L'imam Iquioussen, recherché par la France, arrêté en Belgique

"Je peux vous confirmer qu'il a été arrêté ce jour par la police", a déclaré le ministre, Vincent Van Quickenborne. (Photo d'illustration/AFP).
"Je peux vous confirmer qu'il a été arrêté ce jour par la police", a déclaré le ministre, Vincent Van Quickenborne. (Photo d'illustration/AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 30 septembre 2022

L'imam Iquioussen, recherché par la France, arrêté en Belgique

  • «Je peux vous confirmer qu'il a été arrêté ce jour par la police», a déclaré le ministre, Vincent Van Quickenborne
  • La procédure de remise à la France de l'imam pourrait prendre plusieurs semaines si l'intéressé s'y oppose

BRUXELLES : L'imam marocain Hassan Iquioussen, mis en cause en France pour des propos jugés "contraires aux valeurs de la République" et visé par un mandat d'arrêt européen, a été arrêté vendredi près de Mons, en Belgique.

"Je peux vous confirmer qu'il a été arrêté ce jour par la police", a déclaré à l'AFP le ministre belge de la Justice, Vincent Van Quickenborne.

Selon une source policière française, il a été interpellé par la police belge "sans incident".

Introuvable depuis le feu vert du Conseil d'Etat à son expulsion, fin août, le prédicateur a ensuite fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen délivré par un juge d'instruction de Valenciennes (nord), pour "soustraction à l'exécution d'une décision d'éloignement".

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait annoncé fin juillet l'expulsion de ce prédicateur du Nord, fiché S (pour sûreté de l'Etat) par la DGSI "depuis dix-huit mois", selon lui.

L'arrêté d'expulsion lui reprochait "un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d'une vision de l'islam contraires aux valeurs de la République".

L'imam est depuis au cœur d'un imbroglio juridique.

Son avocate, Me Lucie Simon, conteste en particulier la validité du mandat d'arrêt le visant, estimant qu'il se fonde "sur une infraction" qui n'est, selon elle, "pas constituée". "Pourquoi le rechercher ? Pourquoi vouloir le faire revenir ?", s'était-elle interrogée début septembre.

Querelles juridiques

Selon le ministère français de l'Intérieur, il revient désormais à la justice belge de remettre l'intéressé aux autorités françaises en exécution du mandat d’arrêt.

La procédure de remise à la France de l'imam pourrait prendre plusieurs semaines si l'intéressé s'y oppose.

Entre querelles juridiques et batailles médiatiques, les débats autour de l'imam ont nourri l'actualité française du mois d'août, à partir de l'annonce de son expulsion vers le Maroc, suspendue ensuite par le tribunal administratif de Paris qui a jugé qu'elle porterait "une atteinte disproportionnée" à sa "vie privée et familiale".

Il avait été éclaboussé par une première polémique en 2004, épinglé pour des propos jugés antisémites dans un discours sur la Palestine. L'intéressé avait reconnu par la suite "des propos déplacés" et présenté ses excuses.

Son nom est réapparu ensuite régulièrement dans la presse et le débat public.

Sa chaîne YouTube, où il délivre cours et sermons sur l'islam dans la vie quotidienne (pauvreté, violence, épanouissement dans le couple...), compte 178 000 abonnés.

Né en France, il avait décidé à sa majorité de ne pas opter pour la nationalité française. Lui affirme y avoir renoncé à 17 ans sous l'influence de son père, et avoir ensuite tenté en vain de la recouvrer. Ses cinq enfants et ses 15 petits-enfants sont eux Français et implantés dans le Nord de la France : un fils est imam à Raismes, un autre ex-élu PS à Lourches.


Mondial: la Tunisie bat la France mais sort au premier tour

La Tunisie est éliminée malgré cette victoire face aux Bleus. (Photo, AFP)
La Tunisie est éliminée malgré cette victoire face aux Bleus. (Photo, AFP)
Short Url
  • La Tunisie est éliminée malgré cette victoire face aux Bleus
  • Dans ce groupe, l'Australie a également arraché son billet, après avoir battu le Danemark, sur le même score 1-0

DOHA: Pas de plan B pour les Bleus. Déjà qualifiée en 8e de finale du Mondial-2022, la France a souffert le martyr avec neuf nouveaux entrants manquant manifestement de repères collectifs et concède mercredi une défaite inédite (1-0) face une Tunisie entreprenante mais également éliminée.

La malédiction du 3e match a encore frappé! Déjà auteurs d'un nul insipide en Russie en conclusion de la phase de groupe, les joueurs de Deschamps se seraient sûrement contentés du même résultat au Qatar, même si la défaite ne les empêche pas de conserver la tête du groupe D.

Mais l'arbitre en a voulu autrement en invalidant tout au bout du temps additionnel le but de l'égalisation inscrit par Griezmann, finalement hors-jeu.

La responsabilité de cette défaite, qui stoppe brutalement une série de six victoires d'affilée en Coupe du monde, en revient grandement aux arbitrages opérés par le sélectionneur.

Celui-ci avait en effet choisi de ne reconduire au coup d'envoi que Varane et Tchouaméni pour reposer les autres titulaires. Mais avec neuf joueurs peu expérimentés, la France a trop manqué d'automatismes et d'équilibre pour espérer mieux.

Asphyxié par un adversaire évoluant dans une enceinte acquise à sa cause, le tenant du titre s'est montré incapable de rivaliser dans le jeu avec les Aigles de Carthage.

Au contraire, ceux-ci ont parfaitement su exploiter la présence de Disasi et Camavinga, qui ne sont pas latéraux de métier, pour insister dans les couloirs et provoquer des sueurs froides à chaque percée.

Khazri buteur

Au milieu, le quatuor aligné (Guendouzi, Veretout, Tchouaméni, Fofana) n'a lui jamais pu s'imposer, ce qui aurait permis de soulager une défense au sein de laquelle Konaté a surnagé, et aurait moins isolé la doublette offensive expérimentale constituée de Coman et Kolo Muani.

Contre toute attente, bien lancé par Fofana, l'ailier du Bayern a pourtant hérité de la première vraie occasion mais a frappé à côté (25).

Mais après une perte de balle du même Fofana, c'est logiquement Khazri, déjà double buteur en Russie, qui a concrétisé la domination tunisienne (58) face à des Bleus bien naïfs et manquant d'agressivité.

Si les Tunisiens inscrivent du même coup leur premier but dans la compétition juste avant de la quitter, c'est en revanche le 3e déjà encaissé par les Français.

Les entrées de Griezmann, Mbappé et Rabiot ont néanmoins permis de rééquilibrer les débats mais, face à la solidité tunisienne, cela s'est avéré insuffisant pour revenir au score avant ce final rocambolesque.

Cette victoire de prestige récompense en revanche parfaitement les choix de Jalel Kadri qui, outre son buteur montpelliérain, avait lancé dans le grand bain une nouvelle ligne offensive et ses pistons Maaloul et Kechrida pour étirer le jeu et tenter d'arracher la qualification avec quatre points.

Ce qu'il n'avait sans doute pas prévu en revanche, c'est l'issue de l'autre match du groupe, remporté (1-0) par l'Australie contre le Danemark et qui, conjugué à la propre défaite des Tunisiens contre les Socceroos (1-0), empêche de peu les Tunisiens de se qualifier pour le premier huitième de finale de leur histoire.

De quoi nourrir la frustration des deux équipes au coup de sifflet final.


Dissonances au gouvernement, Macron recadre

Emmanuel Macron, qui ne peut pas se représenter en 2027, avait déjà appelé fin août sa majorité à "réaffirmer une unité très forte" et à ne pas céder à la tentation de la "démagogie". (Photo, AFP)
Emmanuel Macron, qui ne peut pas se représenter en 2027, avait déjà appelé fin août sa majorité à "réaffirmer une unité très forte" et à ne pas céder à la tentation de la "démagogie". (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président de la République a invité, en conseil des ministres, les membres de son gouvernement à se concentrer « sur les fondamentaux» et à ne pas alimenter un climat de « démagogie»
  • L'injonction du chef de l'Etat était glissée à l'intention de Bruno Le Maire: le ministre de l'Économie a reconnu, dimanche, des « abus» et une « dérive» passés dans le recours des ministères aux cabinets de conseil privés, tel que l'américain McKinsey

PARIS: Emmanuel Macron a dû recadrer ses ministres après que plusieurs d'entre eux ont exprimé des dissonances au sein du gouvernement, jouant des coudes en vue des futures échéances électorales.

Le président de la République a invité, en conseil des ministres, les membres de son gouvernement à se concentrer "sur les fondamentaux" et à ne pas alimenter un climat de "démagogie", selon un ministre, dont les propos ont été corroborés par une autre source ministérielle.

Il n'y a rien de nouveau, modère un conseiller, Emmanuel Macron appelle à "l'unité toutes les semaines".

L'injonction du chef de l'Etat était glissée à l'intention de Bruno Le Maire: le ministre de l'Économie a reconnu, dimanche, des "abus" et une "dérive" passés dans le recours des ministères aux cabinets de conseil privés, tel que l'américain McKinsey, au centre de deux informations judiciaires notamment pour éventuel favoritisme.

Le lendemain, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran réfutait toute "dérive" ou "abus".

Le Maire, à qui est prêté des ambitions jusqu'à l'Elysée, "la joue un peu solo. Il avait très envie de dire qu’il avait baissé le recours à McKinsey" dans son ministère, sourit un autre conseiller.

D'autres dissensions ont émergé dimanche entre les ministres des Comptes publics, Gabriel Attal, et des Transports, Clément Beaune.

Le premier a affirmé dans le Parisien vouloir aider surtout "la France laborieuse", reprenant des expressions aux accents très sarkozystes, le second a répondu sur Europe 1 que "le travail n'est pas réservé à quelques-uns" et appelé "au contraire à avoir un discours de rassemblement".

«Emulation»

Ils n'ont pas semblé non plus d'accord sur la manière de pallier l'endettement de la Ville de Paris. Clément Beaune n'a "pas exclu" une mise sous tutelle de la capitale, une éventualité qui n'est "pas d'actualité" pour Gabriel Attal.

Ces divergences sont le reflet d'une "course à la mairie" de Paris en vue des élections municipales de 2026, relève une source gouvernementale.

Plus généralement, un autre ministre ne voit pour l'instant dans ces dissonances qu'une "compétition au sens émulation", entre Bruno Le Maire et d'autres membres du gouvernement, comme le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui aurait aussi de grandes ambitions pour 2027.

Cette concurrence est "plus enrichissante que problématique" à ce stade, mais "je ne suis pas garant dans un an" de la situation, prévient la même source.

De quoi en tout cas compliquer la tâche de la Première ministre Elisabeth Borne, déjà privée de majorité absolue, et qui a appelé récemment son gouvernement à la "mobilisation" sur des réformes difficiles à venir, comme les retraites.

Selon un autre ministre, d'autres dissensions couvent à l'approche du débat sur l'immigration le 6 décembre entre Gérald Darmanin et le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti.

Succession

Emmanuel Macron, qui ne peut pas se représenter en 2027, avait déjà appelé fin août sa majorité à "réaffirmer une unité très forte" et à ne pas céder à la tentation de la "démagogie", quand certains ministres suggéraient, après un été caniculaire, de réguler les jets privés.

Le constitutionnaliste Benjamin Morel voit dans ces dissonances "un manque de cohérence gouvernementale qui va croissante", "des ambitions pour quelques-uns", mais aussi de "vraies ruptures sur la ligne idéologique" entre l'aile gauche de la Macronie revendiquée par Clément Beaune, et les partisans du dépassement comme Gabriel Attal.

Il n'y a "pas de divergences de vues",rétorque un conseiller.

"C'est le signe que la succession est ouverte", note l'historien Jean Garrigues, qui vient de publier "Elysée contre Matignon" (éditions Tallandier). Il rappelle que le premier à être sorti du bois fut l'ex-Premier ministre Edouard Philippe quand il a créé en octobre 2021 le parti Horizons.

Pour lui, ces discordances peuvent certes "fragiliser" la Première ministre. Mais, cela peut en même temps "renforcer" son image de cheffe de gouvernement "sérieuse", "au service du bien commun".


Grosse grève ce week-end à la SNCF, les vacances de Noël menacées

Un voyageur écoute les explications d'un employé du TGV le jour d'une grève nationale de la SNCF pour l'augmentation des salaires à la gare de Lyon à Paris le 6 juillet 2022. (Photo, AFP)
Un voyageur écoute les explications d'un employé du TGV le jour d'une grève nationale de la SNCF pour l'augmentation des salaires à la gare de Lyon à Paris le 6 juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les chefs de bord ont d'ores et déjà déposé des préavis de grève pour les week-ends de Noël et du Jour de l'an
  • Cette grève intervient à la veille du début des négociations annuelles obligatoires (NAO), qui doivent s'engager mercredi 7 décembre au niveau du groupe SNCF

PARIS: Décembre s'annonce agité à la SNCF alors que s'ouvrent les négociations salariales annuelles, avec un premier mouvement des contrôleurs qui contraint la compagnie à annuler 60% de ses TGV et Intercités de vendredi à dimanche, et d'autres grèves prévues d'ici à la fin de l'année, y compris à Noël.

Le premier week-end de décembre va être très compliqué pour les voyageurs, avec 1 train sur 2 sur le TGV Nord, 1 sur 3 sur le TGV Est, 1 sur 4 sur le TGV Atlantique, 1 sur 3 sur le TGV Sud-Est, 1 sur 4 sur Ouigo et 1 Intercités sur 2 de vendredi à dimanche. Il n'y aura aucun train de nuit pendant le week-end.

A l'international, la compagnie prévoit un trafic normal pour Eurostar et Thalys, 1 TGV sur 3 vers la Suisse, 1 sur 2 vers l'Allemagne, 1 sur 3 vers l'Italie et aucune circulation vers l'Espagne.

Une "reprise progressive" est envisagée lundi, avec 3 trains sur 4 vers tous les axes TGV.

A l'initiative de SUD-Rail, de l'Unsa et de la CFDT qui ont suivi un collectif de contrôleurs créé à la rentrée, la grève du week-end porte sur des revendications salariales, le déroulé des carrières et, globalement, une plus grande reconnaissance des spécificités de la fonction par la direction de SNCF Voyageurs.

Les presque 10.000 chefs de bord de la SNCF --généralement appelés contrôleurs--, dont près de 3 000 travaillent sur les TGV et Intercités, ont une fonction essentielle en matière de sécurité de la circulation et des voyageurs, et les trains ne peuvent pas partir sans eux.

"Dans le parcours du voyageur, le chef de bord est le seul cheminot qu'il rencontre. On se retrouve au bout de l'entonnoir de tous les problèmes", a expliqué à l'AFP Rénald Szpitalnik, élu SUD-Rail et contrôleur sur les TGV Paris-Milan. "Les chefs de bord sont les grands oubliés de l'équation alors qu'ils sont le métier vitrine de la SNCF!"

Noël et Jour de l'an

"Ce préavis marque un échec du dialogue social", estime Didier Mathis, secrétaire général de l'UNSA-Ferroviaire.

Les chefs de bord ont d'ores et déjà déposé des préavis de grève pour les week-ends de Noël et du Jour de l'an. "Une épée de Damoclès", selon M. Mathis.

"La balle est dans le camp de la direction", abonde Thomas Cavel, secrétaire général de la CFDT Cheminots.

"On attend une prise de conscience de la direction sur la condition spécifique des contrôleurs", dont les conditions de travail se sont "dégradées depuis un certain temps", insiste-t-il.

La direction de SNCF Voyageurs regrette dans un communiqué un mouvement maintenu "alors que des mesures concrètes et importantes ont été proposées aux organisations syndicales à l'issue de plusieurs semaines de négociations".

Ces mesures portaient sur le déroulement de carrière spécifique de cette catégorie "avec une augmentation du volume de promotions et une augmentation de leur rémunération annuelle à partir de janvier 2023". "Des mesures complémentaires avaient par ailleurs été proposées pour faciliter le changement de métier pour celles et ceux qui le souhaitent", a-t-elle ajouté.

"Des miettes", selon les syndicalistes contactés par l'AFP.

Cette grève intervient à la veille du début des négociations annuelles obligatoires (NAO), qui doivent s'engager mercredi 7 décembre au niveau du groupe SNCF. La CGT, SUD-Rail et CFDT on appelé à une "grève unitaire" ce jour-là.

Pour les voyageurs devant voyager ce week-end, la SNCF met en place le dispositif habituel: les clients ayant laissé leurs coordonnées doivent être informés mercredi, par mail ou SMS, de la circulation, ou non, de leur train. La compagnie leur recommande de toute façon de vérifier les horaires avant de se rendre en gare et, quand cela est possible, de reporter leurs trajets.

Tous les voyageurs, que leur train soit maintenu ou annulé, et quel que soit leur billet --TGV Inoui, Ouigo et Intercités-- pourront être remboursés intégralement pour des voyages prévus entre vendredi et lundi, ou échanger leur billet sans frais dans tous les trains où il reste de la place jusqu'au jeudi 8 décembre inclus, selon SNCF Voyageurs.