Chine: la grande évasion, pour fuir l'usine d'iPhone confinée

Cette photo d'archive prise le 27 mai 2010 montre des ouvriers chinois dans l'usine Foxconn à Shenzhen, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine. (Photo, AFP)
Cette photo d'archive prise le 27 mai 2010 montre des ouvriers chinois dans l'usine Foxconn à Shenzhen, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 04 novembre 2022

Chine: la grande évasion, pour fuir l'usine d'iPhone confinée

  • Principal sous-traitant d'Apple, le groupe taïwanais Foxconn qui gère l'usine, a admis affronter «une longue bataille» face au Covid et fonctionner «en circuit fermé» avec des employés contraints de dormir sur place
  • Des individus en combinaisons intégrales blanches empêchaient les fuyards de monter à bord de bus

PÉKIN : Quand Zhang Yao a appris début octobre que 3.000 de ses collègues dans la plus grande usine d'iPhone au monde, en Chine, étaient en quarantaine, il a pris peur: pour échapper au Covid et au confinement, il s'est enfui.

«On nous a dit de ne pas enlever nos masques», raconte à l'AFP par téléphone le jeune homme d'une vingtaine d'années, sous pseudonyme par peur de représailles.

Un employé venait alors d'être testé positif au Covid-19. S'en sont suivies des semaines de chaos sur l'immense site de plus de 200.000 salariés à Zhengzhou (centre), surnommé «iPhone city».

Principal sous-traitant d'Apple, le groupe taïwanais Foxconn qui gère l'usine, a admis affronter «une longue bataille» face au Covid et fonctionner «en circuit fermé» avec des employés contraints de dormir sur place.PÉKIN : Quand Zhang Yao a appris début octobre que 3.000 de ses collègues dans la plus grande usine d'iPhone au monde, en Chine, étaient en quarantaine, il a pris peur: pour échapper au Covid et au confinement, il s'est enfui.

«On nous a dit de ne pas enlever nos masques», raconte à l'AFP par téléphone le jeune homme d'une vingtaine d'années, sous pseudonyme par peur de représailles.

Un employé venait alors d'être testé positif au Covid-19. S'en sont suivies des semaines de chaos sur l'immense site de plus de 200.000 salariés à Zhengzhou (centre), surnommé «iPhone city».

Principal sous-traitant d'Apple, le groupe taïwanais Foxconn qui gère l'usine, a admis affronter «une longue bataille» face au Covid et fonctionner «en circuit fermé» avec des employés contraints de dormir sur place.

Alors que des centaines d'employés ont pris la fuite, sautant par-dessus les grillages pour rentrer chez eux, les autorités ont confiné mercredi pour sept jours l'ensemble de la zone entourant l'usine.

La Chine est la dernière grande économie à appliquer une stricte politique «zéro Covid», entre confinements à répétition, tests PCR à grande échelle et quarantaine pour toute arrivée de l'étranger.

Malgré cela, les cas augmentent ces dernières semaines.

- «Peur» -

Dans l'usine, nombre de salariés témoignent d'une totale désorganisation face à la crise.

Très vite, le nombre de cas a explosé, raconte Zhang Yao: «les tests PCR et antigéniques positifs sont devenus courants» au sein de l'atelier d'assemblage. «Evidemment, on avait peur, cela arrivait tout près de nous».

Un autre employé, toujours sur place, décrit une ambiance «chaotique». «On est submergés», assure-t-il sous couvert d'anonymat.

«Des gens testés positifs cohabitent avec des gens négatifs», s'étrangle le jeune homme de 30 ans, assurant que «ceux qui ont de la fièvre ne sont même pas sûrs de recevoir des médicament».

Ceux qui ont arrêté de travailler ne reçoivent plus de nourriture dans leurs dortoirs, raconte M. Zhang. Résultat, certains employés doivent piocher dans leurs réserves personnelles de nouilles instantanées pour survivre.

Kai, un salarié de Foxconn, s'est plaint au magazine chinois Sanlian Lifeweek d'avoir été livré à lui-même, une fois en quarantaine.

Des vidéos sur TikTok, dont la géolocalisation a été vérifiée par l'AFP, montrent des montagnes d'ordures s'accumulant à l'extérieur des bâtiments.

- A pied vers l'autoroute -

Une salariée de 27 ans, qui n'a pas voulu donner son nom, raconte à l'AFP qu'une de ses colocataires, testée positive, a été renvoyée en larmes au dortoir jeudi matin, après avoir annoncé sa démission pendant sa quarantaine.

«Maintenant, on est trois à vivre dans la même chambre: une personne qui est cas confirmé, et nous deux avec un test antigénique positif, en attendant le résultat de nos PCR», explique-t-elle.

Désespérés, certains employés ont fui l'usine à pied pour éviter les contrôles anti-Covid.

Des vidéos les montrant traîner leurs valises le long d'une autoroute, sur des dizaines de kilomètres, ont été partagées sur les réseaux sociaux, forçant les autorités à réagir.

La municipalité de Zhengzhou a ainsi annoncé dimanche la mise en place de bus spéciaux pour permettre le retour chez eux des salariés.

La province du Henan, où se trouve la ville a, elle, vu son nombre de cas s'envoler, avec plus de 600 enregistrés depuis lundi.

Quand Zhang Yao a finalement tenté de s'enfuir mardi, il a dû surmonter bien des obstacles.

«Il y avait des gens avec des mégaphones pour vanter les nouvelles mesures de Foxconn, avec un bonus quotidien de 400 yuans» (environ 55 euros) à la clé pour ceux qui restent, se souvient-il.

- Soulagement -

Des individus en combinaisons intégrales blanches empêchaient les fuyards de monter à bord de bus.

«Ils ont essayé de convaincre les gens de rester à Zhengzhou et de ne pas rentrer chez eux. Mais quand on a demandé à voir leurs badges de travail, ils n'avaient rien à montrer, donc on soupçonne qu'ils travaillent en fait pour Foxconn».

Interrogé par l'AFP, le groupe renvoie vers l'ordre de confinement décrété mercredi par les autorités.

Foxconn avait assuré dimanche coopérer avec le gouvernement pour assurer le transport des employés voulant rentrer chez eux.

Mardi, une foule de travailleurs mécontents ont finalement décidé de se débrouiller seuls: ils ont marché plus de sept kilomètres pour rejoindre l'entrée de l'autoroute.

L'accès était bloqué. Des personnes assurant travailler pour les autorités leur ont demandé d'attendre des bus.

Ils sont finalement arrivés près de neuf heures après le début du périple de Zhang Yao et ses collègues.

Désormais de retour dans sa ville natale, le jeune homme est en quarantaine chez lui mais soulagé: «J'ai enfin quitté Zhengzhou».


Un homme armé qui s'était enfui au Pakistan emprisonné au Royaume-Uni pour meurtre

Une capture d'écran tirée d'une vidéo publiée par la police des West Midlands montrant Tahir Zarif après avoir été extradé du Pakistan où il s'était enfui après avoir tué Akhtar Javeed. (Twitter/@WMPolice)
Une capture d'écran tirée d'une vidéo publiée par la police des West Midlands montrant Tahir Zarif après avoir été extradé du Pakistan où il s'était enfui après avoir tué Akhtar Javeed. (Twitter/@WMPolice)
Short Url
  • Tahir Zarif, âgé de 31 ans, purgera une peine d’au moins trente ans de prison pour le meurtre d'Akhtar Javeed, âgé de 56 ans
  • Zarif et trois autres personnes ont tenté de voler Javeed en 2016. Le tueur s’est réfugié au Pakistan pour échapper à la justice

LONDRES: Un homme a été emprisonné à vie au Royaume-Uni après avoir assassiné un autre homme lors d'une tentative de vol et s'être enfui au Pakistan pour échapper à la justice.

Tahir Zarif, 31 ans, de Derby, a tiré sur Akhtar Javeed, 56 ans, en 2016, alors que lui et trois autres personnes – Suraj Misty, 26 ans; Lamar Wali, 23 ans; et Sander van Aalten, 54 ans – ont tenté de cambrioler l'entrepôt de produits alimentaires de Javeed à Birmingham.

L'une de ces quatre personnes avait auparavant travaillé dans l'entrepôt et connaissait son agencement. Les employés du site ont été ligotés et Javeed a été traîné jusqu'à son coffre-fort, où Zarif lui a tiré une balle dans la jambe pour le forcer à l'ouvrir.

Javeed a ensuite réussi à se libérer mais Zarif lui a tiré dessus à nouveau, l’atteignant à la gorge et la poitrine alors qu'il tentait de s'échapper, trébuchant hors de l'entrepôt et dans la rue avant de s'effondrer.

Cinq jours plus tard, Zarif a quitté le Royaume-Uni pour le Pakistan. Il a été arrêté à Mirpur en 2018 et extradé deux ans plus tard.

Des images vidéo ont fait surface plus tard, montrant Zarif tirant avec une mitrailleuse, alors qu'il était en fuite au Pakistan. D’autres images l'ont montré souriant à bord de l’avion dans lequel il avait été extradé vers Londres par la police britannique, après son arrestation.

Zarif a affirmé que le meurtre de Javeed était accidentel, mais du fait de sa «volonté manifeste d'utiliser une arme» et de son «intention de tuer», il a écopé d’une peine de prison d’au moins trente ans à Coventry Crown Court.

Ses comparses lors du vol ont été reconnus coupables et condamnés en 2016. Misty a été condamné à une peine de prison de vingt-trois ans pour homicide involontaire, tandis que Wali et Van Aalten ont tous deux été reconnus coupables de collusion en vue de commettre un vol et condamnés à des peines de prison respectives de sept ans, six ans et huit mois.

La fille de Javeed, qui a requis l'anonymat, a déclaré à la presse après la condamnation de Zarif: «Cela fait six ans et neuf mois que Tahir Zarif a ôté la vie à mon père.»

«Mon père est dans nos pensées tous les jours depuis lors. Comme je l'ai déjà dit, mon père était un gentleman respectable.»

«La cupidité d'un autre homme a conduit à la mort violente de mon père. Nous sommes reconnaissants à la police des West Midlands pour son travail acharné afin que justice soit rendue.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Tempête tropicale à Madagascar: 22 morts, selon un nouveau bilan

Une maison détruite par le passage du passage d'un cyclone est vue le 8 février 2022 à Irondro (Photo, AFP).
Une maison détruite par le passage du passage d'un cyclone est vue le 8 février 2022 à Irondro (Photo, AFP).
Short Url
  • Vingt personnes sont par ailleurs portées disparues dans les zones ayant été touchées par la tempête baptisée Cheneso
  • Dans le sud de l'Afrique, la saison cyclonique s'étend de novembre à avril et Madagascar en subit régulièrement des conséquences dévastatrices

ANTANANARIVO, Madagascar: Vingt-deux personnes ont été tuées à Madagascar après le passage la semaine dernière d'une tempête tropicale dans le nord-est du pays, a annoncé vendredi le Bureau de gestion des risques et des catastrophes.

Ce nouveau bilan a été donné à l'AFP par Faly Aritiana Fabien, un responsable de cet organisme.

Le précédent bilan faisait état un peu plus tôt dans la journée de 18 morts.

Vingt personnes sont par ailleurs portées disparues dans les zones ayant été touchées par la tempête baptisée Cheneso, qui a provoqué des inondations et une coupure des routes menant à la capitale, Antananarivo.

L'institution gouvernementale précise que plus de 59 100 personnes ont été touchées par la catastrophe, dont plus de la moitié ont dû quitter leur logement.

La tempête Cheneso est survenue le 19 janvier, accompagnée de vents violents atteignant 110 kilomètres à l'heure et d'importantes averses de pluie.

Dans le sud de l'Afrique, la saison cyclonique s'étend de novembre à avril et Madagascar, île de l'océan Indien, en subit régulièrement des conséquences dévastatrices.


Shamima Begum se confie à la BBC sur la réaction de sa famille après qu’elle a rejoint Daech

Shamima Begum s’est confiée sur la première fois qu’elle a parlé à sa mère après avoir quitté le Royaume-Uni en 2015. (Capture d’écran/BBC)
Shamima Begum s’est confiée sur la première fois qu’elle a parlé à sa mère après avoir quitté le Royaume-Uni en 2015. (Capture d’écran/BBC)
Short Url
  • Shamima Begum a quitté le Royaume-Uni en 2015, à l’âge de 15 ans, pour rejoindre Daech en Syrie. Le gouvernement britannique a révoqué sa citoyenneté britannique
  • Dans un podcast de la BBC, Begum a laissé entendre que sa famille était en partie responsable de la tempête médiatique provoquée par la révélation de ses actes

LONDRES: Shamima Begum s’est confiée à la BBC sur la première fois qu’elle a parlé à sa mère après avoir quitté le Royaume-Uni en 2015, à l’âge de 15 ans, pour rejoindre Daech en Syrie.

«La première fois que j’ai appelé ma mère, elle ne faisait que pleurer. J’avais l’impression qu’elle essayait de me faire culpabiliser», raconte-t-elle au journaliste Joshua Baker lors d’une interview pour la deuxième série du podcast de la BBC I’m Not A Monster, qui a débuté en janvier.

«Je ne sais pas, peut-être que c’était juste les émotions, mais je ne lui ai rien dit, je l’ai laissée pleurer. J’ai juste continué à lui dire que j’allais bien.» Baker lui a demandé ce qu’elle avait dit à sa mère lorsque celle-ci l’a suppliée de rentrer à la maison, ce à quoi elle a répondu qu’elle avait «simplement dit non».

La jeune femme, aujourd’hui âgée de 23 ans, a ajouté que, bien que n’étant pas totalement décidée à rejoindre le groupe extrémiste à ce moment-là, elle ne voulait pas donner de faux espoirs à sa mère, car elle ne savait pas si elle serait capable de partir.

Le journaliste lui a ensuite demandé ce qu’elle avait ressenti lorsqu’elle avait entendu sa sœur la supplier publiquement de quitter Daech. «Je n’arrivais pas à y croire», affirme-t-elle. «Je n’arrivais pas croire que ma sœur avait fait tout ce chemin jusqu’en Turquie en pensant qu’elle pourrait me sauver.»

Begum a même laissé entendre que sa famille était «responsable» de la tempête médiatique qu’a provoqué la révélation de son voyage en Syrie, car les membres de sa famille lui lançaient des appels émouvants pour qu’elle revienne.

«Je ne pense pas qu’ils savaient quelle ampleur cela prendrait», ajoute-t-elle. «Je reproche aux médias d’avoir été aussi obsédés par mes amis et moi.»

La série de podcasts, dont de nouveaux épisodes sortent chaque mercredi, a également dévoilé des informations sur le passeur Mohammed al-Rachid, qui a aidé Begum à se rendre en Syrie alors qu’il travaillait comme agent pour les services de renseignement canadiens.

Ce mois-ci, la BBC a dû faire face à un tollé public concernant la série de podcasts, qui se focalise sur l’affaire de Shamima Begum et dans laquelle elle défend ses actions. Le radiodiffuseur de service public britannique a réagi en assurant que la série n’était «pas une plate-forme visant à permettre à Shamima Begum de raconter son histoire incontestée», mais plutôt une «enquête robuste d’intérêt public» sur son cas.

Begum est née au Royaume-Uni de parents d’origine et de nationalité bangladaises. Elle vivait avec sa famille dans le quartier de Bethnal Green à Londres lorsqu’elle est partie pour la Syrie. Peu après son arrivée dans ce pays ravagé par la guerre, elle a épousé Yago Riedijk, d’origine néerlandaise. Dans les années qui ont suivi, elle a donné naissance à trois enfants, qui sont tous morts en bas âge. En 2019, elle a été découverte vivant dans un camp de réfugiés dans le nord de la Syrie. Le gouvernement britannique a révoqué sa citoyenneté britannique et a déclaré qu’elle ne serait pas autorisée à revenir dans le pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com