Liban: le Parlement échoue à élire un nouveau président de la République

Le président du Parlement libanais, Nabih Berri (en haut), ouvre la première session d'élection d'un nouveau président à Beyrouth, le 29 septembre 2022. (AFP).
Le président du Parlement libanais, Nabih Berri (en haut), ouvre la première session d'élection d'un nouveau président à Beyrouth, le 29 septembre 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 29 septembre 2022

Liban: le Parlement échoue à élire un nouveau président de la République

  • Les profondes divisions au sein de l'Assemblée font craindre que le Liban ne se retrouve à nouveau sans président pendant des mois, après l'expiration du mandat de M. Aoun fin octobre, ce qui minerait davantage la confiance des créanciers
  • Avant la séance de jeudi, la présence d'un nombre suffisant de députés pour le vote était incertaine, mais le quorum a finalement été atteint. Un total de 122 députés sur 128 ont voté, dont 68 qui ont glissé un bulletin blanc

BEYROUTH : Le Parlement libanais a échoué jeudi à élire un nouveau président de la République à l'issue d'un premier tour de vote, aucun consensus n'ayant encore été trouvé pour choisir le successeur au chef de l'Etat sortant, Michel Aoun, malgré une crise financière sans précédent.

Les profondes divisions au sein de l'Assemblée font craindre que le Liban ne se retrouve à nouveau sans président pendant des mois, après l'expiration du mandat de M. Aoun fin octobre, ce qui minerait davantage la confiance des créanciers.

L'élection du président sortant en 2016 avait eu lieu après une vacance de 29 mois au sommet de l'Etat, les parlementaires ayant tenté en vain, à 45 reprises, de parvenir à un consensus sur un candidat.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une profonde crise économique imputée par une grande partie de la population à la mauvaise gestion, la corruption, la négligence et l'inertie d'une classe dirigeante en place depuis des décennies. En l'espace de trois ans, la livre libanaise a perdu plus de 95% de sa valeur sur le marché noir.

Avant la séance de jeudi, la présence d'un nombre suffisant de députés pour le vote était incertaine, mais le quorum a finalement été atteint. Un total de 122 députés sur 128 ont voté, dont 68 qui ont glissé un bulletin blanc.

En vertu du système confessionnel de partage du pouvoir en vigueur, la présidence est réservée à un chrétien maronite.

Michel Moawad, député et fils du président René Moawad assassiné en 1989, a obtenu le plus grand nombre de voix jeudi, avec 36 votes. Il aurait eu besoin d'un total de 86 votes pour se faire élire au premier tour.

Plusieurs députés ont quitté la salle avant qu'un deuxième tour ne soit organisé, conduisant ainsi à levée de la séance faute de quorum.

Le chef du Parlement Nabih Berri a annoncé qu'il appellera à un deuxième tour "lorsqu'un accord sera trouvé pour élire le prochain président", un processus qui pourrait prendre des mois dans un pays où la classe politique est profondément divisée.

«Risque d'incidents»

Le Liban connaît l'une des pires crises économiques au monde depuis 1850 selon la Banque mondiale, marquée par une flambée vertigineuse des prix, une dégringolade historique de la devise nationale et de graves pénuries.

Quatre Libanais sur cinq vivent désormais en dessous du seuil de pauvreté selon l'ONU, une paupérisation inédite accélérée par une inflation à trois chiffres.

Le pays est aussi dans une impasse politique, un nouveau gouvernement se faisant toujours attendre, quatre mois après les élections législatives.

La semaine dernière, la France, l'Arabie saoudite et les Etats-Unis ont publié une déclaration commune exhortant les députés à "élire un président qui puisse unir le peuple libanais".

"S'il y a un vide politique, la crise économique s'intensifiera et le risque d'incidents est évident", a mis en garde l'analyste Karim Bitar.

En avril, le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars, échelonnée sur quatre ans mais conditionnée à la mise en oeuvre de réformes cruciales.

Parmi ces réformes, il réclame l'unification du taux de change, la réforme de la loi sur le secret bancaire, la restructuration du secteur bancaire et une loi sur le contrôle des capitaux. Le budget 2022, également exigé par le FMI, a été adopté cette semaine.

Le Liban a annoncé mercredi un nouveau taux de change officiel de 15.000 livres pour un dollar américain à partir du 1er novembre, une mesure qui constitue selon le ministère des Finances "un premier pas" vers l'unification des multiples taux de change en vigueur dans le pays.

En septembre, le ministre libanais de l'Economie, Amine Salam, avait estimé nécessaire de "promulguer au plus vite les réformes demandées, avant la présidentielle".


Mondial des Clubs : le Wydad tombe de haut, Al Hilal se qualifie en demi-finale

Les joueurs de Hilal célèbrent après avoir remporté la séance de tirs au but lors du match de football du deuxième tour de la Coupe du monde des clubs de la FIFA entre le Wydad AC du Maroc et Al-Hilal d'Arabie saoudite au stade Prince Moulay Abdellah de Rabat le 4 février 2023. (Photo, AFP)
Les joueurs de Hilal célèbrent après avoir remporté la séance de tirs au but lors du match de football du deuxième tour de la Coupe du monde des clubs de la FIFA entre le Wydad AC du Maroc et Al-Hilal d'Arabie saoudite au stade Prince Moulay Abdellah de Rabat le 4 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Alors que le Wydad Casablanca se dirigeait vers une victoire, Al Hilal ont réussi à arracher les prolongations
  • Grâce à cette victoire, Al Hilal retrouvera Flamengo en demi-finale, avant d'espérer s’opposer au Real Madrid en finale

CASABLANCA : C’est une réelle désillusion pour le Wydad Casablanca. Jouant à domicile pour cette édition du Mondial des clubs, les rouges et blancs ont buté face à une équipe saoudienne d’Al Hilal très réaliste. 

Ce sont les Marocains qui ont été les plus offensifs, gâchant dans la foulée de nombreuses occasions de but. En début de seconde période, les champions d’Afrique ont enfin trouvé le chemin des filets grâce à une réalisation d’Ayoub El Amloud (52’).

Alors que le Wydad Casablanca se dirigeait vers une victoire sur la plus petite des marges, une main dans la surface de réparation marocaine, lors des derniers instants du match, permettra à Al Hilal d’arracher les prolongations, mais aussi de bénéficier de l’expulsion du joueur wydadi Yahya Jabrane.

Lors des prolongations, les deux équipes se sont neutralisées, d’autant que le club saoudien a dû lui aussi continuer la rencontre à dix, suite à l'expulsion de Mohammed Kanoon, celui-là même qui avait égalisé pour son équipe.

La séance des tirs aux buts a finalement souri aux Saoudiens. Le Wydad s’est raté dès son premier penalty ce qui a semé le doute dans l’esprit des joueurs, poussant un autre joueur du WAC à rater son tir au but. Al Hilal a su profiter de l'opportunité offerte et marquera tous ses penaltys. 

Grâce à cette victoire, Al Hilal retrouvera Flamengo en demi-finale, avant d'espérer s’opposer au Real Madrid en finale.

 


Liberté de la presse au Maroc: la résolution du PE «n'engage pas la France» selon son ambassadeur

Christophe Lecourtier vient de prendre ses fonctions fin décembre en tant qu'ambassadeur de France au Maroc. (Photo, AFP)
Christophe Lecourtier vient de prendre ses fonctions fin décembre en tant qu'ambassadeur de France au Maroc. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous, on est comptables des décisions des autorités françaises, le Parlement européen est loin de notre autorité, ce sont des personnalités qui ont été élues. On y trouve une diversité de groupes et de courants d'idées»
  • « Sur la question des visas, il a été jugé qu'il fallait revenir à la situation antérieure (...). J'ai été envoyé ici pour tourner la page», souligne M. Lecourtier dans son entretien avec Tel Quel

RABAT: Une récente résolution du Parlement européen condamnant la détérioration de la liberté de la presse au Maroc "n'engage pas la France", selon son ambassadeur au Maroc, alors que Paris est accusé d'avoir orchestré une campagne anti-marocaine à Bruxelles.

"La résolution du Parlement européen n'engage aucunement la France", affirme Christophe Lecourtier dans une interview, à la Une ce week-end, de l'hebdomadaire francophone Tel Quel, après que le vote européen a déclenché un nouveau coup de froid entre Rabat et Paris.

"Nous, on est comptables des décisions des autorités françaises, le Parlement européen est loin de notre autorité, ce sont des personnalités qui ont été élues. On y trouve une diversité de groupes et de courants d'idées", explique le diplomate qui vient de prendre ses fonctions fin décembre.

"Le gouvernement français ne peut pas être tenu pour responsable des eurodéputés", insiste M. Lecourtier.

Le Parlement européen a adopté, le 19 janvier, à une large majorité une résolution enjoignant aux autorités marocaines de "respecter la liberté d'expression et la liberté des médias" et de mettre fin au "harcèlement de tous les journalistes".

Plusieurs journalistes indépendants et opposants ont été condamnés pour des accusations à caractère sexuel, lesquelles, selon des ONG de défense des droits humains, ont été "fabriquées" par les autorités marocaines. Pour ces dernières, ces cas "n'ont rien à voir" avec la liberté d'expression.

Le texte des eurodéputés --non contraignant-- fait également état de l'implication présumée de Rabat dans le scandale de corruption qui ébranle le Parlement européen depuis décembre.

Depuis le vote, la classe politique marocaine et les médias proches du pouvoir ne décolèrent pas contre Paris.

Un parlementaire, Lahcen Haddad, a dénoncé "l'Etat profond français" selon lui à l'origine dans les coulisses de la résolution, regrettant qu'"un proche de la présidence française", Stéphane Séjourné, chef du groupe centriste Renaissance (Renew) à Bruxelles, en ait été "l'un des architectes".

Paris a réfuté jusqu'à présent l'existence de toute crise avec Rabat, même si la perspective annoncée d'une visite d'Etat du président Emmanuel Macron dans le royaume chérifien paraît s'éloigner.

Au-delà du vote des députés européens, il est reproché à la France de traîner des pieds sur la question du Sahara occidental contrairement aux Etats-Unis et à l'Espagne qui ont reconnu la "marocanité" de ce territoire, "cause nationale" au Maroc.

En outre, le rapprochement entre Paris et Alger, rivale régionale du Maroc, suscite des aigreurs à Rabat.

Ces nouveaux sujets de crispations surviennent alors que les deux pays semblaient avoir apaisé les tensions nées de la crise des visas qui empoisonnait les relations bilatérales depuis septembre 2021.

Selon l'ambassade de France à Rabat, l'activité consulaire a repris à un rythme normal après la fin de la décision de Paris de réduire de moitié les permis d'entrée accordés aux Marocains, arguant de la réticence du royaume à réadmettre ses ressortissants en situation irrégulière dans l'Hexagone.

"Sur la question des visas, il a été jugé qu'il fallait revenir à la situation antérieure (...). J'ai été envoyé ici pour tourner la page", souligne M. Lecourtier dans son entretien avec Tel Quel.


Le forum saoudien sur l'emploi attire une foule considérable à Tabouk

Des milliers de diplômés saoudiens ont participé au forum. (SPA)
Des milliers de diplômés saoudiens ont participé au forum. (SPA)
Des milliers de diplômés saoudiens ont participé au forum. (SPA)
Des milliers de diplômés saoudiens ont participé au forum. (SPA)
Des milliers de diplômés saoudiens ont participé au forum. (SPA)
Des milliers de diplômés saoudiens ont participé au forum. (SPA)
Short Url
  • SPA Le forum s'inscrit dans le cadre du programme national de transformation de l'Arabie saoudite et de la Vision 2030
  • Les chiffres de l'emploi en Arabie saoudite ont enregistré leur plus fort taux de croissance depuis janvier 2018

TABOUK : Plus de 15 000 diplômés ont participé à un forum de l'emploi de trois jours à l'Université de Tabouk, qui s'est terminé jeudi.

L'événement, qui a bénéficié du soutien d'entreprises locales et internationales, a offert une plateforme aux diplômés de diverses disciplines de tout le Royaume pour rencontrer et discuter avec des employeurs potentiels.

Premier du genre pour l'université, le forum s'inscrivait dans le cadre du programme national de transformation du pays et de la Vision 2030, et visait également à soulever des questions essentielles concernant l'environnement et les pratiques de travail.

Pendant ce temps, les chiffres de l'emploi en Arabie saoudite ont enregistré leur plus fort taux de croissance depuis janvier 2018, les entreprises non pétrolières ayant connu une forte expansion de l'activité commerciale grâce à une demande robuste du marché et à la reprise des affaires, selon un rapport.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com