt", a aussi avancé le sénateur de la Nièvre.

Les syndicats de l'Office national des forêts (ONF) espéraient que les élus voteraient des amendements permettant à l'établissement public de recruter. Les effectifs ont fondu depuis 2000, passant de 12.800 à près de 8.000 personnes actuellement.

Cela "marquerait une inflexion dans la politique délétère des dernières années et remettrait en cause le contrat d'objectifs Etat-ONF, qui prévoit encore des suppressions de postes jusqu'en 2025", déclarait à l'AFP avant la séance Patrice Martin, secrétaire général du Snupfen- Solidaires.

Le gouvernement a assuré que les effectifs ne baisseraient pas en 2023, le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau évoquant au Sénat une "prise de conscience de la nécessité de stopper l'hémorragie".

Finalement, les parlementaires ont retiré tous leurs amendements en fin de séance, pour passer rapidement au vote et éviter de poursuivre les débats samedi.

"Ne pensez pas que parce que nous ne voterons pas les crédits de la mission, nous ne serons pas à vos côtés. (...) Nous sommes pressés par la discussion budgétaire générale", a dit la présidente de la commission des affaires économiques Sophie Primas à l'attention des agents de l'ONF qui assistaient aux débats.

Plusieurs amendements portaient par ailleurs sur la réévaluation des budgets des cantines des administrations, des écoles et des hôpitaux, ainsi que sur le soutien à l'agriculture biologique, confrontée à la désaffection des consommateurs.

"On n'a pas le temps de débattre, on n'a même pas le temps de voter nos amendements", a déploré le sénateur Fabien Gay (CRCE à majorité communiste).


​​La France sera «très importatrice d'électricité» cet hiver, selon RTE

La France sera «très importatrice d'électricité cet hiver» pour compenser un manque de production nucléaire et éviter d'éventuelles coupures de courant, a indiqué jeudi Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE. (AFP)
La France sera «très importatrice d'électricité cet hiver» pour compenser un manque de production nucléaire et éviter d'éventuelles coupures de courant, a indiqué jeudi Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE. (AFP)
Short Url
  • «Il faut parier sur un hiver où on sera très importateur parce qu'on a besoin de cette électricité», a déclaré président du directoire de RTE
  • La France est exposée à des risques de coupures. La moitié de son parc de réacteurs est indisponible en raison de maintenances programmées mais parfois prolongées, ou de problèmes de corrosion

PARIS: La France sera "très importatrice d'électricité cet hiver" pour compenser un manque de production nucléaire et éviter d'éventuelles coupures de courant, a indiqué jeudi Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, sur Franceinfo.

"La France est très légèrement importatrice sur l'ensemble de l'année et il faut parier sur un hiver où on sera très importateur parce qu'on a besoin de cette électricité", a déclaré M. Xavier Piechaczyk.

Allemagne, Royaume-Uni, Benelux, Espagne.... "On sera globalement, nous la France, importateur cet hiver de l'ensemble des pays qui nous entourent", a-t-il ajouté.

"Historiquement, la France était très exportatrice parce qu'elle avait un parc nucléaire très gros, là il s'avère qu'il a des difficultés passagères (...) (qui) vont se résoudre mais ça va prendre quelques années. Pendant ce temps on importe de l'électricité". Et "aucun pays ne rechigne à nous faire passer de l'électricité si on en a besoin", a-t-il assuré.

La France a une capacité physique d'importation de 15 GW, ce qui représente "une part utile" pour faire face à une pointe de consommation électrique de 90 GW, et "contribue à pouvoir éviter les coupures", a-t-il expliqué.

Cet hiver, la France est exposée à des risques de coupures en particulier en raison d'un niveau de production d'électricité nucléaire au plus bas. La moitié de son parc de réacteurs est indisponible en raison de maintenances programmées mais parfois prolongées, ou de problèmes de corrosion.

Dans ce contexte, le gouvernement va adresser aux préfets une circulaire pour anticiper et préparer leurs départements à d'éventuelles coupures programmées d'approvisionnement en électricité, qui pourraient concerner 60% de la population mais aucun site critique ou client prioritaire.

Il y a "une situation à risque mais il ne faut pas considérer ces coupures comme une fatalité", a rassuré M. Piechaczyk, en rappelant la nécessité de baisser la consommation.

La consommation d'électricité en France a diminué de 6,7% la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019), une baisse "largement concentrée dans le secteur industriel", selon le dernier bilan de RTE mardi.

Cette baisse, "on commence à la voir chez les particuliers, ça frémit (...) de l’ordre du pourcent", a commenté M. Piechaczyk.

"En revanche on ne voit pas encore de baisse de consommation dans le (secteur) tertiaire, ça c'est un problème", a-t-il souligné.