Maroc: la Banque centrale relève son taux directeur pour freiner l'inflation

Un homme tient des billets de dirham marocain, le 23 janvier 2018 à Casablanca. (Photo, AFP)
Un homme tient des billets de dirham marocain, le 23 janvier 2018 à Casablanca. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 27 septembre 2022

Maroc: la Banque centrale relève son taux directeur pour freiner l'inflation

Un homme tient des billets de dirham marocain, le 23 janvier 2018 à Casablanca. (Photo, AFP)
  • Elle survient dans un contexte de poussée inflationniste alimentée par la flambée des prix des matières premières au niveau mondial
  • Sur l'ensemble de l'année 2022, l'institution monétaire table sur une inflation de 6,3% (contre 1,4% en 2021). Elle reviendrait à 2,4% en 2023

RABAT: La Banque centrale du Maroc (BAM) a relevé mardi son taux directeur de 50 points de base, à 2%, afin de juguler une "forte accélération de l’inflation", selon un communiqué de l'institution.

Cette hausse, attendue, a été décidée pour "assurer les conditions d’un retour rapide à des niveaux en ligne avec l’objectif de stabilité des prix", précise le communiqué de la banque centrale publié à l'issue de la réunion trimestrielle de son conseil.

Elle survient dans un contexte de poussée inflationniste alimentée par la flambée des prix des matières premières au niveau mondial.

Ainsi l'indice des prix à la consommation a progressé de 8% en août sur un an, "tiré essentiellement par le renchérissement des produits alimentaires et des carburants", selon la BAM.

"Aujourd'hui, les prix brûlent les caddies des consommateurs et leurs portefeuilles. L'inflation est cruelle pour les revenus modestes", a averti lundi le quotidien L'Economiste dans son éditorial, affirmant que "la sortie de crise sera difficile".

Sur l'ensemble de l'année 2022, l'institution monétaire table sur une inflation de 6,3% (contre 1,4% en 2021). Elle reviendrait à 2,4% en 2023.

La croissance de l'activité économique accusera quant à elle un "net ralentissement" à 0,8% en 2022 (+7,9% en 2021), poussé par "un recul de 14,7% de la valeur ajoutée agricole et une décélération du rythme des activités non agricoles", ajoute la BAM qui prévoit une reprise de 3,6% en 2023 (à condition d'une bonne récolte céréalière).

Cette situation reste "marquée profondément par les séquelles de la pandémie (de Covid-19) et les implications de la guerre en Ukraine" mais également par "les répercussions d’une sécheresse particulièrement sévère", souligne son communiqué.

L'économie du pays maghrébin reste largement tributaire du secteur agricole et de la pêche qui représentait encore près de 12% du PIB en 2020.


Les prix flambent et propulsent New York en tête des villes les plus chères au monde

Une vue sur le coucher du soleil de Manhattanhenge depuis Hunters Point South Park, le 11 juillet 2016 dans le quartier Queens de New York. (AFP)
Une vue sur le coucher du soleil de Manhattanhenge depuis Hunters Point South Park, le 11 juillet 2016 dans le quartier Queens de New York. (AFP)
Short Url
  • New York et Singapour - la Cité-Etat est en tête du classement pour la huitième fois en dix ans - détrônent Tel Aviv, coeur culturel et économique d'Israël, qui avait coiffé le classement l'an dernier
  • La plupart des autres villes européennes descendent, car la crise énergétique et l'affaiblissement des économies ont pesé sur l'euro et les monnaies locales

NEW YORK: New York est, pour la première fois, en tête du classement des villes les plus chères du monde, ex-aequo avec Singapour, une habituée de la première place, propulsée par la crise mondiale du coût de la vie, d'après l'hebdomadaire The Economist.

"Les prix ont flambé de 8,1% en moyenne sur un an (en monnaie locale) dans 172 villes majeures autour du monde, la plus forte hausse enregistrée depuis au moins 20 ans", selon le rapport 2022 sur le coût de la vie, publié jeudi par la revue britannique.

Ces hausses reflètent notamment l'impact de "la guerre en Ukraine et des restrictions persistantes liées à la pandémie (qui) perturbent les chaînes d'approvisionnement" et touchent en particulier "l'énergie et l'alimentation".

New York et Singapour - la Cité-Etat est en tête du classement pour la huitième fois en dix ans - détrônent Tel Aviv, coeur culturel et économique d'Israël, qui avait coiffé le classement l'an dernier.

La vigueur du dollar ces derniers mois, valeur refuge en temps de crise, fait monter les villes des Etats-Unis au classement car celui-ci est réalisé après conversion des prix dans la devise américaine: sa hausse se traduit donc mécaniquement par des prix plus faibles hors Etats-Unis.

Los Angeles se hisse ainsi à la quatrième place et San Francisco à la huitième.

Moscou et Saint-Pétersbourg ont vu leurs prix s'envoler et bondissent au classement - la capitale russe gagne 88 places à la 37e position - sous l'effet des sanctions occidentales et d'un marché de l'énergie dynamique qui soutient le rouble, relève The Economist.

Mais la plupart des autres villes européennes descendent, car la crise énergétique et l'affaiblissement des économies ont pesé sur l'euro et les monnaies locales. Paris perd ainsi quatre places, à la neuvième position, tandis que Lyon dégringole de 34 places, à la 90e.

Les hausses de prix les plus rapides ont été celles de l'essence (comme en 2021), qui a grimpé de 22% en monnaie locale dans la foulée des prix du brut, mais aussi de l'électricité, de l'alimentation et des articles ménagers de base.

En revanche, les prix des loisirs sont restés modérés, "ce qui peut refléter une demande plus faible, alors que les consommateurs concentrent leurs dépenses sur les biens essentiels", selon The Economist, qui s'appuie sur une enquête réalisée entre le 16 août et le 16 septembre derniers.


Crypto: L'ex-patron de la plateforme FTX, en faillite, s'excuse mais réfute l'escroquerie

«Je suis profondément désolé de ce qui s'est passé», a déclaré Sam Bankman-Fried lors de sa première interview en public depuis la défaillance de FTX (Photo, AFP).
«Je suis profondément désolé de ce qui s'est passé», a déclaré Sam Bankman-Fried lors de sa première interview en public depuis la défaillance de FTX (Photo, AFP).
Short Url
  • Les sommes ponctionnées, sans autorisation expresse, par Alameda et provenant de comptes de clients FTX atteignaient environ 10 milliards de dollars
  • Plusieurs médias américains ont rapporté que plus d'un milliard de dollars de ce total serait aujourd'hui introuvable

NEW YORK: L'ancien patron de la plateforme d'échanges de cryptomonnaies FTX s'est dit mercredi "profondément désolé" après la faillite de la société, mais s'est défendu d'avoir commis une escroquerie.

"Je suis profondément désolé de ce qui s'est passé", a déclaré Sam Bankman-Fried lors de sa première interview en public depuis la défaillance de FTX.

Pris dans un vent de panique qui avait poussé les utilisateurs à tenter de retirer massivement leurs fonds de la plateforme, FTX a d'abord suspendu les retraits, avant d'être contraint au dépôt de bilan le 11 novembre.

"J'étais directeur général de FTX, ce qui signifie que quoi qu'il se passe, j'avais obligation de préserver les intérêts des actionnaires et des clients", a reconnu l'ex-dirigeant, interrogé dans le cadre d'une conférence du New York Times.

"J'ai clairement fait beaucoup d'erreurs, des choses que je donnerais tout pour pouvoir corriger aujourd'hui", a poursuivi le trentenaire, vêtu de son habituel tee-shirt sombre.

Sam Bankman-Fried est soupçonné d'avoir utilisé, avec des collaborateurs, des fonds déposés sur la plateforme par des clients de FTX pour réaliser des opérations financières spéculatives avec son autre société, Alameda Research.

S'ils étaient avérés, ces faits pourraient lui valoir des poursuites pénales.

Selon le Wall Street Journal, au moment du dépôt de bilan, les sommes ponctionnées, sans autorisation expresse, par Alameda et provenant de comptes de clients FTX atteignaient environ 10 milliards de dollars.

Plusieurs médias américains ont rapporté que plus d'un milliard de dollars de ce total serait aujourd'hui introuvable.

"Je n'ai pas cherché à commettre de fraude vis-à-vis de qui que ce soit", a assuré l'entrepreneur à l'épaisse chevelure bouclée, qui a contribué à son image de génie iconoclaste.

"Je n'ai pas essayé de mélanger les fonds" et d'utiliser de l'argent appartenant à des clients pour réaliser, à leur insu, des placements à risque, a martelé Sam Bankman-Fried, en duplex vidéo depuis les Bahamas, où se trouve le siège de FTX et où il réside toujours.

Les risques ignorés

Durant l'interview, Sam Bankman-Fried est apparu dépassé par les événements et a semblé n'avoir qu'une vision très parcellaire des dessous de la défaillance de FTX.

"Je ne dirigeais pas Alameda", a-t-il dit, même s'il en était l'actionnaire principal. "Je ne connaissais pas la taille de leur position", c'est-à-dire la somme empruntée à FTX, a assuré ce diplômé en physique du prestigieux Massachusetts Institue of Technology (MIT).

Le successeur de Sam Bankman-Fried, John Ray III, a fustigé, mi-novembre, la gestion de FTX et décrit une société au contrôle centralisé "entre les mains d'un très petit groupe d'individus inexpérimentés, peu avertis et potentiellement corrompus".

Il s'agit d'un cas "sans précédent", a ajouté M. Ray, qui a pourtant présidé, par le passé, à la mise en ordre de plusieurs grands groupes en faillite, notamment le courtier en énergie Enron, souvent considéré comme une référence en la matière.

Interrogé au sujet d'un éventuel passage devant la justice, Sam Bankman-Fried a expliqué qu'il ne se "(concentrait) pas là-dessus", ajoutant que ses avocats lui avaient déconseillé de prendre la parole publiquement.

Il s'est dit davantage intéressé par le fait d'"essayer de faire tout (son) possible pour aider" les investisseurs et les clients de la plateforme.

De loin la personnalité la plus en vue du monde des cryptomonnaies, Sam Bankman-Fried incarnait pour certains l'avenir du secteur, d'autant qu'il se disait favorable à davantage de régulation.

Un temps crédité d'une fortune estimée à 26 milliards de dollars, entièrement basée sur la valorisation de FTX et Alameda, le jeune homme a tout perdu avec la faillite de sa plateforme.

"Beaucoup de ce que nous faisions était une distraction", qui nous a éloignés d'un "sujet incroyablement important, sur lequel nous avons totalement failli: les risques", a admis Sam Bankman-Fried.

"La gestion du risque, les risques liés aux placements des clients ou aux conflits d'intérêt", a détaillé "SBF".

Les déboires de FTX ont brutalement secoué l'univers des cryptomonnaies et poussé plusieurs plateformes à suspendre les retraits de clients.

Lundi, c'est le spécialiste des prêts en cryptomonnaies BlockFi qui a annoncé son dépôt de bilan.

La séquence a mis au jour, comme celle qui avait suivi, au printemps, l'implosion de la devise numérique Terra, l'interconnexion de nombre de plateformes, qui se prêtaient les unes aux autres souvent sans garanties suffisantes.


Les transferts d'argent vers les pays pauvres ont moins augmenté en 2022

La hausse est estimée à 2,5% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Photo, AFP).
La hausse est estimée à 2,5% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Photo, AFP).
Short Url
  • Le montant total des fonds à l'échelle mondiale s'élève à environ 626 milliards de dollars
  • Les transferts de fonds avaient grimpé de 10,2% entre 2020 et 2021, soutenus par la reprise économique en Europe et aux Etats-Unis

WASHINGTON: Les transferts d'argent des migrants vers les pays pauvres et à revenu intermédiaire ont augmenté d'environ 5% en 2022, une croissance deux fois moins forte que celle de l'an passé, qui avait accéléré avec la reprise économique, a annoncé mercredi la Banque mondiale.

Le montant total des fonds à l'échelle mondiale s'élève à environ 626 milliards de dollars, a-t-elle précisé dans son communiqué.

"La réouverture des économies d'accueil, alors que la pandémie de Covid-19 reculait, a soutenu l'emploi des migrants et leur capacité à continuer d'aider leurs familles restées au pays", a détaillé la Banque mondiale.

L'inflation, en revanche, "a eu un impact négatif sur les revenus réels des migrants. L'appréciation du rouble a également influencé la valeur des envois de fonds, ce qui s'est traduit par une valeur plus élevée, en dollars américains, des envois de fonds sortants de la Russie vers l'Asie centrale", selon la même source.

L'euro plus faible, cependant, a eu l'effet inverse.

Les transferts de fonds avaient grimpé de 10,2% entre 2020 et 2021, soutenus par la reprise économique en Europe et aux Etats-Unis.

"Les migrants aident à soulager la tension des marchés du travail dans les pays d'accueil tout en soutenant leurs familles par le biais des envois de fonds", a commenté Michal Rutkowski, directeur mondial de la protection sociale et de l'emploi à la Banque mondiale.

Les "politiques de protection sociale inclusives (...) ont des impacts mondiaux par le biais des envois de fonds et doivent être poursuivies", a-t-il ajouté.

Par région, les envois vers l'Afrique subsaharienne ont augmenté de 5,2% contre +16,4% l'année dernière.

La hausse est de 10,3% vers l'Europe et l'Asie centrale, "où l'augmentation des prix du pétrole et la demande de travailleurs migrants en Russie ont soutenu les envois de fonds, en plus de l'effet d'évaluation des devises", précise la Banque mondiale.

En Ukraine, la croissance est estimée à 2%, "car les fonds destinés aux Ukrainiens ont été envoyés aux pays qui les accueillent".

La hausse est estimée à 9,3% pour l'Amérique latine et les Caraïbes, 3,5% pour l'Asie du Sud, 2,5% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et 0,7% en Asie de l'Est et dans le Pacifique.

"En 2022, pour la première fois, un seul pays, l'Inde, est sur la bonne voie pour recevoir plus de 100 milliards de dollars en envois de fonds annuels", selon le communiqué.