Le président iranien raille Joe Biden, sept semaines de protestations

Des Iraniens ont pris d'assaut l'ambassade des États-Unis à Téhéran le 4 novembre 1979. (AFP)
Des Iraniens ont pris d'assaut l'ambassade des États-Unis à Téhéran le 4 novembre 1979. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 05 novembre 2022

Le président iranien raille Joe Biden, sept semaines de protestations

  • «Ne vous inquiétez pas, nous allons libérer l'Iran. (Les Iraniens) vont se libérer eux-mêmes très bientôt», a lancé jeudi Biden en référence aux manifestants
  • «Le président américain, qui est distrait, a dit vouloir libérer l'Iran. Mais je dois vous rappeler que l'Iran s'est libéré il y a 43 ans et ne se soumettra plus à vous», a rétorqué Raïssi devant des milliers d'Iraniens rassemblés à Téhéran

PARIS: Le président iranien Ebrahim Raïssi s'est moqué vendredi des propos du dirigeant américain Jo Biden promettant de "libérer" l'Iran, en proie à des manifestations depuis sept semaines.

Le mouvement de protestation a été déclenché par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne arrêtée trois jours auparavant par la police des mœurs. Au fil des jours, les manifestations en faveur de la liberté des femmes se sont transformées en contestation du pouvoir, qui dénonce de son côté des "émeutes".

"Ne vous inquiétez pas, nous allons libérer l'Iran. (Les Iraniens) vont se libérer eux-mêmes très bientôt", avait lancé jeudi M. Biden.

"Le président américain, qui est distrait, a dit vouloir libérer l'Iran. Mais je dois vous rappeler que l'Iran s'est libéré il y a 43 ans et ne se soumettra plus à vous", a rétorqué M. Raïssi devant des milliers d'Iraniens rassemblés à Téhéran pour marquer l'anniversaire de la prise d'otages à l'ambassade des Etats-Unis le 4 novembre 1979 par des partisans de la Révolution islamique.

Ces derniers exigeaient l'extradition de l'ex-chah, soigné aux Etats-Unis. 52 diplomates et employés furent retenus en otage pendant 444 jours. Cinq mois plus tard, Washington rompait ses relations avec Téhéran et lui imposait un embargo.

"Mort à l'Amérique, mort à Israël, mort à la Grande-Bretagne !", a scandé la foule. "Nous obéissons au guide suprême" Ali Khamenei, proclamaient des pancartes.

«Desseins sataniques»

Selon la télévision d'Etat, des manifestations similaires ont été organisées dans d'autres villes, notamment à Machhad (nord-est), Ispahan (centre) et Chiraz (sud).

"Nous ne vous permettrons jamais de réaliser vos desseins sataniques", a encore dit M. Raïssi à l'adresse des Etats-Unis, accusés par le pouvoir iranien d'encourager le mouvement de contestation.

Dans le même temps, des manifestations contre les autorités se sont poursuivies, alors que la répression de ce mouvement a fait au moins 176 morts, selon l'ONG Iran Human Rights (IHR) basée en Norvège. Des milliers de personnes ont été arrêtées, dont des journalistes, des avocats, des militants et des célébrités, d'après des ONG.

Et selon IHR, 101 personnes ont aussi été tuées dans un autre mouvement de protestation au Sistan-Balouchistan, région pauvre du Sud-Est où vit la minorité baloutche adhérant majoritairement à l'islam sunnite et non au chiisme dominant en Iran.

Dans cette province des forces de sécurité ont tiré vendredi sur des manifestants à Khach, près de Zahedan, ont affirmé des ONG. Jusqu'à dix personnes pourraient avoir perdu la vie et des dizaines d'autres avoir été blessées, d'après Amnesty International.

Plusieurs policiers ont été blessés par des pierres lancées contre un poste de police de la ville, a rapporté l’agence officielle Irna.

Les manifestants ont également incendié un poste de police en préfabriqué et scandé des slogans anti-gouvernementaux. Une vidéo diffusé par l'agence iranienne Tasnim montre des banques et des voitures incendiées.

Les funérailles et les cérémonies organisées 40 jours après un décès sont désormais l'occasion de rassemblements anti-pouvoir.

IHR a indiqué qu'une foule avait ainsi participé jeudi à Karaj, près de Téhéran, à une cérémonie des 40 jours pour Hadis Najafi, une manifestante de 22 ans tuée en septembre par des policiers, selon des militants.

Selon le média en ligne 1500tasvir, les forces de sécurité ont tiré sur les manifestants à Karaj. Une vidéo du même média a montré des protestataires jetant des pierres sur un véhicule de la police et d'autres incendiant des poubelles et un commissariat.

Un membre du Bassidj, milice paramilitaire, a été tué et dix policiers ont été blessés dans ces affrontements, d'après l'agence de presse officielle Irna.

A Ispahan, des manifestants ont scandé des slogans contre le régime au 40ème jour du décès de Shirin Alizadeh, 36 ans, tuée dans sa voiture alors qu'elle filmait une manifestation. Les forces de sécurité ont ouvert le feu pour disperser ce rassemblement, selon 1500tasvir.

«Radicalisation»

"L'Iran est responsable de la radicalisation des manifestations", a déclaré à l'AFP Saeid Golkar, professeur adjoint à l'Université du Tennessee à Chattanooga. "Les gens ne font que réagir à la répression brutale de l'Etat."

D'après l'organisation de défense des droits humains Hengaw basée en Norvège, les forces de sécurité ont arrêté dimanche à Téhéran une nouvelle journaliste, Nazila Maroufian, auteure d'une interview avec le père de Mahsa Amini. Elle a été transférée à la prison d'Evine, a précisé l'ONG.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé à New York, estime que 54 journalistes ont été arrêtés depuis le 16 septembre en Iran, dont une dizaine ont été libérés sous caution.

Les ministres des Affaires étrangères du G7 réunis en Allemagne ont exprimé vendredi leur soutien aux manifestations en Iran et dénoncé la répression "brutale" et l'activité "déstabilisatrice" du pouvoir iranien dans le monde.


Des trains de nuit nouvelle génération dévoilés à Vienne

Ces nouveaux trains proposent aux voyageurs davantage de confort que les précédents, incluant des douches. (Photo par Alex HALADA / AFP).
Ces nouveaux trains proposent aux voyageurs davantage de confort que les précédents, incluant des douches. (Photo par Alex HALADA / AFP).
Short Url
  • Ces nouveaux trains de nuit ont été présentés à Vienne à l'occasion des commémorations des 100 ans de la compagnie autrichienne
  • ÖBB a investi 720 millions d'euros dans une flotte de 33 trains de nuits qui doivent être livrés progressivement d'ici à 2028

VIENNE: La compagnie ferroviaire publique autrichienne ÖBB a dévoilé samedi la dernière génération de trains de nuit en Europe, alors que ce mode de transport plus lent mais beaucoup moins polluant que l'avion connaît un tout début de retour en grâce.

Comparé aux anciens trains, et leurs couchettes "si sombres", là "c'est le grand luxe. C'est fou", a confié à l'AFP Rosemarie, une retraitée de 69 ans qui n'a pas souhaité donner son nom de famille.

Ces nouveaux trains de nuit ont été présentés à Vienne à l'occasion des commémorations des 100 ans de la compagnie autrichienne.

"Chaque kilomètre en train est un kilomètre pour la protection du climat" et "une contribution à un futur meilleur", a déclaré à l'AFP la ministre écologiste autrichienne de l'Environnement Leonore Gewessler.

Ces nouveaux trains proposent aux voyageurs davantage de confort que les précédents, incluant des douches.

Les premiers d'entre eux doivent entrer en service le 10 décembre sur les lignes Vienne-Hambourg et Innsbruck-Hambourg.

Ces trains qui peuvent atteindre la vitesse de 230 km/h seront mis en service petit à petit en Autriche, Allemagne, Suisse, Italie et aux Pays-Bas.

Pour la France, un feu vert doit encore être donnée par l'autorité ferroviaire nationale, selon ÖBB.

"Malheureusement, nous ne sommes pas encore une Europe unifiée dans le secteur ferroviaire", a déclaré à l'AFP le PDG de ÖBB Andreas Matthae.

Ces trains avaient été commandés au constructeur allemand Siemens en 2018.

ÖBB a investi 720 millions d'euros dans une flotte de 33 trains de nuits qui doivent être livrés progressivement d'ici à 2028.

ÖBB revendique la première flotte de trains de nuit incluant des wagons-lits en Europe, empruntée par 1,5 million de passagers.

La compagnie autrichienne entend doubler le nombre de passagers en trains de nuit d'ici à 2030.

Début septembre ÖBB avait annoncé la remise en service le 11 décembre des trains de nuit Berlin-Paris, neuf ans après leur suppression.

Cahin-caha, de nombreuses compagnies européennes participent à la renaissance des trains de nuit, qui ont failli disparaître dans la décennie 2010.

Mais cette volonté se heurte au prix du matériel nécessaire pour remplacer des voitures souvent vieilles de plusieurs décennies, aux nombreux travaux de nuit sur le réseau qui perturbent les circulations nocturnes et à la très faible rentabilité de ce type de liaisons.


La Malaisie accuse des incendies indonésiens de nuire à la qualité de l'air

Des pompiers tentent d'éteindre un incendie dans un quartier résidentiel de Jakarta, le 29 septembre 2023 (Photo de Yasuyoshi CHIBA / AFP).
Des pompiers tentent d'éteindre un incendie dans un quartier résidentiel de Jakarta, le 29 septembre 2023 (Photo de Yasuyoshi CHIBA / AFP).
Short Url
  • Ces feux, qui surviennent en Indonésie chaque année durant la saison sèche, sont souvent allumés pour défricher des terres et notamment accroître la production d'huile de palme dont l'Indonésie est premier producteur mondial
  • Selon la Malaisie, les feux enregistrés cette année en Indonésie sont les pires depuis 2019, lorsqu'ils avaient contraint près de 2 500 écoles malaisiennes à fermer

KUALA LUMPUR: Des centaines d'incendies de forêt en Indonésie ont provoqué l'apparition de brume sèche dans certaines régions de Malaisie, contribuant à détériorer la qualité de l'air, selon le ministère de l'Environnement de Kuala Lumpur, une accusation rejetée samedi par Jakarta.

Ces feux, qui surviennent en Indonésie chaque année durant la saison sèche, sont souvent allumés pour défricher des terres et notamment accroître la production d'huile de palme dont l'Indonésie est premier producteur mondial. La Malaisie et l'Indonésie produisent à elles deux 85% de l'huile de palme dans le monde.

"La qualité générale de l'air dans le pays se détériore", a déclaré le directeur général du ministère malaisien de l'Environnement, Wan Abdul Latiff Wan Jaffar, dans un communiqué publié vendredi.

"Les incendies de forêt qui se produisent dans la partie Sud de Sumatra et dans les parties centrales et méridionales de Kalimantan (Bornéo), en Indonésie, ont provoqué des brouillards qui ont traversé les frontières", a-t-il ajouté.

Le communiqué précise que 52 zones de feux de forêt à Sumatra et 264 à Bornéo ont été recensées par l'ASMC, le Centre météorologique spécialisé de l'Asean (Association des nations d'Asie du Sud-Est), installé à Singapour.

La ministre indonésienne de l'Environnement, Siti Nurbaya Bakar, a rejeté ces accusations.

"La réalité, c'est qu'il n'y a aucun brouillard transfrontalier", a-t-elle déclaré samedi à l'AFP, présentant des images de l'ASMC qui selon elles montrent simplement du brouillard à Sumatra et Bornéo.

"Ne parlez pas sans savoir exactement" de quoi il s'agit, a-t-elle lancé aux responsables indonésiens, leur reprochant de ne pas distinguer les données sur les zones de feux et sur les foyers eux-mêmes.

Jakarta va procéder à une étude et punir les compagnies si le gouvernement découvre des feux de forêt dans leurs concessions, a-t-elle ajouté.

Les pompiers dans l'île indonésienne de Sumatra ont eu à combattre en septembre de grands feux de tourbières qui ont recouvert de fumée des semaines durant Palembang, une ville d'environ deux millions d'habitants.

Selon la Malaisie, les feux enregistrés cette année en Indonésie sont les pires depuis 2019, lorsqu'ils avaient contraint près de 2 500 écoles malaisiennes à fermer.

En 2015, entre juillet et octobre, les incendies avaient fait 19 morts officiellement en Indonésie. Une étude de chercheurs des universités américaines Columbia et Harward a estimé l'année suivante que leurs fumées toxiques avaient provoqué la mort prématurée de quelque 100 000 personnes en Asie du Sud-Est dont 6 500 en Malaisie et 2 200 à Singapour.

La grande majorité de ces feux de forêt se produisent sur l'île de Sumatra et sur celle de Bornéo divisée entre l'Indonésie dans le Sud, la Malaisie et Brunei dans le Nord.

Pour combattre ces feux, l'Indonésie comme la Malaisie ont utilisé des technologies d'ensemencement des nuages pour provoquer des pluies artificielles.


Les affrontements meurtriers suscitent un malaise au Kosovo

Les soldats de la Force internationale de maintien de la paix dirigée par l'OTAN, la Force du Kosovo (KFOR), marchent dans la partie nord de la ville ethniquement divisée de Mitrovica, le 28 septembre 2023 (Photo, AFP).
Les soldats de la Force internationale de maintien de la paix dirigée par l'OTAN, la Force du Kosovo (KFOR), marchent dans la partie nord de la ville ethniquement divisée de Mitrovica, le 28 septembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les corps des trois Serbes tués dans cet affrontement ont été remis à leurs familles, samedi à Pristina, selon la Télévision d'Etat serbe (RTS)
  • Samedi, dans la région de Raska, ville du sud de la Serbie proche de la frontière avec le Kosovo, aucun mouvement particulier ou présence accrue des forces armées serbes n'était visible

PRISTINA: Une semaine après les affrontements meurtriers au Kosovo qui y ont déclenché l'une des plus graves escalades des tensions depuis des années, la possibilité d'un rapprochement entre les Albanais et les Serbes semble être plus éloignée que jamais.

Le meurtre d'un policier kosovar albanais, tué dimanche dans une embuscade par un commando paramilitaire , et la fusillade qui s'en est suivie toute la journée, en faisant trois morts parmi le commando - des Serbes du Kosovo -, ont fait remonter à la surface des années de méfiance et d'amertume.

Les corps des trois Serbes tués dans cet affrontement ont été remis à leurs familles, samedi à Pristina, selon la Télévision d'Etat serbe (RTS).

Vendredi, les Etats-Unis ont mis en garde sur "un important déploiement militaire serbe le long de la frontière avec le Kosovo" et ont appelé la "Serbie à retirer (ses) troupes".

Samedi, dans la région de Raska, ville du sud de la Serbie proche de la frontière avec le Kosovo, aucun mouvement particulier ou présence accrue des forces armées serbes n'était visible, a constaté un journaliste de l'AFP.

En même temps, les autorités de la Serbie et celles de son ancienne province - dont Belgrade ne reconnaît pas l'indépendance proclamée en 2008 -, se sont livrées à une guerre des mots et d'accusations qui risque d'éloigner davantage leurs positions dans un dialogue voulu par Bruxelles.

Peur

Ces violences ont eu lieu dans le village de Banjska, dans le nord du Kosovo, une zone où les Serbes sont majoritaires.

Un tiers des quelque 120.000 Serbes du Kosovo (1,8 million d'habitants) vivent dans cette région frontalière de la Serbie. Soutenus par Belgrade, ils refusent toute allégeance au gouvernement du Kosovo.

Dans la partie serbe de la ville divisée de Mitrovica, ses habitants disent craindre désormais une présence accrue des forces spéciales de la police kosovare.

"J'ai peur de la répression que nous avons déjà connue. Un policier a été tué et c'est terrible. Maintenant, je ne peux qu'imaginer ce qui va suivre", a dit à l'AFP un Serbe de 38 ans, sous le couvert de l'anonymat.

"Je veux juste une vie normale, et ce n'est pas une vie normale. Je pense que, après ce qui s'est passé, toute la communauté sera stigmatisée", ajoute-t-il.

«Rêve de liberté»

Lors de l'opération contre le commando qui s'était retranché dans un monastère orthodoxe, la police kosovare a arrêté trois suspects et saisi une quantité d'armes et de munitions, suffisante, selon Pristina, pour équiper des "centaines de combattants".

Vendredi matin, la police a notamment fouillé les propriétés d'un responsable politique serbe local, Milan Radoicic.

Ce dernier, qui se trouverait en Serbie, a affirmé vendredi, par la voie d'un avocat, avoir organisé le commando à l'insu de Belgrade, avec l'objectif "de créer les conditions pour réaliser le rêve de liberté de (son) peuple dans le nord du Kosovo".

Les habitants essentiellement albanais de la capitale, Pristina, rejettent, comme le gouvernement kosovar, la responsabilité des dernières violences sur Belgrade.

"La Serbie est responsable de ce qui s'est passé. La réconciliation avec les Serbes dans le nord est possible. Pourquoi ne pas vivre ensemble ? Mais ils ne veulent pas", dénonce Mevluda Hoxha, une Albanaise de 64 ans.

Les dernières discussions à Bruxelles en septembre ont débouché sur un échec.

Des mois de tensions 

Alors que la partie serbe souhaite obtenir une forme d'association des municipalités serbes dans le nord, à savoir une certaine autonomie, la partie kosovare réclame avant toute discussion la reconnaissance par Belgrade de l'indépendance du Kosovo.

Dans le nord du Kosovo, régulièrement secoué, les tensions s'étaient nettement attisées en mai lorsque Pristina a décidé d'installer dans quatre municipalités à majorité serbe des maires albanais élus lors d'un scrutin boycotté par les Serbes.

Les Serbes étaient alors descendus dans la rue pour empêcher les nouveaux édiles d'exercer leurs fonctions. Des dizaines de membres de la force de l'Otan au Kosovo (Kfor) ont été blessés dans des affrontements avec les manifestants.

"La réconciliation sera possible si les provocations répétées cessent", dit Agim Maloku, 60 ans, un économiste de Pristina, qui ajoute qu'une éventuelle partition du territoire pour céder le nord aux Serbes et faire la paix n'est pas envisageable.

"Le nord fait partie du Kosovo et restera partie intégrante du Kosovo".