Risques de torture et de mort: Des ONG alertent sur le sort de détenus en Iran

Une photo obtenue par l'agence de presse iranienne Mizan le 16 octobre 2022 montre des débris après un incendie dans la célèbre prison d'Evin, au nord-ouest de la capitale iranienne Téhéran.(Photo de KOOSHA MAHSHID FALAHI / MIZAN / AFP)
Une photo obtenue par l'agence de presse iranienne Mizan le 16 octobre 2022 montre des débris après un incendie dans la célèbre prison d'Evin, au nord-ouest de la capitale iranienne Téhéran.(Photo de KOOSHA MAHSHID FALAHI / MIZAN / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 21 octobre 2022

Risques de torture et de mort: Des ONG alertent sur le sort de détenus en Iran

  • Ces derniers jours, des images choquantes de l'arrestation du défenseur de la liberté d'expression Hossein Ronaghi ont émergé
  • Selon l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo, des milliers de personnes ont été arrêtées dans le pays pendant la répression, dont au moins 36 journalistes

PARIS: Des militants iraniens arrêtés dans le cadre de la répression des manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini ont actuellement des contacts limités avec l'extérieur et risquent d'être torturés, voire de mourir en détention, alertent des ONG.

Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée le 16 septembre, trois jours après son arrestation pour avoir violé, selon la police des moeurs, le drastique code vestimentaire en vigueur.

Ces derniers jours, des images choquantes de l'arrestation du défenseur de la liberté d'expression Hossein Ronaghi ont émergé, le montrant immobilisé par une prise d'étranglement et emmené de force alors qu'il se présentait au bureau des procureurs en septembre.

Depuis son arrestation le 24 septembre, ce critique acharné de la République islamique, contributeur du Wall Street Journal, est détenu à la prison d'Evine à Téhéran. Selon sa famille, il souffre de fractures aux deux jambes et risque de mourir en détention à cause de problèmes rénaux.

Après l'incendie qui s'est déclaré dans la prison le 15 octobre, Hossein Ronaghi a "brièvement appelé sa mère mais arrivait à peine à parler à cause de son état de santé dégradé", a écrit son frère Hassan Ronaghi sur Twitter. "La vie de Hossein est en danger", a-t-il tweeté mercredi.

«Risque de torture»

Comme lui, des militants des droits humains de premier plan, des journalistes et des avocats ont été arrêtés et leurs soutiens craignent qu’ils ne ressortent pas en vie de la prison d'Evine, où la plupart des prisonniers politiques sont détenus, selon des ONG.

L'incendie de la prison, qui a fait huit morts selon les autorités, n'a fait qu'amplifier les inquiétudes pour leur état de santé. Des militants ont accusé les autorités d'avoir lancé des gaz lacrymogènes et tiré des billes d'acier dans la prison.

"Les détenus, souvent victimes de disparitions forcées, courent un grave risque d'être torturés et de mourir. Une action urgente de la communauté internationale est cruciale à ce stade", plaide Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur d'Iran Human Rights (IHR).

Selon cette ONG basée à Oslo, des milliers de personnes ont été arrêtées dans le pays pendant la répression, dont au moins 36 journalistes, 170 étudiants, 14 avocats et plus de 580 militants de la société civile, notamment des ouvriers et des responsables de syndicats d'enseignants.

Roya Boroumand, directrice de l'Abdorrahman Boroumand Center, une ONG basée à Washington, a affirmé à l'AFP que la situation s'était aggravée avec l'afflux de nouveaux prisonniers incarcérés à Evine et à la prison de Fashafouyeh.

"Nous sommes très inquiets" pour les prisonniers qui "n'ont pas d'autre choix que de rester assis ou dormir à tour de rôle, à cause du manque de place", selon elle.

«Penser: un crime?»

Selon des analystes, les arrestations de masse sont l'une des principales stratégies des autorités sous la houlette de l'ayatollah Ali Khamenei, pour combattre les manifestations qui représentent l'un des plus grands défis pour le pouvoir en place depuis la Révolution islamique de 1979.

Amnesty International a appelé cette semaine à des contrôles indépendants "pour protéger les prisonniers de davantage d'exécutions illégales, de tortures et de mauvais traitements".

Le militant Majid Tavakoli, emprisonné à plusieurs reprises, notamment après des élections contestées en 2009, reste détenu depuis son arrestation le 23 septembre.

Sa famille indique n'avoir plus de nouvelles de lui depuis l'incendie à Evine.

"Pourquoi une personne dont le seul outil est son cerveau ne peut pas être libre? Penser, est-ce un crime?", s'est interrogée son épouse sur Twitter.

«Sévèrement battus»

Arash Sadeghi, libéré en mai après plusieurs années de prison et souffrant de chondrosarcome, un rare type de cancer des os, a été de nouveau emprisonné à Evine le 12 octobre.

Son père a partagé sur Twitter une photo d'une dizaine de boîtes de médicaments dont il a besoin.

"Vous pouvez emprisonner son corps mais son âme est toujours avec le peuple", a-t-il dit.

IHR a exprimé son inquiétude sur le cas de militants détenus au secret, parmi lesquels le journaliste et défenseur des droits humains Golrokh Iraee et le célèbre blogueur spécialisé en nouvelles technologies Amir Emand Mirmirani.

Selon IHR, certains détenus ont fait des "aveux télévisés, sous la contrainte et la torture".

Des prisonniers ont "attesté avoir été sévèrement battus, torturés pendant les interrogatoires et privés de nourriture et d'eau potable", a déclaré Roya Boroumand. "Les détenus restent avec des plombs de fusils et des membres brisés, sans soins médicaux."


Cisjordanie: plusieurs militants étrangers disent avoir été blessés par des colons

De la fumée s'élève après une frappe israélienne près du village de Kfar Kila dans le sud du Liban, le 16 juillet 2024  (AFP)
De la fumée s'élève après une frappe israélienne près du village de Kfar Kila dans le sud du Liban, le 16 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • Au moins trois personnes, deux femmes et un homme, ont été pris en charge par le personnel soignant, tous présentant de larges ecchymoses, a constaté un journaliste de l'AFP.
  • Des militants étrangers escortent régulièrement des Palestiniens qu'ils estiment vulnérables dans les territoires occupés, théâtres de violences.

NAPLOUSE: Plusieurs militants étrangers de la cause palestinienne ont été attaqués et blessés dimanche par des colons israéliens aux visages masqués dans le nord de la Cisjordanie occupée, sur les terres agricoles de Qusra où ils accompagnaient des Palestiniens.

Dans les couloirs de l'hôpital al-Rafidia de Naplouse où ils ont été transportés par les services de secours, au moins trois personnes, deux femmes et un homme, ont été pris en charge par le personnel soignant, tous présentant de larges ecchymoses, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ces bénévoles accompagnaient des Palestiniens dans des oliveraies proches de colonies israéliennes. Des militants étrangers escortent régulièrement des Palestiniens qu'ils estiment vulnérables dans les territoires occupés, théâtres de violences.

"Plus tôt aujourd'hui (dimanche), un certain nombre de civils israéliens masqués ont agressé un groupe de ressortissants étrangers pensant qu'ils plantaient des arbres dans les environs de Qusra", a répondu l'armée israélienne, interrogée par l'AFP.

L'armée affirme avoir tiré des coups de semonce en l'air, ce qui a mis en "fuite les civils israéliens".

Aucun d'entre eux n'a été inquiété.

"Ils sont arrivés avec d'énormes bâtons et ils ont commencé à nous frapper", a décrit à l'AFP une Américaine se présentant sous le surnom de Vivi, dénonçant une attaque "sans raison".

"Ils étaient armés de tuyaux en métal et de bâtons en bois et cherchaient la bagarre", a ajouté David Hummel, un membre allemand du Mouvement de solidarité internationale (ISM).

M. Hummel a évoqué une blessure à la mâchoire et des douleurs aux jambes et aux bras.

Hani Odeh, le maire de Qusra, a également confirmé les faits à l'AFP, ajoutant que les militants avaient accompagné les agriculteurs dans des champs "récemment incendiés" par des colons.

Il a évoqué "quatre blessés" et affirmé que les assaillants venaient de la colonie voisine Esh Kodesh. Selon lui, les tirs de semonce étaient destinés à faire fuir les Palestiniens et les militants.

Ces derniers vivent à Qusra depuis environ un mois, toujours d'après M. Odeh.

Depuis la création d'ISM, plusieurs de ses militants ont été blessés.

La guerre dans la bande de Gaza a généré une intensification des violences en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, où les tensions étaient déjà vives depuis deux ans.

Depuis le 7 octobre, au moins 579 Palestiniens y ont été tués par des soldats ou colons israéliens, selon les autorités palestiniennes. Au moins 16 Israéliens sont morts dans des attaques ou attentats palestiniens, d'après des chiffres officiels israéliens.

Avant la guerre, le Bureau des affaires humanitaires de l'ONU tirait déjà la sonnette d'alarme sur la "violence des colons", notant que les incidents entre des Palestiniens et des habitants de colonie, ces villes et villages illégaux au regard du droit international, n'avaient jamais été aussi nombreux depuis le début de ses décomptes en 2006.


L'Iran condamne les frappes israéliennes contre le port de Hodeida au Yémen

L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien. (AFP)
L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien. (AFP)
Short Url
  • Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, "a fermement condamné" ces attaques", indique le communiqué iranien
  • Y voyant "l'expression du comportement agressif du régime israélien", il a "mis en garde contre le risque d'escalade des tensions et de propagation de la guerre dans la région", ajoute le texte

TEHERAN: L'Iran a "fermement condamné" dimanche les frappes israéliennes menées la veille contre le port de Hodeida tenu par les rebelles Houthis au Yémen, mettant en garde contre une "escalade des tensions" dans la région.

Les frappes aériennes sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, situé à environ 1.800 kilomètres de distance.

Elles ont provoqué la mort de six personnes, fait trois disparus et 83 blessés, selon un bilan révisé dimanche du ministère de la Santé des Houthis.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, "a fermement condamné" ces attaques", indique le communiqué iranien.

Y voyant "l'expression du comportement agressif du régime israélien", il a "mis en garde contre le risque d'escalade des tensions et de propagation de la guerre dans la région", ajoute le texte.

Dimanche, les rebelles yéménites, soutenus par l'Iran, ont menacé Israël d'une "réponse énorme" à ces attaques, alors que les pompiers luttent toujours contre l'énorme incendie déclenché par les frappes israéliennes.

L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien.

Les Houthis, qui contrôlent de larges pans du Yémen, ont ouvert un front contre Israël, disant agir en "solidarité" avec les Palestiniens de Gaza, où Israël mène depuis neuf mois une opération militaire d'envergure contre le mouvement islamiste Hamas, dont l'attaque sur le sol israélien du 7 octobre a déclenché le conflit.

Depuis le début de la guerre à Gaza, Téhéran, qui soutient également le puissant mouvement libanais Hezbollah, engagé dans des violences quotidiennes avec Israël, se présente  comme le premier soutien du mouvement palestinien Hamas contre Israël.


Yémen: un incendie fait rage à Hodeida, après des frappes israéliennes meurtrières

Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes. (AFP).
Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes. (AFP).
Short Url
  • Les frappes de samedi sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël
  • La "réponse des rebelles à l'agression israélienne contre notre pays est inévitable et sera énorme", a déclaré dimanche Yahya Saree, leur porte-parole militaire

HODEIDA: Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes, selon les rebelles, qui menacent Israël d'une réponse "énorme".

Les frappes de samedi sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, situé à environ 1.800 kilomètres de distance.

La "réponse des rebelles à l'agression israélienne contre notre pays est inévitable et sera énorme", a déclaré dimanche Yahya Saree, leur porte-parole militaire.

Il a déclaré que les rebelles avaient tiré des missiles balistiques en direction d'Eilat, station balnéaire israélienne sur le mer Rouge. Un missile tiré depuis le Yémen a été intercepté, avait indiqué l'armée israélienne, précisant que "le projectile n'a pas pénétré en territoire israélien".

Lancés au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien, les raids aériens sur Hodeida ont provoqué la mort de trois personnes et en ont blessé 87, dont beaucoup souffrent de graves brûlures, a déclaré le ministère de la Santé des Houthis.

D'autres opérations contre les Houthis suivront "s'ils osent nous attaquer", a déclaré samedi le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant.

D'épais panaches de fumée noire enveloppent dimanche le ciel au-dessus de Hodeida, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Un employé du port, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a indiqué que les réservoirs de carburant et la centrale électrique étaient toujours en flammes. D'après lui, il faudrait plusieurs jours pour contenir l'incendie, un point de vue partagé par les experts du Yémen, au vu notamment du manque d'équipement des pompiers.

Selon Mohammed Albasha, analyste principal du Moyen-Orient pour le groupe américain Navanti, le feu pourrait atteindre les installations de stockage de nourriture.

L'attaque "va avoir des conséquences humanitaires désastreuses sur les millions de Yéménites" dans les vastes zones du pays contrôlées par les Houthis, a déclaré Nicholas Brumfield, un expert du Yémen sur X.

Le gouvernement yéménite, internationalement reconnu et soutenu par l'Arabie saoudite dans sa guerre menée depuis 2014 contre les Houthis, a condamné les frappes israéliennes, tenant Israël "pour responsable de l'aggravation de la crise humanitaire".

Il a mis en garde les rebelles, soutenus par Téhéran et qui disent agir en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, contre le risque d'entraîner le pays dans des "batailles insensées servant les intérêts du régime iranien et son projet expansionniste dans la région".