Le président du Yémen s'engage à rouvrir les routes de Taïz et à instaurer la paix

Les Yéménites qui vivent à Taïz réclament la levée du siège imposé par les Houthis depuis de nombreuses années. La ville est coupée du reste du monde depuis 2015, date de la fermeture des principales artères de la ville par les Houthis. (AFP/Archives)
Les Yéménites qui vivent à Taïz réclament la levée du siège imposé par les Houthis depuis de nombreuses années. La ville est coupée du reste du monde depuis 2015, date de la fermeture des principales artères de la ville par les Houthis. (AFP/Archives)
Short Url
Publié le Mardi 27 septembre 2022

Le président du Yémen s'engage à rouvrir les routes de Taïz et à instaurer la paix

  • Le dirigeant yéménite a affirmé que le monde est désormais plus convaincu que jamais de l'incapacité de la milice houthie à instaurer la paix
  • «Nous répondrons sans hésiter à tout appel humanitaire qui émane de notre peuple opprimé dans les zones contrôlées par les milices»

AL-MUKALLA (Yémen): Le chef du Conseil présidentiel du Yémen, Rachad al-Alimi, s'est engagé à briser le siège de Taïz imposé par la milice houthie par tous les moyens, que ce soit par la force ou des moyens pacifiques. Il a également assuré qu'il était prêt à faire de nouvelles concessions pour soulager la crise humanitaire qui frappe le pays et à apporter son soutien à toute forme de rébellion contre la milice houthie.

Dans un discours adressé aux Yéménites à l'occasion du 60e anniversaire de la révolution du 26-Septembre, le dirigeant yéménite a affirmé que le monde est désormais plus convaincu que jamais de l'incapacité de la milice houthie à instaurer la paix dans la mesure où elle refuse systématiquement d'ouvrir les routes de Taïz, viole la trêve et organise des parades militaires.

«Le monde est plus convaincu que jamais que ces personnes sont incapables de rétablir la paix», déclare-t-il. «Le régime oppressif des Houthis et les idéologies “racistes” auxquelles ils adhèrent ne tarderont pas à déclencher une nouvelle révolution, comparable à celle qui s'est produite contre les imams dans le nord du Yémen le 26 septembre 1962.»

«L'endroit où une révolution s'impose aujourd'hui est sans aucun doute nos provinces, qui vivent sous le joug coercitif des milices houthies – et cette révolution garantira la justice et l'égalité à tous les citoyens ainsi qu’un avenir meilleur pour notre peuple.»

M. Al-Alimi a également promis de mettre la ville d'Aden (au sud du Yémen) à la disposition de la résistance populaire contre la milice houthie. Il a également réitéré le respect du cessez-le-feu par son gouvernement et la volonté de ce dernier de soutenir les efforts pacifiques qui visent à mettre un terme à la guerre du Yémen.
 
«Nous avons confiance en vous, et cette confiance demeure aussi solide qu'elle l’a toujours été. Nous sommes convaincus que la lutte que nous menons ensemble aboutira à un avenir radieux qui commencera à partir de la ville d'Aden pour rejoindre les gouvernorats libérés.»

En effet, la milice houthie s'obstine à maintenir le siège de Taïz ainsi que ses attaques meurtrières contre les zones contrôlées par le gouvernement. Elle mobilise ses troupes à l'extérieur des villes principales depuis la signature de la trêve effectuée sous l'égide des Nations unies le 2 avril dernier.

Nous ouvrirons les routes de Taïz par tous les moyens, affirme M. Al-Alimi.
 
En dépit des violations de la trêve par la milice houthie, le gouvernement yéménite a permis aux avions commerciaux de transporter environ vingt-quatre mille personnes à partir de l'aéroport de Sanaa et à plus de cinquante navires transportant plus d'un million de tonnes de carburant d'accoster dans le port de Hodeïda. Le gouvernement a par ailleurs avalisé dernièrement de nouvelles mesures qui permettent d'accélérer l'arrivée des navires dans les territoires occupés par les Houthis.
 
«Nous répondrons sans hésiter à tout appel humanitaire qui émane de notre peuple opprimé dans les zones contrôlées par les milices», a fait savoir M. Al-Alimi.
 
En outre, il a rappelé que le Conseil présidentiel du Yémen, composé de huit membres, s'emploie à résoudre les problèmes épineux liés au versement des salaires, aux services essentiels et à la relance de l'économie. Il s'est engagé à se rendre dans les provinces libérées pour y entreprendre des projets vitaux.
 
«Comme je l’ai répété à de nombreuses occasions, les décisions que nous prenons sont judicieuses, que votre patience et votre conscience nous inspirent toujours confiance et que les divergences n'empêcheront pas ce conseil de satisfaire vos aspirations», a-t-il expliqué.
 
Dimanche et lundi, la commémoration de la révolution a été l'occasion d'une vague de festivités. Dans la ville assiégée de Taïz et dans la ville de Marib (dans le centre du pays), les habitants ont allumé des torches, défilé dans les rues et affiché des drapeaux du Yémen sur leurs résidences, mais aussi sur les institutions publiques. Les zones occupées par les Houthis ont été le théâtre de célébrations de moindre envergure: les habitants ont défié les Houthis en tirant des feux d'artifice et en brandissant le drapeau du Yémen.
 
Les Houthis encouragent généralement les citoyens à célébrer l'anniversaire de leur coup d'État militaire le 21 septembre. Ils ne sont pas favorables aux célébrations qui entourent la révolution du 26-Septembre.
 
D'après les rapports des médias locaux et les comptes des réseaux sociaux, les milices houthies ont kidnappé des dizaines de personnes qui commémoraient la révolution à Sanaa, Ibb et Thamar dimanche dernier.
 
À cet égard, les observateurs yéménites estiment que si de plus en plus de personnes célèbrent la révolution dans les zones contrôlées par les Houthis, cela témoigne du mécontentement grandissant de la population à l'égard de ce mouvement.
 
«C'est la première fois que je vois les gens célébrer l'anniversaire de la révolution du 26-Septembre de cette manière; ils le font même dans les régions contrôlées par les Houthis», s'exclame Nadwa al-Dawsari, analyste du conflit au Yémen, dans un entretien accordé à Arab News.

«Le message adressé aux Houthis est le suivant: les Yéménites n'accepteront pas de retomber sous le joug de la théocratie ou de la version de l'imamat [système de direction spirituelle et politique des imams chiites, NDLR] que les Houthis tentent d'imposer. C'est un message qui exprime l'opposition et le rejet de la domination des Houthis», conclut-elle.
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Deux nouveaux champs de gaz naturel découverts en Arabie saoudite, annonce le ministre de l’Énergie

Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane. (Photo)
Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane. (Photo)
Short Url
  • Le premier champ de gaz naturel «Awtad» a été découvert au sud-ouest du champ de Ghawar, à 142 kilomètres au sud-ouest de la ville de Hofouf
  • Le champ de gaz naturel «Al-Dahna» est pour sa part situé à 230 kilomètres au sud-ouest de la ville de Dhahran.

RIYAD: Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a annoncé la découverte de deux nouveaux champs de gaz naturel dans le Royaume.

Le champ de gaz naturel non classique «Awtad» a été découvert au sud-ouest du champ de Ghawar, à 142 kilomètres au sud-ouest de la ville de Hofouf, selon l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Le champ de gaz naturel non classique «Al-Dahna» est situé à 230 kilomètres au sud-ouest de la ville de Dhahran. 

Les deux champs ont été découverts par Saudi Aramco.

Le prince Abdelaziz a déclaré que l’importance de ces découvertes résidait dans l’augmentation des réserves de gaz naturel de l’Arabie saoudite, ce qui soutiendrait à son tour les stratégies du Royaume et contribuerait à réaliser les objectifs du programme de déplacement des combustibles liquides.

Le ministre de l’Énergie a ajouté que ces découvertes témoignaient de la richesse des ressources naturelles dont dispose le Royaume.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le groupe Etat islamique annonce la mort de son chef

Drapeau du groupe terroriste, Etat islamique. (Photo fournie)
Drapeau du groupe terroriste, Etat islamique. (Photo fournie)
Short Url
  • L'Irakien Abou Hassan al-Hashimi al-Qurashi, précisant qu'il avait été tué en combattant selon le groupe terroriste
  • Dans un message audio, le porte-parole du groupe Djihadiste a annoncé qu'un successeur, Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qurashi, avait été nommé

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique, défait en Irak et en Syrie, a annoncé mercredi la mort de son chef, l'Irakien Abou Hassan al-Hashimi al-Qurashi, précisant qu'il avait été tué "en combattant les ennemis de Dieu".

Dans un message audio, le porte-parole du groupe djihadiste a annoncé qu'un successeur, Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qurashi, avait été nommé.


Iran: 15 accusés risquent la peine de mort pour le meurtre d'un paramilitaire

Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation de soutien à Amini, une jeune Iranienne décédée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique, sur l'avenue Istiklal à Istanbul le 20 septembre 2022. (AFP)
Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation de soutien à Amini, une jeune Iranienne décédée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique, sur l'avenue Istiklal à Istanbul le 20 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Depuis la mi-septembre, des milliers d'Iraniens et une quarantaine d'étrangers ont été arrêtés et plus de 2.000 personnes inculpées en lien avec les «émeutes», selon les autorités judiciaires
  • Parmi les inculpés, au moins six ont été condamnés à mort en première instance et leur sort dépend désormais de la Cour suprême qui doit statuer sur leur appel

TEHERAN: Quinze personnes, dont une femme et trois mineurs, accusées d'avoir tué début novembre un paramilitaire lors d'une cérémonie organisée par des manifestants pour marquer le 40e jour de la mort d'une des leurs, risquent la peine de mort, a annoncé mercredi la justice iranienne.

L'Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs. Cette dernière lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

"La première audience des agresseurs de Ruhollah Ajamian a eu lieu ce matin (mercredi) dans la province d'Alborz" près de Téhéran, a indiqué l'organe de la justice, Mizan Online.

"Quinze accusés ont été inculpés de corruption sur terre", un crime passible de la peine capitale, a précisé la même source.

Ruhollah Ajamian, membre de la milice Bassidj, liée aux Gardiens de la révolution [l'armée idéologique de la République islamique], a été tué le 3 novembre à Karaj, dans la province d'Alborz, à 30 km à l'ouest de Téhéran, alors qu'un rassemblement marquait près d'un cimetière le 40e jour de deuil après la mort d'une manifestante, selon les médias locaux.

"Les émeutiers ont attaqué cet agent de sécurité qui n'était pas armé, l'ont déshabillé, poignardé, frappé avec des poings américains, des pierres et des coups de pied, puis ont traîné son corps nu et à moitié mort sur l'asphalte de la rue et entre les voitures d'une manière horrible", avait affirmé le 12 novembre Hossein Fazeli Harikandi, chef de la justice de la province d'Alborz.

L'agence Mizan avait annoncé le même jour l'inculpation de onze individus, dont une femme, soupçonnés d'avoir assassiné Ajamian.

Mercredi, Mizan a précisé que "trois des accusés ont 17 ans" et que "leur cas sera traité par un tribunal spécial chargé des délits juvéniles".

Depuis la mi-septembre, des milliers d'Iraniens et une quarantaine d'étrangers ont été arrêtés et plus de 2.000 personnes inculpées en lien avec les "émeutes", selon les autorités judiciaires.

Parmi les inculpés, au moins six ont été condamnés à mort en première instance et leur sort dépend désormais de la Cour suprême qui doit statuer sur leur appel.

Un général iranien a fait état lundi de la mort de plus de 300 personnes depuis le début du mouvement de contestation.

Dans ce bilan figurent des dizaines de membres des forces de l'ordre tués dans des affrontements avec les manifestants ou assassinés, selon les autorités iraniennes.