Le congrès du PCC se referme à l'aube d'un 3e mandat pour Xi Jinping

Le nouveau comité permanent sera composé en "majorité de personnalités loyales à Xi Jinping" (Photo, AFP).
Le nouveau comité permanent sera composé en "majorité de personnalités loyales à Xi Jinping" (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 22 octobre 2022

Le congrès du PCC se referme à l'aube d'un 3e mandat pour Xi Jinping

  • Depuis une semaine, quelque 2 300 délégués choisis par les différentes instances du Parti sont réunis à huis clos à Pékin
  • Ce congrès, le 20e depuis la création du PCC en 1921, survient dans un contexte délicat pour la Chine, confrontée à un ralentissement de sa croissance en raison de confinements à répétition et de tensions diplomatiques avec l'Occident

PEKIN: Le Parti communiste chinois (PCC) achève samedi à Pékin son congrès, qui a sans surprise couronn" le président Xi Jinping d'un troisième mandat et tracer l'avenir politique de la Chine pour les cinq prochaines années.

"Osez vous battre pour la victoire", a lancé d'un air triomphal Xi Jinping à l'issue de la cérémonie de clôture au Palais du peuple, un immense bâtiment de style soviétique qui domine la place Tiananmen.

Ce congrès, le 20e depuis la création du PCC en 1921, survient dans un contexte délicat pour la Chine, confrontée à un ralentissement de sa croissance en raison de confinements à répétition et de tensions diplomatiques avec l'Occident.

Depuis une semaine, quelque 2 300 délégués choisis par les différentes instances du Parti sont réunis à huis clos à Pékin.

La composition du nouveau Comité central, sorte de "parlement" interne au parti, a été adoptée, selon l'agence Chine nouvelle qui n'a toutefois pas dévoilé la liste des quelque 200 membres.

Selon les médias officiels, la cérémonie de clôture était en cours samedi matin au Palais du peuple, un immense bâtiment de style soviétique qui domine la place Tiananmen.

Dimanche, Xi Jinping sera vraisemblablement reconduit au poste de secrétaire général du PCC, à l'issue de la première réunion d'un Comité central remanié, sorte de Parlement du parti qui compte environ 200 membres.

Simple formalité, la procédure doit permettre à Xi Jinping de décrocher en mars prochain un troisième mandat présidentiel inédit de cinq ans.

"Ce troisième mandat mettra fin à trois décennies de transition (encadrée) du pouvoir" en Chine, relève Neil Thomas, analyste du cabinet Eurasia Group.

Pour se maintenir au pouvoir, l'homme fort de Pékin avait ainsi fait supprimer de la Constitution en 2018 la limite de deux mandats. Xi Jinping, 69 ans, peut donc en théorie présider à vie la République populaire.

Scène inhabituelle dans une cérémonie très chorégraphiée, l'ancien président Hu Jintao a été escorté vers la sortie, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Visiblement contre son gré, l'homme de 79 ans, qui a présidé la Chine de 2003 à 2013, a été incité par des employés à se lever de son siège, situé à côté de Xi Jinping. La scène n'a été ni expliquée ni rapportée dans l'immédiat par les médias d'Etat.

Nouveau Premier ministre 

Analystes et médias spéculent sur la volonté de Xi Jinping de changer l'intitulé de son poste en "président du parti", le titre qu'avait le fondateur du régime Mao Tsé-toung (1949-76).

Une modification pourrait aussi  re apportée à la charte du PCC. En 2017, elle avait intégré une référence à "la Pensée Xi Jinping sur le socialisme à caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère".

Cette mention avait été ajoutée l'année suivante à la Constitution du pays.

Ce congrès devrait également déboucher sur une large recomposition du comité permanent du Bureau politique.

La composition de cet organe tout-puissant de sept membres actuellement -- qui détient la réalité du pouvoir en Chine -- sera dévoilée dimanche.

Selon des traditions non écrites, une partie des membres actuels atteignent l'âge auquel ils sont censés prendre leur retraite.

Conformément à la coutume, les membres du Comité permanent seront annoncés par ordre d'importance, le numéro un étant le secrétaire général.

A priori le numéro deux ou le numéro trois sera le prochain Premier ministre qui succèdera à Li Keqiang, en mars prochain.

Parmi les noms évoqués pour le remplacer: Wang Yang, considéré comme l'une des voix les plus libérales du Parti, ou l'actuel vice-Premier ministre Hu Chunhua.

Li Qiang, chef du parti à Shanghai, est également pressenti malgré sa gestion chaotique du confinement au printemps.

Chine: contre son gré, l'ex-président Hu Jintao escorté hors du congrès du parti

L'ancien président chinois Hu Jintao a été escorté contre son gré vers la sortie samedi, lors de la cérémonie de clôture du congrès du Parti communiste, un incident très inhabituel.

La scène, observée et filmée par des journalistes de l'AFP, n'a pas été expliquée ni rapportée par les médias d'Etat.

Toute référence récente au nom de l'ancien président semblait avoir été censurée sur l'internet chinois.

Hu Jintao, qui a présidé la Chine de 2003 à 2013 et est considéré comme un réformateur, a été incité par des employés à se lever de son siège, situé à côté de Xi Jinping au premier rang du Palais du peuple.

Un employé tente de prendre par le bras l'ex-président de 79 ans, qui a paru affaibli, mais ce dernier refuse.

Cet homme essaie ensuite de le soulever par les aisselles, mais le prédécesseur de Xi Jinping continue à résister.

Hu Jintao tente d'embarquer des documents posés sur son pupitre, qui semblent appartenir au numéro un chinois. Xi Jinping les tient fermement.

Assistance impassible

S'ensuit une conversation d'environ une minute entre l'employé et Hu Jintao.

Ce dernier se laisse finalement convaincre de quitter les lieux, visiblement à contre-coeur. Tenu au bras, l'ancien président est escorté vers la sortie, laissant une chaise vide à côté de Xi Jinping.

Aucune explication officielle n'a été donnée. Les demandes de l'AFP auprès des autorités sont restées sans réponse.

Au moment de se lever, Hu Jintao a un bref échange avec Xi Jinping, qui lui répond sans le regarder, et avec le Premier ministre Li Keqiang, à qui il donne une tape amicale à l'épaule.

L'assistance semble impassible.

Hu Jintao avait surpris à l'ouverture du congrès dimanche dernier en apparaissant vieilli, la chevelure désormais totalement blanche.

Cette séquence a eu lieu peu après l'entrée de la presse au Palais du peuple à Pékin pour couvrir la cérémonie de clôture du congrès du Parti communiste chinois (PCC).

Elle est survenue juste avant le vote unanime, par les quelque 2.300 délégués du PCC, pour intégrer à la charte du parti le "rôle central" de Xi Jinping.

Humiliation complète

"On ne sait pas encore ce qui a provoqué cela, s'il s'agissait de contrer le pouvoir de Xi ou d'un moment désagréable pour une personne âgée", commente Neil Thomas, analyste du cabinet Eurasia Group.

"En l'absence d'informations supplémentaires, c'est difficile de tirer des conclusions sur le rapport entre cet incident et la politique chinoise", précise M. Thomas.

"Que ce soit délibéré, ou qu'il ait été souffrant, l'effet est le même. Une humiliation complète pour la dernière génération de dirigeants d'avant Xi", a tweeté Alex White, analyste britannique ayant vécu en Chine.

Samedi après-midi, le nom "Hu Jintao" paraissait censuré sur le réseau social Weibo. Seules des informations de la veille, et provenant de comptes officiels, étaient disponibles.

Xi Jinping, 69 ans, devrait obtenir dimanche un troisième mandat comme secrétaire général du parti, ce qui l'assure d'un troisième mandat présidentiel en mars prochain.

Arrivé à la tête de la Chine en 2012, il a concentré les pouvoirs pour devenir peu à peu le dirigeant le plus puissant depuis le fondateur du régime Mao Tse-toung (1949-76).

Affichant une grande fermeté contre toute forme de dissidence, Xi Jinping a aussi mené une redoutable campagne anti-corruption qui lui a permis de faire le ménage parmi ses rivaux.

«Pires scénarios»

Le nouveau comité permanent sera composé en "majorité de personnalités loyales à Xi Jinping", subodore Nis Grünberg, de l'Institut Mercator d'études chinoises (Merics) à Berlin.

Nombre de sinologues estiment qu'aucun successeur potentiel ne devrait émerger.

Depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, Xi Jinping a accumulé les pouvoirs au sommet de la deuxième puissance mondiale et présidé à un renforcement de l'autorité du régime.

Chef du Parti, chef de l'Etat, chef des armées... le dirigeant a plaidé pour la continuité de ses politiques lors d'un discours au ton triomphal à l'ouverture du congrès.

La stratégie "zéro Covid" devrait ainsi se poursuivre malgré ses conséquences néfastes sur l'économie et l'exaspération grandissante de la population face aux confinements.

Loin de la diplomatie prudente de ses prédécesseurs, Xi Jinping devrait encore davantage faire entendre la voix de la Chine. Quitte à accroître les tensions avec le grand rival américain, en particulier autour de la question de Taïwan.

Xi Jinping est surtout "très préoccupé par la sécurité du régime", soulignent les analystes du cabinet SinoInsider, spécialisé dans la politique chinoise. Et de relever que ce terme a été cité 91 fois dans son discours dimanche, plus que tout autre thème.

"Nous devons (...) être préparés aux pires scénarios, se tenir prêts à résister aux vents violents, aux eaux agitées et même aux tempêtes dangereuses", a averti Xi Jinping.


Royaume-Uni: Rishi Sunak nomme un nouveau président pour le Parti conservateur

Greg Hands arrive au 10 Downing Street pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet à Londres, le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Greg Hands arrive au 10 Downing Street pour assister à la réunion hebdomadaire du Cabinet à Londres, le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Greg Hands, qui était depuis octobre ministre du Commerce international, a été nommé ministre sans portefeuille, et président des Tories
  • Il aura la tâche difficile de coordonner la campagne du parti au pouvoir depuis 13 ans, et au plus bas dans les sondages, aux prochaines élections législatives, qui devraient avoir lieu dans moins de deux ans

LONDRES: Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a nommé mardi Greg Hands nouveau président du Parti conservateur, après avoir limogé fin janvier son prédécesseur, épinglé pour ne pas avoir déclaré ses démêlés avec le fisc.

Cette nomination a entraîné un léger remaniement ministériel marqué par la création de quatre ministères, alors que Rishi Sunak, au pouvoir depuis un peu plus de 100 jours, est fragilisé par des affaires dans son gouvernement et une crise sociale qui dure.

Greg Hands, qui était depuis octobre ministre du Commerce international, a été nommé ministre sans portefeuille, et président des Tories.

Il aura la tâche difficile de coordonner la campagne du parti au pouvoir depuis 13 ans, et au plus bas dans les sondages, aux prochaines élections législatives, qui devraient avoir lieu dans moins de deux ans.

Le précédent chef du Parti conservateur, Nadim Zahawi a été limogé après s'être rendu coupable d'une "violation grave du code ministériel". Il avait trouvé un accord de principe avec le fisc en août 2022, alors qu'il était ministre des Finances de Boris Johnson, avant de l'entériner le mois suivant.

Selon la presse, Nadhim Zahawi a réglé ce qu'il devait au fisc, assorti de pénalités, pour près de cinq millions de livres sterling (5,7 millions d'euros).

Avec le remaniement ministériel, Grant Shapps, qui était depuis octobre le ministre des Entreprises et de l'Energie, devient ministre pour la Sécurité énergétique et la Neutralité carbone.

Kemi Badenoch devient ministre des Entreprises et du Commerce.

Michelle Donellan, qui était ministre de la Culture, est nommée ministre pour la Science, l'Innovation et la Technologie. Lucy Frazer devient ministre de la Culture, des Médias et du Sport.

Ces changements permettront de s'assurer que les équipes de Rishi Sunak "se concentrent sur les promesses du Premier ministre", dont la réduction de moitié de l'inflation, et la croissance de l'économie, selon un communiqué de Downing Street.


Séisme en Turquie et Syrie: 23 millions de personnes pourraient être touchées, selon l'OMS

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège de l'OMS à Genève, en Suisse, le 14 décembre 2022. (Fichier/AP)
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, s'exprime lors d'une conférence de presse au siège de l'OMS à Genève, en Suisse, le 14 décembre 2022. (Fichier/AP)
Short Url
  • «Les cartes des événements montrent que 23 millions de personnes sont potentiellement exposées, dont environ 5 millions de personnes vulnérables», a déclaré une responsable de l'Organisation mondiale de la santé
  • «L'OMS connaît la forte capacité de réponse de la Turquie et considère que les principaux besoins non satisfaits pourraient se situer en Syrie dans l'immédiat et à moyen terme», a-t-elle ajouté

GENEVE : Quelque 23 millions de personnes pourraient être touchées par les séismes qui ont secoué le Sud-Est de la Turquie et le Nord de la Syrie, a indiqué mardi l'OMS, promettant son soutien sur le long terme après l'envoi d'aide d'urgence.

"Les cartes des événements montrent que 23 millions de personnes sont potentiellement exposées, dont environ 5 millions de personnes vulnérables", a déclaré une responsable de l'Organisation mondiale de la santé, Adelheid Marschang, lors d'une réunion régulière du Conseil exécutif de l'organisation.

"L'OMS connaît la forte capacité de réponse de la Turquie et considère que les principaux besoins non satisfaits pourraient se situer en Syrie dans l'immédiat et à moyen terme", a-t-elle ajouté.

Le séisme, suivi de puissantes répliques, a tué plus de 5 000 morts en Turquie et en Syrie, faisant également des milliers de blessés et de sans abri par un froid glacial, mais le bilan est encore provisoire.

"L'acheminement de l'aide par la frontière vers le nord-ouest de la Syrie risque d'être ou est déjà perturbé en raison des dégâts causés par le tremblement de terre. En soi, cela constitue déjà une énorme crise", a relevé Mme Marschang.

A ses côtés, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a d'abord appelé à observer une minute de silence pour les victimes.

"Nous travaillerons en étroite collaboration avec tous les partenaires pour soutenir les autorités de Turquie et de Syrie, dans les heures et les jours critiques à venir, ainsi que dans les mois et les années à venir, alors que les deux pays se rétablissent et se reconstruisent", a-t-il ensuite dit.

Il a annoncé l'envoi de "trois vols charters dans les deux pays" avec des matériels médicaux, y compris des trousses chirurgicales, depuis la plateforme logistique humanitaire de Dubaï.

"Nous mobilisons des matériels d'urgence et nous avons activé le réseau d'équipes médicales d'urgence de l'OMS pour fournir des soins de santé essentiels aux blessés et aux personnes les plus vulnérables", a-t-il ajouté.

Le Dr Tedros a également expliqué qu'une cartographie des dommages est en cours, afin de comprendre où l'OMS doit concentrer son attention.

"C'est maintenant une course contre la montre. Chaque minute, chaque heure qui passe, les chances de retrouver des survivants vivants diminuent", a-t-il affirmé, se disant "particulièrement préoccupé par les zones où nous n'avons pas encore d'informations".

"Les répliques sismiques, la rigueur des conditions hivernales, les dégâts causés aux routes, à l'alimentation électrique, aux communications et aux autres infrastructures continuent d'entraver l'accès et les autres opérations de recherche et de sauvetage", a souligné le chef de l'OMS


Lavrov promet l'aide russe aux pays du Sahel et du Golfe de Guinée contre le djihadisme

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov rencontre le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop à Bamako, le 7 février 2023 (Photo, AFP).
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov rencontre le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop à Bamako, le 7 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Lavrov s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue malien Abdoulaye Diop au cours d'une visite présentée par les deux parties
  • M. Lavrov a promis au Mali la poursuite du soutien militaire matérialisé par des livraisons d'armements et l'envoi de centaines d'hommes

BAMAKO : Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a promis mardi l'aide de Moscou aux pays du Sahel et du Golfe de Guinée face aux djihadistes.

"La lutte contre le terrorisme est bien sûr d'actualité pour les autres pays de la région", a dit M. Lavrov lors d'une visite au Mali. "Nous allons leur apporter notre assistance pour surmonter ces difficultés. Cela concerne la Guinée, le Burkina Faso et le Tchad, et en général la région sahélo-sahélienne et même les pays riverains du Golfe de Guinée", a-t-il déclaré.

M. Lavrov s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue malien Abdoulaye Diop au cours d'une visite présentée par les deux parties comme une première "historique" de la part d'un chef de la diplomatie russe dans le pays sahélien.

La visite de M. Lavrov dans ce pays en proie à la violence djihadiste et à une profonde crise multidimensionnelle concrétise le rapprochement opéré par les colonels maliens depuis 2021, en même temps qu'ils rompaient l'alliance militaire avec la France et ses partenaires.

M. Lavrov a promis au Mali la poursuite du soutien militaire matérialisé par des livraisons d'armements et l'envoi de centaines d'hommes, décrits en fonction des sources comme des instructeurs de l'armée russe ou des mercenaires de Wagner, un groupe de sécurité privé aux agissements décriés.

Il a aussi promis un engagement russe accru sur le continent confronté selon lui aux "approches néocoloniales" des Occidentaux.

"Nous allons apporter notre soutien au règlement des problèmes sur le continent africain, nous partons constamment du principe qu'il faut régler les problèmes africains avec des solutions africaines", a-t-il déclaré.