Cnews annule à la dernière minute l’interview de Ferhat Mehenni

Bien qu’aucune raison officielle n’ait été avancée, de nombreux internautes spéculent sur les raisons de ce désistement (Photo, Twitter).
Bien qu’aucune raison officielle n’ait été avancée, de nombreux internautes spéculent sur les raisons de ce désistement (Photo, Twitter).
Short Url
Publié le Mardi 04 octobre 2022

Cnews annule à la dernière minute l’interview de Ferhat Mehenni

  • Mehenni devait apparaître à l’écran afin de participer à «une discussion ouverte» avec le journaliste conservateur Ivan Rioufol
  • La direction de la chaîne française a annulé à la dernière minute une intervention programmée pour dimanche soir

ALGER: Dans un geste surprenant, le média français privé Cnews, a annulé à la toute dernière minute une interview dans l’émission «Face à Rioufol» avec le séparatiste algérien et leader du MAK (Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie), Ferhat Mehenni.

F
Quelques instants, avant que l’interview ne soit annulée, le média français annonçait la venue de MeHenni (Photo, Capture d’un écran de la chaîne Cnews).

Une vidéo prise dans les coulisses du plateau montre un journaliste de la chaîne qui explique ne rien comprendre aux raisons de cette annulation soudaine.

Dans ces vidéos, on peut également voir que l’homme politique algérien, Ferhat Mehenni était déjà présent sur les lieux prêt à passer à l’antenne. 

V
Ivan Rioufol discute avec Ferhat Mehenni (Photo, Twitter).

Ce dernier devait apparaître à l’écran afin de participer à « une discussion ouverte » avec le journaliste conservateur Ivan Rioufol et Véronique Jacquier.

«C'est la première fois que cela arrive. Invraisemblable. Je pense qu'il y a dû avoir une pression d'Alger» dit le journaliste français.

À quoi répond Ferhat Mehenni: «C’est l’Elysée… L’Algérie a dû intervenir». 

Par ailleurs, Ferhat Mehenni, a pris la parole, aujourd’hui, en rendant public une vidéo d’une vingtaine de minutes, où il commence par remercier la chaîne française de l’avoir reçu pour ensuite s’exprimer sur les principaux points défendus par son mouvement.

Twitter s’enflamme 

Bien qu’aucune raison officielle n’ait été avancée, de nombreux internautes spéculent sur les raisons de ce désistement. 

Beaucoup voient dans cette décision une tentative de préserver l’entreprise de restauration des relations avec l’Algérie à la veille d’une éventuelle augmentation des livraisons de gaz algérien vers la France, directement concernée par la crise énergétique qui inquiète l’Europe. 

Cette crise causée par la guerre en Ukraine, force la France à multiplier et à renforcer les partenariats énergétiques à l'approche de l'hiver. 

De nombreux médias partisans tels que Siwel (média kabyle) ou marocains (360.ma) qui ont massivement rapporté cet incident soupçonnent que des responsables français aient convaincu Yannick Bolloré, propriétaire du média, d'annuler l’émission. 

La diffusion de cette émission durant une période délicate - une semaine avant la visite de la Première ministre française, Elizabeth Borne, en Algérie - pourrait gâcher les efforts diplomatiques français.

Cette visite annoncée par le président français Emmanuel Macron lors de sa venue à Oran en août dernier est censée celer l’accord énergétique. 

Qui est Ferhat Mehenni? 

Persona non grata en Algérie, considéré par beaucoup comme un opposant aux idées loufoques et controversées, cet Algérien en exil considère être un réfugié politique en France. 

Ferhat Mehenni, est le président du mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) à qui l’on prête des relations privilégiées avec le Maroc.

Il continue à créer la polémique en plaidant sa cause auprès de médias français de droite aux idées bien arrêtées sur l’Algérie. 

Dans l’un de ses coups d’éclats les plus retentissants, le président du MAK a déclaré  qu'il préparait une lettre au Secrétaire d'État américain Antony Blinken dans laquelle il  affirme que la Kabylie subit un génocide appelé « Opération Kabylie zéro » faisant références aux incendies de l’été 2021, et qui ont causé des centaines de morts à travers tout le pays.

À la suite de l’implication de plusieurs membres du MAK dans l’assassinat choquant de Djamel Bensmail, un bénévole venu aider à mettre fin aux feux de forêts, le MAK a été classé comme groupe terroriste par les autorités algériennes.

Ce mouvement reste néanmoins un groupe minoritaire établi principalement à l'étranger, très peu sont les membres de la communauté kabyle à adhérer aux idéaux du parti. 


Une joueuse d’échecs iranienne refuse de filmer une vidéo d’excuses pour avoir retiré son voile

La joueuse d’échecs iranienne Sara Khadem participe, sans porter de voile, aux Championnats du monde d’échecs de parties rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Reuters)
La joueuse d’échecs iranienne Sara Khadem participe, sans porter de voile, aux Championnats du monde d’échecs de parties rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Reuters)
Short Url
  • On a demandé à Khadem de justifier sa décision de ne pas porter le voile pendant le tournoi en invoquant la pression occidentale
  • La joueuse d’échecs espère entrer dans le top 10 mondial depuis sa nouvelle base en Espagne

LONDRES: Une joueuse d’échecs iranienne qui a participé à un tournoi sans voile a déclaré au Telegraph qu’elle s’était réfugiée en Espagne après avoir refusé l’ordre de Téhéran de filmer une vidéo d’excuses.

Sara Khadem est la 17e meilleure joueuse d’échecs au monde et la première femme iranienne à devenir maître international.

Une photo virale de Khadem participant à un tournoi au Kazakhstan sans voile a fait d’elle un symbole des manifestations antirégime en cours dans le pays.

La jeune femme de 25 ans raconte qu’on lui a demandé de justifier sa décision de ne pas se couvrir la tête pendant le tournoi en invoquant la pression occidentale.

«Je n’allais pas faire cela», lance Khadem.

Bien qu’elle ne se soit auparavant couvert la tête que lors des tournois internationaux, à l’occasion de présentations et de photographies officielles, elle a commencé à trouver cela hypocrite.

«Cette fois, j’ai senti que si je faisais comme avant, je manquerais de respect au peuple», souligne-t-elle.

Ces dernières années, Khadem s’est exprimée ouvertement contre le gouvernement de son pays. En 2019, elle a fait part de son soutien à une jeune star iranienne des échecs qui avait refusé d’accepter la politique de Téhéran exigeant que les joueurs déclarent forfait lors de parties contre des adversaires israéliens.

En janvier 2020, Khadem a annoncé sa retraite de l’équipe nationale d’échecs pour protester contre l’abattage par l’Iran d’un avion commercial ukrainien, un incident qui a coûté la vie à 176 personnes.

Elle a également utilisé des hashtags pour afficher sa solidarité avec les manifestants antirégime à la suite de la mort de Mahsa Amini.

Khadem, qui se trouve toujours en Espagne avec son mari et son fils, confie que ses parents, qu’elle avait l’habitude de visiter «presque tous les jours», lui manquent.

«J’espère que je serai la seule à être tenue pour responsable de ce que j’ai fait», poursuit-elle.

«Nous sentons que nous sommes les bienvenus en Espagne, mais nous avons laissé en Iran certaines des choses les plus importantes de la vie, donc les sentiments sont mitigés», ajoute-t-elle. 

Khadem espère entrer dans le top 10 mondial depuis sa nouvelle base en Espagne, mais elle veut aussi représenter l’Iran dans les tournois en tant que joueuse individuelle, rapporte The Telegraph.

«Je suis une joueuse d’échecs. Je ne suis pas une personnalité politique. En tant que joueuse d’échecs, j’ai certaines responsabilités vis-à-vis de ce qui se passe autour de moi, mais les échecs sont ma priorité dans la vie. Je ne me vois pas comme une militante», déclare-t-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L’Arabie saoudite condamne fermement une attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine

Les proches d’un Palestinien tué lors de l’attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, pleurent lors des funérailles, le 26 janvier 2023. (AFP)
Les proches d’un Palestinien tué lors de l’attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, pleurent lors des funérailles, le 26 janvier 2023. (AFP)
Short Url
  • Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le bilan des affrontements s’élevait à 9 morts, dont une femme, et que 20 personnes avaient été blessées
  • Le ministère des Affaires étrangères saoudien a indiqué qu’il rejetait les graves violations du droit international perpétrées par les forces israéliennes

RIYAD: L’Arabie saoudite a fermement condamné et dénoncé une attaque israélienne dans un camp de réfugiés à Jénine, qui a entraîné la mort d’au moins neuf Palestiniens.

La journée la plus sanglante en Cisjordanie depuis des années a été marquée par une attaque dans le camp de réfugiés surpeuplé de la ville de Jénine, dans le nord du pays. Des coups de feu ont retenti dans les rues et de la fumée s’est échappée des barricades en feu.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le bilan des affrontements s’élevait à 9 morts, dont une femme, et que 20 personnes avaient été blessées avant que les forces israéliennes ne se retirent en milieu de matinée.

Plus tard, l’armée israélienne a abattu un Palestinien de 22 ans dans un autre incident.

Le ministère des Affaires étrangères du Royaume a indiqué qu’il rejetait les graves violations du droit international perpétrées par les forces israéliennes, réitérant son appel à la communauté internationale pour qu’elle assume ses responsabilités afin de mettre fin à l’occupation, d’arrêter l’escalade et les agressions israéliennes et de fournir la protection nécessaire aux civils.

Le ministère a également présenté les sincères condoléances du Royaume aux familles des victimes ainsi qu’au gouvernement et au peuple de Palestine, et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Le Koweït et Oman ont eux aussi condamné l’attaque, ont rapporté leurs agences de presse nationales jeudi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Raid à Jénine: l'Autorité palestinienne met fin à sa coordination sécuritaire avec Israël

Le président palestinien Mahmoud Abbas s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le président français au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
Le président palestinien Mahmoud Abbas s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le président français au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette annonce palestinienne fait suite à une incursion militaire israélienne jeudi matin dans le camp de réfugiés de Jénine, au cours de laquelle neuf Palestiniens ont été tués
  • L'Autorité palestinienne avait déjà pris une décision similaire en mai 2020 pour protester contre un projet israélien d'annexion de pans de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne a annoncé jeudi mettre fin à la coordination sécuritaire avec Israël, après un raid militaire israélien durant lequel neuf Palestiniens ont été tués dans le camp de réfugiés de Jénine, ville du nord de la Cisjordanie occupée.

"A la lumière des agressions répétées contre notre peuple et des violations d'accords signés, notamment sécuritaires, nous considérons que la coordination sécuritaire avec le gouvernement d'occupation israélien cesse d'exister à partir de maintenant", a indiqué dans un communiqué le bureau du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

L'Autorité palestinienne avait déjà pris une décision similaire en mai 2020 pour protester contre un projet israélien d'annexion de pans de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967.

La coordination sécuritaire entre Israéliens et Palestiniens - héritée des accord de paix d'Oslo (1993) ayant débouché sur la création de l'Autorité palestinienne - avait repris en novembre 2020. Sa suspension avait eu un effet notamment sur les transferts de patients palestiniens vers des hôpitaux israéliens.

Cette annonce palestinienne fait suite à une incursion militaire israélienne jeudi matin dans le camp de réfugiés de Jénine, au cours de laquelle neuf Palestiniens ont été tués.

L'armée israélienne a indiqué y avoir mené une "opération de contre-terrorisme" visant des membres de l'organisation Jihad islamique qui, d'après le ministre de la Défense Yoav Gallant, planifiaient une attaque en Israël.

D'autres incidents ont éclaté ailleurs en Cisjordanie. Un dixième Palestinien a été tué par balles par les forces israéliennes jeudi, à Al-Ram près de Jérusalem, dans des conditions non précisées.

Ces décès portent à 30 le nombre de Palestiniens, civils ou membres de groupes armés, tués depuis le début de l'année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens.