Le directeur général de Bpifrance salue l’intérêt des investisseurs étrangers pour l’Arabie saoudite

Nicolas Dufourcq, directeur général de la banque publique d’investissement française Bpifrance (Fournie)
Nicolas Dufourcq, directeur général de la banque publique d’investissement française Bpifrance (Fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 27 octobre 2022

Le directeur général de Bpifrance salue l’intérêt des investisseurs étrangers pour l’Arabie saoudite

  • Nicolas Dufourcq s’est dit heureux de voir les entrepreneurs de Bpifrance affluer dans le Royaume «dans un marché en plein essor»
  • «Pour la première fois, de jeunes entrepreneurs sont venus en Arabie saoudite pour investir dans ce pays, et pas seulement pour obtenir des fonds pour leurs sociétés en Europe», a-t-il déclaré

RIYAD: Selon Nicolas Dufourcq, directeur général de la banque publique d’investissement française Bpifrance, la montée en puissance des investissements étrangers en Arabie saoudite est un signe encourageant.

Dans une interview accordée à Arab News en marge du forum Future Investment Initiative (FFI) à Riyad, M. Dufourcq a exprimé sa satisfaction. «J’ai été très heureux de voir ici, pour la première fois, de jeunes entrepreneurs venus en Arabie saoudite pour investir dans ce pays, et pas seulement pour obtenir des fonds pour leurs entreprises en Europe», a-t-il déclaré.

Il a ajouté que Bpifrance voyait ses propres entrepreneurs affluer dans le Royaume. «Les entrepreneurs que nous avons formés, financés et fait grandir avec nos fonds, travaillent maintenant en Arabie saoudite dans les domaines du numérique, des médias, de la santé, des  finances, et ainsi de suite, parce que c’est un marché en plein essor, et nous sommes prêts à les accompagner ici», a-t-il affirmé. «Nous détenons 50% des parts d’une société d’investissement en Arabie saoudite. Nous sommes donc capables de suivre nos clients ici depuis la France.»

Five Capital a été fondée en 2017 par Bpifrance, le fonds souverain français, en partenariat avec Kingdom Holding, une institution financière saoudienne cotée en bourse.

M. Dufourcq a confirmé que Bpifrance ne chercherait pas à obtenir une licence bancaire. «Absolument pas, car notre mission n’est pas d’accorder des prêts aux entreprises saoudiennes. Nous n’avons donc pas besoin de licence. Nous sommes heureux d’avoir notre fonds, et que nos fonds propres en France soient proches des entreprises françaises qui exercent une activité commerciale en Arabie saoudite», a-t-il souligné.

M. Dufourcq a aussi détaillé le rôle de Bpifrance dans le Royaume. «En matière de fonds propres, nous disposons d’un fonds, c’est tout. C’est notre instrument. Pour le reste, nous finançons les entrepreneurs français quand ils s’installent ici et nous le faisons avec des prêts», a-t-il ajouté. «Par conséquent, nous finançons et garantissons tous les flux d’affaires de la France vers l’Arabie saoudite.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


La fintech émiratie Wafeq lève 3 millions de dollars pour renforcer sa présence en Arabie saoudite et s’étendre à l’Égypte

L’Arabie saoudite est le marché le plus vaste et le plus important pour Wafeq, d’après son PDG. (Wafeq)
L’Arabie saoudite est le marché le plus vaste et le plus important pour Wafeq, d’après son PDG. (Wafeq)
Short Url
  • Lancée en 2019, Wafeq est une startup fintech qui fournit un logiciel facile à utiliser pour autonomiser les opérations comptables et financières des PME
  • Talal Alasmari, associé fondateur de Raed Ventures, estime que Wafeq résout un problème qui touche des milliers d’entreprises dans la région

LE CAIRE: Wafeq, une société de logiciels financiers basée aux Émirats arabes unis et destinée aux petites et moyennes entreprises (PME), a récolté 3 millions de dollars (1 dollar = 0,92 euro) lors d’une levée de fonds d’amorçage menée par Raed Ventures avec la participation de Wamda Capital, afin de renforcer sa présence en Arabie saoudite et de s’étendre à l’Égypte.

Lancée en 2019, Wafeq est une startup fintech qui fournit un logiciel facile à utiliser pour autonomiser les opérations comptables et financières des PME.

Dans une interview exclusive accordée à Arab News, Nadim Alameddine, fondateur et PDG de Wafeq, mentionne que l’Arabie saoudite était le marché le plus important pour la société.

«Ainsi, nous allons renforcer notre croissance ici pour continuer à proposer nos solutions aux PME du Royaume. Nous comptons déjà parmi nos clients certaines des PME et des startups les plus prospères, et au fur et à mesure de notre croissance ici, nous continuerons à aider les entreprises à se conformer aux réglementations comptables», déclare-t-il.

Autonomiser les PME

Conçu pour répondre aux besoins des PME de la région en matière de finance et de comptabilité, le logiciel Wafeq est utilisé par plus de 5 000 entrepreneurs et comptables professionnels qui traitent plus de 117 millions de dollars de factures mensuelles.

«Notre plate-forme est utilisée par des startups et des PME de premier plan issues d’un large éventail de secteurs, notamment la sous-traitance, l’agroalimentaire, le commerce électronique, et la vente au détail, entre autres», explique M. Alameddine.

Les PME représentent plus de 98% de l’ensemble des entreprises en Arabie saoudite, 90% en Égypte et 94% aux Émirats arabes unis, ce qui permet à Wafeq de disposer d’un vaste marché pour alimenter ses opérations.

En outre, la numérisation des pratiques comptables sur les trois marchés connaît des changements importants avec l’introduction de la facturation électronique obligatoire et du compte-rendu numérique.

«L’Arabie saoudite possède l’une des pratiques comptables les plus transparentes et les plus favorables aux entreprises de la région, mise en place par l’Autorité de la zakat, des taxes et des douanes, également connue sous le nom de Zatca», indique M. Alameddine. 

En décembre 2021, la Zatca a annoncé que tous les contribuables devront émettre des factures électroniques à l’aide d’un système gouvernemental compatible, et a divisé la mise en œuvre en deux phases.

Au cours de la première phase, les contribuables ont dû émettre des factures électroniques et se familiariser avec la mise en œuvre du nouveau système. Lors de la deuxième phase, qui devrait être mise en œuvre en juillet 2023, les contribuables dont le revenu soumis à la TVA dépasse 500 millions de riyals saoudiens (1 riyal = 0,25 euro) seront tenus d’intégrer leurs systèmes de facturation électronique à la plate-forme gouvernementale Fatoorah.

«Les PME utilisent encore des processus manuels ou des logiciels anciens qui ne sont pas compatibles avec les exigences comptables locales. Notre stratégie en Arabie saoudite consistera à développer des fonctionnalités plus localisées, à assurer la réussite de la mise en œuvre de la phase 2 de la Zatca et à proposer nos solutions API de facturation électronique à un plus grand nombre d’entreprises du pays», poursuit-il.

Wafeq s’est d’abord concentrée sur les startups et a acquis des clients dans des entreprises de premier plan telles que la fintech émiratie Tabby, la fintech saoudienne Lean Technologies, la fintech dubaïote DAPI, la mobility-tech émiratie Fenix et la fintech saoudienne PiFlow, entre autres.

Opportunités en Égypte

La société prévoit d’utiliser les fonds récoltés pour étendre sa présence actuelle en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, ainsi que pour favoriser son entrée en Égypte.

Selon M. Alameddine, alors que l’Égypte possède le pourcentage le plus élevé de PME, les entreprises ont un accès très limité aux solutions technologiques qui peuvent soutenir leurs opérations.

«D’un point de vue politique, l’Égypte introduit des exigences telles que la facturation électronique et bientôt les reçus électroniques pour les entreprises, et c’est là que Wafeq aura un impact positif. En entrant en Égypte, nous chercherons non seulement à acquérir de nouveaux clients mais aussi à créer des emplois localement», souligne-t-il. 

L’API autonome de facturation électronique de Wafeq jouera un rôle important dans son expansion en Égypte. Elle permet aux startups et aux entreprises de mettre en place une facturation électronique fiable par des tiers et de rester en conformité avec les réglementations.

«Avec le soutien de Raed Ventures et de Wamda Capital, nous sommes impatients de faire notre entrée en Égypte tout en renforçant notre présence en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis», déclare M. Alameddine.

Talal Alasmari, associé fondateur de Raed Ventures, estime que Wafeq résout un problème qui touche des milliers d’entreprises dans la région.

«La numérisation des pratiques comptables va véritablement transformer le mode de fonctionnement des PME de la région, en augmentant la transparence opérationnelle, en réalisant des gains d’efficacité et en contribuant à la croissance économique», indique M. Alasmari.

La société exploite un modèle commercial de logiciel en tant que service qui complète sa stratégie visant à rendre l’utilisation de ses logiciels facile et abordable pour les entreprises.

«L’inscription à Wafeq est gratuite, et les clients qui créent une entreprise peuvent choisir d’utiliser notre formule de base. Pour les clients dont les besoins sont plus complexes, nous proposons une série d’options tarifaires qui tiennent compte de leurs besoins, du volume de facturation et d’autres facteurs», explique M. Alameddine.

Raed Ventures est une société de capital-risque fondée en 2015 à Dammam, en Arabie saoudite, qui se consacre aux nouvelles startups et a investi dans des entreprises notables comme SWVL, Tabby et Trella.

Fondée aux Émirats arabes unis en 2014, Wamda Capital est l’une des principales sociétés de capital-risque de la région, avec des investissements dans plus de 70 entreprises, dont Careem et Nana.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Nouvelle année de croissance aux Etats-Unis en 2022, mais la récession menace

Le président Joe Biden, qui devrait annoncer bientôt s'il brigue un second mandat à la Maison Blanche, a salué ces "très bonnes nouvelles concernant l'économie américaine". (Photo, AFP)
Le président Joe Biden, qui devrait annoncer bientôt s'il brigue un second mandat à la Maison Blanche, a salué ces "très bonnes nouvelles concernant l'économie américaine". (Photo, AFP)
Short Url
  • La croissance du Produit intérieur brut (PIB) s'est établie à 2,1% pour l'ensemble de l'année 2022, a annoncé jeudi le département du Commerce
  • C'est un rythme ralenti par rapport à 2021, millésime qui avait connu la plus forte croissance depuis 1984: 5,9%

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont achevé 2022 en croissance, les Américains ayant continué à consommer malgré un pouvoir d'achat réduit par la hausse des taux d'intérêts et l'inflation, et la question désormais est de savoir si le pays connaîtra ou non une récession en 2023.

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) s'est établie à 2,1% pour l'ensemble de l'année 2022, a annoncé jeudi le département du Commerce.

C'est un rythme ralenti par rapport à 2021, millésime qui avait connu la plus forte croissance depuis 1984: 5,9%. L'année précédente avait, elle, vu le plus fort recul du PIB depuis 1946 (-3,5%) et deux mois de récession à cause de la Covid-19.

Le président Joe Biden, qui devrait annoncer bientôt s'il brigue un second mandat à la Maison Blanche, a salué ces "très bonnes nouvelles concernant l'économie américaine", lors d'un déplacement à Springfield (Virginie), en grande banlieue de Washington, y voyant "la preuve que (son) plan économique (...) fonctionne réellement".

"L'été dernier, beaucoup d'analystes de Wall Street disaient que d'ici la fin de l'année, il y aurait une récession. Ils me disent depuis que j'ai été élu qu'il y aura une récession", a-t-il ironisé.

Sur le seul quatrième trimestre, la croissance est de 2,9% en rythme annualisé, mesure privilégiée par les Etats-Unis qui compare le PIB à celui du trimestre précédent puis projette l'évolution sur l'année entière à ce rythme. Elle est de 0,7% en comparant le trimestre au précédent, comme le font d'autres économies avancées.

La consommation, pilier de l'économie

Le PIB est "plus fort qu'attendu", a souligné Rubeela Farooqi, cheffe économiste pour HFE.

Cependant, "la majeure partie de la progression s'est produite au début du trimestre et le coeur de l'économie était faible", et "une performance répétée début 2023 est peu probable", a commenté Oren Klachkin, économiste pour Oxford Economics.

L'année 2022 avait pourtant mal commencé, avec deux trimestres de recul du PIB (-1,6% au premier trimestre, puis -0,6% au deuxième), avant le retour de la croissance au troisième trimestre (+3,2%).

La consommation, moteur de l'économie américaine, est restée solide fin 2022 malgré les bâtons que la banque centrale américaine (Fed) lui a mis dans les roues, espérant ainsi faire ralentir une inflation bien trop élevée.

Alors que les Américains ont largement recours au crédit pour leurs achats, l'institution relève son taux directeur, poussant les banques commerciales à augmenter les taux d'intérêt.

Cela rogne le pouvoir d'achat des consommateurs, qui souffrait déjà de l'inflation.

Et pour 2023, croissance ou récession?

"Pour le moment, les indicateurs économiques pointent plutôt vers une récession, qui aurait débuté au tournant de l'année, décembre-janvier", a dit à l'AFP Gregory Daco, chef économiste pour EY Parthenon.

Mais, a-t-il nuancé, même si le taux de chômage --de 3,5% en décembre-- augmente un peu, il pourrait rester "historiquement bas". "C'est l'élément clé qui soutient la consommation", elle-même "pilier de l'économie américaine", a-t-il ajouté.

«Rempart»

Mais, même si l'économie américaine reste en croissance en 2023, cette dernière pourrait être si faible "qu'il faudra plisser les yeux pour dire s'il s'agit d'une récession ou non", autour de 1% pour l'année.

Un seul organisme est habilité aux Etats-Unis à déterminer les périodes de récession: le Bureau national de la recherche économique (NBER). Mais ses annonces sont publiées avec plusieurs mois de délai.

Et une autre menace s'ajoute désormais: le plafond de la dette, atteint la semaine dernière. Sans accord au Congrès, les Etats-Unis pourraient se retrouver à terme en situation de défaut de paiement.

Un défaut de paiement "serait une catastrophe économique sans précédent", alerte l'élu démocrate Brendan Boyle, membre de la Commission du budget de la Chambre, dans un communiqué.


Canada: TotalEnergies rachète des parts dans un projet de sables bitumineux avant de s'en séparer

Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation
  • TotalEnergies EP Canada «en détiendra 31,23%» à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement

PARIS: TotalEnergies a annoncé vendredi qu'il allait acquérir des parts supplémentaires d'un projet d'exploitation de sables bitumineux au Canada avant de se séparer de ces activités en introduisant en Bourse sa filiale canadienne dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens (215 M EUR) à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation, ainsi que des accords commerciaux et logistiques associés, dans le champ de sables bitumineux de Fort Hills, dans la Province de l'Alberta, d'une valeur totale de quelque 5 milliards de dollars canadiens (3,45 Mds EUR).

Le reste du capital sera détenu par Suncor Energy, actuellement à 54,1%. Le groupe canadien, opérateur du projet, va également racheter des parts à Teck, qui se retire de Fort Hills, dont il possède actuellement 21,3%.

TotalEnergies EP Canada "en détiendra 31,23%" à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement, selon un communiqué.

La transaction doit créer de meilleures conditions pour réaliser l'introduction en Bourse de la filiale canadienne, qui détient aussi 50% du projet similaire de Surmont en Alberta.

Dès cette année, et après un vote à l'assemblée générale en mai, TotalEnergies prévoit de se séparer de la filiale canadienne à travers un "spin-off" annoncé en septembre, dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

Le géant pétrolier assure vouloir "concentrer ses nouveaux investissements pétroliers sur des projets à faible intensité carbone".

"Nos actionnaires recevront des actions de cette entreprise", avait expliqué Patrick Pouyanné lors de la présentation stratégique du groupe, qui restera temporairement actionnaire minoritaire pour faciliter la transition vers l'indépendance de la filiale.

Le rachat de parts dans Fort Hills doit permettre de "créer de la valeur pour les futurs actionnaires de l'entité", selon Jean-Pierre Sbraire, directeur financier de TotalEnergies.

Mais les sables bitumineux canadiens sont les deux projets du portefeuille qualifiés depuis une évaluation en juin 2022 de "stranded assets" par le groupe, une expression qui désigne des actifs "échoués" ou "bloqués" ayant perdu leur valeur.

TotalEnergies avait enregistré des dépréciations de plusieurs milliards d'euros après cette réévaluation, qui prenait en compte les perspectives sur le prix du pétrole et la transition énergétique, dont 7 milliards sur les sables bitumineux au Canada.

Un "stranded asset" est un projet aux réserves de plus de 20 ans ayant des coûts de production élevés, et qui ne pourra donc pas être totalement exploité avant 2050.