L'Arabie saoudite condamne l'attaque iranienne contre la région kurde en Irak

Les Gardiens de la révolution islamique ont affirmé avoir tiré des missiles et des drones, ciblant des milices dans plusieurs sites kurdes et causant la mort de plus d'une dizaine de personnes. (AFP)
Les Gardiens de la révolution islamique ont affirmé avoir tiré des missiles et des drones, ciblant des milices dans plusieurs sites kurdes et causant la mort de plus d'une dizaine de personnes. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 29 septembre 2022

L'Arabie saoudite condamne l'attaque iranienne contre la région kurde en Irak

Les Gardiens de la révolution islamique ont affirmé avoir tiré des missiles et des drones, ciblant des milices dans plusieurs sites kurdes et causant la mort de plus d'une dizaine de personnes. (AFP)
  • Le Royaume a exprimé sa profonde sympathie et ses condoléances au gouvernement et au peuple irakiens
  • Treize personnes ont été tuées et 58 autres blessées dans les attaques près d'Erbil et Sulaimaniya, au Kurdistan irakien

DUBAÏ: L'Arabie saoudite a fermement condamné jeudi les attaques iraniennes contre la région kurde du nord de l'Irak.

Les Gardiens de la révolution islamique ont affirmé avoir tiré des missiles et des drones, ciblant des milices dans plusieurs sites kurdes et causant la mort de plus d'une dizaine de personnes.

«Le ministère des Affaires étrangères du royaume d’Arabie saoudite a fermement condamné les attaques iraniennes contre la région du Kurdistan de la République d'Irak, qui ont tué et blessé un grand nombre de personnes innocentes», a déclaré le ministère des Affaires étrangères du Royaume dans un communiqué.

«Le ministère des Affaires étrangères a réitéré son rejet total de toutes les attaques qui menacent la sécurité et la stabilité de l'Irak, soulignant l'importance pour la communauté internationale de s’élever contre toutes les violations commises par l’Iran et qui vont à l’encontre des lois, des chartes et des normes internationales», affirme le communiqué.

Le Royaume a également exprimé sa profonde sympathie et ses condoléances au gouvernement et au peuple irakiens.

Treize personnes ont été tuées et 58 autres blessées dans les attaques près d'Erbil et Sulaimaniya, au Kurdistan irakien, a annoncé l'agence de presse officielle irakienne, citant son service antiterroriste au Kurdistan.

Les forces d’élite militaires ainsi que les forces de sécurité iraniennes ont déclaré qu'elles continueraient de cibler dans cette région ceux qu'elles qualifient de terroristes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Deux nouveaux champs de gaz naturel découverts en Arabie saoudite, annonce le ministre de l’Énergie

Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane. (Photo)
Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane. (Photo)
Short Url
  • Le premier champ de gaz naturel «Awtad» a été découvert au sud-ouest du champ de Ghawar, à 142 kilomètres au sud-ouest de la ville de Hofouf
  • Le champ de gaz naturel «Al-Dahna» est pour sa part situé à 230 kilomètres au sud-ouest de la ville de Dhahran.

RIYAD: Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a annoncé la découverte de deux nouveaux champs de gaz naturel dans le Royaume.

Le champ de gaz naturel non classique «Awtad» a été découvert au sud-ouest du champ de Ghawar, à 142 kilomètres au sud-ouest de la ville de Hofouf, selon l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Le champ de gaz naturel non classique «Al-Dahna» est situé à 230 kilomètres au sud-ouest de la ville de Dhahran. 

Les deux champs ont été découverts par Saudi Aramco.

Le prince Abdelaziz a déclaré que l’importance de ces découvertes résidait dans l’augmentation des réserves de gaz naturel de l’Arabie saoudite, ce qui soutiendrait à son tour les stratégies du Royaume et contribuerait à réaliser les objectifs du programme de déplacement des combustibles liquides.

Le ministre de l’Énergie a ajouté que ces découvertes témoignaient de la richesse des ressources naturelles dont dispose le Royaume.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Iran: 15 accusés risquent la peine de mort pour le meurtre d'un paramilitaire

Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation de soutien à Amini, une jeune Iranienne décédée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique, sur l'avenue Istiklal à Istanbul le 20 septembre 2022. (AFP)
Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation de soutien à Amini, une jeune Iranienne décédée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs de la République islamique, sur l'avenue Istiklal à Istanbul le 20 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Depuis la mi-septembre, des milliers d'Iraniens et une quarantaine d'étrangers ont été arrêtés et plus de 2.000 personnes inculpées en lien avec les «émeutes», selon les autorités judiciaires
  • Parmi les inculpés, au moins six ont été condamnés à mort en première instance et leur sort dépend désormais de la Cour suprême qui doit statuer sur leur appel

TEHERAN: Quinze personnes, dont une femme et trois mineurs, accusées d'avoir tué début novembre un paramilitaire lors d'une cérémonie organisée par des manifestants pour marquer le 40e jour de la mort d'une des leurs, risquent la peine de mort, a annoncé mercredi la justice iranienne.

L'Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs. Cette dernière lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

"La première audience des agresseurs de Ruhollah Ajamian a eu lieu ce matin (mercredi) dans la province d'Alborz" près de Téhéran, a indiqué l'organe de la justice, Mizan Online.

"Quinze accusés ont été inculpés de corruption sur terre", un crime passible de la peine capitale, a précisé la même source.

Ruhollah Ajamian, membre de la milice Bassidj, liée aux Gardiens de la révolution [l'armée idéologique de la République islamique], a été tué le 3 novembre à Karaj, dans la province d'Alborz, à 30 km à l'ouest de Téhéran, alors qu'un rassemblement marquait près d'un cimetière le 40e jour de deuil après la mort d'une manifestante, selon les médias locaux.

"Les émeutiers ont attaqué cet agent de sécurité qui n'était pas armé, l'ont déshabillé, poignardé, frappé avec des poings américains, des pierres et des coups de pied, puis ont traîné son corps nu et à moitié mort sur l'asphalte de la rue et entre les voitures d'une manière horrible", avait affirmé le 12 novembre Hossein Fazeli Harikandi, chef de la justice de la province d'Alborz.

L'agence Mizan avait annoncé le même jour l'inculpation de onze individus, dont une femme, soupçonnés d'avoir assassiné Ajamian.

Mercredi, Mizan a précisé que "trois des accusés ont 17 ans" et que "leur cas sera traité par un tribunal spécial chargé des délits juvéniles".

Depuis la mi-septembre, des milliers d'Iraniens et une quarantaine d'étrangers ont été arrêtés et plus de 2.000 personnes inculpées en lien avec les "émeutes", selon les autorités judiciaires.

Parmi les inculpés, au moins six ont été condamnés à mort en première instance et leur sort dépend désormais de la Cour suprême qui doit statuer sur leur appel.

Un général iranien a fait état lundi de la mort de plus de 300 personnes depuis le début du mouvement de contestation.

Dans ce bilan figurent des dizaines de membres des forces de l'ordre tués dans des affrontements avec les manifestants ou assassinés, selon les autorités iraniennes.


Iran: arrestation de deux cinéastes à l'origine d'une vidéo critique

Les autorités iraniennes ont interpellé deux acteurs à l'origine d'une vidéo, devenue virale, qui montre des artistes iraniens se rassemblant, sans voile, en soutien aux manifestations dans le pays, a indiqué mercredi un groupe de défense des droits de l'Homme. (AFP)
Les autorités iraniennes ont interpellé deux acteurs à l'origine d'une vidéo, devenue virale, qui montre des artistes iraniens se rassemblant, sans voile, en soutien aux manifestations dans le pays, a indiqué mercredi un groupe de défense des droits de l'Homme. (AFP)
Short Url
  • La réalisatrice et actrice Soheila Golestani et le metteur en scène Hamid Pourazari ont tous les deux été arrêtés, selon Human Rights Activists News Agency
  • Selon certaines informations, les deux cinéastes ont été arrêtés tard mardi, au moment où l'équipe de football iranienne affrontait les Etats-Unis au Mondial au Qatar

PARIS: Les autorités iraniennes ont interpellé deux acteurs à l'origine d'une vidéo, devenue virale, qui montre des artistes iraniens se rassemblant, sans voile, en soutien aux manifestations dans le pays, a indiqué mercredi un groupe de défense des droits de l'Homme.

La réalisatrice et actrice Soheila Golestani et le metteur en scène Hamid Pourazari ont tous les deux été arrêtés, selon Human Rights Activists News Agency, basée aux Etats-Unis.

Le groupe n'était pas en mesure d'indiquer où ils étaient incarcérés, tandis que, selon certaines informations, les deux cinéastes ont été arrêtés tard mardi, au moment où l'équipe de football iranienne affrontait les Etats-Unis au Mondial au Qatar.

Dans la vidéo, postée dimanche, Soheila Golestani marche dans un parc, la tête dénudée et habillée de noir, s'arrête au pied d'un escalier et fixe la caméra, avant d'être rejointe par neuf autres femmes et cinq hommes, qui prennent la même pose.

Ces personnes sont toutes des acteurs iraniens, selon le site Iran Wire.

La dramaturge Naghmeh Samini a confirmé sur son compte Instagram l'arrestation de Soheila Golestani et Hamid Pourazari, y voyant "la réaction d'une partie du public" à la "performance" montrée dans la vidéo.

Ce rassemblement était la dernière action en date d'artistes se mobilisant depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des mœurs pour avoir d'après celle-ci enfreint le code vestimentaire strict en République islamique.

Parmi les artistes ayant défié les autorités en retirant le voile, figure l'actrice Taraneh Alidoosti, qui a affirmé sa volonté à rester "à tout prix" dans son pays.

Deux autres célèbres actrices, Hengameh Ghaziani et Katayoun Riahi, ont été arrêtées, avant d'être libérées sous caution selon des informations de presse, pour avoir soutenu le mouvement de contestation, qui est selon les autorités encouragé par l'Occident.