Meloni dément être fasciste et ancre l'Italie dans l'UE et l'Otan

La nouvelle Première ministre Giorgia Meloni (Photo, AFP).
La nouvelle Première ministre Giorgia Meloni (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 25 octobre 2022

Meloni dément être fasciste et ancre l'Italie dans l'UE et l'Otan

  • «Je n'ai jamais eu de sympathie ou de proximité vis-à-vis des régimes antidémocratiques. Pour aucun régime, fascisme compris», a tenu à souligner Meloni
  • La première femme cheffe de gouvernement de l'Histoire d'Italie a aussi promis que l'Italie resterait «un partenaire fiable de l'Otan en soutien à l'Ukraine qui s'oppose à l'agression de la Russie»

ROME: La nouvelle Première ministre Giorgia Meloni a fermement ancré mardi l'Italie au coeur de l'UE et de l'Otan tout en rejetant toute "proximité" avec le fascisme, un mois jour pour jour après la victoire historique de son parti d'extrême droite Fratelli d'Italia aux élections et l'inquiétude qu'elle a suscitée.

L'Italie fait "pleinement partie de l'Europe et du monde occidental", a-t-elle affirmé mardi avec force lors de son discours de politique générale devant les députés, qui ensuite, en début de soirée, ont voté la confiance envers son gouvernement.

"Je n'ai jamais eu de sympathie ou de proximité vis-à-vis des régimes antidémocratiques. Pour aucun régime, fascisme compris", a tenu à souligner celle qui fut dans sa jeunesse une admiratrice de Mussolini, même si en août elle avait déjà assuré que la droite avait "relégué le fascisme à l'Histoire".

La première femme à diriger un gouvernement dans l'Histoire de l'Italie a aussi promis que le pays resterait "un partenaire fiable de l'Otan en soutien à l'Ukraine qui s'oppose à l'agression de la Russie".

Ces déclarations visent clairement à rassurer Bruxelles et les partenaires de Rome, alors que Mme Meloni compte dans sa coalition des partenaires prorusses, notamment le chef de la Ligue Matteo Salvini et le dirigeant de Forza Italia Silvio Berlusconi, ami personnel de Vladimir Poutine.

"Ceux qui pensent qu'il est possible d'échanger notre tranquillité contre la liberté de l'Ukraine se trompent", a-t-elle assuré depuis la tribune de l'hémicycle.

"Céder au chantage de Poutine sur l'énergie ne résoudrait pas le problème, cela l'aggraverait, ouvrant la voie à de nouvelles prétentions et chantages et de futures augmentations (du prix) de l'énergie encore plus importantes que celles que nous avons connues ces derniers mois", a-t-elle jugé.

Concernant l'Union européenne, elle a expliqué que l'approche italienne n'était pas de "freiner et saboter l'intégration européenne" mais de faire mieux fonctionner la machine communautaire.

"L'Italie va respecter les règles" européennes, a-t-elle également assuré, même si Rome veut aussi "contribuer à changer celles qui ne fonctionnent pas".

L'UE est "une maison commune pour affronter les défis que les Etats membres peuvent difficilement affronter seuls", a-t-elle ajouté, jugeant que l'UE n'a pas fait assez dans ce domaine dans le passé.

"Qui s'interroge" sur les défauts de l'UE "n'est pas un ennemi ou un hérétique mais quelqu'un qui veut contribuer à une intégration européenne plus efficace pour affronter les grands défis qui l'attendent", a dit Mme Meloni, qui a pris ses fonctions dimanche.

Pour Lorenzo Codogno, ex-économiste en chef du Trésor italien et professeur invité à la London School of Economics, ces paroles, qui affirment le respect des institutions démocratiques et des alliances internationales, montrent qu'"on se dirige plus vers un gouvernement conservateur classique et non vers un régime à tendance fasciste".

Un vote de confiance doit avoir lieu mercredi au Sénat, où la Première ministre dispose également d'une majorité absolue.

"Réduire la pression fiscale" 

Alors que l'inflation fait rage, elle s'est engagée, mais sans rentrer dans les détails, à "renforcer les mesures de soutien aux ménages et entreprises, aussi bien pour les factures énergétiques que pour le carburant".

L'ex-Premier ministre Giuseppe Conte, chef du Mouvement 5 Etoiles (ex-antisystème, opposition) a fustigé un discours où "les citoyens n'ont pas entendu un seul mot sur des solutions à leurs factures exorbitantes ou à la crise énergétique".

L'inflation a augmenté de 8,9% sur un an en septembre et l'Italie a été particulièrement touchée par la crise énergétique en raison de sa dépendance aux importations de gaz russe.

La péninsule devrait entrer en récession en 2023 alors que sa dette atteint 150% du PIB, soit le ratio le plus élevé de la zone euro après la Grèce.

"La solution pour réduire la dette n'est pas une austérité aveugle (...) mais une croissance économique durable et structurelle", a avancé la Première ministre, dont le discours a été régulièrement interrompu par des salves d'applaudissement.

Parallèlement, elle veut "réduire la pression fiscale sur les entreprises et les ménages", alors que "le poids excessif de la fiscalité est l'un des principaux obstacles à la création d'emplois et à la compétitivité de nos entreprises sur les marchés internationaux".

Concernant la manne de près de 200 milliards d'euros de subventions et de prêts accordés par l'UE dans le cadre de son fonds de relance post-pandémie, elle s'est engagée à les dépenser "au mieux en négociant avec la Commission européenne les ajustements nécessaires (...) à la lumière surtout de la hausse des prix des matières premières et de la crise énergétique".

Sur l'immigration clandestine, cheval de bataille de l'extrême droite, elle a affirmé la volonté de son gouvernement d'"arrêter les départs illégaux (d'Afrique, NDLR) et de mettre un terme à la traite d'êtres humains" en Méditerranée.


Un tiers de la forêt amazonienne «dégradée» par l'activité humaine et la sécheresse

Des fumées s'élèvent des incendies de forêt à Altamira, dans l'État de Para, au Brésil, dans le bassin amazonien, le 27 août 2019. (AFP)
Des fumées s'élèvent des incendies de forêt à Altamira, dans l'État de Para, au Brésil, dans le bassin amazonien, le 27 août 2019. (AFP)
Short Url
  • Les dommages infligés à la forêt amazonienne sont significativement plus importants que ceux qui avaient été observés auparavant, ont indiqué les chercheurs
  • «L'extrême sécheresse est devenue de plus en plus fréquente en Amazonie du fait de l'évolution des manières d'exploiter le sol et du changement climatique induit par les humains»ont déclaré les scientifiques

WASHINGTON: Plus d'un tiers de la forêt amazonienne pourrait avoir été dégradée par l'activité humaine et la sécheresse, selon une étude scientifique dévoilée jeudi dans la revue Science, entraînant des appels à légiférer pour protéger cet écosystème vital en danger.

Les dommages infligés à cette forêt, qui recouvre neuf pays, sont significativement plus importants que ceux qui avaient été observés auparavant, ont indiqué les chercheurs, issus notamment de l'université brésilienne Universidade Estadual de Campinas.

Au cours de leur étude, ils ont analysé les conséquences des incendies, de l'exploitation forestière, de la sécheresse et des changements ayant touché les habitats en lisière de la forêt -- ce qu'ils appellent des effets de bordure.

Hors sécheresse, ces phénomènes ont dégradé au moins 5,5% du reste des forêts qui composent l'écosystème amazonien, soit 364.748 kilomètres carrés, entre 2001 et 2018, selon l'étude.

Lorsque les effets de la sécheresse sont inclus, la zone détériorée représente alors 2,5 millions de kilomètres carrés, soit 38% du reste des forêts composant l'écosystème amazonien.

"L'extrême sécheresse est devenue de plus en plus fréquente en Amazonie du fait de l'évolution des manières d'exploiter le sol et du changement climatique induit par les humains qui affectent la mortalité des arbres, le nombre d'incendies et les émissions de carbone dans l’atmosphère", ont déclaré les scientifiques.

"Les feux de forêts se sont intensifiés pendant les années de sécheresse", ont-il ajouté, alertant sur les dangers que représenteront les "feux de grande ampleur" dans le futur.

Les scientifiques de l'université Lafayette dans l'Etat américain de Louisiane et d'autres établissements appellent à agir, dans une étude séparée sur les conséquences de l'activité humaine sur l'écosystème amazonien, également publiée dans la revue Science.

"Les changements ont lieu beaucoup trop vite pour que les espèces amazoniennes, les populations et les écosystèmes puissent s'adapter", ont-ils soutenu.

"Les lois pour éviter les pires conséquences sont connues et doivent être immédiatement promulguées."

"Perdre l'Amazonie revient à perdre la biosphère, et ne pas agir est à nos risques et périls", ont conclu ces scientifiques.


Moscou accuse l'UE de nourrir «la confrontation géopolitique» avec sa mission en Arménie

La diplomatie russe a accusé jeudi l'UE de nourrir «la confrontation géopolitique» en envoyant une mission civile pour surveiller la frontière instable entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, une zone que la Russie considère comme son pré carré. (AFP)
La diplomatie russe a accusé jeudi l'UE de nourrir «la confrontation géopolitique» en envoyant une mission civile pour surveiller la frontière instable entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, une zone que la Russie considère comme son pré carré. (AFP)
Short Url
  • Le ministère russe des Affaires étrangères a jugé qu'une mission européenne en Arménie allait «introduire la confrontation géopolitique dans la région et y exacerber les contradictions existantes»
  • Pour Moscou, en envoyant sa mission, l'UE cherche à «miner les efforts de médiation de la Russie»

MOSCOU: La diplomatie russe a accusé jeudi l'UE de nourrir "la confrontation géopolitique" en envoyant une mission civile pour surveiller la frontière instable entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, une zone que la Russie considère comme son pré carré.

Estimant que l'UE est devenue un "suppôt des Etats-Unis et de l'Otan et mène une politique de la confrontation dans l'espace" post-soviétique, le ministère russe des Affaires étrangères a jugé qu'une mission européenne en Arménie allait "introduire la confrontation géopolitique dans la région et y exacerber les contradictions existantes".

Moscou réagissait ainsi à une série d’initiatives européennes récentes sur le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, dont l'annonce lundi par l'UE de l'établissement d'une mission civile en Arménie de deux ans pour aider à surveiller la frontière instable entre les deux ex-républiques soviétiques rivales du Caucase.

La Russie est le médiateur traditionnel du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan depuis les années 1990 et a déployé après la guerre de 2020 une mission de maintien de la paix dans le Nagorny Karabakh, un territoire que Bakou et Erevan se disputent.

Mais l'influence russe dans la région a connu un déclin certain, du fait de la concurrence géopolitique occidentale et turque, mais aussi du fait de son assaut contre l'Ukraine qui inquiète ses voisins.

Pour Moscou, en envoyant sa mission, l'UE cherche à "miner les efforts de médiation de la Russie".

Les Européens font depuis des mois leurs propres tentatives de médiation entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. La mission que l'UE va déployer n'a cependant pas reçu d'aval du côté azerbaïdjanais.

L'Arménie de son côté dénonce depuis des semaines l'inaction de la Russie dont la mission de maintien de la paix n'a, selon elle, rien fait pour empêcher le blocus en cours du Nagorny Karabakh.

Les Etats-Unis ont de leur côté apporté leur soutien à la mission de médiation européenne.

"Nous saluons les efforts déployés par nos partenaires, dont l'Union européenne, pour instaurer la confiance dans la région et assurer un environnement propice à un dialogue direct entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan", a déclaré aux journalistes le porte-parole du département d'Etat, Vedant Patel.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a exhorté cette semaine l'Azerbaïdjan à lever le blocus du Nagorny-Karabakh.

Depuis plus d'un mois, des Azerbaïdjanais qui se présentent comme des défenseurs de l'environnement manifestant contre des mines illégales bloquent une route cruciale reliant l'Arménie au Nagorny Karabakh, une région séparatiste d'Azerbaïdjan peuplée d'Arméniens.

En raison de ce blocage, cette enclave, qui compte quelque 120 000 habitants, est confrontée à des coupures de courant et d'internet, ainsi qu'à des problèmes de chauffage et d'accès à la nourriture et aux médicaments.

"C'est une politique de nettoyage ethnique", a dénoncé jeudi le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, pendant une réunion du gouvernement, accusant l'Azerbaïdjan d'exercer des "pressions économiques et psychologiques en vue de provoquer un exode d'Arméniens du Karabakh".


Possible réintégration de la Russie aux JO-2024: Kiev menace d'un boycott, d'autres pays opposés

Le CIO a rappelé mercredi que c'est la fédération internationale de chaque sport concerné aux JO qui a «seule autorité» en la matière (Photo, AFP).
Le CIO a rappelé mercredi que c'est la fédération internationale de chaque sport concerné aux JO qui a «seule autorité» en la matière (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Comité international olympique avait indiqué mercredi que les moyens d'autoriser les sportifs russes et bélarusses devaient être «davantage explorés»
  • «Aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport», a estimé le Comité

PARIS: Kiev a menacé jeudi de boycotter les Jeux olympiques de 2024 à Paris si le Comité international olympique (CIO) décidait de permettre aux athlètes russes et bélarusses, bannis de la plupart des compétitions internationales sous leurs bannières depuis l'invasion russe de l'Ukraine, d'y participer.

"Une telle situation est inacceptable pour notre Etat", a réagi le ministre ukrainien des Sports Vadym Goutzeït.

"Notre position reste inchangée: tant que la guerre continue en Ukraine, les athlètes russes et bélarusses ne devraient pas participer aux compétitions internationales", a-t-il dit sur Facebook.

"Si nous ne sommes pas entendus, je n'exclus pas la possibilité que nous boycottions et refusions de participer aux Jeux olympiques" 2024, a-t-il affirmé, alors que le président ukrainien Volodymyr Zelensky est fermement opposé à toute tentative de réintégrer Moscou et Minsk.

Le CIO avait indiqué mercredi que les moyens d'autoriser les sportifs russes et bélarusses devaient être "davantage explorés".

"Aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport", a estimé le Comité, s'attirant les foudres de l'Ukraine et d'autres pays européens.

Le Conseil olympique d'Asie (COA) a de son côté proposé jeudi d'intégrer ces athlètes à ses compétitions régionales comme les Jeux asiatiques en exprimant son soutien à la position du CIO.

La proposition du COA pourrait notamment permettre aux athlètes bannis de participer à ses épreuves régionales de qualifications, dont certaines ont déjà commencé, pour les JO-2024.

Michelle Donelan, La ministre britannique de la Culture également chargée des Sports, a de son côté estimé que l'initiative du CIO était "très éloignée des réalités de la guerre".