Un accord nucléaire aiderait Téhéran «à réprimer son peuple», avertit le dirigeant kurde iranien

Le leader du PDKI, Mostafa Hijri, se cache après de multiples tentatives d'assassinat et une attaque iranienne en septembre qui a détruit une grande partie du siège de son parti à Koya (Photo fournie).
Le leader du PDKI, Mostafa Hijri, se cache après de multiples tentatives d'assassinat et une attaque iranienne en septembre qui a détruit une grande partie du siège de son parti à Koya (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 02 novembre 2022

Un accord nucléaire aiderait Téhéran «à réprimer son peuple», avertit le dirigeant kurde iranien

  • Les groupes minoritaires ethno-sectaires doivent s'unir pour renverser le régime, déclare Hijri dans une interview exclusive à Arab News
  • Selon Hijri, les manifestations pacifiques seraient plus légitimes et les victimes moins nombreuses pour les Kurdes iraniens

MISSOURI, États-Unis: Mostafa Hijri, chef du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran, se cache après de multiples tentatives d'assassinat et une volée de missiles et de drones suicide qui a détruit fin septembre une grande partie du siège du PDKI à Koya, dans la région du Kurdistan d'Irak.
Ces attaques ont tué au moins 16 personnes, dont plusieurs civils. Ce n'était pas la première, ni probablement la dernière frappe iranienne sur le territoire du Kurdistan irakien visant le PDKI, le plus ancien et le plus grand parti d'opposition kurde iranien.
En septembre 2018, un tir de missile iranien similaire sur le siège du PDKI a tué 17 personnes et en a blessé 49 autres, dont certains dirigeants du parti. En juillet 1996, l'Iran a même envahi le Kurdistan irakien, envoyant quelque 3 000 soldats pour attaquer les bureaux du PDKI à Koya.
Les assassinats et les voitures piégées restent la tactique iranienne la plus courante. En 1989 et 1992, l'Iran a assassiné deux anciens dirigeants du PDKI à Vienne et à Berlin. Hijri a donc raison de s'inquiéter de sa sécurité, choisissant de rencontrer Arab News dans un lieu sûr au Moyen-Orient.
La plupart des observateurs de la région estiment que les dernières frappes constituent une tentative de détourner l'attention du public des problèmes intérieurs de l'Iran.
Les troubles provoqués par la mort d'une jeune femme kurde iranienne, Mahsa Amini, aux mains de la police des mœurs iranienne, continuent de secouer le pays. Fidèles à leur scénario habituel, les autorités de Téhéran ont imputé les troubles à une «ingérence étrangère».

Un membre blessé des Peshmergas kurdes iraniens du Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDKI) marche dans leur quartier général après une attaque à la roquette à Koya (Photo, AFP).

Selon Hijri, le régime de Téhéran aimerait en effet provoquer le PDKI pour qu'il envoie ses forces en Iran, car cela aiderait les ayatollahs à justifier cette revendication.
«Le régime iranien aime l'idée que nous envoyions les Peshmerga, car cela donne plus de justification au régime pour intensifier sa répression et son oppression du peuple, et pour dire au monde qu'ils sont revenus et nous ont combattus. Mais nous ne l'avons pas fait parce que cela ne profite pas aux gens», a affirmé Hijri.
Les manifestations en Iran ont envahi l'ensemble du pays et ont même franchi les frontières ethniques et sectaires – une première dans le pays depuis le renversement du Chah en 1979.
«C'est la politique de Téhéran, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Iran, de monter les pays les uns contre les autres. Ils croient que si les pays voisins et les pays régionaux, et leurs habitants sont unis, leur gouvernement sera renversé», a déclaré Hijri à Arab News.
«Regardez l'Irak, dans lequel l'Iran a un rôle influent, il a créé une division au sein de la maison chiite. Aujourd'hui, les partis chiites ont des différends. Ils ont tenu des élections il y a un an mais n'ont formé leur gouvernement que le 27 octobre de cette année. Au Liban, il a créé une division entre chiites et sunnites. Partout, ce régime travaille sur ces divisions.»
Le consensus général est que le fait de provoquer des divisions au sein d'un pays très diversifié comme l'Iran a permis au régime de diviser et de gouverner les différents groupes.
«Vous savez que les nations à l'intérieur de l'Iran, à l'exception des Perses ethniques, notamment les Baloutches, les Azéris et les Turcs, en réalité, sont toutes marginalisées dans ce système centralisé. Les langues de ces nations sont interdites dans les écoles», a-t-il déclaré à Arab News.
«Aucun budget n'est alloué à leurs régions et leurs zones. Il y a beaucoup de discrimination administrative à leur encontre. Le régime iranien pense à eux comme des ennemis. Le régime iranien considère qu’ils veulent diviser le pays. Le régime iranien les a donc appauvris.»
Ces divisions s'étendent évidemment aussi à la religion.
«Une grande partie d'entre eux (les groupes ethniques minoritaires en Iran) sont des musulmans sunnites», a expliqué Hijri à Arab News. «Le régime iranien est antagoniste envers l'islam sunnite. Ces dénis et cette répression ont fait comprendre au peuple que nous devons tous être unis et coopérer afin de renverser le régime et nous libérer.

Un enregistrement vidéo montrant un lancement de missile depuis la région du Kurdistan iranien (Komalah) en direction de Sulaimaniyah, dans la région autonome du Kurdistan irakien (Photo, FARS/AFP).

«À Tabriz et au Baloutchistan, ils chantent pour soutenir le Kurdistan. À Zahedan, ils chantent pour soutenir le Baloutchistan. Il semble que leur coopération se soit renforcée.»
Faire croire que tout soulèvement conduirait à une guerre civile de type syrien, avec des parties belligérantes divisées selon des lignes ethno-sectaires, aiderait sans doute le régime à éviter une résistance unifiée.
Si, en revanche, les nombreux groupes ethno-sectaires d'Iran (Perses, Azéris, Kurdes, Baloutches, Arabes, Turkmènes, chiites, sunnites et autres) restent unis contre le régime et croient pouvoir renverser les mollahs dans une révolution de type tunisien, les manifestations en cours constitueront une menace bien plus grande pour la théocratie iranienne.
C'est l'une des raisons pour lesquelles Hijri et son PDKI sont déterminés à maintenir la nature non-violente du soulèvement.
«Nous pensons, en tant que Comité Hawkary de coordination (qui se compose de trois partis, le PDKI et les deux autres partis Komala du Kurdistan iranien avec lesquels il a une coalition) et surtout en tant que PDKI, que ces manifestations doivent se poursuivre pacifiquement. Ses objectifs politiques seraient plus que cela si les Peshmerga s'impliquaient», a-t-il expliqué à Arab News.
«Les manifestations pacifiques seraient plus légitimes pour le monde et les pertes humaines seraient moins importantes pour les Kurdes si les Peshmerga ne vont pas s'impliquer et déclencher une guerre.»
Toutefois, la jeune femme dont la mort aux mains de la police des mœurs iranienne a déclenché les manifestations était kurde, et les provinces kurdes d'Iran ont été le théâtre de bon nombre des manifestations les plus graves et les plus étendues.
«Zhina, une jeune fille de Saqizi, a été arrêtée à Téhéran, accusée d'avoir montré ses cheveux, puis tuée», a déclaré Hijri à Arab News, en désignant Mahsa Amini par son nom kurde.
«C'est à partir de ce moment-là que le mouvement de protestations a commencé. Après son enterrement à Saqiz, le Comité Hawkary a demandé au peuple kurde de faire grève et de ne pas aller travailler le lendemain, de descendre dans les rues et de scander des slogans contre le régime iranien.
«Le peuple entier a répondu à l’appel et est descendu dans les rues pour scander des slogans contre le régime iranien. Ce phénomène s'est répandu dans tout l'Iran. En réalité, je peux dire que ceci, si on le nomme une révolution ou un soulèvement, continue depuis plus d'un mois, et a pris naissance au Kurdistan d'Iran.»
Alors que les manifestants réclament de plus en plus un changement de régime, nombreux sont ceux qui se demandent quel type de système pourrait remplacer la théocratie et ce qu'il adviendrait des régions d'Iran où les Perses de souche ne sont pas majoritaires.
«Ce que nous croyons depuis le début et ce que la majorité des Kurdes et des autres nations en Iran croient, c'est en la création d’un Iran démocratique, décentralisé et laïque», a affirmé Hijri à Arab News. «Nous pensons que ce gouvernement fera de l'Iran un pays pour toutes les nations qui le composent, et que personne ne sera marginalisé.

L'agitation suscitée par la mort d'une jeune femme kurde iranienne, Mahsa Amini, aux mains de la police des mœurs, continue de secouer le pays (Photo, AFP).

«Maintenant, en plus du Comité de coordination des Hawkary, nous avons une coalition d'environ 13 partis politiques d'autres nations iraniennes, en particuliers des Arabes, des Baloutches et des Azéris. Nous avons également une coalition sous le nom de Congrès des nations fédérales iraniennes. Nous travaillons tous sur cette mission.
«Certaines personnalités perses acceptent ces idées pour l'avenir de l'Iran, mais pas toutes. C'est un problème que nous avons. C'est un problème qui touche plusieurs pays, car ils sont dirigés par une seule nation dominante.
«Par exemple, en Turquie, les Kurdes ont été privés de leurs droits et il leur a été interdit de dire qu'ils sont Kurdes. La Turquie est meilleure grâce à certaines infrastructures démocratiques. Mais pour les Kurdes, c'est la même chose que pour les autres.»
La question qui se pose maintenant dans de nombreuses capitales occidentales est de savoir comment la communauté internationale pourrait soutenir les objectifs des manifestants. Hijri estime que le régime est irréformable, ce qui signifie que l'Occident doit cesser d'essayer de s'entendre avec l'Iran. En effet, des efforts tels que le rétablissement de l'accord nucléaire de 2015, ne font que renforcer ce que beaucoup considèrent comme un régime fondamentalement atroce.
«J'ai annoncé auparavant et je le répète ici que ce que l'Iran gagne d'un accord occidental concernant ses armes nucléaires sera dépensé pour ses groupes terroristes et ses mandataires dans la région», a déclaré Hijri à Arab News.
«L'Iran aurait une longueur d'avance pour mener des activités terroristes en Europe et en Occident. De plus, les gains que le régime iranien tire de cet accord seraient consacrés à l'achat de personnel militaire pour réprimer le peuple iranien.
«Les gains iraient également aux institutions religieuses et aux forces des Pasdaran (Corps des gardiens de la révolution islamique). La majorité de l'argent va dans les poches des responsables du gouvernement iranien et la population n'obtiendra rien.
«Dans l'ancien accord, avant le retrait de (l'ancien président américain Donald) Trump, la même chose s'est produite. Donc, à mon avis, l'accord occidental avec l'Iran concernant sa question nucléaire est une aide indirecte à l'Iran pour poursuivre sa politique dans la région et à l'intérieur de l'Iran contre le peuple.»

Un membre du PDKI peint à la bombe de la peinture rouge sur les trous dans un mur, faits par les éclats d'une attaque à la roquette quelques jours plus tôt au siège du parti à Koya (Photo, AFP).

Pour Hijri, la réaction de la communauté internationale devrait consister à renforcer les sanctions à l'encontre du régime, à aider davantage le peuple iranien à contourner les restrictions imposées par le régime en matière d'Internet, à apporter un soutien moral aux manifestants et à se montrer solidaire envers les groupes d'opposition comme le sien.
Selon Hijri, le gouvernement américain a actuellement mis en place une directive de «non-contact» concernant des groupes tels que le PDKI, qui provient de la crainte du département d'État de contrarier le régime de Téhéran pendant les négociations nucléaires.
Avant tout, Hijri veut que le monde comprenne que le peuple iranien a besoin et veut un changement de régime, et qu'il veut le faire lui-même sans intervention militaire étrangère.
«Les slogans que le peuple iranien scande maintenant visent à supprimer la République islamique iranienne», a déclaré Hijri à Arab News.
«Le peuple iranien, après avoir longtemps subi l'oppression et la répression, a pris conscience dans son ensemble que s'il veut obtenir ses droits, son premier et seul moyen est de supprimer la République islamique iranienne qui s'y oppose.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Inflation: Les populations du Maghreb et du Moyen-Orient particulièrement affectées

La livre libanaise a perdu environ 95% de sa valeur depuis 2019 (Photo, LTA).
La livre libanaise a perdu environ 95% de sa valeur depuis 2019 (Photo, LTA).
Short Url
  • Les classes moyennes des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord ressentent aujourd'hui l'impact de la flambée des prix
  • Elles ont subi le triple choc de la pandémie, de la hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants, et de l'invasion de l'Ukraine par la Russie

DUBAÏ: Face à des économies en crise, des monnaies en difficulté et une inflation qui sape le pouvoir d'achat, il est clair que les pauvres de la région arabe sont en difficulté. Alors que même les classes moyennes de certains pays commencent à être touchées, de plus en plus de familles ont du mal à se nourrir.
«C'est comme si nous avions été frappés par un tremblement de terre. Tout à coup, vous devez tout laisser tomber», a déclaré Manar, une Égyptienne de 38 ans, mère de deux enfants, à l'Agence France-Presse (AFP).
«Désormais, la vie semi-humaine que les gens avaient se réduit à penser au prix du pain et des œufs.»

Le prix du pain a augmenté dans certains pays arabes en raison de la guerre en Ukraine (Photo, AFP).

La livre égyptienne a perdu la moitié de sa valeur par rapport au dollar depuis mars dernier après une dévaluation exigée par le Fonds monétaire international dans le cadre d'un accord de prêt de 3 milliards de dollars. L'inflation globale annuelle officielle dans le pays a atteint 21,9% en décembre et les prix des denrées alimentaires ont grimpé de 37,9%.
L'économie égyptienne s'était difficilement remise de la pandémie de Covid-19. C'est toutefois l'invasion de l'Ukraine par la Russie qui a déclenché la dernière crise, car ces deux pays sont de gros exportateurs de blé vers l'Égypte et des sources de tourisme de masse.
Selon la Banque mondiale, près d'un tiers de la population égyptienne, soit 104 millions de personnes, vit actuellement sous le seuil de pauvreté, et presque autant sont «vulnérables à la pauvreté».
Par ailleurs, des prévisions économiques inquiétantes pèsent déjà sur l'année 2023. Les économistes prédisent une aggravation de la récession mondiale qui entraînera une nouvelle dépréciation des monnaies, une flambée des prix et une augmentation des taux de chômage et de pauvreté.
L'année dernière, l'économie mondiale a connu de multiples revers. Les pays et les entreprises qui commençaient tout juste à se remettre des confinements, des restrictions et des autres conséquences de la pandémie de Covid-19 ont subi un nouveau coup dur avec le début de la guerre en Ukraine il y a presque un an.
Le conflit a perturbé les chaînes d'approvisionnement mondiales, entraînant une forte hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant, aggravant ainsi les pressions inflationnistes. Cette situation a exercé une pression supplémentaire sur les monnaies nationales et la confiance des entreprises, menaçant l'emploi et freinant la croissance.
La dépréciation des monnaies arabes contre le dollar est particulièrement préoccupante pour les pays les plus vulnérables, car les ménages qui avaient constitué une épargne avant la récession ont vu la valeur de leurs économies s'effondrer et les filets de sécurité se dérober sous leurs pieds.

Un activiste libanais brandit des billets de banque factices appelés «Lollars» au cours d'une manifestation visant à dénoncer la corruption qui ravage le pays, à Beyrouth, le 13 mai 2022 (Photo, AFP).

La livre libanaise a récemment atteint son record le plus bas jamais enregistré et a désormais perdu environ 95% de sa valeur depuis le début de la crise financière dans le pays, fin 2019.
La Jordanie, la Syrie et l'Irak connaissent de même des hausses massives du coût des denrées alimentaires, du carburant et d'autres produits de première nécessité. Le pouvoir d'achat des populations continue de baisser, ce qui entraîne des protestations et des vagues occasionnelles de violence.
La vie d'environ 130 millions de personnes dans la région est désormais rongée par la pauvreté, selon l'enquête sur les développements économiques et sociaux dans la région arabe, publiée en décembre par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie occidentale (Cesao).
 


Au Yémen, une unité militaire créée dans le cadre de la stratégie de reconstruction

Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, rencontre l'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, à Aden, au Yémen, le 10 mai 2022 (Photo, Reuters).
Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, rencontre l'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, à Aden, au Yémen, le 10 mai 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Rashad al-Alimi a émis un ordre établissant la Force du Bouclier de la nation comme réserve sous son commandement
  • La Commission de consultation et de réconciliation met en garde contre la légitimation de la prise de pouvoir des Houthis dans les pourparlers

AL-MUKALLA: Un nouveau groupe militaire au Yémen, la Force du bouclier de la nation, a été créé par le président du Conseil présidentiel, Rashad al-Alimi, dans le but d'unifier les groupes armés et les unités dispersées dans les territoires contrôlés par le gouvernement.
L'agence de presse officielle SABA a rapporté dimanche soir qu'Al-Alimi a émis un ordre présidentiel établissant la Force du bouclier de la nation comme troupe de réserve sous son commandement et nommant à sa tête un officier militaire peu connu, le brigadier Basher Saif Qaid Ghobair al-Subaihi.
SABA a indiqué que le dirigeant yéménite publiera un autre décret précisant le nombre, l'objectif et le lieu de déploiement des forces.
Al-Subaihi a fait partie des milliers de Yéménites qui ont combattu les Houthis soutenus par l'Iran lorsque la milice a conquis en 2015 la ville portuaire d'Aden, dans le sud du pays.
Des responsables et des experts au Yémen ont déclaré que les combattants de la résistance ainsi que les forces militaires et de sécurité qui ont combattu les Houthis seraient recrutés et recevraient une formation militaire officielle, ainsi que des grades dans la nouvelle unité.
Le général de brigade Mohammed al-Kumaim, un analyste militaire yéménite, a indiqué à Arab News que la nouvelle unité comprendra des forces militaires et de sécurité actives sur le terrain, ainsi que des unités provenant de zones militaires. Cette procédure fait, selon lui, partie d'une stratégie visant à légitimer les unités actives sur le terrain et à les unir sous la direction des institutions du pays.
«Ces forces ne sont pas nouvelles et sont déjà présentes sur le champ de bataille. Ceci s'inscrit dans le cadre de la réorganisation et du repositionnement du ministère yéménite de la Défense, et de la réorganisation de ses forces militaires», a déclaré Al-Kumaim, ajoutant que les troupes de la nouvelle unité participeront aux opérations militaires contre les Houthis dans tout le Yémen.
Ce dernier a rejeté les critiques des opposants qui accusent le leader yéménite de créer une force sous son commandement pour concurrencer les armées privées des autres membres du conseil.
«En tant que commandant en chef des forces armées, il commande toutes les forces sur le terrain et a le pouvoir de former toute nouvelle force. Il n'y a pas de concurrence», a assuré Al-Kumaim.
Dans une interview accordée à la chaîne de télévision Al Arabiya le mois dernier, Al-Alimi a souligné que la priorité du conseil était de rassembler divers groupes militaires sous un seul centre de commandement. Il a par ailleurs reconnu que la fusion des forces sous l'égide du ministère de la Défense pourrait ne pas avoir lieu dans un avenir proche.
En avril dernier, l'ancien président Abed Rabbo Mansour Hadi a transféré son autorité au Conseil présidentiel de direction, composé de huit membres et dirigé par Al-Alimi. Ce conseil comprend des responsables militaires et politiques ainsi que de nombreux gouverneurs de province tels que Aidarous al-Zubaidi, le président du Conseil de transition du Sud pro-indépendance, Tareq Mohammed Abdullah Saleh, le commandant des forces de la Garde républicaine et Abdul Rahman al-Muharami, le commandant de la Brigade des géants.
Par ailleurs, la Commission de consultation et de réconciliation, organe consultatif du Conseil présidentiel, a conseillé au gouvernement yéménite d'œuvrer à l'instauration de la paix au Yémen et de s'attaquer aux difficultés économiques du pays. Elle l’a toutefois mis en garde contre la légitimation de la prise de pouvoir militaire des Houthis dans le cadre de toute négociation directe avec la milice.
«Nous avons souligné la nécessité d'un dialogue politique approfondi et direct entre la légitimité dirigée par le Conseil présidentiel de direction et la milice houthie sur la base de la légitimité et du coup d'État», a déclaré Mohammed al-Ghaithi, le chef de la commission, sur Twitter après une réunion virtuelle avec d'autres membres dimanche.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Le président limoge deux ministres

Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Short Url
  • Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce
  • Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques

TUNIS: La présidence tunisienne a annoncé lundi soir le limogeage des ministres de l'Agriculture et de l'Éducation, sans donner d'explications, dans un contexte de pénuries de produits de base, dont le lait, et de grèves sporadiques dans l'enseignement. 

Le président Kais Saied a décidé "un remaniement partiel en nommant Mohamed Ali Boughdiri comme ministre de l'Éducation" en remplacement de Fethi Sellaouti, a annoncé un communiqué de la présidence. Le ministre de l'Agriculture Elyes Hamza a été remplacé par Abdelmomen Belati, a ajouté la présidence.

Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce Fadhila Rebhi Ben Hamza et Fakher Fakhfakh, le gouverneur de Sfax, deuxième ville du pays, engluée depuis des mois dans une crise autour de la gestion de ses déchets.

La ministre du Commerce avait été le premier membre du gouvernement de Najla Bouden, formé en novembre 2021, à être limogé par le président Saied.

Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques, le pays étant en proie à de profondes divisions depuis le coup de force du président Saied qui s'est arrogé tous les pouvoirs en juillet 2021.