Colère à Paris après les accusations d’«espionnage» de l’Iran

Short Url
Publié le Vendredi 07 octobre 2022

Colère à Paris après les accusations d’«espionnage» de l’Iran

  • La responsable du syndicat des enseignants français Cécile Kohler et son compagnon, Jacques Paris, ont été arrêtés en mai pour avoir entretenu «l'insécurité» en Iran
  • La France a condamné les arrestations et les aveux forcés, dans lesquels Mme Kohler a déclaré sur vidéo qu'elle était envoyée par la France pour déclencher une révolution

DJEDDAH: La France a accusé jeudi le régime iranien d'avoir pris en otage deux de ses citoyens après que Téhéran a diffusé une vidéo montrant le couple en train d’avouer sous la contrainte être des espions.

Cécile Kohler, responsable du syndicat des enseignants français, et son compagnon, Jacques Paris, ont été arrêtés en mai, accusés d’entretenir l’«insécurité » en Iran. La France a condamné ces arrestations et a exigé leur libération immédiate.

Dans la séquence télévisée de jeudi, Cécile Kohler a «avoué» être un agent du service de renseignement extérieur français, en Iran, pour «préparer le terrain pour la révolution et le renversement du régime de l'Iran islamique». Paris a déclaré: «Notre objectif au service de sécurité français est de faire pression sur le gouvernement de l'Iran.»

La vidéo a suscité la colère en France. «La mise en scène de leurs prétendus aveux est scandaleuse, consternante, inacceptable et contraire au droit international», a indiqué Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

«Cette mascarade révèle le mépris de la dignité humaine qui caractérise les autorités iraniennes. Ces prétendus aveux extorqués sous la contrainte n'ont aucun fondement, pas plus que les raisons invoquées pour leur arrestation arbitraire.»

L'apparition du couple français à la télévision coïncide avec des semaines de manifestations antigouvernementales en Iran à la suite de la mort, le mois dernier, de Mahsa Amini, 22 ans, détenue par la police des mœurs. Elle intervient également au lendemain d'un débat au Sénat français au cours duquel tous les partis politiques ont condamné la répression des manifestations par l'Iran.

Les groupes de défense des droits affirment que les médias d'État iraniens ont diffusé plus de trois cent cinquante confessions forcées entre 2010 et 2020. Quatre citoyens français sont emprisonnés en Iran et la France évalue la possibilité qu’un autre citoyen français ait pu être arrêté pendant les manifestations actuelles.

Dans un Tweet du 5 octobre, le groupe Human Rights Activists in Iran et dix-neuf autres organisations de défense des droits de l'homme ont demandé au président américain, Joe Biden, dans une lettre ouverte, «de traiter le sujet de la violente répression du régime iranien contre ceux qui manifestent pour Mahsa Amini et la crise actuelle des droits de l'homme en Iran».

«Le peuple iranien a besoin du soutien des États-Unis et de l'ensemble de la communauté internationale pour obtenir ses droits et libertés», indique la lettre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Mondial: 31e but de Mbappé en Bleu, égalant Zidane

Kylian Mbappe célèbre après avoir marqué le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark (Photo, AFP).
Kylian Mbappe célèbre après avoir marqué le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark (Photo, AFP).
Short Url
  • Après son but, Mbappé est crédité de 31 buts en 61 sélections. Il dépasse le total de Just Fontaine (en 21 sélections)
  • Kylian Mbappé a inscrit samedi ses 30e et 31e buts en équipe de France, égalant Zinédine Zidane au palmarès des buteurs

DOHA: Kylian Mbappé, auteur d'un doublé contre le Danemark, a inscrit samedi ses 30e et 31e buts en équipe de France, égalant Zinédine Zidane au palmarès des buteurs tricolores et dépassant Thierry Henry comme deuxième meilleur buteur français de l'histoire en Coupe du monde (7 buts).

Après son but, Mbappé est crédité de 31 buts en 61 sélections. Il dépasse le total de Just Fontaine (en 21 sélections) et Jean-Pierre Papin (en 54 sélections), auteurs chacun de 30 buts, et rejoint Zinédine Zidane comme septième meilleur buteur français de l'histoire avec 31 unités.

Thierry Henry a inscrit six buts en quatre éditions de la Coupe du monde (1998, 2002, 2006, 2010). Mbappé en avait inscrit quatre lors de sa première participation au Mondial-2018, remporté par les Bleus, puis trois autres cette année au Qatar, un contre l'Australie (4-1), deux contre le Danemark.

Le record de Just Fontaine, avec 13 buts au Mondial-1958, reste pour l'heure inatteignable.

Classement des meilleurs buteurs de l'histoire en équipe de France:

1. Thierry Henry: 51 buts (en 123 sélections, de 1997 à 2010).

. Olivier Giroud: 51 buts (116 sélections, depuis 2011).

3. Antoine Griezmann: 42 buts (112 sélections, depuis 2014).

4. Michel Platini: 41 buts (en 72 sélections, de 1976 à 1986).

5. Karim Benzema: 37 buts (en 97 sélections, depuis 2007).

6. David Trezeguet: 34 buts (en 71 sélections, de 1998 à 2008).

7. Zinédine Zidane: 31 buts (en 108 sélections, de 1994 à 2006).

. Kylian Mbappé: 31 buts (61 sélections, depuis 2017).

9. Just Fontaine: 30 buts (en 21 sélections, de 1953 à 1960).

. Jean-Pierre Papin: 30 buts (en 54 sélections, de 1986 à 1994).

Classement des meilleurs buteurs français en Coupe du monde:

1. Just Fontaine: 13 buts en une édition (1958).

2. Kylian Mbappé: 7 buts en deux éditions (2018 et 2022)

3. Thierry Henry: 6 buts en quatre éditions (1998, 2002, 2006, 2010).

4. Michel Platini: 5 buts en trois éditions (1978, 1982, 1986).

. Zinédine Zidane: 5 buts en trois éditions (1998, 2002, 2006).

6. Antoine Griezmann: 4 buts en trois éditions (2014, 2018 et 2022).


Fin de vie: Pas de déclaration commune des représentants des cultes, malgré des positions proches

L'archevêque de Reims et président de la "Conférence des Eveques de France" Eric de Moulins-Beaufort (Photo, AFP).
L'archevêque de Reims et président de la "Conférence des Eveques de France" Eric de Moulins-Beaufort (Photo, AFP).
Short Url
  • «Pour l'instant, la question est: faut-il envisager des changements dans la loi actuelle?»
  • Le président Emmanuel Macron a évoqué à la fin de l'été un changement de législation sur la fin de vie

PARIS: Les représentants des cultes catholique, protestant, musulman et juif n'adopteront pas de front commun dans le débat sur la fin de vie, même si leurs positions sont proches, expliquent-ils dans une interview croisée au Journal du dimanche.

A la question de savoir si les responsables des cultes feront une déclaration commune en amont de possibles débats législatifs sur la question, le président de la Conférence des évêques de France, Eric de Moulins-Beaufort, répond: "non, nous avons plutôt éliminé cette option. Le temps présent est au débat et nous ne sommes pas le tribunal des religions qui jugeraient la société".

"Pour l'instant, la question est: faut-il envisager des changements dans la loi actuelle? Nous n'anticipons pas. Nous participerons à ce débat (...) ensuite, à la société de faire son grain avec, ou pas", renchérit dans la même interview le Grand rabbin de France, Haïm Korsia.

Le président Emmanuel Macron a évoqué à la fin de l'été un changement de législation sur la fin de vie. Une convention citoyenne formée de 150 Français tirés au sort doit en débattre à partir du 9 décembre. Elle formulera au printemps prochain des propositions censées orienter les choix de l'Etat, et notamment de décider s'il convient de changer la loi Claeys-Leonetti sur l'accompagnement médical de la fin de vie, éventuellement en légalisant une "aide active à mourir".

Les grandes religions ne présentent "pas un front uni, politique, qui voudrait s'imposer, mais un ensemble de préoccupations partagées. Nous voulons mettre en avant l'humanité et la nécessité d'un accompagnement humain", explique dans l'interview le recteur de la Grande mosquée de Paris, Chems-eddine Hafiz.

"On ne peut pas parler de front des religions. Quand bien même nos appréciations sont proches les unes des autres, nous ne partons pas en guerre contre une possible loi", ajoute Christian Krieger, président de la Fédération protestante de France.

"Au sein du protestantisme, nous ne sommes pas tous alignés", souligne-t-il en outre. Haïm Korsia note lui aussi qu'"il existe des nuances intercultes et en interne, y compris dans le judaïsme".

Le rôle des responsables religieux dans le débat "consiste à faire apparaître qu'on ne peut pas réduire cette question à sa dimension technique ou juridique (...) , elle concerne notre humanité", résume Mgr de Moulins-Beaufort.


Manifestations de motards pour dire « non au contrôle technique»

Les motards s'immobilisent alors qu'ils bloquent le périphérique lors d'une manifestation à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les motards s'immobilisent alors qu'ils bloquent le périphérique lors d'une manifestation à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ils étaient 1 400 à Lyon, 900 à Toulouse ou encore 850 à Bordeaux selon les chiffres des préfectures respectives
  • Dans un arrêt du 31 octobre, le Conseil d'Etat a réinstauré le contrôle technique pour les deux-roues, une obligation européenne dont l'application était prévue début 2023 avant son annulation par le gouvernement

TOULOUSE: Plusieurs centaines de motards ont défilé samedi dans de nombreuses villes françaises comme Toulouse, Lille, Bordeaux ou Rennes, pour protester contre l'instauration du contrôle technique pour les deux-roues.

Ils étaient 1 400 à Lyon, 900 à Toulouse ou encore 850 à Bordeaux selon les chiffres des préfectures respectives.

A Toulouse, le cortège de véhicules s'est réuni à l'appel de plusieurs fédérations de motards de la région, avant d'emprunter l'A64, baptisée la "Pyrénéenne", pour ensuite se diriger vers le périphérique à faible allure en faisant vrombir leurs moteurs.

Dans la Ville Rose, la mobilisation concernait aussi la mise en place d'une ZFE, qui entraînera l'interdiction des voitures et deux-roues certifiés Crit'air 4, 5 et non classés (les véhicules les plus vieux) à partir du 1er janvier 2023.

A Bordeaux, 850 motos ont défilé en ville selon la préfecture, 2.000 selon la Fédération française des motards en colère (FFMC).

A leur arrivée dans le centre, les manifestants se sont dirigés dans une atmosphère détendue et à pied vers le Tribunal administratif devant lequel ils ont exposé un cercueil et des affiches portant les slogans "contrôle technique le mensonge de trop" ou "Je contrôle, tu contrôles, ils s’enrichissent".

"C’est dans ces moments que l’on peut montrer notre force", a réagi pour l'AFP Marianne Grand, coordinatrice de la FFMC33 qui compte bien "continuer la bataille".

Contrôle «inefficace»

L'appel à la mobilisation été suivi dans plusieurs autres grandes villes de France comme à Lyon où 1 400 participants sont partis de la Place Bellecour pour se rendre vers la préfecture, tandis que 400 personnes ont manifesté à Perpignan.

Dans le Nord, Ils étaient 650 à Lille, selon une source policière, réunis vers 15h00 place de la République près de la préfecture.

Auprès de l'AFP, Philippe Maussion, coordinateur de la FFMC59, a appelé l'Etat à ne pas "céder aux associations pseudo-écologistes parisiennes dont le seul but est de chasser tout ce qui est motorisé de Paris".

A Rennes, 350 à 400 motards se sont rassemblés devant la préfecture d'Ille-et-Vilaine en début d'après-midi, venus également des départements voisins du Morbihan et des Côtes d'Armor.

"On est là pour encourager le gouvernement à poursuivre ses efforts sur des solutions alternatives au contrôle technique obligatoire pour les deux roues", a déclaré à l'AFP Philippe Jéhanno, coordinateur de la manifestation pour la FFMC 35.

"Le contrôle technique sera inefficace en termes de sécurité. En dix ans, le parc de deux roues a augmenté de 30% tandis que la mortalité baissait de 19%. Nous sommes les bons élèves de la sécurité routière", affirme-t-il.

La FFMC d’Ille-et-Vilaine doit être reçue jeudi à la préfecture pour aborder des problématiques propres au département, notamment liées à la sécurité, a-t-il précisé.

Des mobilisations ont aussi eu lieu à Reims et Strasbourg où 250 motos ont défilé.

Dans un arrêt du 31 octobre, le Conseil d'Etat a réinstauré le contrôle technique pour les deux-roues, une obligation européenne dont l'application était prévue début 2023 avant son annulation par le gouvernement.

Une semaine plus tôt, plus de 1 500 motards, venus de plusieurs départements du sud de la France, avaient défilé à Montpellier pour protester contre cette mesure.

D'autres manifestations sont prévues ce week-end, dont une à Paris et Marseille dimanche.