Afghanistan: au moins 20 morts dans un attentat touchant des étudiantes et la communauté hazara

Une explosion dans un centre d'apprentissage de la capitale afghane, Kaboul, vendredi matin, a fait des victimes. (Dossier/AFP)
Une explosion dans un centre d'apprentissage de la capitale afghane, Kaboul, vendredi matin, a fait des victimes. (Dossier/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 30 septembre 2022

Afghanistan: au moins 20 morts dans un attentat touchant des étudiantes et la communauté hazara

  • «Les étudiants se préparaient à un examen lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser», a expliqué Khalid Zadran, porte-parole de la police afghane
  • 20 personnes sont décédées et 27 autres ont été blessées, a ajouté cette source dans la soirée

KABOUL : Au moins 20 personnes, en majorité des filles, ont été tuées vendredi à Kaboul dans un attentat-suicide contre un centre de formation d'étudiants situé dans un quartier abritant la minorité chiite hazara.

"Les étudiants se préparaient à un examen lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser", a expliqué Khalid Zadran, porte-parole de la police afghane. 20 personnes sont décédées et 27 autres ont été blessées, a ajouté cette source dans la soirée.

La Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (Manua) a indiqué que selon les informations dont elle disposait, "au moins 24 personnes avaient été tuées et 36 blessées". Ces chiffres pourraient augmenter, a-t-elle prévenue.

Selon un étudiant sur place au moment de l'explosion, "la plupart des victimes sont des filles". Environ 600 étudiants se trouvaient dans une classe de ce centre de formation préparant aux examens universitaires.

"Peu de garçons ont été touchés car ils se trouvaient à l'arrière de la classe et le kamikaze est entré par la porte avant où les filles étaient assises", a déclaré un autre étudiant, Ali Irfani. Ce rescapé a dit avoir d'abord entendu des coups de feu. Le kamikaze a abattu deux gardiens avant de pénétrer dans la classe, a-t-il précisé.

"Il y a eu une forte explosion puis le chaos, de nombreux étudiants, garçons et filles, ont essayé de s'échapper du bâtiment", a raconté un commerçant requérant l'anonymat. "C'était une scène horrible. Tout le monde était si effrayé".

"De nombreux élèves ont reçu des éclats à la tête, au cou et dans les yeux", a également raconté un habitant, Asadullah Jahangir, qui a aidé à transporter les victimes vers les hôpitaux.

Le toit de la salle de la classe s'est effondré, les portes et les fenêtres ont été soufflées par l'explosion.

Cet attentat qui vise une nouvelle fois le secteur de l'éducation s'est produit dans le quartier de Dasht-e-Barchi, (ouest de Kaboul), une zone à prédominance musulmane chiite où vit la minorité hazara.

L'éducation est une question extrêmement sensible dans ce pays à majorité sunnite, les talibans empêchant de nombreuses filles de reprendre l'enseignement secondaire (collège et lycée). Les étudiantes sont en revanche admises à l'université, mais leur nombre devrait se réduire avec les années, faute d'avoir été au collège et lycée.

Le groupe jihadiste État islamique (EI), autre groupe sunnite opposé également à l'éducation des filles et principale menace du régime taliban, a revendiqué plusieurs attentats ces derniers mois. Celui de vendredi n'a pas été revendiqué.

Dans la matinée, les familles ont afflué dans les différents hôpitaux en pleurs, à la recherche de leurs proches. Des listes des personnes décédées ou blessées ont été accrochées à l'entrée des établissements.

«Honteux»

"Nous ne l'avons pas trouvée ici", s'est inquiétée une jeune femme cherchant sa sœur de 19 ans dans l'un d'eux. "Nous l'appelons mais elle ne répond pas", se désespérait-elle.

"Attaquer des cibles civiles prouve la cruauté inhumaine de l'ennemi et son absence de normes morales", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Abdul Nafy Takor.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur l'Afghanistan, Richard Bennett, a condamné l'attentat. "L'attaque contre l'éducation des Hazaras et des Chiites doit cesser. Arrêtez les attaques contre l'avenir de l'Afghanistan, arrêtez les crimes internationaux", a-t-il déclaré sur Twitter.

Le représentant spécial des Etats-Unis pour l'Afghanistan, Thomas West, a qualifié l'attaque de "déchirante", soulignant sur Twitter que "rien ne justifie l'attaque d'étudiants innocents."

Le 20 avril, au moins six personnes avaient été tuées et 24 blessées dans deux explosions ayant frappé une école pour garçons, dans ce même quartier de l'ouest de la capitale.

Dasht-e-Barchi a été lourdement frappé ces dernières années et depuis le retour au pouvoir des talibans en août 2021. Plusieurs attaques ont été revendiquées par l'EI-K, la branche régionale de l'EI, qui considère les hazaras comme hérétiques.

En mai 2021, une série d'explosions s'était également produite devant un établissement scolaire pour filles de ce même quartier, faisant 85 morts, en majorité des lycéennes, et plus de 300 blessés.

L'EI, qui avait déjà revendiqué un attentat en octobre 2020 contre un centre de formation (24 morts) dans la même zone, est fortement soupçonné d'avoir mené cette attaque.

Les talibans sont également accusés de s'en prendre aux hazaras, comme lors de leur première gouvernance (1996-2001). Leur retour au pouvoir a mis fin à 20 ans de guerre et entraîné une réduction significative de la violence, mais la sécurité a commencé à se détériorer au cours des derniers mois.

L'attentat est "un rappel honteux de l'inaptitude et de l'échec total des talibans" à protéger la population afghane, s'est indignée l'ONG Amnesty international.

"Une fois de plus, les terroristes prennent pour cible des civils innocents", a tweeté l'Union européenne, condamnant "un nouveau crime odieux".


Après les manifestations, Pékin semble vouloir alléger le «zéro Covid»

Cette photo prise le 30 novembre 2022 montre des personnes marchant dans une rue du district de Haizhu, dans la ville de Guangzhou, dans la province du Guangdong, au sud de la Chine, suite à l'assouplissement des restrictions de Covid-19 dans la ville. (Photo CNS/AFP)
Cette photo prise le 30 novembre 2022 montre des personnes marchant dans une rue du district de Haizhu, dans la ville de Guangzhou, dans la province du Guangdong, au sud de la Chine, suite à l'assouplissement des restrictions de Covid-19 dans la ville. (Photo CNS/AFP)
Short Url
  • Les restrictions ont été allégées, à divers degrés, dans les 11 districts de Canton, dont Haizhu, épicentre des mobilisations
  • Alors qu'on s'approche du troisième anniversaire des premiers cas détectés à Wuhan, il est clair que les habitants sont lassés

PEKIN: Les autorités sanitaires chinoises ont donné des premiers signes d'un possible allègement de leur stricte politique "zéro Covid", après une vague de manifestations de colère contre les restrictions sanitaires et pour davantage de libertés.

L'approche de la Chine vis-à-vis du virus "fait face à de nouvelles circonstances et de nouvelles tâches", grâce au caractère moins dangereux du variant Omicron et à l'avancée de la vaccination, a déclaré la vice-Première ministre Sun Chunlan, s'exprimant mercredi devant la Commission nationale de la santé (NHC).

Mardi, Pékin avait déjà décidé d'accélérer la vaccination des personnes âgées, encore insuffisante.

Figure centrale de la stratégie chinoise face à la pandémie, Mme Sun n'a fait aucune mention de la politique "zéro Covid" dans ses remarques - selon les propos rapportés par l'agence d'Etat Chine Nouvelle -, laissant espérer que cette stratégie, qui bouleverse depuis trois ans la vie quotidienne des Chinois et l'économie du pays, serait bientôt assouplie.

Excédés par des confinements à répétition et des tests PCR quasi-quotidiens, des milliers de Chinois ont manifesté le week-end dernier, à Pékin, Shanghai, Canton ou encore Wuhan - où les premiers cas avaient été détectés en décembre 2019.

Pour les autorités communistes, c'est la vague de contestation la plus étendue depuis les mobilisations pro-démocratie de Tiananmen en 1989.

Prises par surprise, elles ont appelé à la "répression" pour contenir ce mouvement, mais semblent aussi donner un gage sur le front de la politique sanitaire.

Chiffres records mais infimes

Ainsi, dans la mégapole industrielle de Canton (sud), où mardi des heurts avaient opposé manifestants et forces de l'ordre, le confinement en place depuis plusieurs semaines a été levé, malgré les chiffres record de contamination.

Car, si les chiffres sont effectivement parmi les plus élevés depuis le début de la pandémie, ils restent infimes: 35.800 cas locaux signalés jeudi, sur une population de 1,4 milliard d'habitants et avec une immense majorité de cas asymptomatiques.

Les restrictions ont été allégées, à divers degrés, dans les 11 districts de Canton, dont Haizhu, épicentre des mobilisations.

A l'exception de quelques quartiers considérés "à haut risque", selon la Commission locale de santé, "les autres sont gérés comme des zones à faible risque".

La ville de Chongqing (centre) a aussi annoncé mercredi que les cas contacts remplissant certaines conditions auraient le droit d'effectuer leur quarantaine à domicile, un net changement par rapport à la politique appliquée jusque-là qui imposait à tous - cas positifs et contacts - d'aller en centre de quarantaine.

Ces allègements au niveau local, ainsi que les déclarations de Mme Sun, "pourraient être le signe que la Chine commence à envisager la fin de sa stricte politique zéro Covid", estiment les analystes de ANZ Research dans une note.

"Nous pensons que les autorités chinoises sont en train de passer à une stratégie de +vivre avec le Covid+, comme le montrent les nouvelles règles qui permettent aux gens de s'isoler à domicile au lieu d'être transportés dans des centres de quarantaine", ajoutent-ils.

Jeudi matin, deux importants journaux chinois ont publié des remarques d'experts pour rassurer sur la non-dangerosité du Covid dans la majorité des cas, après des publications similaires ces derniers jours qui semblent préparer la population à un changement de mentalité.

Demandes politiques

Alors qu'on s'approche du troisième anniversaire des premiers cas détectés à Wuhan, il est clair que les habitants sont lassés.

Un incendie mortel à Urumqi, la capitale de la région du Xinjiang (nord-ouest), a été l'élément déclencheur des manifestations du week-end, certains internautes ayant accusé les restrictions sanitaires d'avoir empêché le travail des secours.

Mais les manifestants ont aussi scandé des demandes politiques, certains exigeant même le départ du président Xi Jinping, reconduit le mois dernier pour un troisième mandat inédit.

Le contrôle strict des autorités sur l'information et les restrictions sanitaires sur les voyages à l'intérieur de la Chine compliquent l'évaluation du nombre total des manifestants dans le pays.

Mais un soulèvement aussi étendu est rare, compte tenu de la répression contre toute forme d'opposition frontale au gouvernement.

Les mobilisations de 1989 avaient terminé par une répression sanglante quand l'armée était intervenue, notamment sur la fameuse place Tiananmen à Pékin.

Mercredi, à l'annonce de la mort de l'ex-président Jiang Zemin, arrivé au pouvoir juste après Tiananmen, le Parti communiste a justement souligné sa capacité à ramener le calme durant ce soulèvement.


«Venez en Ukraine» lance Zelensky à Musk après une proposition de paix controversée

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'entretient avec Andrew Ross Sorkin lors du sommet DealBook du New York Times dans la salle d'appel du Jazz At Lincoln Center le 30 novembre 2022 à New York. (AFP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'entretient avec Andrew Ross Sorkin lors du sommet DealBook du New York Times dans la salle d'appel du Jazz At Lincoln Center le 30 novembre 2022 à New York. (AFP)
Short Url
  • Le milliardaire américain suggérait notamment que la Crimée reste partie intégrante de la Russie
  • Il propose l'organisation de nouveaux réferendums sous supervision de l'ONU dans les régions ukrainiennes «annéxées» par les Russes, et un statut de pays neutre pour l'Ukraine

KIEV: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a critiqué mercredi une proposition de plan de paix controversée faite par le milliardaire américain Elon Musk pour mettre fin à l'offensive russe en Ukraine, l'invitant à venir dans son pays meurtri par la guerre.

Elon Musk avait suscité une controverse sur Twitter en octobre avec une proposition de plan de paix entre Kiev et Moscou.

Le milliardaire américain suggérait notamment que la Crimée reste partie intégrante de la Russie mais aussi l'organisation de nouveaux réferendums sous supervision de l'ONU dans les régions ukrainiennes "annéxées" par les Russes, et un statut de pays neutre pour l'Ukraine.

Lors d'un événement organisé par le New York Times, le président Zelensky a semblé tourner en dérision la proposition du milliardaire non-conformiste, disant qu'il devrait plutôt venir en Ukraine.

"Je pense que soit quelqu'un a une influence sur lui, soit il tire des conclusions par lui-même", a déclaré Zelensky lors d'une visio conférence à l'occasion du DealBook du New York Times, faisant allusion à Elon Musk.

"Si vous voulez comprendre ce que la Russie a fait ici, venez en Ukraine et vous verrez tout par vous-même", a déclaré M. Zelensky. "Et ensuite, vous me direz comment mettre fin à cette guerre, qui l'a déclenchée et quand elle pourra être terminée."

En octobre, le fondateur de Tesla et SpaceX a lancé un sondage pour laisser ses plus de 100 millions de followers voter sur sa proposition de plan de paix.

Zelensky a répondu avec son propre sondage Twitter, demandant: "Quel @elonmusk aimez-vous le plus?" avec les options "Celui qui soutient l'Ukraine" et "Celui qui soutient la Russie".

Le président russe Vladimir Poutine a envoyé des troupes en Ukraine le 24 février en prétextant que la finalité de cette offensive était la "dénazification" de ce pays pro-occidental.

Il a appelé l'Ukraine à cesser les hostilités et à négocier après avoir ordonné une mobilisation partielle pour renforcer ses forces sur le terrain.

Le président Zelensky a déclaré qu'il ne négocierait jamais avec la Russie tant que Poutine serait au pouvoir


L'ONU lance un appel record pour l'aide humanitaire, dopé par l'Ukraine

Sur cette photo prise le 28 novembre 2022, une femme afghane porte du fardel sur la tête dans un marché de la province de Ghazni. (Photo de Wakil KOHSAR / AFP)
Sur cette photo prise le 28 novembre 2022, une femme afghane porte du fardel sur la tête dans un marché de la province de Ghazni. (Photo de Wakil KOHSAR / AFP)
Short Url
  • Le pays pour lequel les Nations unies auront l'an prochain le plus grand besoin de fonds est l'Afghanistan (4,63 milliards de dollars), suivi de la Syrie, du Yémen et de l'Ukraine, devant notamment l'Ethiopie
  • L'appel de fonds lancé par l'ONU dresse en effet un sombre tableau de l'état mondial

GENEVE: L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 face aux besoins humanitaires qui s'envolent, portés par le conflit en Ukraine et les effets du changement climatique, tels que les risques de famine en Afrique.

Les agences humanitaires des Nations unies nécessiteront 51,5 milliards de dollars US (49,6 milliards d'euros) l'an prochain, des besoins en hausse de 25%. Ces fonds leur permettront de financer leurs programmes pour venir en aide à 230 millions de personnes parmi les plus vulnérables dans 68 pays.

"L'année prochaine sera donc le plus vaste programme humanitaire" jamais lancé au niveau mondial, a déclaré le chef de l'agence humanitaire de l'ONU Martin Griffiths aux journalistes.

L'ONU ne vient toutefois pas en aide à toutes les personnes dans le besoin.

Au total 339 millions de personnes dans le monde devraient avoir besoin d'une aide d'urgence l'an prochain, contre 274 millions en 2022.

339 millions de personnes... "c'est un chiffre énorme et déprimant", a affirmé M. Griffiths.

Le Britannique a également souligné que les besoins humanitaires, qui ont connu un "pic" suite à la pandémie de Covid-19, n'ont malheureusement pas diminué depuis.

"Des sécheresses et des inondations meurtrières font des ravages (...) du Pakistan à la Corne de l'Afrique. La guerre en Ukraine a transformé une partie de l'Europe en champ de bataille. Plus de 100 millions de personnes sont déplacées dans le monde. Et tout cela en plus de la dévastation que la pandémie a entrainée chez les plus pauvres dans le monde", a souligné M. Griffiths, qui s'attend à ce que 2023 soit dans la même veine que 2022.

L'appel de fonds lancé par l'ONU dresse en effet un sombre tableau de l'état mondial.

Au moins 222 millions de personnes dans 53 pays seront confrontées à une insécurité alimentaire aiguë fin 2022. Quarante-cinq millions de personnes dans 37 pays risquent de mourir de faim.

2023, année de la solidarité?

"Cinq pays connaissent déjà ce que nous appelons des conditions proches de la famine, dans lesquelles nous pouvons dire (...) que des personnes meurent à cause des déplacements, de l'insécurité alimentaire, du manque de nourriture", a expliqué M. Griffiths.

Il s'agit de l'Afghanistan, de l'Ethiopie, de Haïti, de la Somalie et du Soudan du Sud, a précisé à l'AFP un porte-parole du bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU, Jens Laerke.

La santé publique est elle aussi sous pression dans le monde, en raison notamment de la persistance du Covid-19 et du mpox (nom donné cette semaine par l'Organisation mondiale de la santé à la variole du singe), de la réapparition d'Ebola en Ouganda et de la présence de multiples épidémies de cholera à travers le monde, notamment en Syrie et en Haïti.

Tout cela dans un contexte de changement climatique, qui ne fait qu'accroître les risques et les vulnérabilités, en particulier dans les pays pauvres. D'ici à la fin du siècle, la chaleur extrême pourrait faire autant de victimes que le cancer, selon l'ONU.

En 2022, l'appel de fonds a été financé à hauteur de 47%, tandis que précédemment, "avant ces deux à trois dernières années, nous aurions obtenu 60 à 65% de financement au niveau mondial", a expliqué M. Griffiths,

La générosité des donateurs ne permet en effet pas de compenser la rapide croissance des besoins, a-t-il expliqué, disant espérer que "2023 sera l'année de la solidarité, après une année 2022 de souffrances".

Selon l'ONU, le déficit de financement n'a jamais été aussi important, et est actuellement de 53%, obligeant les organisations humanitaires à faire le triste choix de cibler les populations qui pourront bénéficier d'une aide.

Le pays pour lequel les Nations unies auront l'an prochain le plus grand besoin de fonds est l'Afghanistan (4,63 milliards de dollars), suivi de la Syrie, du Yémen et de l'Ukraine, devant notamment l'Ethiopie.