La reine Elizabeth II est morte de «vieillesse», selon son certificat de décès

Dix jours de deuil national ont suivi le décès de la reine. Des dizaines (voire des centaines) de milliers de personnes ont fait la queue pour aller se recueillir devant son cercueil d'abord à Edimbourg, puis à Londres, à Westminster. (Photo, AFP)
Dix jours de deuil national ont suivi le décès de la reine. Des dizaines (voire des centaines) de milliers de personnes ont fait la queue pour aller se recueillir devant son cercueil d'abord à Edimbourg, puis à Londres, à Westminster. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 29 septembre 2022

La reine Elizabeth II est morte de «vieillesse», selon son certificat de décès

Dix jours de deuil national ont suivi le décès de la reine. Des dizaines (voire des centaines) de milliers de personnes ont fait la queue pour aller se recueillir devant son cercueil d'abord à Edimbourg, puis à Londres, à Westminster. (Photo, AFP)
  • De nouveaux détails sur cet événement au retentissement planétaire ont émergé avec la publication du certificat, signé par la princesse Anne, la fille d'Elizabeth II, qui avait accompagné la souveraine pendant ses dernières heures
  • La dernière apparition publique d'Elizabeth II remonte au 6 septembre, quand elle a chargé la nouvelle Première ministre Liz Truss de former un gouvernement. La souveraine était alors apparue souriante mais frêle, appuyée sur sa canne

LONDRES : Heure de la mort: 15H10. Cause: "vieillesse". Profession: "Sa Majesté la Reine". Le certificat de décès d'Elizabeth II, qui s'est éteinte le 8 septembre à l'âge de 96 ans, a été rendu public jeudi par les Archives nationales d'Ecosse.

Après 70 ans de règne, Elizabeth II est décédée dans son château écossais de Balmoral. Sa mort a été annoncée par Buckingham Palace à 18H30 locales (17H30 GMT), mais on savait que la Première ministre Liz Truss en avait été informée à 16H30.

De nouveaux détails sur cet événement au retentissement planétaire ont émergé avec la publication du certificat, signé par la princesse Anne, la fille d'Elizabeth II, qui a accompagné la souveraine pendant ses dernières heures.

Son fils aîné, devenu Charles III, était arrivé à la mi-journée à Balmoral mais ses autres fils Andrew et Edward, ainsi que le fils de Charles, William, n'y étaient parvenus que dans la soirée. Harry, frère de William désormais en retrait de la monarchie, n'était arrivé que bien plus tard, seul.

Dans la case "profession" du certificat figure la mention: "Sa Majesté la reine". Et le château de Windsor, en périphérie ouest de Londres, y apparait comme son adresse "usuelle": elle y passait la plupart du temps depuis le début de la pandémie de Covid-19, alors que le palais de Buckingham dans la capitale est habituellement la résidence principale des monarques britanniques.

Si la reine était décédée en Angleterre, il n'aurait pas été nécessaire de remplir un certificat de décès, obligation légale qui s'applique aux sujets du souverain mais pas au souverain lui-même.

Mais cette contrainte légale qui remonte à 1836 ne s'applique pas en Écosse, qui a un système législatif distinct et où la loi dispose que "la mort de chaque personne" doit être enregistrée.

Le certificat a été établi par Douglas James Allan Glass, médecin de Braemar, village voisin de Balmoral, "apothicaire de la reine" depuis 34 ans.

Selon le Times, il se trouvait alors à Balmoral pour des consultations de routine pour le personnel. "Nous étions préoccupés par la santé de la reine depuis plusieurs mois", a déclaré selon le journal le médecin de 68 ans.

"La cause principale de la mort est enregistrée", "c'était attendu et nous savions ce qui allait se passer", a-t-il expliqué, précisant que la princesse Anne se trouvait non-loin et que le prince Charles était "présent".

Dernières volontés

La dernière apparition publique d'Elizabeth II remonte au 6 septembre, quand elle a chargé la nouvelle Première ministre Liz Truss de former un gouvernement. La souveraine était alors apparue souriante mais frêle, appuyée sur sa canne.

Ces dernières années, le palais est resté d'une grande discrétion concernant l'état de santé de la souveraine. Il n'a révélé qu'après des fuites dans la presse sa nuit d'hospitalisation il y a un an pour des examens dont la nature n'a jamais été précisée. Ensuite, des problèmes de mobilité ont été évoqués, alors qu'elle annulait de nombreuses apparitions.

Le mystère et le secret entourent généralement la mort des membres de la famille royale. Les conventions depuis plus d'un siècle veulent ainsi que, après la mort d'un membre éminent de la royauté britannique, demande soit faite auprès de la justice que les dernières volontés du défunt soient scellées.

Les testaments de plus de trente membres de la monarchie ont été ainsi été tenus secrets depuis 1910, selon le journal britannique The Guardian, alors que la loi britannique prévoit que les dernières volontés de tout un chacun soient rendues publiques, notamment pour éviter les fraudes et prévenir les bénéficiaires.

Dix jours de deuil national ont suivi le décès de la reine. Des dizaines (voire des centaines) de milliers de personnes ont fait la queue pour aller se recueillir devant son cercueil d'abord à Edimbourg, puis à Londres, à Westminster.

Quelque deux mille personnes, dont des chefs d'Etat et des membres de familles royales, ont assisté aux funérailles d'Etat dans l'Abbaye de Westminster le 19 septembre.

Mais des milliers d'autres personnes se sont pressées le long des routes pour voir une dernière fois le cercueil de cette reine immensément populaire dans son pays.


Covid: la Chine annonce un allègement général des règles sanitaires

En novembre, la Chine a vu ses exportations et importations s'effondrer, sous l'effet conjugué de sa politique zéro Covid et d'une demande atone. (AFP).
En novembre, la Chine a vu ses exportations et importations s'effondrer, sous l'effet conjugué de sa politique zéro Covid et d'une demande atone. (AFP).
Short Url
  • Selon les nouvelles consignes dévoilées par la Commission nationale de santé (NHC) - qui a valeur de ministère -, "les personnes infectées asymptomatiques et les cas légers qui peuvent être isolés à domicile le seront de manière générale"
  • C'est un changement radical par rapport à la norme en vigueur depuis presque trois ans, qui exigeait que tout cas positif soit emmené dans un centre de quarantaine

PEKIN: La Chine a annoncé mercredi un allègement général des règles sanitaires contre le Covid, abandonnant son approche stricte face au virus après des manifestations historiques de colère à travers le pays.

Selon les nouvelles consignes dévoilées par la Commission nationale de santé (NHC) - qui a valeur de ministère -, "les personnes infectées asymptomatiques et les cas légers qui peuvent être isolés à domicile le seront de manière générale".

C'est un changement radical par rapport à la norme en vigueur depuis presque trois ans, qui exigeait que tout cas positif soit emmené dans un centre de quarantaine.

Par ailleurs, le pays va "réduire davantage la portée des tests à l'acide nucléique et en réduire la fréquence", alors qu'il demandait jusque-là aux habitants de se tester plusieurs fois par semaine pour pouvoir accéder à tout lieu public.

Autre nouveauté annoncée mercredi: il sera désormais possible de voyager d'une province chinoise à l'autre sans avoir à présenter un test PCR négatif de moins de 48 heures, et aucun test ne sera non plus exigé à l'arrivée.

L'annonce intervient quelques heures après la publication officielle de nouveaux chiffres inquiétants pour la deuxième économie mondiale: en novembre, la Chine a vu ses exportations et importations s'effondrer, sous l'effet conjugué de sa politique zéro Covid et d'une demande atone.

Cet allègement national des restrictions, qui fait suite à des assouplissements annoncés ces derniers jours par plusieurs villes et provinces chinoises, est également décrété dix jours après une vague de manifestations.

Dans une dizaine de villes du pays, les manifestants, jeunes pour la plupart, avaient crié leur lassitude de la dure politique sanitaire, certains exigeant même le départ du président Xi Jinping.


Comment le président Xi Jinping est devenu l'incarnation d'un nouveau monde multipolaire

Le président chinois, Xi Jinping, a participé au sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique en Thaïlande au début de l'année (Photo, AFP).
Le président chinois, Xi Jinping, a participé au sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique en Thaïlande au début de l'année (Photo, AFP).
Short Url
  • Le règne de Xi Jinping pourrait s'avérer transformateur, la Chine aspirant au titre de première puissance économique mondiale
  • Depuis son arrivée au pouvoir en 2013, Xi a poursuivi ce qu'il a appelé une «grande renaissance de la nation chinoise»

RIYAD: Lorsque Xi Jinping est devenu président de la Chine en 2013, le pays le plus peuplé du monde s'était déjà imposé comme la deuxième plus grande économie et semblait prêt à rétablir l'équilibre géopolitique mondial.

Après près de dix ans de mandat, Xi a consolidé la position de la Chine en tant que puissance régionale, étendu son influence en Asie centrale et en Afrique et réalisé d'énormes progrès dans tous les domaines, de la robotique à l'intelligence artificielle en passant par l'exploration spatiale.

La Chine dispose aujourd'hui de la plus grande infrastructure internet du monde, le nombre d'utilisateurs étant passé de 564 millions à 1,03 milliard au cours de la dernière décennie, et d'une économie numérique robuste, dont la valeur est passée de 11 000 milliards de yuans (1 yuan = 0,14 euro) à 45 500 milliards de yuans.

Au cours de cette période, le PIB de la Chine est passé de 53 900 milliards de yuans à 114 400 milliards de yuans, représentant désormais 18,5% de l'économie mondiale. L'espérance de vie moyenne est quant à elle passée à 78,2 ans et près de 100 millions de personnes sont sorties de la pauvreté.

Au cours de sa vie, Xi a été le témoin de l'ascension transformatrice de la Chine, depuis les premières décennies tumultueuses qui ont suivi la révolution communiste de 1949 jusqu'à l'accession rapide de la nation au statut de superpuissance.

Xi est né à Pékin le 15 juin 1953. Il est le fils de Xi Zhongxun, un haut responsable du Parti communiste, ancien vice-Premier ministre et ancien commandant de la guérilla pendant la guerre civile qui a porté les communistes au pouvoir.

Xi a passé ses premières années au sein de l'élite chinoise. Cependant, en 1969, à l'âge de 15 ans, Il fait partie des nombreux jeunes citadins instruits qui ont été envoyés vivre et travailler à la campagne pendant la Révolution culturelle, une période d'immenses bouleversements sociaux.

Resté sept ans dans le village reculé de Liangjiahe, dans la province du Shaanxi, au nord-est du pays, il a pu constater en personne comment la majorité de ses compatriotes vivaient et travaillaient. Au cours de cette période, Xi a rejoint la Ligue de la jeunesse communiste, puis, en 1974, le Parti communiste chinois.

En 1975, Xi est retourné à Pékin pour étudier le génie chimique à la prestigieuse université Tsinghua. C'est l'année suivante, le 9 septembre 1976, que Mao est mort à l'âge de 82 ans, mettant fin à un règne de vingt-sept ans, caractérisé par une transformation sociale et économique radicale.

Hua Guofeng, le successeur trié sur le volet de Mao, est devenu le nouveau dirigeant de la nation. Toutefois, il a rapidement été mis sur la touche par Deng Xiaoping, qui a introduit d'importantes réformes économiques dans les années 1980, semant ainsi les graines de l'émergence de la Chine en tant que superpuissance mondiale.

Après l'université, Xi s’engage dans l'armée en tant qu'assistant à la Commission militaire centrale et au ministère de la Défense. Puis, en 1982, il a obtenu son premier poste d'autorité en tant qu'adjoint puis chef du Parti communiste dans le comté de Zhengding, au sud de Pékin, dans la province du Hebei.

En 1985, après avoir fait ses preuves en tant que responsable provincial compétent, Xi est nommé vice-maire de la ville de Xiamen, un centre manufacturier de la province côtière de Fujian, poste qu'il occupera pendant les dix-sept années suivantes.

C'est à cette époque, en 1987, que Xi épouse Peng Liyuan, une chanteuse populaire de la troupe de chant et de danse de l'Armée populaire de libération. Le couple a eu une fille, Xi Mingze, qui a poursuivi ses études à l'université Harvard aux États-Unis.

Avec le nouveau millénaire, la position de Xi au niveau national s'accroît rapidement. En 2000, il a été nommé gouverneur de la province de Fujian. Deux ans plus tard, il a été transféré dans la province voisine du Zhejiang, où il a été nommé chef du parti – un poste plus élevé que celui de gouverneur.

Devenu une étoile montante au sein du parti communiste chinois (PCC), Xi est nommé chef du parti de Shanghai en mars 2007. Il n'est resté à ce poste que quelques mois, car en octobre, il a rejoint la direction nationale au sein du Comité permanent du Politburo, composé de neuf membres. L'année suivante, en mars 2008, il est nommé vice-président.

Xi a ensuite commencé à bâtir son profil international. L'année-même où il est devenu vice-président, il a été chargé des Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin – un événement qui a marqué la résurgence de la Chine sur la scène mondiale.

En août 2011, Xi a accueilli le vice-président de l'époque, Joe Biden, lors de sa visite en Chine, près d'une décennie avant que Biden ne devienne président des États-Unis.

Puis, en novembre 2012, Xi a obtenu le poste le plus élevé au sein du PCC, remplaçant le président chinois, Hu Jintao, en tant que secrétaire général, entamant son premier mandat de cinq ans comme président de la Chine en mars de l'année suivante.

Depuis son arrivée au pouvoir, Xi a poursuivi ce qu'il a appelé une «grande renaissance de la nation chinoise» avec sa vision du «rêve chinois».

Sous sa direction, la Chine a adopté des réformes pour lutter contre le ralentissement de la croissance et a lancé le projet d'infrastructure «la Ceinture et la Route» (nouvelle route de la soie) doté de plusieurs milliards de dollars, qui vise à étendre les relations commerciales de la Chine avec l'Asie centrale et l'Europe.

Le pays s'est affirmé sur la scène mondiale, de la mer de Chine méridionale et de Taïwan à l'est, aux pays d'Asie et d'Afrique à l'ouest.

C'est en 2022 que la Chine de Xi a véritablement émergé comme une force mondiale exerçant une influence sur les événements mondiaux (Photo, AFP).

En octobre 2017, marquant le début de son second mandat, et en reconnaissance de son leadership transformationnel, le PCC a inscrit l'idéologie de Xi, connue sous le nom de «Pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère», dans sa Constitution, ainsi que son initiative phare «la Ceinture et la Route».

Le prestige de Xi était tel au début de son second mandat que l'assemblée législative chinoise a voté en mars 2018 pour abolir la limite de deux mandats présidentiels imposée par la nation.

Le second mandat de Xi n'a cependant pas été sans difficultés. En juillet 2018, les États-Unis, sous la direction du président de l’époque, Donald Trump, ont imposé des droits de douane sur les importations chinoises, déclenchant une guerre commerciale. La Chine a riposté de la même manière en visant les produits américains.

Puis, en janvier 2020, la Chine a verrouillé la ville de Wuhan alors qu'un nouveau virus déclenchait ce qui allait devenir la pandémie de la Covid-19. Bien que la Chine ait connu l'un des taux de mortalité par habitant les plus bas du monde, sa politique de «zéro COVID» a nécessité l'imposition de confinements périodiques.

La Chine, qui est l'une des principales puissances industrielles du monde et l'un de ses principaux fabricants, est impatiente de jouer son rôle dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre, dans l'abandon du charbon sur son réseau électrique, dans le développement de technologies propres et renouvelables et dans la promotion de la durabilité.

En septembre 2020, dans un discours vidéo prononcé devant l'Assemblée générale des Nations unies, Xi a détaillé l'objectif de la Chine d'atteindre le pic des émissions de dioxyde de carbone avant 2030 et de parvenir à la neutralité carbone avant 2060.

C'est en 2022 que la Chine de Xi a véritablement émergé comme une force mondiale exerçant une influence sur les événements mondiaux. En février, lors de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, Xi a rencontré le président russe, Vladimir Poutine, annonçant un renouveau de la relation sino-russe.

Trois semaines plus tard, la Russie a envahi l'Ukraine, entraînant des sanctions occidentales et des efforts de l'Otan pour soutenir les défenseurs ukrainiens. La Chine, quant à elle, comme de nombreux pays équidistants, s'est abstenue de critiquer l'opération de la Russie, mais n'a pas soutenu Moscou militairement. Cet épisode démontre à lui seul le chemin parcouru par la Chine dans le nouveau monde multipolaire.

En octobre, Xi a entamé un troisième mandat de cinq ans à la tête du PCC, ce qui l'a amené à devenir le plus ancien président du pays depuis Mao, et très probablement le plus transformateur, alors que la Chine envisage de devenir la première puissance économique mondiale.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'humanité est devenue une «arme de destruction massive», dénonce le chef de l'ONU

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres (Photo, AFP).
Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres (Photo, AFP).
Short Url
  • Les défis que la COP15 doit relever sont considérables
  • Un million d'espèces sont menacées d'extinction, un tiers des terres sont gravement dégradées et les sols fertiles disparaissent

MONTREAL: L'humanité est devenue une "arme d'extinction massive" et il est temps de cesser notre "guerre à la nature", a déclaré mardi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, appelant les pays à des décisions courageuses à la veille de la COP15 sur la biodiversité.

"Avec notre appétit sans limites pour une croissance économique incontrôlée et inégale, l'humanité est devenue une arme d'extinction massive", a-t-il martelé lors du lever de rideau de cette conférence à Montréal, qu'il voit comme "notre chance d'arrêter cette orgie de destruction".

Depuis sa prise de fonction en 2017, Antonio Guterres, ancien Premier ministre portugais, a fait du changement climatique son cheval de bataille. Ses dénonciations enflammées lors de l'ouverture solennelle de la réunion COP15 montrent que le sort des plantes et des animaux et des milieux naturels menacés - une crise interconnectée - lui tient à cœur.

Il s'exprimait dans la foulée du Premier ministre canadien, Justin Trudeau, dont l'intervention a été interrompue par les tambourins d'une dizaine de représentants d'un peuple autochtone local. "Génocide des autochtones = écocide", "Pour sauver la biodiversité, arrêter d'envahir nos terres", proclamait leur banderole, brandie quelques minutes sous les applaudissements d'une partie de la salle, avant qu'ils ne soient escortés, dans le calme, vers la sortie.

Les défis que la COP15 doit relever sont considérables: un million d'espèces sont menacées d'extinction, un tiers des terres sont gravement dégradées et les sols fertiles disparaissent, tandis que la pollution et le changement climatique accélèrent la dégradation des océans.

Les produits chimiques, les plastiques et la pollution atmosphérique étouffent la terre, l'eau et l'air, tandis que le réchauffement de la planète dû à la combustion des énergies fossiles provoque un chaos climatique - des vagues de chaleur et feux de forêt aux sécheresses et aux inondations.

Plus de 190 pays se réunissent du 7 au 19 décembre pour tenter de sceller un pacte décennal pour la nature et éviter ainsi une sixième extinction de masse. Mais l'issue des négociations, portant sur une vingtaine d'objectifs destinés à sauvegarder les écosystèmes d'ici à 2030, reste incertaine.

«Cacophonie du chaos»

"Aujourd'hui, nous ne sommes pas en harmonie avec la nature, au contraire, nous jouons une mélodie bien différente", une "cacophonie du chaos jouée avec des instruments de destructions", a résumé le secrétaire général de l'ONU.

"Et en fin de compte, nous nous suicidons par procuration", a-t-il ajouté, avec des répercussions sur l'emploi, la faim, la maladie et la mort. Les pertes économiques dues à la dégradation des écosystèmes, quant à elles, sont estimées à 3.000 milliards de dollars par an à partir de 2030.

Mais si le constat scientifique est peu discuté, les points de friction restent nombreux entre les membres de la Convention pour la diversité biologique (CDB) de l'ONU (195 États et l'Union européenne, mais sans les États-Unis, toutefois observateurs influents).

"Pour que l'accord de Paris réussisse, la biodiversité doit également réussir. Pour que le climat réussisse, la nature doit réussir, et c'est pourquoi nous devons les traiter ensemble", a affirmé à l'AFP Elizabeth Maruma Mrema, la cheffe de la CDB, il y a quelques jours.

Parmi la vingtaine d'objectifs en discussions, l'ambition phare, surnommée 30x30, vise à placer au moins 30% des terres et des mers du globe sous une protection juridique minimale d'ici à 2030. Contre respectivement 17% et 10% dans l'accord précédent de 2010.

Il sera aussi question des subventions néfastes à la pêche et à l'agriculture, de lutter contre les espèces invasives et de la réduction des pesticides.

Mais une fois encore, la question du financement de ces mesures pourrait être un point de blocage: des pays en développement demandant la création d'un fonds, comme celui décidé pour le climat.

Et le manque de leadership politique pourrait se faire sentir: en dehors du Premier ministre canadien, aucun chef d'État ou de gouvernement n'est attendu à Montréal, alors qu'ils étaient plus de 110 en Égypte en novembre pour la COP27, conférence de l'ONU sur le climat.