Afghanistan: au moins 20 morts dans un attentat touchant des étudiantes et la communauté hazara

Une explosion dans un centre d'apprentissage de la capitale afghane, Kaboul, vendredi matin, a fait des victimes. (Dossier/AFP)
Une explosion dans un centre d'apprentissage de la capitale afghane, Kaboul, vendredi matin, a fait des victimes. (Dossier/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 30 septembre 2022

Afghanistan: au moins 20 morts dans un attentat touchant des étudiantes et la communauté hazara

  • «Les étudiants se préparaient à un examen lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser», a expliqué Khalid Zadran, porte-parole de la police afghane
  • 20 personnes sont décédées et 27 autres ont été blessées, a ajouté cette source dans la soirée

KABOUL : Au moins 20 personnes, en majorité des filles, ont été tuées vendredi à Kaboul dans un attentat-suicide contre un centre de formation d'étudiants situé dans un quartier abritant la minorité chiite hazara.

"Les étudiants se préparaient à un examen lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser", a expliqué Khalid Zadran, porte-parole de la police afghane. 20 personnes sont décédées et 27 autres ont été blessées, a ajouté cette source dans la soirée.

La Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (Manua) a indiqué que selon les informations dont elle disposait, "au moins 24 personnes avaient été tuées et 36 blessées". Ces chiffres pourraient augmenter, a-t-elle prévenue.

Selon un étudiant sur place au moment de l'explosion, "la plupart des victimes sont des filles". Environ 600 étudiants se trouvaient dans une classe de ce centre de formation préparant aux examens universitaires.

"Peu de garçons ont été touchés car ils se trouvaient à l'arrière de la classe et le kamikaze est entré par la porte avant où les filles étaient assises", a déclaré un autre étudiant, Ali Irfani. Ce rescapé a dit avoir d'abord entendu des coups de feu. Le kamikaze a abattu deux gardiens avant de pénétrer dans la classe, a-t-il précisé.

"Il y a eu une forte explosion puis le chaos, de nombreux étudiants, garçons et filles, ont essayé de s'échapper du bâtiment", a raconté un commerçant requérant l'anonymat. "C'était une scène horrible. Tout le monde était si effrayé".

"De nombreux élèves ont reçu des éclats à la tête, au cou et dans les yeux", a également raconté un habitant, Asadullah Jahangir, qui a aidé à transporter les victimes vers les hôpitaux.

Le toit de la salle de la classe s'est effondré, les portes et les fenêtres ont été soufflées par l'explosion.

Cet attentat qui vise une nouvelle fois le secteur de l'éducation s'est produit dans le quartier de Dasht-e-Barchi, (ouest de Kaboul), une zone à prédominance musulmane chiite où vit la minorité hazara.

L'éducation est une question extrêmement sensible dans ce pays à majorité sunnite, les talibans empêchant de nombreuses filles de reprendre l'enseignement secondaire (collège et lycée). Les étudiantes sont en revanche admises à l'université, mais leur nombre devrait se réduire avec les années, faute d'avoir été au collège et lycée.

Le groupe jihadiste État islamique (EI), autre groupe sunnite opposé également à l'éducation des filles et principale menace du régime taliban, a revendiqué plusieurs attentats ces derniers mois. Celui de vendredi n'a pas été revendiqué.

Dans la matinée, les familles ont afflué dans les différents hôpitaux en pleurs, à la recherche de leurs proches. Des listes des personnes décédées ou blessées ont été accrochées à l'entrée des établissements.

«Honteux»

"Nous ne l'avons pas trouvée ici", s'est inquiétée une jeune femme cherchant sa sœur de 19 ans dans l'un d'eux. "Nous l'appelons mais elle ne répond pas", se désespérait-elle.

"Attaquer des cibles civiles prouve la cruauté inhumaine de l'ennemi et son absence de normes morales", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Abdul Nafy Takor.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur l'Afghanistan, Richard Bennett, a condamné l'attentat. "L'attaque contre l'éducation des Hazaras et des Chiites doit cesser. Arrêtez les attaques contre l'avenir de l'Afghanistan, arrêtez les crimes internationaux", a-t-il déclaré sur Twitter.

Le représentant spécial des Etats-Unis pour l'Afghanistan, Thomas West, a qualifié l'attaque de "déchirante", soulignant sur Twitter que "rien ne justifie l'attaque d'étudiants innocents."

Le 20 avril, au moins six personnes avaient été tuées et 24 blessées dans deux explosions ayant frappé une école pour garçons, dans ce même quartier de l'ouest de la capitale.

Dasht-e-Barchi a été lourdement frappé ces dernières années et depuis le retour au pouvoir des talibans en août 2021. Plusieurs attaques ont été revendiquées par l'EI-K, la branche régionale de l'EI, qui considère les hazaras comme hérétiques.

En mai 2021, une série d'explosions s'était également produite devant un établissement scolaire pour filles de ce même quartier, faisant 85 morts, en majorité des lycéennes, et plus de 300 blessés.

L'EI, qui avait déjà revendiqué un attentat en octobre 2020 contre un centre de formation (24 morts) dans la même zone, est fortement soupçonné d'avoir mené cette attaque.

Les talibans sont également accusés de s'en prendre aux hazaras, comme lors de leur première gouvernance (1996-2001). Leur retour au pouvoir a mis fin à 20 ans de guerre et entraîné une réduction significative de la violence, mais la sécurité a commencé à se détériorer au cours des derniers mois.

L'attentat est "un rappel honteux de l'inaptitude et de l'échec total des talibans" à protéger la population afghane, s'est indignée l'ONG Amnesty international.

"Une fois de plus, les terroristes prennent pour cible des civils innocents", a tweeté l'Union européenne, condamnant "un nouveau crime odieux".


Un humanitaire belge détenu en Iran a entamé une grève de la faim

La famille du travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteele, détenu en Iran, dit qu'il est en grève de la faim pour le traitement «inhumain» de ses ravisseurs. (Dossier, AFP)
La famille du travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteele, détenu en Iran, dit qu'il est en grève de la faim pour le traitement «inhumain» de ses ravisseurs. (Dossier, AFP)
Short Url
  • Olivier Vandecasteele, arrêté sans raison le 24 février à Téhéran, cumule désormais «278 jours à l'isolement complet dans une cellule en sous-sol sans fenêtre»
  • La dernière communication de la famille remonte au 1er septembre, date à laquelle elle avait déjà dit craindre «des dommages irréversibles» sur la santé du prisonnier en raison de ses conditions de détention «indignes»

BRUXELLES: La famille d'Olivier Vandecasteele, un travailleur humanitaire belge détenu depuis neuf mois en Iran, s'est inquiétée mardi d'une dégradation de sa santé, précisant qu'il avait entamé une grève de la faim pour protester contre un traitement "inhumain".

Dans un communiqué, la famille du quadragénaire dénonce une "injustice monstrueuse", en rapportant le contenu d'un échange que ce dernier a pu avoir lundi avec les services consulaires belges.

Olivier Vandecasteele, arrêté sans raison le 24 février à Téhéran, cumule désormais "278 jours à l'isolement complet dans une cellule en sous-sol sans fenêtre".

"Ses problèmes de santé se multiplient avec notamment une perte de poids importante, la formation de poches de sang aux orteils, la perte des ongles, des problèmes dentaires et gastriques inquiétants", poursuit le communiqué.

Cette "situation insoutenable", a "sérieusement entamé" les capacités de résistance et l'état psychologique de M. Vandecasteele, est-il souligné. "Il a débuté une grève de la faim depuis plus de deux semaines et ne s'alimente plus que de pain et d'eau le matin".

La dernière communication de la famille remonte au 1er septembre, date à laquelle elle avait déjà dit craindre "des dommages irréversibles" sur la santé du prisonnier en raison de ses conditions de détention "indignes".

L'emprisonnement de M. Vandecasteele avait été rendu public début juillet par le ministre belge de la Justice Vincent Van Quickenborne, en plein débat parlementaire à Bruxelles sur un traité belgo-iranien d'échange de prisonniers présenté comme le seul moyen de faire libérer le quadragénaire.

Le texte a suscité une vive controverse. Ses détracteurs, nombreux parmi les opposants iraniens, y voient la porte ouverte à la remise à Téhéran, et à une possible grâce, d'Assadollah Assadi, condamné pour terrorisme en Belgique.

Ce diplomate iranien, considéré comme un agent du renseignement, a été condamné en 2021 à Anvers à 20 ans de prison pour avoir fomenté un projet d'attentat qui devait viser le 30 juin 2018 en France le grand rassemblement annuel du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).


Royaume-Uni: un homme arrêté dans l'affaire du naufrage de 27 migrants morts dans la Manche

Harem Ahmed Abwbaker après son arrestation près de Cheltenham, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 29 novembre 2022. (Photo, National Crime Agency (NCA), AFP)
Harem Ahmed Abwbaker après son arrestation près de Cheltenham, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 29 novembre 2022. (Photo, National Crime Agency (NCA), AFP)
Short Url
  • Harem Ahmed Abwbaker «est suspecté d'être un membre du groupe criminel organisé qui a conspiré pour transporter les migrants au Royaume-Uni à bord d'un petit bateau»
  • Le 24 novembre 2021, 27 migrants âgés de sept à 46 ans - 16 Kurdes d'Irak, un Kurde d'Iran, quatre Afghans, trois Éthiopiens, une Somalienne, un Égyptien et un Vietnamien - avaient péri dans le naufrage de leur bateau pneumatique au large de Calais

LONDRES: Un homme de 32 ans a été arrêté mardi au Royaume-Uni dans le cadre de l'enquête sur la mort en novembre 2021 de 27 migrants ayant fait naufrage alors qu'ils traversaient la Manche sur un bateau pneumatique, a annoncé l'agence britannique de lutte contre la criminalité (NCA). 

Harem Ahmed Abwbaker a été arrêté dans le sud-ouest de l'Angleterre et "est suspecté d'être un membre du groupe criminel organisé qui a conspiré pour transporter les migrants au Royaume-Uni à bord d'un petit bateau", a indiqué la NCA dans un communiqué. 

Le 24 novembre 2021, 27 migrants âgés de sept à 46 ans - 16 Kurdes d'Irak, un Kurde d'Iran, quatre Afghans, trois Éthiopiens, une Somalienne, un Égyptien et un Vietnamien - avaient péri dans le naufrage de leur bateau pneumatique au large de Calais, alors qu'ils tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne. 

Deux passagers seulement, un Kurde irakien et un Soudanais, avaient pu être secourus. 

M. Abwbaker a été retrouvé et arrêté par les autorités britanniques avec l'aide de la France, souligne le communiqué de la NCA. Il "restera en détention pour comparaître demain devant le tribunal de Westminster, où la procédure d'extradition commencera". 

Côté français, dix membres présumés du réseau de passeurs à l'origine du naufrage ont été mis en examen cet été. 

Dans un récent article mi-novembre, le journal français Le Monde affirme que les passagers du bateau avaient appelé à une quinzaine de reprises les autorités françaises pour leur demander de l'aide, en vain. 

La question des traversées de migrants dans la Manche a été l'objet de tensions entre Paris et Londres mais les deux pays ont signé un accord mi-novembre, avec notamment une enveloppe de 72,2 millions d'euros que devront verser les Britanniques en 2022-2023 à la France pour augmenter de 800 à 900 le nombre de policiers et gendarmes sur les plages françaises, d'où partent les migrants. 

Plus de 40.000 migrants sont arrivés au Royaume-Uni après avoir traversé la Manche à bord de petites embarcations cette année, un record. 


Le nombre de musulmans au Royaume-Uni a augmenté de 44% en dix ans

Sur l’ensemble de la population du Royaume-Uni, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam. (Photo, AP)
Sur l’ensemble de la population du Royaume-Uni, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam. (Photo, AP)
Short Url
  • Selon le dernier recensement, britannique 6,5% de la population est adepte de l’islam
  • Le deuxième groupe ethnique le plus répandu au Royaume-Uni est celui des «Asiatiques, Britanniques asiatiques ou Gallois asiatiques»

LONDRES: La population musulmane du Royaume-Uni a augmenté de 44% en dix ans, selon les chiffres du dernier recensement publiés par le Bureau de la statistique nationale. Sur l’ensemble de la population du pays, 6,5% – soit 3,9 millions de personnes – sont des adeptes de l’islam.

Par ailleurs, le deuxième groupe ethnique le plus répandu au Royaume-Uni aujourd’hui est celui des «Asiatiques, Britanniques asiatiques ou Gallois asiatiques», qui représente 9,3% de la population».

Dans les chiffres montrant que le Royaume-Uni s’est diversifié à grande vitesse depuis le dernier recensement de 2011, Londres compte désormais deux tiers de minorités ethniques, tandis que d’autres grandes villes comme Leicester, Luton et Birmingham abritent désormais des «majorités minoritaires», en raison de l’accroissement considérable des communautés asiatiques originaires du Pakistan, du Bangladesh, de l’Inde et de l’Afrique de l’Est.

Ce recensement est une enquête sur les tendances au Royaume-Uni réalisée tous les dix ans afin de fournir une image aussi précise que possible de la composition du pays. Le recensement de 2021 a révélé qu’environ 10% des ménages britanniques comptent aujourd’hui des membres d’au moins deux groupes ethniques différents, soit une augmentation de 8,7%.

Il ressort également de cette étude que le pendjabi et l’urdu sont devenus les cinquième et sixième langues les plus parlées au Royaume-Uni, avec respectivement 291 000 et 270 000 locuteurs, soit environ 1% de la population totale.

Selon le directeur adjoint du recensement, Jon Wroth-Smith, «les données d’aujourd’hui mettent en évidence une société de plus en plus multiculturelle. Le pourcentage de personnes s’identifiant au groupe ethnique “Blanc: Anglais, Gallois, Écossais, Irlandais du Nord ou Britannique", continue de diminuer. Bien que cela reste la réponse la plus courante à la question sur le groupe ethnique, le nombre de personnes s’identifiant à un autre groupe ethnique continue d’augmenter».

«Toutefois, les chiffres varient selon l’endroit où l'on vit. Londres reste la région d’Angleterre la plus diversifiée sur le plan ethnique, avec un peu moins de deux tiers des personnes s’identifiant à un groupe ethnique minoritaire, alors que moins d’une personne sur dix s’identifie ainsi dans le Nord-Est.»

«Cependant, en dépit de la diversité ethnique de la société, neuf personnes sur dix en Angleterre et au Pays de Galles s’identifient toujours à une identité nationale britannique, et près de huit sur dix à Londres.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com