L’Arabie saoudite réalise des «exploits sans précédent», affirme le prince héritier

Prince Mohammed ben Salmane. (Photo fournie/ Arab News)
Prince Mohammed ben Salmane. (Photo fournie/ Arab News)
Short Url
Publié le Vendredi 13 novembre 2020

L’Arabie saoudite réalise des «exploits sans précédent», affirme le prince héritier

  • Le prince héritier Mohammed ben Salmane a affirmé que la campagne anticorruption a porté ses fruits, et a permis de recouvrer 247 milliards de riyals saoudiens (55,8 milliards d’euros) en trois ans
  • Le fonds souverain du Royaume, le Fonds d’investissement public (PIF) injectera 150 milliards de riyals annuellement – soit près de 34 milliards d’euros – dans l’économie en 2021 et en 2022, a également annoncé le prince

LONDRES : Le prince héritier Mohammed ben Salmane a déclaré jeudi que l’Arabie saoudite avait réussi à réaliser des exploits sans précédent dans un temps record, selon l’agence de presse saoudienne (SPA).

Dans une allocution adressée au Conseil de la Choura (Assemblée consultative), le prince héritier a affirmé que le Royaume avait connu une croissance exponentielle au cours des trois dernières années, et a souhaité que cette croissance s’accélère lorsque la pandémie de coronavirus prendra fin.

Le prince a précisé que le Royaume fait partie des dix pays dans le monde qui ont le mieux lutté contre la pandémie de Covid-19, malgré toutes les difficultés. Il a ajouté que la priorité du Royaume est de remédier au chômage et d’accroître les opportunités d’emploi. 

Le prince Mohammed souligne que, bien que la corruption ait sévi dans le Royaume et qu’elle se soit jadis propagée comme un «cancer», la campagne anticorruption a été efficace et a permis de recouvrer 247 milliards de riyals saoudiens (55,8 milliards d’euros) en trois ans.

Il indique également que le gouvernement a entrepris une vaste restructuration pour augmenter les revenus non pétroliers et travaille dur afin de diversifier et de doubler la taille de l'économie du pays.

Les bons résultats du PIF

Le fonds souverain du Royaume – le Fonds d’investissement public (PIF) – injectera 150 milliards de riyals annuellement (soit près de 34 milliards d’euros) dans l’économie en 2021 et en 2022, a également annoncé le prince.

Le fonds a réussi à obtenir un meilleur retour sur investissement, avec un minimum de 7%, contre 2% depuis sa mise en place, certains investissements offrant un retour sur investissement dépassant 70%, voire pour certains supérieur à 140%, a-t-il ajouté.

Le prince a expliqué que les liquidités pour le PIF seront créées en réutilisant ces investissements et en créant des circuits économiques locaux à même de favoriser l’émergence de secteurs inédits qui offriront de nouvelles possibilités.

En outre, il a souligné que le PIF avait créé plus de 190 000 emplois au cours de ces quatre dernières années, ajoutant que les actifs mobiliers et immobiliers, qui valent des dizaines de milliards de riyals, ont été transférés au ministère des Finances et reflèteraient les recettes, une fois liquidées.

L’Arabie saoudite possède l'une des économies les plus importantes du monde et le gouvernement a réformé le marché du travail pour attirer des employés à valeur ajoutée, a encore assuré le prince.

S'exprimant un jour après l’attentat qui a eu lieu dans un cimetière à Djeddah et celui de l'ambassade saoudienne aux Pays-Bas, le prince a averti que le Royaume continuerait à frapper d'une «main de fer» ceux qui menacent sa sécurité et sa stabilité.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le Maroc suspend le trafic maritime de passagers avec la France

Vue du port Tanger Med dans la ville nord de Tanger sur le détroit de Gibraltar le 13 mars 2020. (Photo, AFP)
Vue du port Tanger Med dans la ville nord de Tanger sur le détroit de Gibraltar le 13 mars 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les vols réguliers vers et en provenance de la France seront également interrompus jusqu'à nouvel ordre
  • La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc

RABAT : Le Maroc a décidé de suspendre le transport maritime de passagers avec la France à partir de dimanche soir, en raison de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19, a indiqué samedi un responsable au ministère du Transport.

A la même date, les vols réguliers vers et en provenance de la France seront également interrompus jusqu'à nouvel ordre, avaient annoncé jeudi les autorités marocaines en expliquant chercher à "faire face à la dégradation de la situation sanitaire dans certains pays du voisinage européen". 

"Dans le cadre des mesures prises par le Maroc pour contenir la pandémie et consolider les acquis en termes de lutte contre la propagation de la Covid-19, le transport maritime de passagers en provenance et à destination de la France est suspendu à partir du dimanche 28 novembre 2021 à 23h59", a déclaré le responsable à l'AFP.

"Cette suspension ne s'applique pas aux véhicules utilitaires destinés au transport de marchandises et de messagerie", a-t-il ajouté.

La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc. Les liens culturels et humains sont également étroits: plus de 1,3 million de Marocains vivent en France et près de 80 000 Français résident au Maroc.

Au Maroc, la situation épidémiologique s'est améliorée et a permis la levée début novembre d'un couvre-feu nocturne national en vigueur depuis des mois.

 


Une première femme irako-kurde victime de la tragédie de la Manche identifiée

Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi. (Photo, Reuters)
Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Maryam Nuri Mohamed Amin envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot a commencé à couler
  • 27 personnes sont mortes en tentant un voyage périlleux de la côte française au Royaume-Uni

LONDRES : Une femme kurde du nord de l'Irak est la première victime identifiée de la noyade massive de cette semaine dans la Manche.

Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi.

Elle est l'une des 27 victimes du périlleux voyage de la côte française vers la Grande-Bretagne, qui a fait des dizaines de morts cette année.

Son fiancé a déclaré à la BBC qu'elle avait essayé de le rassurer sur le fait qu'ils seraient secourus pendant qu'ils coulaient, mais elle a péri avec 26 autres personnes. Seuls deux passagers ont survécu.

17 hommes, six femmes - dont une enceinte - et trois enfants ont péri.

Les deux survivants, un Somalien et un Irakien, sont sortis d'un hôpital français et devraient être interrogés sur l'incident.

Amin avait tenté le voyage avec une proche, en espérant rejoindre une famille en Grande-Bretagne.

Elle envoyait un message à son fiancé sur l'application de médias sociaux Snapchat quelques instants avant que le canot ne commence à chavirer.

Elle était originaire de Souran, une ville du nord-est du Kurdistan irakien. Sa famille attend le retour de son corps pour des funérailles.

Un proche dit : « Son histoire est la même que celle de tout le monde : elle cherchait une vie meilleure. L'un de ses oncles était l'une des personnes les plus proches de moi. Il s'est occupé de nous quand mon père était prisonnier politique. Mais la famille a eu une vie tellement tragique. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Irak: un mort lors d'une tentative d'évasion de trois djihadistes de l'EI

Les forces de sécurité irakiennes ont déclaré avoir abattu un militant condamné alors qu'il tentait de s'échapper d'une prison. (Photo, AFP)
Les forces de sécurité irakiennes ont déclaré avoir abattu un militant condamné alors qu'il tentait de s'échapper d'une prison. (Photo, AFP)
Short Url
  • Une force de sécurité conjointe de la police et de l'armée a « réussi à déjouer la tentative d'évasion de trois terroristes condamnés à la prison à vie », indique un communiqué
  • Ils étaient détenus à la prison de Taji, au nord de Bagdad, selon le texte

BAGDAD : Les forces de l'ordre en Irak ont tué samedi un djihadiste du groupe Etat islamique (EI) lors d'une tentative d'évasion avec deux autres hommes de l'organisation extrémiste, tous condamnés à la prison à vie, selon un communiqué officiel.

Une force de sécurité conjointe de la police et de l'armée a "réussi à déjouer la tentative d'évasion de trois terroristes condamnés à la prison à vie", indique un communiqué qui ne donne pas de détails sur leur identité.

Ils étaient détenus à la prison de Taji, au nord de Bagdad, selon le texte. Les forces de l'ordre ont ouvert le feu "en les voyant traverser le mur extérieur de la prison".

"Ils n'ont pas obéi aux avertissements, l'un d'eux a été tué, les deux autres se sont rendus".

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie voisine et la conquête de vastes territoires, l'EI a vu son "califat" vaciller sous le coup d'offensives successives dans ces deux pays.

L'Irak a proclamé sa victoire contre les djihadistes fin 2017 et l'EI a été défait en Syrie en mars 2019.

Les djihadistes restent une menace et continuent de mener des attentats dans ces deux pays.

Aujourd'hui l'EI "maintient une présence largement clandestine en Irak et en Syrie et mène une insurrection soutenue de part et d'autre de la frontière entre les deux pays", selon un rapport onusien publié début 2021.

Dans ces deux pays, l'organisation djihadiste conserverait "en tout 10.000 combattants actifs", d'après ce rapport.

Le dernier attentat d'envergure revendiqué par l'EI en Irak a visé en juillet dernier un marché du quartier chiite de Sadr City à Bagdad qui a fait une trentaine de morts.

En octobre, les autorités ont annoncé deux importantes arrestations grâce à deux opérations menées hors d'Irak: le responsable d'un attentat revendiqué par l'EI ayant fait plus de 320 morts en 2016 à Bagdad et un ancien haut responsable financier de l'organisation ultraradicale, recherché par les Etats-Unis.

Des centaines d'étrangers ont été condamnés à la peine capitale ou à la prison à vie en Irak pour appartenance à l'EI mais leurs peines de mort n'ont pas été exécutées. Parmi eux, 11 Français ont été condamnés à mort et trois à la perpétuité.