Au Liban, les pluies portent le coup de grâce aux maisons ravagées par l'explosion

Un ancien bâtiment de Beyrouth déjà gravement endommagé par l’explosion au port en août dernier (Photo, Joseph EID/AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 08 novembre 2020

Au Liban, les pluies portent le coup de grâce aux maisons ravagées par l'explosion

  • Quelques structures touchées par l'explosion qui se sont effondrées cette semaine avec le début des vents violents et des fortes pluies
  • Au moins 90 autres maisons traditionnelles endommagées par l'explosion sont menacées par les intempéries, a indiqué le ministre démissionnaire de la Culture, Abbass Mortada

BEYROUTH: Norma Mnassakh quittait son appartement de Beyrouth lorsqu'un nuage de poussière s'est élevé d'un immeuble voisin. En retournant sur ses pas, elle a constaté qu'une bâtisse traditionnelle, très endommagée par l'explosion tragique du 4 août, s'était partiellement effondrée en raison des pluies.

« Je suis née et j'ai grandi ici. Ce quartier c'est chez moi. J'en connais chaque recoin. Je perds tous les repères avec lesquels j'ai grandi », raconte cette quinquagénaire, émue, quelques heures seulement après l'effondrement du bâtiment, devant un trottoir couvert de gravats.

Rmeil 24, bâtiment de l'époque ottomane situé dans le quartier d'Achrafieh, fait partie des quelques structures touchées par l'explosion qui se sont effondrées cette semaine avec le début des vents violents et des fortes pluies. 

Au moins 90 autres maisons traditionnelles endommagées par l'explosion sont menacées par les intempéries, a indiqué le ministre démissionnaire de la Culture, Abbass Mortada. 

La catastrophe du port, causée de l'aveu des autorités par le stockage sans mesures de précaution de grandes quantités de nitrate d'ammonium, a fait plus de 200 morts et ravagé des quartiers entiers de la capitale, endommageant ou détruisant 70 000 unités résidentielles, selon l'ONU. 

Les pluies hivernales pourraient achever ces structures brinquebalantes. 

« C'est notre héritage, notre patrimoine. C'est tellement dommage qu'il soit anéanti de cette manière », regrette Carla, 52 ans, qui a grandi près du bâtiment Rmeil 24.

Trop tard

Quasiment abandonné depuis plus de 40 ans, le bâtiment abritait encore au rez-de-chaussée la boutique Hanna Mitri, un des glaciers artisanaux les plus réputés de la capitale libanaise. 

Prisée par les touristes et les habitants du quartier, cette enseigne traditionnelle avait dû se délocaliser après l'effondrement du plafond sous l'effet de l'explosion. 

Les fortes intempéries jeudi soir ont élargi les « cavités des toitures » causant une « destruction partielle » du bâtiment, explique l'architecte Yasmine Macaron, membre de l'Association pour la protection des sites et anciennes demeures au Liban (APSAD). 

« Nous avons eu dix jours d'accalmie et de soleil. Nous aurions pu entamer les premières actions de sauvetage et probablement pu le sauver partiellement » si le propriétaire n'avait pas tardé à accorder son feu vert aux travaux de consolidation, affirme l'architecte. 

Face à une crise économique sans précédent, l'Etat libanais compte plus que jamais sur un financement externe pour sauver son patrimoine. 

Mais les donateurs, sous la houlette de la France, se sont engagés à contourner les institutions publiques, accusées de corruption et d'incompétence.  

Les aides, transférées à des ONG locales, arrivent au compte-goutte et sont insuffisantes, voire décevantes, déplore Mortada. Et « en tant que ministère, nous souffrons d'un manque de capacités », notamment en matière de ressources humaines, admet-il. 

« Se tourner vers Dieu »

Dans le quartier sinistré de Gemmayzé, situé à quelques encablures du site de l'explosion, des camions chargés de panneaux d'aluminium traversent une rue essaimée de bâtisses en ruines. 

Ici, les ouvriers sont plus nombreux que les piétons qui passent à la hâte devant des structures vacillantes. 

Postés devant un bâtiment très médiatisé en septembre car une équipe de secouristes chiliens avait cru détecter un signe de vie sous les décombres, les travailleurs s'attèlent à déblayer les gravats. 

Les pluies diluviennes lui ont assené le coup de grâce. 

À quelques kilomètres de là, le quartier populaire de Karantina est désormais une zone à très haut risque. 

Soufflées par l'explosion, quelques bâtisses tiennent à peine debout. Mercredi, l'une d'elles s'est écroulée en raison des intempéries. 

Deux jours plus tard, des bénévoles d'une association caritative locale s'attelaient à déloger de grands blocs de béton échoués au sol. 

Des policiers dépêchés sur les lieux observaient les ouvriers fortifier les murs d'un autre bâtiment frappé de plein fouet par l'explosion. 

Le secteur a été bouclé à l'aide de rubans jaune et rouge, tandis que des panneaux placés aux entrées d'immeubles avertissent les passants contre un possible effondrement. 

Les larmes aux yeux, un réfugié syrien ayant requis l'anonymat pleure la perte de son appartement. « Il n'y a rien à dire. Nous ne pouvons nous tourner que vers Dieu. »


Un navire de prospection turc rentre au port après une enquête méditerranéenne

Le navire de recherche Oruc Reis, qui est rentré au port après ses activités d'exploration gazière dans les eaux contestées de la Méditerranée orientale, est vu au large d'Antalya sur cette photo d'archive du 12 août 2020. (AFP)
Short Url
  • Ankara maintient toujours qu'elle a des droits dans la région en raison de son long littoral méditerranéen
  • La décision d'imposer ou non des sanctions à la Turquie dépend beaucoup de la position de l'Allemagne

ANKARA: Lundi matin, un navire turc de prospection sismique est rentré au port après avoir mené des activités d'exploration gazière dans les eaux contestées de la Méditerranée orientale, dans un «geste de bonne volonté» de dernière minute pour ouvrir la voie à des négociations avec la Grèce et Chypre dans les prochains jours.

La présence de l'Oruc Reis dans la région depuis le 10 août, où il a exploré des réserves potentielles de gaz naturel, a été au cœur d'un différend entre Ankara, l'Union européenne (UE) et les États-Unis.

Les dirigeants de l'UE décideront lors d'un sommet qui se tiendra du 10 au 11 décembre des sanctions potentielles contre les activités d'Ankara, que la Grèce a qualifiées de «menace directe à la paix».

Jeudi dernier, le navire a été repéré en train de naviguer à seulement 11 kilomètres au large des côtes de l'île grecque de Kastellorizo.

Cependant, Ankara maintient toujours qu'elle a des droits dans la région en raison de son long littoral méditerranéen. Les tensions se sont intensifiées en août lorsque la Turquie a envoyé le navire dans les eaux également revendiquées par la Grèce qui a, jusqu'à présent, rejeté toute discussion avec la Turquie sur ses revendications maritimes tant que l'Oruc Reis resterait dans la région.

Le ministère turc de l'Énergie a également annoncé que le navire avait recueilli «des données sismiques 2D sur 10 955 kilomètres» lors de son excursion.

Pour Gallia Lindenstrauss, chercheuse principale à l'Institute for National Security Studies (INSS), le retour de l'Oruc Reis au port est probablement lié à la prochaine réunion du Conseil européen, comme une tentative d’apaiser la situation et d'éviter les sanctions plutôt que comme le signe d’une véritable volonté de négocier.

«La décision d'imposer ou non des sanctions à la Turquie dépend beaucoup de la position de l'Allemagne. Comme il existe des liens économiques forts entre la Turquie et l'Allemagne et également une très grande diaspora turque en Allemagne, Berlin a tenté de servir de médiateur entre Ankara et Athènes», explique-t-elle à Arab News.

Gallia Lindenstrauss ajoute cependant que deux incidents pourraient avoir brisé une partie de la bonne volonté de Berlin vis-à-vis d’Ankara. 

«Le premier a été le renvoi en octobre de l'Oruc Reis dans ce que la Grèce considère comme ses eaux économiques, alors que les efforts de médiation allemands étaient en jeu. Le deuxième, à la fin du mois de novembre, a été la forte réaction négative d'Ankara à la fouille par un équipage de la marine allemande d’un cargo turc soupçonné de violer l'embargo sur les armes contre la Libye. Pour Berlin, la perquisition était tout à fait légale dans le cadre du mandat de l'opération Irini», explique-t-elle. 

La semaine dernière, le Parlement européen a appelé à des sanctions contre la Turquie en réaction à la visite du président Recep Tayyip Erdogan dans le nord de Chypre et à la poursuite des opérations de la Turquie en Méditerranée orientale, qui, selon Bruxelles, sont illégales.

Lors de sa conférence de presse quotidienne de lundi, Peter Stano, le principal porte-parole des affaires extérieures de l'UE, a déclaré que Bruxelles ne pouvait pas prendre de mesures sur la base d'une seule déclaration ou décision, et a ajouté que les manières et les déclarations données tout au long de la période seraient prises en considération lors du sommet.

«C'est un jeu du chat et de la souris», explique Fiona Mullen, directrice de Sapienta Economics, un cabinet de conseil basé à Chypre.

«Nous pouvons supposer que l'UE s'attendait à ce que l’Oruc Reis revienne au port avant le sommet. Mais il n'y a pas eu de changement concernant Varosha ou la zone économique exclusive de Chypre. L'UE devra donc rédiger soigneusement ses conclusions pour s'assurer que toute menace de sanctions reste crédible», ajoute-t-elle pour Arab News.

Selon Charles Ellinas, chercheur principal et expert en énergie au Conseil de l'Atlantique, compte tenu de ce qui s'est passé en septembre lorsque l’Oruc Reis était rentré au port pour repartir à la mi-octobre après la réunion spéciale du Conseil européen du 1er octobre, il est difficile de prendre ce nouveau développement des événements au pied de la lettre.

«Sur la base de l’expérience précédente, il semble que le retour de l’Oruc Reis à la base soit lié à la prochaine réunion du Conseil européen du 10 décembre, qui examinera les sanctions de l’UE contre la Turquie. Cette fois-ci, cependant, l'UE risque de ne pas se laisser prendre. Des sanctions sont toujours probables», explique-t-il à Arab News.

Selon les experts, des sanctions visant spécifiquement les domaines de l’économie turque liés aux hydrocarbures seront probablement prises lors du sommet. 

«L'UE exigera également des engagements plus fermes de la Turquie – d'arrêter, par exemple, les activités dans les zones contestées pour permettre la reprise des discussions avec la Grèce», poursuit Charles Ellinas.

Cependant, le retrait de l’Oruc Reis peut également être lié au changement de présidence aux États-Unis.

«Erdogan a déjà commencé à faire des remarques conciliantes à l’égard des États-Unis et de l’UE – comme “la Turquie fait partie de l’Europe” et “les relations entre la Turquie et les États-Unis sont de nature stratégique” – après l’élection de Joe Biden», ajoute M. Ellinas.

Mais, pour l'expert en énergie, les remarques à elles seules peuvent ne pas suffire: «Il y aura un besoin de réinitialisation et une volonté de la Turquie de cesser l'agression et de revenir à la diplomatie et aux négociations, sans intimidation.» 

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Bahreïn : une pierre angulaire de la sécurité du Golfe

Les gouvernements des États-Unis et du Bahreïn ont lancé virtuellement mardi un dialogue stratégique portant sur la coopération en matière de défense et de sécurité régionale. (photo fournie)
Short Url
  • Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn et le secrétaire d'État américain se sont félicités d’un nouveau partenariat stratégique entre les deux pays

Les gouvernements des États-Unis et du Bahreïn ont lancé virtuellement mardi un dialogue stratégique portant sur la coopération en matière de défense et de sécurité régionale. Au menu de leurs discussions figuraient également le développement économique et les relations commerciales.

Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdellatif ben Rashid al-Zayani, a salué ce partenariat américain, comme étant la pierre angulaire de la sécurité du Golfe. Au cours du dialogue virtuel, Zayani a appelé la communauté internationale à continuer d’exercer des pressions sur l'Iran, considérant Téhéran comme un défi sécuritaire pour les pays de la région. «L'Iran a des intentions malveillantes envers les États de la région», a déclaré le ministre bahreïni.

Le secrétaire d'État américain Michael Pompeo a estimé pour sa part que Washington cherchait à coopérer avec Bahreïn pour lutter contre le terrorisme. «Les sanctions ont privé l'Iran du financement de groupes terroristes», a déclaré Pompeo lors de ce dialogue virtuel.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Algérie: trois islamistes armés tués

Trois armes de type Kalachnikov, cinq chargeurs, des appareils de communications et une quantité de munitions ont été saisis, a précisé le ministère.(AFP)
Short Url
  • Lors d'une opération de «recherche et ratissage» dans la préfecture de Jijel, «un détachement de l’armée a abattu, aujourd'hui 1er décembre 2020, deux  terroristes, à la suite d'un accrochage avec un dangereux groupe terroriste»
  • Les autorités algériennes utilisent le mot «terroriste» pour désigner les islamistes armés qui sont actifs dans le pays depuis le début des années 1990

ALGER : Trois islamistes armés ont été tués mardi lors d'un accrochage avec un détachement de l'armée algérienne à Jijel (nord-est de l'Algérie), a annoncé le ministère de la Défense en précisant que l'opération antiterroriste était toujours en cours.

Lors d'une opération de «recherche et ratissage» dans la préfecture de Jijel, «un détachement de l’armée a abattu, aujourd'hui 1er décembre 2020, deux  terroristes, à la suite d'un accrochage avec un dangereux groupe terroriste», est-il indiqué dans un premier communiqué.

Un second communiqué a fait état d'un troisième «terroriste abattu» lors de cette opération. 

Les autorités algériennes utilisent le mot «terroriste» pour désigner les islamistes armés qui sont actifs dans le pays depuis le début des années 1990.

Trois armes de type Kalachnikov, cinq chargeurs, des appareils de communications et une quantité de munitions ont été saisis, a précisé le ministère.

Lundi, le ministère de la Défense avait annoncé la «reddition» d'un combattant islamiste, Aïssa Ben Khia, à Tin Zaouatine, à l'extrême sud du pays. L'homme, qui était armé d'un lance-roquettes, de trois roquettes, d'un fusil mitrailleur et de munitions, avait «rallié les groupes terroristes en 2018 au niveau des frontières maliennes», selon un communiqué. 

L'armée annonce régulièrement l'arrestation ou la mort d'islamistes armés dans différentes régions du pays.

Pour l'année 2019, elle a indiqué avoir tué 15 islamistes armés et en avoir arrêté 25 autres. Durant la même année, 44 islamistes se sont rendus.

Malgré la mise en oeuvre en 2005 d'une Charte pour la paix et la réconciliation, censée tourner la page de la «décennie noire» (1992-2002) de la guerre civile qui a fait quelque 200.000 morts, des groupes armés islamistes restent actifs notamment dans le centre-est du pays, où ils s'en prennent généralement aux forces de sécurité.