L'Iran et la Turquie, «grands perdants» du nouvel ordre régional

La Turquie et l'Iran sont les grands «perdants» de la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et le Bahreïn avec Israël, ont conclu les experts du débat stratégique d'Abou Dhabi. (AFP / Fichier Photos)
La Turquie et l'Iran sont les grands «perdants» de la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et le Bahreïn avec Israël, ont conclu les experts du débat stratégique d'Abou Dhabi. (AFP / Fichier Photos)
Short Url
Publié le Vendredi 13 novembre 2020

L'Iran et la Turquie, «grands perdants» du nouvel ordre régional

  • «Je vois l'Iran comme un perdant dans le sens où il est perdant géopolitiquement, idéologiquement et politiquement chez lui»
  • «Aujourd'hui, la Turquie est de plus en plus perçue comme un pays islamiste»

DUBAÏ: La Turquie et l'Iran sont les grands «perdants» de la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et le Bahreïn avec Israël, mais les accords signés par les trois pays ne sont nullement dirigés contre qui que ce soit, selon les participants au débat stratégique d'Abu Dhabi qui vient de terminer.

L'un des principaux points à retenir de ces trois jours de discussions est que les accords d'Abraham visent à résoudre le conflit israélo-arabe, et à l'aborder de manière stratégique et réaliste, tout en créant une dynamique de paix dans tout le Moyen-Orient.

Organisée par le Centre des politiques des Émirats, la septième édition du débat annuel comprenait des tables rondes virtuelles auxquelles ont participé des experts stratégiques, des chercheurs et des décideurs du monde entier.

Participant à un débat mercredi intitulé «Le Moyen-Orient entre rationalité politique et illusions», Khalifa Shaheen Al-Marar, ministre adjoint des affaires politiques des EAU au ministère des Affaires étrangères, l'a exprimé ainsi: «Les accords d'Abraham représentent un projet en cours; plus nous obtenons des résultats tangibles de l'accord, plus nous nous encourageons à trouver des solutions pacifiques aux conflits interminables».

Des jeunes Palestiniens lèvent les portraits du défunt président palestinien Yasser Arafat lors d'un rassemblement des partisans du Fatah pour marquer le 16e anniversaire de sa mort, dans la ville cisjordanienne de Ramallah le 11 novembre 2020 (AFP)

Al-Marar a également ajouté: «Pour profiter du succès de l’accord et de son élan, nous devons redoubler d'efforts afin de trouver une solution au sujet du processus de paix palestinien basée sur une solution à deux États».

Deux experts qui ont participé mercredi à une table ronde distincte intitulée «Décoder la région au lendemain du Traité» ont appelé à un dialogue plus approfondi entre les signataires des accords d'Abraham et d'autres pays du Moyen-Orient en vue d'entamer le désamorçage des tensions.

«Je vois l'Iran comme un perdant dans le sens où il est perdant géopolitiquement, idéologiquement et politiquement chez lui», a déclaré Alex Vatanka, chercheur principal et directeur du programme de l’Iran à l'Institut du Moyen-Orient. «Sur le plan géopolitique, le régime iranien est désormais préoccupé par les implications d’une potentielle présence israélienne dans le Golfe sur la sécurité de Téhéran. Idéologiquement, l'axe de la résistance est maintenant sur la défensive. Il est clair que l'option de la lutte armée contre Israël n'a pas vraiment fonctionné et il est peut-être temps d'essayer une approche différente. Sur le plan intérieur, c'est une source d'embarras pour le régime iranien aux yeux des Iraniens eux-mêmes».

Vatanka a aussi affirmé que l'Iran devra trouver à présent des solutions politiques et, plus important encore, faire un travail d’introspection. «Le point d'interrogation est toujours là quant à savoir dans quelle mesure Israël et les pays du Golfe vont coopérer militairement et dans le secteur des renseignements, ce qui façonnera probablement les actions de l'Iran à l'avenir», a-t-il déclaré.

Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iraniens participent à une manifestation contre les «crimes» américains à Téhéran le 3 janvier 2020 à la suite du meurtre du général de division des gardiens de la révolution iraniens Qasem Soleimani lors d'une frappe américaine contre son convoi à l'aéroport international de Bagdad. (AFP / Fichier Photo)

«L’Iran a commis une erreur colossale au cours des 42 dernières années en croyant qu’il peut s'entendre avec les États du Golfe en passant par Washington. Cette théorie ne fonctionnerait jamais. L'axe de la résistance est maintenant sur la défensive, ce qui met la pression de plus en plus sur l'Iran».

D’après Vatanka, si les Accords d'Abraham créent des formes de coopération réelles entre Israël et les pays du Golfe, la vie deviendrait plus difficile pour l'Iran et pour le message idéologique véhiculé depuis 42 ans. «C'est un embarras pour le régime iranien, un échec de leur part», a-t-il dévoilé.

«La politique étrangère iranienne a incité à des sanctions massives contre le pays et a mis tout le régime en danger. Les Iraniens vont finir par sortir dans la rue et tout ce que représente la République islamique sera désormais contesté. Contrairement à toutes les fois où vous l'avez vu auparavant. Cela est, sans aucun doute, un risque réel pour le régime».

La Turquie se trouve elle aussi du mauvais côté du nouvel ordre du Moyen-Orient suite à la normalisation des relations entre Israël, les Émirats arabes unis et le Bahreïn, selon le second invité de la table ronde. Omar Taspinar, chercheur principal à la Brookings Institution, a déclaré que le président turc Recep Tayyip Erdogan veut sans cesse à créer la perception d'une Turquie forte dans la région, aux yeux des Frères musulmans et des centaines de millions de croyants.

Taspinar a également annoncé que l'Accord d'Abraham confirme l’isolement que la Turquie ressent, car Israël était un allié de la Turquie il n'y a pas si longtemps. «Aujourd'hui, la Turquie est de plus en plus perçue comme un pays islamiste», a affirmé Taspinar. Cela joue un rôle dans le sentiment de colère, de rancœur et de victimisation à Ankara. Erdogan utilise cette victimisation et la tourne en sa faveur, se déclarant l'un des quelques alliés qui restent à la cause palestinienne.

Taspinar a aussi déclaré qu'Erdogan positionne la Turquie comme l'un des rares pays à pouvoir défier la dynamique de la région qui va vers la légitimation d'Israël. «Il y a de l'ironie là-dedans, car vous pouvez demander ce que la Turquie a fait vraiment pour les Palestiniens? C'est plus une simple perception que la réalité, (mais) Erdogan est dans l'œuvre de ne créer que des perceptions», a-t-il déclaré.

Taspinar estime que «politiquement, Erdogan est déterminé à envoyer le message qu'il est un partisan de la cause palestinienne comme une étape supplémentaire dans ses messages populistes au monde entier en général, et à sa base nationale, en particulier».

Avec la défaite du président Donald Trump aux élections américaines, la Turquie est «le plus grand perdant», a affirmé Taspinar, en ajoutant qu'un sentiment de panique s’est installé à Ankara ces jours-ci à l'égard d'une administration Biden. Celle-ci ne sera certainement pas intéressée par une réinitialisation des relations sans que la Turquie se conforme à certaines normes, notamment devenir un allié loyal de l'OTAN et trouver une nouvelle voie pour ses relations en Syrie.

«Les États-Unis sous (le président Biden) auront beaucoup d'influence économique contre Erdogan, et c'est dans l'économie qu'Erdogan est le plus vulnérable car la Turquie n'a ni pétrole ni gaz naturel. Elle est totalement dépendante (économiquement)», a révélé Taspinar. «L'économie turque et la lire sont en chute libre, et sans une reprise économique imminente, Erdogan risque de perdre les élections».

Un navire de guerre des forces navales turques, qui a participé à l'exercice Blue Homeland 2019, traverse le Bosphore à Istanbul, en Turquie, le 9 mars 2019 (AFP / Fichier Photo)

Cependant, Taspinar ne prévoit pas qu'Erdogan change sa politique étrangère «pro-islamiste» en raison de la détérioration de la situation économique en Turquie. «Tandis que l'économie se détériore, la Turquie examine les opportunités au Moyen-Orient en agitant le drapeau de l'islam politique pour détourner l'attention de sa mauvaise gestion de l'économie du pays», a-t-il reconnu.

Pour sa part, Vatanka a déclaré que le tableau le plus optimiste en relation avec l'accord EAU-Bahreïn-Israël, et que l'un de ces deux pays devrait amener les Palestiniens dans les négociations dès que possible. «Ils ne peuvent pas être laissés sur la touche», a-t-il déclaré.«Si les Palestiniens acceptent les nouvelles réalités sur le terrain, cela compliquerait encore davantage la vie à la Turquie et l'Iran qui utilisent la question palestinienne à leurs propres fins politiques».

Il a affirmé qu'il était vital pour le bien des Émirats arabes unis, pour la stabilité du pays du Golfe et d'Israël de ne pas annuler l'accord, du moins, pas dans un avenir proche, ni de devenir un terrain de jeu pour les opérations contre l'Iran, car cela pourrait conséquemment forcer les Iraniens à riposter. «Si l'Iran choisit d'aller dans le sens d'essayer d'élargir le débat dans sa politique étrangère, cela pourrait être le début de la solution», a déclaré Vatanka.

«Si l'Iran décide qu'il choisira à la fois, de sauver l'accord nucléaire et d'élargir la conversation, ce qui pourrait avoir lieu dans six mois, les États-Unis seront ainsi acceptés par l'Iran en tant qu'acteur régional. Il faut que les États du Golfe se réunissent autour de la table; c'est quelque chose que Washington et Téhéran doivent accepter pour une paix viable et véritable dans la région.

Vatanka a, de plus, affirmé que l'élection de Biden aurait pu être l'occasion idéale pour le guide suprême iranien Ali Khamenei de changer de direction et d’attribuer la détérioration des relations avec les États-Unis à Trump. «Au lieu de cela, il a qualifié le gouvernement américain de corrompu et a critiqué les élections. C'est une preuve qu'il pense toujours bas et qu'il n'est pas disposé à changer la position générale d'un État islamiste militant et révolutionnaire », a-t-il déclaré.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite condamne la visite du président israélien en Cisjordanie

La visite du président israélien, Isaac Herzog, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche. (AFP)
La visite du président israélien, Isaac Herzog, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche. (AFP)
Short Url
  • L’Arabie saoudite appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin aux atteintes continuelles du gouvernement israélien
  • Le président israélien a visité la mosquée Ibrahimi pour célébrer la fête juive de Hanoucca, déclenchant des échauffourées entre les forces de sécurité israéliennes et les manifestants

RIYAD: L’Arabie saoudite dénonce la visite du président israélien à la mosquée Ibrahimi en Cisjordanie, et qualifie cet acte de violation flagrante de l’intégrité du lieu saint.

L’Arabie saoudite appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin aux atteintes continuelles du gouvernement israélien et de ses responsables envers les sanctuaires islamiques, selon un communiqué publié par le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Le président israélien, Isaac Herzog, a visité le site dimanche pour célébrer la fête juive de Hanoucca, déclenchant des échauffourées entre les forces de sécurité israéliennes et les manifestants.

Le président affirme qu’il a visité le tombeau des patriarches, connu par les musulmans sous le nom de «mosquée Ibrahimi», à Hébron, pour célébrer le passé juif de la ville antique et promouvoir les relations interconfessionnelles. Cependant, sa visite de la ville, qui comprend une petite communauté de colons juifs ultranationalistes et où les conditions de vie sont difficiles pour les Palestiniens, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche.

(Avec Reuters)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les responsables d'attaques chimiques doivent rendre des comptes, déclare le chef de l'ONU

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Au début de la conférence consacrée à un Moyen-Orient dénucléarisé, le Secrétaire général Antonio Guterres a également appelé toutes les parties à œuvrer pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien
  • L'expansion des zones dénucléarisées existantes dans le monde conduirait à des normes de désarmement et de non-prolifération plus solides, a-t-il ajouté

NEW YORK : Les auteurs d'attaques à l'arme chimique doivent être identifiés et tenus responsables de leurs actes, a déclaré lundi le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Ses commentaires interviennent lors de l'ouverture de la deuxième session de la Conférence sur la création au Moyen-Orient d'une zone exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive.

Actuellement, 60% des États membres des Nations unies sont couverts par cinq zones exemptes d'armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes, dans le Pacifique Sud, en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Asie centrale. M. Guterres a déclaré que l'élargissement de ces zones conduirait à des normes plus solides en matière de désarmement et de non-prolifération.

« Cela est particulièrement le cas au Moyen-Orient, où les préoccupations concernant les programmes nucléaires persistent et où les conflits et les guerres civiles font de nombreuses victimes civiles et causent de grandes souffrances, sapant la stabilité et perturbant le développement social et économique », a déclaré le chef des Nations unies, appelant une nouvelle fois tous les acteurs de la région à faire preuve de retenue et à éviter l'escalade des conflits.

La deuxième session de la conférence annuelle, qui a été retardée d'un an en raison de la pandémie de COVID-19, a été présidée par Mansour al-Otaibi, le représentant permanent du Koweït à l’ONU, qui a été choisi pour hériter de la présidence de la Jordanie après la première session de 2019.

Conformément à une décision de l'Assemblée générale, l'objectif de la conférence est « d'élaborer un traité juridiquement contraignant » pour établir une zone au Moyen-Orient exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive, sur la base « d'arrangements librement conclus par les États de la région ».

António Guterres a félicité le Koweït pour avoir « engagé activement les participants pendant la période intersessionnelle afin de tirer les leçons des autres zones exemptes d'armes nucléaires et de continuer à faire avancer le processus ».

Il a déclaré que la conférence représentait une chance de produire des résultats tangibles pour le Moyen-Orient et de rétablir le dialogue sur la mise en œuvre « complète et efficace » du Plan d'action global conjoint, également connu sous le nom d'accord sur le nucléaire iranien.

Il a exhorté « toutes les parties » à œuvrer pour sauver l'accord, signé en 2015 par les puissances mondiales et l'Iran, en vertu duquel Téhéran s'est engagé à mettre fin à ses efforts pour développer une arme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales.

L'ancien président Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord en 2018. Un sixième cycle de négociations visant à relancer le Plan d'action global conjoint a débuté lundi à Vienne.

« Votre forte volonté politique, ainsi que le soutien de la communauté internationale, peuvent transformer la vision d'un Moyen-Orient exempt d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive en une réalité », a déclaré Antonio Guterres aux participants.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru dans Arabnews.com


La coalition arabe cible des experts iraniens des Gardiens de la révolution à Sanaa

Short Url
  • La coalition a appelé les civils de Sanaa à ne pas se rassembler près des sites visés
  • La coalition a frappé un certain nombre de sites dans la capitale au cours des dernières semaines dans le but de détériorer les capacités de la milice houthie soutenue par l'Iran

RIYAD : La coalition arabe a frappé des experts iraniens appartenant aux Gardiens de la révolution dans la capitale du Yémen, a rapporté l'agence de presse saoudienne (SPA).

La coalition a appelé les civils de Sanaa à ne pas se rassembler près des sites visés.

L'opération est conforme au droit humanitaire international et à ses règles coutumières, a-t-elle déclaré.

La coalition a frappé un certain nombre de sites dans la capitale au cours des dernières semaines dans le but de détériorer les capacités de la milice houthie soutenue par l'Iran.

Les attaques précédentes ont visé des entrepôts de drones et des experts appartenant au Hezbollah libanais et aux Gardiens de la révolution iraniens.

Les Houthis ciblent à plusieurs reprises le Royaume avec des drones chargés de bombes, généralement sans causer beaucoup de dégâts en raison des défenses aériennes saoudiennes.

Les tentatives des Houthis de cibler des civils ont été qualifiées de crimes de guerre par le Royaume.

La coalition arabe a soutenu le gouvernement yéménite internationalement reconnu qui a repris le contrôle total du pays après que les Houthis se soient emparés de la capitale, Sanaa, en 2014.

L'Arabie saoudite a précédemment déclaré qu'une solution politique était le seul moyen d'instaurer une paix permanente au Yémen. Lancée en mars, l’« Initiative de Riyad » a justement cet objectif. Le plan prévoit un cessez-le-feu à l'échelle nationale ainsi que des négociations de paix. Toutefois, les dirigeants houthis ont rejeté ce plan.

La guerre, qui dure maintenant depuis sept ans, a coûté la vie à des milliers de Yéménites et en a contraint beaucoup d'autres à dépendre de l'aide humanitaire.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com