Les écoliers irakiens, victimes de l’agression iranienne

Plusieurs écoliers se réfugient par crainte de nouveaux bombardements par des drones (Photo fournie).
Plusieurs écoliers se réfugient par crainte de nouveaux bombardements par des drones (Photo fournie).
Short Url
Publié le Vendredi 30 septembre 2022

Les écoliers irakiens, victimes de l’agression iranienne

  • Des civils sont morts lorsque Téhéran a lancé un assaut aérien massif sur le nord de l'Irak, mercredi
  • Selon les analystes, les frappes visaient à détourner l'attention des manifestations qui secouent la République islamique

ERBIL, Kurdistan irakien: La photo d'une fillette kurde ensanglantée, dont l'école dans le nord du Kurdistan irakien a été attaquée mercredi par des drones et des missiles iraniens, a donné un visage humain au coût croissant de l'assaut aveugle de Téhéran contre la région semi-autonome.

Des clips postés par des journalistes ont montré des écoliers kurdes terrifiés, escortés en lieu sûr et se réfugiant sur des collines près de la ville de Koya, ce que les analystes ont décrit comme un acte d'agression intolérable visant à détourner l'attention internationale des manifestations en cours dans la République islamique.

Les vidéos tournées sur des téléphones portables partagées avec les chaînes d'information locales montrent des enfants de l'école primaire hurlant en réaction à des explosions proches, tandis que des parents et des enseignants paniqués tentent de les éloigner.

Ce mercredi, le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de l'Iran a lancé plusieurs missiles balistiques Fateh 360, un nouveau missile que l'Iran a testé pour la première fois en septembre, et des drones suicide Shahed 136, les mêmes que ceux récemment déployés par la Russie dans la guerre ukrainienne, sur des cibles dans la région du Kurdistan de l'Irak voisin.

Les cibles présumées étaient les sièges des groupes dissidents kurdes iraniens. Au moins 14 personnes auraient été tuées et 58 blessées, dont des femmes et des enfants.

Les groupes dissidents kurdes visés par ces frappes sont le Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI), le Parti de la liberté du Kurdistan et Komala. Selon les informations locales, l'école primaire Rozhhalat de Koya, située à proximité de la base principale du PDKI dans la région du Kurdistan irakien, a également été touchée dans ce que les experts considèrent comme une attaque délibérée.

«Il semble que l'Iran ait agi sur la base de renseignements géospatiaux pour les frappes, mais il reste à savoir à quel point ces renseignements étaient précis», a déclaré à Arab News Ceng Sagnic, responsable de l'analyse chez TAM-C Solutions, une société multinationale de conseil et de renseignements géopolitiques.

Une photo fournie par le bureau de l’armée iranienne le 25 août 2022 montre le lancement d’un drone militaire lors d’un exercice dans un lieu non divulgué en Iran. (Photo, AFP)

«Il est assez improbable que les lieux ciblés aient été choisis au hasard pour les frappes, car elles se sont produites dans des zones où l'activité du PDKI est élevée, ce qui peut suggérer qu'une école a été choisie à dessein.»

«Téhéran avait déjà pris pour cible des zones peuplées de civils dans la région du Kurdistan irakien, dans le but de faire pression à la fois sur la population locale et sur le GRK (gouvernement régional du Kurdistan) contre les groupes dissidents kurdes iraniens», a-t-il signalé.

Osamah Golpy, un journaliste kurde qui se trouvait à Koya mercredi, a affirmé que la plupart des attaques précédentes menées par l'Iran contre des bases dissidentes au Kurdistan irakien avaient «presque toujours lieu la nuit».

«Cette fois, l'Iran a choisi d'attaquer en plein jour car il voulait une couverture médiatique, comme pour envoyer un message», a-t-il déclaré à Arab News. «L'Iran voulait montrer qu'il peut mener des attaques contre les Peshmerga (les forces armées du GRK) et les civils pour terroriser les groupes dissidents (kurdes iraniens) et envoyer un message à la région du Kurdistan irakien, notamment à la population.»

Ces attaques ont coïncidé avec les manifestations anti-régime qui ont eu lieu dans tout l'Iran après la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, détenue par la police des mœurs iranienne au motif qu'elle ne portait pas correctement le hijab obligatoire.

Les frappes iraniennes sur la région du Kurdistan irakien ont été diffusées en direct par la télévision iranienne tout au long de la journée. Golpy pense qu'il s'agissait d'un geste intentionnel de la part de Téhéran afin de «fixer l'ordre du jour».

Conséquences des attaques transfrontalières iraniennes à Zargwez, où les partis kurdes iraniens en exil ont des bureaux, à environ 15 km de Sulaimaniyah, en Irak, le 28 septembre 2022. (Photo, AFP)

«Il y a moins de couverture des manifestations et plus de couverture des attaques iraniennes à l'intérieur du Kurdistan irakien», a-t-il souligné. «D'après ce que je comprends, c'était intentionnel et cela a été programmé pour envoyer ces messages à diverses parties prenantes, notamment la région du Kurdistan et les groupes dissidents kurdes iraniens.»

Sagnic, de TAM-C Solutions, soupçonne également que les attaques du CGRI sont destinées à détourner l'attention des manifestations nationales en cours. «Les frappes transfrontalières généralisées de l'Iran qui coïncident avec le plus grand mouvement de protestation contre le régime ne semblent pas être une simple coïncidence», a-t-il expliqué.

«L'Iran a particulièrement utilisé les attaques transfrontalières au Kurdistan irakien comme outil de diversion pour l'opinion publique en période de crise, la plupart de ces attaques étant présentées comme des représailles contre les États-Unis et Israël.»

Sagnic estime qu'une «campagne similaire mais élargie» est probablement à l'origine des dernières frappes, ce qui, ajoute-t-il, est «mis en évidence par une tentative ratée de viser des installations militaires américaines à Erbil (la capitale kurde irakienne)».

«À mon avis, l'Iran a peut-être tenté de modifier le cours du débat public au niveau national en désignant un “ennemi” extérieur qui serait soutenu par l'Occident. Les affirmations de Téhéran selon lesquelles l'agitation publique actuelle est alimentée par les États-Unis viennent compléter cette théorie», a-t-il ajouté.

Sagnic ne pense pas que l'Iran ait lancé l'assaut transfrontalier à titre préventif de manière à dissuader ou empêcher les groupes kurdes iraniens d'intervenir activement dans la région occidentale à majorité kurde de l'Iran.

Des Américains d'origine iranienne se rassemblent à Washington pour soutenir le mouvement iranien de résistance (Photo, AFP).

«Je crois que les attaques à Koya ont davantage à voir avec l'image que l'Iran veut donner de l'ennemi étranger présumé et de l'implication des dissidents qu'avec la prévention d'une nouvelle intervention des groupes kurdes stationnés au Kurdistan irakien», a-t-il déclaré.

Bien que Sagnic ne pense pas que les attaques de mercredi soient sans précédent, il estime que le moment choisi est «plutôt intéressant» et suggère que cela pourrait «montrer un certain niveau de panique au sein de l'establishment du régime».

«En effet, il reste une forte probabilité que l'Iran tente de faire avancer la politique liant les troubles actuels à des acteurs extraterritoriaux, et de mener des attaques transfrontalières continues pour conditionner l'opinion publique. Donc plus d'attaques dans la région du Kurdistan, en particulier à Erbil où se trouve la présence militaire et diplomatique occidentale à grande échelle la plus proche de l'Iran.»

Le journaliste kurde Golpy partage cet avis, affirmant que le moment choisi pour attaquer un pays voisin semble être plus qu'une simple coïncidence alors que des manifestations de masse ont lieu à l'intérieur des frontières iraniennes.

«Presque à chaque fois qu'il y a des protestations, le régime tente de contenir et de traiter d'une manière ou d'une autre les problèmes à l'intérieur du pays», a affirmé Golpy. «Bien sûr, ils ont toujours accusé les acteurs extérieurs tels qu'Israël et les États-Unis, mais ils ne prennent jamais de mesures contre les prétendus acteurs extérieurs.

«Mais cette fois, je pense que pour la première fois, Téhéran a essayé d'aborder la question en dehors de ses frontières en attaquant ces groupes dissidents kurdes, ce qui, selon moi, est un signe de faiblesse.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Deux membres de factions palestiniennes tués dans un raid israélien en Cisjordanie

L'armée a mené des mois d'arrestations en Cisjordanie, provoquées par une série d'attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes. (AFP)
L'armée a mené des mois d'arrestations en Cisjordanie, provoquées par une série d'attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes. (AFP)
Short Url
  • Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens et Zubaidi l'un de ses proches associés
  • De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir tué deux «leaders importants» des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine

JENINE: Un raid israélien a tué jeudi deux Palestiniens, un leader du Jihad islamique et l'un de ses proches associés, dans le secteur de Jénine, au coeur ces derniers mois de la plus importante vague de violence depuis sept ans en Cisjordanie, ont indiqué les autorités locales.

Selon le ministère palestinien de la Santé, Mohammed Ayman al-Saadi, 26 ans, et Naïm Jamal Zubaidi, 27 ans, ont été "tués par balle par l'armée israélienne lors d'une opération à l'aube", dans le secteur de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens considéré comme un bastion des factions armées palestiniennes, et Zubaidi l'un de ses proches associés.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir tué deux "leaders importants" des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine ayant aussi mené à l'arrestation de neuf personnes.

La semaine dernière, des combattants de Jénine avaient enlevé un jeune Israélien traité dans un hôpital local après avoir été blessé dans un accident de la route en Cisjordanie occupée.

D'intenses négociations ont été menées par l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas pour convaincre les combattants de restituer la dépouille du jeune homme, dont il n'est pas clair s'il avait été enlevé mort ou vivant selon les versions de la famille ou de l'armée, afin d'éviter des violences.

"De notre point de vue, il y avait deux façons de récupérer ce corps : soit via l'Autorité palestinienne, soit via une opération armée dans la ville, dans le camp, qui aurait probablement été très, très, violente", avait indiqué un responsable militaire israélien.

Les rapts d'Israéliens, morts ou vivants, ont déjà servi de monnaie d'échange pour des groupes armés, afin de demander la libération de prisonniers ou le retour de corps de Palestiniens tués dans des affrontements et conservés par Israël.

Dans la foulée d'attaques anti-israéliennes meurtrières au printemps, l'armée a mené plus de 2 000 raids en Cisjordanie, notamment à Jénine et Naplouse. Les violences en Cisjordanie ont fait plus de 130 morts côté palestinien, bilan le plus lourd depuis sept ans, selon l'ONU.


Le ministère saoudien de la Défense et l'entreprise espagnole Navantia signent un accord sur les navires de combat

Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Short Url
  • Le prince Khaled a déclaré que cet accord s'inscrivait dans la vision du prince héritier qui consiste à renforcer les capacités du ministère de la Défense saoudien
  • Selon cet accord, Navantia se chargera jusqu'à 100% de la construction navale, de l'intégration des systèmes de combat et de la maintenance des navires

RIYAD: Le ministère saoudien de la Défense et l'Autorité générale saoudienne des industries militaires ont signé un accord avec la société espagnole Navantia pour l'acquisition et la construction de plusieurs navires de combat polyvalents à destination des Forces navales royales saoudiennes, a rapporté jeudi l'agence de presse saoudienne.

Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de ratification de l'accord.

Le prince Khaled a déclaré sur Twitter que cet accord s'inscrivait dans la vision du prince héritier Mohammed ben Salmane qui consiste à renforcer les capacités du ministère de la Défense saoudien.

«Ce protocole d'accord représente le dernier effort en date pour concrétiser la vision du prince héritier et du Premier ministre: décentraliser notre industrie militaire et renforcer les capacités du ministère de la Défense. Cela contribuera à assurer la sécurité de notre pays et de notre région», a-t-il déclaré.

L'accord vise à élever le niveau de préparation des forces navales royales saoudiennes afin de renforcer la sécurité maritime dans la région, de protéger les intérêts vitaux et stratégiques du Royaume et de soutenir les objectifs opérationnels et tactiques du ministère de la Défense.

Selon cet accord, Navantia se chargera jusqu'à 100% de la construction navale, de l'intégration des systèmes de combat et de la maintenance des navires, conformément aux objectifs de la Vision 2030.

Il prévoit également l'intégration des systèmes de combat dans les nouveaux navires, l'ingénierie et la conception des systèmes et du matériel ainsi que le développement des logiciels.

Les essais, la vérification des systèmes, le prototypage, la simulation ainsi que le soutien logistique et la conception de programmes de formation font également partie de cet accord.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les ministres des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite et du Koweït discutent d’un plan d’action commun

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Short Url
  • Le plan d’action commun permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité
  • Le plan d’action commun permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a rencontré son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah, ainsi que la délégation qui l’accompagnait, lors de sa visite officielle dans la capitale, Riyad, a annoncé mercredi dernier le ministère du Royaume.

Au cours de la réunion, les deux parties ont souligné l’importance de renforcer le plan d’action commun entre les deux pays en application des directives du roi Salmane et de l’émir du Koweït, cheikh Nawaf al-Ahmed al-Jaber al-Sabah de manière à montrer les relations solides qui existent entre les deux pays. Par ailleurs, une telle initiative permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité, indique le ministère dans un communiqué.

Le prince Faisal a organisé un dîner officiel en l’honneur du ministre koweïtien des Affaires étrangères et de sa délégation.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com