De nouvelles études révèlent l’horrible vérité sur les «cerfs-volants du désert» d’AlUla

Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mardi 25 octobre 2022

De nouvelles études révèlent l’horrible vérité sur les «cerfs-volants du désert» d’AlUla

  • Les anciennes structures en pierre étaient utilisées pour rassembler et tuer les proies
  • Les études «s’appuient sur nos découvertes antérieures portant sur la période néolithique», selon une archéologue

DJEDDAH: Une nouvelle recherche met en lumière les origines et l’évolution d’une série de «cerfs-volants du désert» (pièges de chasse antiques construits en pierre) à AlUla.

Parrainée par la Commission royale pour AlUla (RCU), l’étude révèle des preuves fascinantes sur les méthodes innovantes et collaboratives que les populations locales utilisaient il y a des milliers d’années pour chasser les animaux sauvages.

D’après un article publié par le Journal of Archaeological Science, les pièges en pierre ont été nommés par des pilotes qui avaient survolé la région dans les années 1920 et avaient remarqué que leur forme ressemblait à celle d’un cerf-volant pour enfants avec des banderoles.

Selon le Dr Rémy Crassard, expert en matière de cerfs-volants du désert, ces pièges sont parmi les plus grandes structures de leur époque, les plus anciens exemples se trouvant au sud de la Jordanie et datant de l’an 7000 avant J.-C.

Bien que l’âge exact de ces pièges récemment découverts dans le nord-ouest de l’Arabie soit encore en cours de calcul, ils semblent être à cheval sur la transition entre le Néolithique récent et l’âge du bronze (5000 – 2000 av. J.-C.).

Le Dr Crassard, qui est affilié au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et qui occupe le poste de codirecteur du projet archéologique Khaybar Longue Durée, parrainé par la RCU et son partenaire stratégique Afalula (l’Agence française pour le développement d’AlUla), estime qu’il y a environ 6 500 cerfs-volants dans la région. Ce chiffre est en augmentation par rapport aux 700 à 800 sites connus depuis vingt ans.

Au cours de leurs recherches en Arabie saoudite, en Jordanie, en Arménie et au Kazakhstan, le Dr Crassard et son équipe ont déterminé que les cerfs-volants étaient spécifiquement utilisés pour la chasse aux animaux sauvages, plutôt que pour l’élevage.

Le développement de ces pièges massifs a eu un impact spectaculaire sur le paysage, explique-t-il, car ils auraient obligé les animaux migrateurs, comme les gazelles, à modifier leurs itinéraires et auraient même pu être responsables de l’extinction de certaines espèces.

En Arabie saoudite, des recherches menées par une équipe de l’université d’Australie-Occidentale et parrainées par le RCU ont permis de découvrir 207 cerfs-volants à AlUla et dans la zone voisine du volcan éteint de Harrat Uwayrid.

La plupart des cerfs-volants de la région sont formés de murets de pierre conçus pour attirer les proies vers un piège, comme une fosse ou un précipice. S’il existe différentes formes de cerfs-volants, ceux découverts par l’équipe australienne, dirigée par Rebecca Repper, étaient pour la plupart en forme de «V».

Les lignes principales des cerfs-volants d’AlUla mesurent environ 200 mètres de long, mais des structures similaires dans d’autres régions s’étendent sur des kilomètres. Selon les chercheurs, leur emplacement suggère que les chasseurs avaient une connaissance approfondie des mouvements des animaux.

Selon le Dr Rebecca Foote, directrice de la recherche sur l’archéologie et le patrimoine culturel à la RCU, ces études contribuent à une meilleure compréhension du riche patrimoine culturel des peuples du nord-ouest de l’Arabie.

«Les études récentes s’appuient sur nos découvertes antérieures portant sur la période néolithique dans la région, notamment la construction de structures rituelles à grande échelle», indique-t-elle.

«Sous le parrainage de la RCU, et alors que nous entamons la saison de l’automne, nous nous attendons à de nombreuses autres découvertes perspicaces en coopération avec des équipes internationales d’Arabie saoudite, de France, d’Australie, d’Allemagne et d’autres pays.»

Ces collaborations s’inscrivent dans le cadre du projet de la RCU visant à créer un centre mondial de recherche archéologique et de conservation à AlUla. Au cœur de ce projet se trouve le Kingdoms Institute, situé au milieu des ruines de l’ancien royaume de Dadan, en Arabie du Nord, et consacré à l’étude de l’histoire et de la préhistoire de la péninsule Arabique.

Le Dr Ingrid Périssé Valéro, directrice de l’archéologie et du patrimoine à Afalula, affirme que les cerfs-volants nouvellement découverts à AlUla et Khaybar ouvrent des perspectives importantes sur leurs origines et leur développement. Cela constitue une étape déterminante dans l’histoire de l’évolution humaine et de la relation de l’homme avec l’environnement naturel.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le cinéma marocain est en deuil: Khadija Assad n'est plus

Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Short Url
  • La comédienne avait enchanté le Maroc dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec le célèbre sitcom Lalla Fatima
  • L’icône marocaine s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer

CASABLANCA: Une étoile s'est éteinte. Trois ans après la disparition de son mari, l'actrice Khadija Assad a tiré sa révérence ce mercredi, dans son domicile à Casablanca, après une longue lutte contre le cancer.

Selon les médias locaux, Khadija Assad a été transférée hier à son domicile, depuis l’un des hôpitaux privés de Casablanca, à la demande de sa famille, à la suite de la détérioration de son état de santé. L’icône marocaine est décédée à l’âge de 70 ans entourée de ses proches.

Elle avait enchanté tout un pays dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec la célèbre sitcom Lalla Fatima. Le couple avait auparavant séduit la génération des années 1970, grâce à la série à succès Hia ou Houa («Elle et lui»).

À l’annonce de son décès, les internautes marocains n’ont pas manqué de faire part de leur tristesse et ont présenté leurs condoléances. Des célébrités locales leur ont emboîté le pas.

«Triste pour le départ de Khadija Assad. Lalla Khadija a un parcours artistique plein d’élégance et de hautes valeurs artistiques et humaines. Je la connaissais souriante, généreuse et d’une grande gentillesse», a écrit le comédien et humoriste Hassan el-Fad sur Instagram.

«Je viens d’apprendre la triste nouvelle du décès de l’artiste bien aimée Khadija Assad, chez elle à Casablanca, après une rude bataille contre le cancer. Kissariat Oufella est la dernière œuvre sur laquelle nous avons travaillé ensemble. Malgré la maladie, elle a répondu à l’appel et a joué un magnifique rôle honorifique. Elle a donné l’exemple à toute une génération de femmes marocaines qui savent concilier art, maternité et responsabilité...», a pour sa part écrit l’acteur et réalisateur Rachid el-Ouali sur Instagram.

Le roi Mohammed VI a fait part de ses condoléances dans un message adressé à la famille de la défunte. Dans une dépêche de la MAP, agence de presse officielle du Maroc, qui reprend le message royal, le Souverain dit avoir «appris avec une grande émotion et profonde affliction la triste nouvelle du décès de la grande artiste Khadija Assad que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde.» 

«En cette douloureuse circonstance, Nous vous exprimons, et à travers vous, à l’ensemble de votre famille et vos proches, à la famille artistique nationale de la défunte et à tous ses amis et admirateurs, Nos vives condoléances et Nos sincères sentiments de compassion suite à la disparition de l’une des icônes de l’écran marocain, reconnue pour son immense talent et sa performance dans plusieurs grandes œuvres théâtrales, télévisées et cinématographiques, particulièrement celles interprétées en compagnie de son mari et compagnon de route, feu Abdelaziz Saadallah, et qui ont marqué la scène artistique locale et sont restées gravées dans la mémoire et le cœur du public marocain.» a écrit le roi Mohammed VI.


Jusqu'à 5 000 euros d'amende requis contre la star Aya Nakamura et son ex-compagnon pour violences réciproques

La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • La décision sera rendue le 23 février
  • Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois

BOBIGNY: Cinq mille euros d'amende pour elle, 2.000 euros pour lui: les réquisitions au procès de la chanteuse star franco-malienne Aya Nakamura et son ex-conjoint le producteur Vladimir Boudnikoff ont été inversement proportionnelles à l'effervescence médiatique autour de leur procès pour violences réciproques sur conjoint, jeudi à Bobigny.

"Il s'agit d'une affaire tristement banale, une dispute qui a dégénéré", a estimé la procureure dans son réquisitoire à l'intérieur d'une salle comble.

La décision sera rendue le 23 février.

Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois.

La crise a éclaté sur fond de jalousie et d'un mariage, auquel la chanteuse n'était pas invitée contrairement à son conjoint. S'en est suivie une dispute en plusieurs actes, en partie sur la voie publique et dans le pavillon où se sont déroulées les violences, a retracé la présidente du tribunal.

Chacun a écopé de trois jours d'incapacité temporaire de travail pour des contusions et douleurs.

"Très très énervée" lors de cet épisode houleux, la chanteuse a notamment raconté avoir voulu récupérer des effets personnels et partir avec leur fille, pour entériner la rupture.

Alors que l'altercation se poursuivait dans le studio de musique, au sous-sol, le producteur a reçu une gifle puis est tombé au sol.

"Il a commencé à devenir de plus en plus énervé, à me serrer, il essayait de me calmer à sa manière", a déclaré Aya Danioko (le vrai nom de la chanteuse).

M. Boudnikoff a accrédité cette version, reconnaissant qu'il avait également manqué de calme pendant cette soirée.

Désormais séparés, "on essaie de bien s'entendre" dans l'intérêt de l'enfant, a précisé la chanteuse.

Née à Bamako, Aya Nakamura a grandi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Sa carrière a décollé avec son deuxième album "Nakamura" (2018), suivi d'"Aya" en 2020, lui offrant le statut de chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde.

Son nouvel opus, "DNK", sort vendredi.

Agé de 34 ans et producteur, Vladimir Boudnikoff a aussi réalisé le clip d'un de ses tubes, "Pookie", qui culmine à quelque 336 millions de vues sur YouTube depuis sa sortie en 2019.


L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri nommée aux Césars

L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars. (AFP)
L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars. (AFP)
Short Url
  • Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars
  • L’actrice a l’habitude de jouer dans des films inspirés de faits réels, comme dans le film Nos Frangins, sorti en novembre 2022, qui racontait l’histoire de Malik Oussekine

DUBAÏ: L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars, l’équivalent français des Oscars.

Khoudri a été nommée pour son rôle dans le film Novembre du cinéaste Cédric Jimenez, qui raconte les attaques terroristes à Paris la nuit du 13 novembre 2015. Elle incarne Samia, une jeune femme charitable qui fait du bénévolat dans un camp de sans-abri. Sa colocataire finance son cousin, l’un des terroristes.

L’actrice a l’habitude de jouer dans des films inspirés de faits réels. En novembre 2022, le film Nos Frangins, dans lequel elle joue, était sorti en salle. Il raconte l’histoire vraie et poignante de l’étudiant franco-algérien Malik Oussekine, mort en garde à vue en 1986 après plusieurs semaines de manifestations étudiantes contre un projet de réforme universitaire. Khoudri joue le rôle de sa sœur.

Par ailleurs, L’innocent, de Louis Garrel, et le thriller La nuit du 12, de Dominik Moll, sont en tête de la course aux Césars, avec respectivement 11 et 10 nominations.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com