Sonatrach et Engie sont en passe de signer «des contrats de moyen et long termes»

L’Algérie est le premier pays exportateur de gaz naturel en Afrique et le septième à l’échelle mondiale. Photo fournie
L’Algérie est le premier pays exportateur de gaz naturel en Afrique et le septième à l’échelle mondiale. Photo fournie
Short Url
Publié le Mardi 27 septembre 2022

Sonatrach et Engie sont en passe de signer «des contrats de moyen et long termes»

  • Selon la direction du groupe Engie, les discussions s’inscrivent dans la continuité du contrat signé en juillet dernier
  • Des experts évoquent des contrats d’investissement dans la récupération du gaz de torchage qui s’effectue via l’utilisation des technologies de pointe

PARIS: Après la visite du président français, Emmanuel Macron, en Algérie, à la fin du mois d’août dernier, le groupe algérien Sonatrach, spécialisé dans la production d’hydrocarbures, et la société française Engie ont entamé des discussions qui portaient sur l’établissement de contrats relatifs à l’approvisionnement en gaz.

algerie
L’Algérie est le premier pays exportateur de gaz naturel en Afrique et le septième à l’échelle mondiale. Photo fournie.

«Nous ne parlons pas de l’hiver prochain. Les discussions en cours avec la Sonatrach portent sur des contrats de moyen et long terme», avait précisé Claire Waysand, directrice générale adjointe d’Engie, lors de la Rencontre des entrepreneurs de France (LaREF), organisée par le Medef, le patronat français.

Selon la direction du groupe, les discussions s’inscrivent dans la continuité du contrat signé en juillet, dont l’aboutissement – avec la signature d’un nouvel accord – devrait intervenir dans plusieurs semaines. D’après la radio française Europe 1, les discussions en cours concernent entre autres l’augmentation, de l’ordre de 50%, des importations françaises en matière de gaz naturel ou de gaz liquéfié (GNL) à partir de l’Algérie.

algerie
Le ministre algérien de l'Énergie et des Mines Mohamed Arkab reçoit Catherine MacGregor, directrice générale du groupe français Engie. Photo fournie.

En juillet dernier, le groupe énergétique algérien a annoncé qu’il avait conclu un accord afin d’augmenter la fourniture de gaz au distributeur d’énergie Engie. «Avec cet accord, les deux parties sont convenues de définir le prix de vente contractuel applicable sur une période trois ans – courant jusqu’en 2024 – afin de prendre en compte les conditions du marché.» La compagnie algérienne va «renforcer sa part dans le portefeuille d’approvisionnement d’Engie, ce qui permettra aux deux groupes de poursuivre leur diversification et de contribuer à la sécurité énergétique des clients européens», lit-on sur le document publié par Sonatrach.

Les réserves prouvées de gaz naturel s’élèvent à près de 2 400 milliards de mètres cubes et le pays fournit environ 11% du gaz consommé en Europe. L’Algérie est le premier pays exportateur de gaz naturel en Afrique et le septième à l’échelle mondiale.

Perspectives de coopération
Reçue par le ministre de l'Énergie, Mohamed Arkab, en marge de la visite du président français à Alger, Catherine MacGregor, directrice générale du groupe Engie, a évoqué, en présence du PDG de Sonatrach, les perspectives de coopération à long terme en matière d’investissement dans des projets structurants. Ces derniers concernent le domaine énergétique, et en particulier les hydrocarbures, l’électricité et les énergies renouvelables.

Ainsi, des experts évoquent des contrats d’investissement dans la récupération du gaz de torchage qui s’effectue via l’utilisation des technologies de pointe. Dans la déclaration d’Alger, paraphée par Abdelmadjid Tebboune et Emmanuel Macron, l’Algérie et la France se sont engagées à développer des investissements dans l’énergie, notamment dans le domaine gazier.

Par ailleurs, en adoptant un nouveau code qui régit les investissements, nationaux comme étrangers, l’Algérie a invité ses partenaires européens à investir dans le pays. Cette vision lui permettra d’augmenter sa production et de répondre aux besoins de ses partenaires étrangers.

port
Le port de Skikda pourra ainsi charger jusqu’à 220 000 m3 de gaz dans des méthaniers à partir de la nouvelle jetée.. Photo fournie.

Très sollicité, le pays a accentué ses investissements dans l’exploration et l’extraction du gaz. Considérée comme l’un des dix plus gros producteurs du monde, l’Algérie compte saisir l’opportunité que lui offre la conjoncture mondiale du marché de l’énergie pour se positionner sur le marché du GNL. Parmi les investissements actuels figurent les travaux d’extension – dont le taux est estimé à 80% – du terminal d’exportation de Skikda, qui devrait disposer d’une capacité de production de 22 millions de tonnes de GNL à la fin de l’année. Le port de Skikda pourra ainsi charger jusqu’à 220 000 m3 de gaz dans des méthaniers à partir de la nouvelle jetée.


La Répression des fraudes en passe d'infliger 3,3 millions d'euros d'amende à Amazon

Le logo du géant américain de la vente en ligne Amazon (Photo, AFP).
Le logo du géant américain de la vente en ligne Amazon (Photo, AFP).
Short Url
  • La Répression des fraudes reproche en particulier à l'entreprise américaine de pouvoir «modifier ou résilier un contrat sans préavis»
  • Un porte-parole d'Amazon France a reconnu que la société faisait l'objet d'une "pénalité" mais a refusé d'en dévoiler le montant précis

PARIS: La Répression des fraudes (DGCCRF) s'apprête à annoncer une amende de 3,3 millions d'euros à l'encontre d'Amazon France, sanctionné pour des clauses "abusives" dans ses contrats avec les commerçants qui vendent des produits sur sa plateforme, selon le quotidien Les Echos.

Sollicitée par l'AFP dans la soirée de mardi, la DGCCRF n'a pour l'heure pas confirmé l'information.

Un porte-parole d'Amazon France a pour sa part reconnu que la société faisait l'objet d'une "pénalité" mais a refusé d'en dévoiler le montant précis.

Mi-avril, la DGCCRF avait annoncé sanctionner le géant du commerce en ligne d'une astreinte de 90.000 euros par jour en raison de clauses "déséquilibrées et non conformes dans les contrats avec les vendeurs tiers de la plateforme Amazon.fr".

Selon Les Echos, la Répression des fraudes reproche en particulier à l'entreprise américaine de pouvoir "modifier ou résilier un contrat sans préavis" et d'interdire aux marchands tiers de "prospecter auprès des clients qu'ils ont conquis via Amazon.fr".

Toujours au printemps, la DGCCRF a également enjoint à la plateforme de se mettre en conformité avec le règlement européen "promouvant l'équité et la transparence pour les entreprises utilisatrices de services d'intermédiation en ligne".

Une injonction qu'Amazon a tardé à mettre en oeuvre selon Les Echos, d'où cette amende de 3,3 millions d'euros.

"La pénalité est afférente à une période de quelques semaines après la date du 22 mars, lorsque la DGCCRF a unilatéralement considéré que nous n'étions pas en conformité avec l'injonction", indique-t-on chez Amazon France.

"La DGCCRF a reconnu en mai que les changements que nous avons mis en place en avril sont conformes avec son injonction", ajoute-t-on de même source.

"Nous restons toutefois en désaccord avec la DGCCRF sur ses conclusions, ses décisions et la pénalité afférente, et nous contestons chacune d'entre elles devant les tribunaux", conclut le porte-parole d'Amazon France.

En 2019, le tribunal de commerce de Paris, saisi par la répression des Fraudes, avait condamné Amazon à une amende de 4 millions d'euros pour des clauses contractuelles "manifestement déséquilibrées" envers des entreprises utilisant sa plateforme.


Washington approuve la vente de 116 chars Abrams supplémentaires à la Pologne

Des chars de combat M1A2 Abrams de l'armée américaine qui seront utilisés pour des exercices militaires par la 2nd Armored Brigade Combat Team, sont déchargés au Baltic Container Terminal de Gdynia le 3 décembre 2022 (Photo, AFP).
Des chars de combat M1A2 Abrams de l'armée américaine qui seront utilisés pour des exercices militaires par la 2nd Armored Brigade Combat Team, sont déchargés au Baltic Container Terminal de Gdynia le 3 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Ce projet de vente va renforcer les capacités de la Pologne à répondre aux menaces présentes et futures»
  • La Pologne, pays frontalier de l'Ukraine envahie par la Russie, a déjà acheté en avril 250 chars Abrams

WASHINGTON: Les États-Unis ont approuvé la vente à la Pologne de 116 chars de combat américains Abrams supplémentaires et d'autres armements lourds pour un montant total de 3,75 milliards de dollars après en avoir déjà acheté 250 en avril, a annoncé mardi le département d'État américain.

La Pologne souhaite acquérir 116 chars Abrams dans leur version modernisée (M1A1), 12 véhicules de secours M88A2 Hercules, 8 ponts mobiles d'assaut M1110 capables de faire franchir des rivières aux chars, une cinquantaine de véhicules légers et des armes légères et leurs munitions, pour un montant total de 3,75 milliards de dollars, selon la diplomatie américaine.


L'UE accuse Deutsche Bank et Rabobank d'entente sur le marché obligataire

Le drapeau de l'UE flotte à Lens, dans le nord de la France, le 14 juin 2016 (Photo, AFP).
Le drapeau de l'UE flotte à Lens, dans le nord de la France, le 14 juin 2016 (Photo, AFP).
Short Url
  • Bruxelles a adressé aux deux établissements une «communication des griefs», l'équivalent d'un acte d'accusation dans le jargon bruxellois
  • Bruxelles, qui n'est tenue par aucun délai légal dans cette enquête, pourrait infliger une amende allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel des entreprises concernées

BRUXELLES: La Commission européenne accuse Deutsche Bank et la banque néerlandaise Rabobank de s'être entendues entre 2005 et 2016 pour fausser la concurrence sur le marché secondaire d'obligations souveraines libellées en euros, a-t-elle annoncé mardi dans un communiqué.

Bruxelles a adressé aux deux établissements une "communication des griefs", l'équivalent d'un acte d'accusation dans le jargon bruxellois, les soupçonnant de pratiques anticoncurrentielles.

Selon l'exécutif européen, Deutsche Bank et Rabobank auraient pu "échanger des informations commerciales sensibles et coordonner leurs stratégies en matière de prix et de négociation lors de transactions sur ces obligations" émises en euros par des Etats ou entités publiques.

"Ces contacts auraient principalement eu lieu au moyen de courriels et de communications en ligne sur des forums de discussion", précise la Commission dans son communiqué, sans fournir d'autres détails.

"La Commission a, dans un premier temps, accepté d'étudier la possibilité de parvenir à une transaction" avec les deux banques concernées, "mais a ensuite interrompu les discussions en raison de leur enlisement et a décidé de revenir rapidement à la procédure normale appliquée en matière d'ententes".

Bruxelles, qui n'est tenue par aucun délai légal dans cette enquête, pourrait infliger une amende allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel des entreprises concernées si ses allégations étaient confirmées.

En réaction à cette annonce, Deutsche Bank a indiqué dans un communiqué "avoir coopéré de manière proactive avec la Commission européenne dans cette affaire" et avoir "en conséquence obtenu une immunité conditionnelle".

La banque dit ainsi qu'elle "ne s'attend pas à une sanction financière".

En avril 2021, la Commission avait infligé un total de 28 millions d'euros d'amende au Crédit Suisse, au Crédit Agricole et à Bank of America Merrill Lynch pour s'être entendues pendant plusieurs années pour fausser la concurrence sur le marché des obligations libellées en dollars entre 2010 et 2015.

La Deutsche Bank, également concernée par cette entente mais qui avait révélé l'affaire aux autorités européennes, n'avait pas été sanctionnée, à l'issue de cette enquête débutée en août 2015.

En mai 2021, dans une affaire distincte, Bruxelles avait infligé un total de 371 millions d'euros d'amende à trois banques d'investissement (la japonaise Nomura, la suisse UBS et l'italienne UniCredit), après avoir constaté une entente entre sept établissements sur le marché des obligations d'Etat européennes entre 2007 et 2011.

Bank of America et la française Natixis avaient échappé à la sanction grâce au délai de prescription, de même que Portigon (ex-WestLB), faute de chiffre d'affaires, et la britannique Natwest (ex-RBS) exemptée pour avoir révélé l'entente à la Commission.