Le Canada sanctionne des fabricants de drones iraniens fournis à la Russie

Cette photographie non datée publiée par la Direction des communications stratégiques de l'armée ukrainienne montre l'épave de ce que Kiev a décrit comme un drone Shahed iranien abattu près de Kupiansk, en Ukraine. (Fichier, AP)
Cette photographie non datée publiée par la Direction des communications stratégiques de l'armée ukrainienne montre l'épave de ce que Kiev a décrit comme un drone Shahed iranien abattu près de Kupiansk, en Ukraine. (Fichier, AP)
Short Url
Publié le Mercredi 16 novembre 2022

Le Canada sanctionne des fabricants de drones iraniens fournis à la Russie

Cette photographie non datée publiée par la Direction des communications stratégiques de l'armée ukrainienne montre l'épave de ce que Kiev a décrit comme un drone Shahed iranien abattu près de Kupiansk, en Ukraine. (Fichier, AP)
  • La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, les accuse notamment d'être impliquées dans «la vente d'armes et l'envoi de personnel militaire iranien pour former et aider les forces russes»
  • Kiev et ses alliés occidentaux ont accusé la Russie d'utiliser des drones de fabrication iranienne pour mener des attaques en Ukraine au cours des dernières semaines

OTTAWA: Le Canada a annoncé vendredi de nouvelles sanctions contre l'Iran visant notamment deux entreprises d'armement qui sont accusées de fournir drones et personnel à la Russie pour attaquer "les civils et les infrastructures civiles en Ukraine".

Les entreprises Shahed Aviation Industries et Qods Aviation Industries, sanctionnées par Ottawa, sont "essentielles aux activités permanentes du régime visant à déstabiliser la paix et la sécurité internationales", a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly par communiqué.

La ministre les accuse notamment d'être impliquées dans "la vente d'armes et l'envoi de personnel militaire iranien pour former et aider les forces russes".

Cette cinquième série de sanctions infligées cette année vise également le conseiller principal du Guide suprême pour les affaires militaires, Yahya Safavi, le responsable de la logistique, le général Sayed Hojatollah Qureishi, et le commandant des drones des Gardiens de la révolution, le général de brigade Saeed Aghajani.

Les nouvelles mesures canadiennes imposent "une interdiction des transactions avec les personnes et les entités figurant sur la liste, gelant ainsi tous les avoirs qu'elles pourraient détenir au Canada", souligne le gouvernement.

Kiev et ses alliés occidentaux ont accusé la Russie d'utiliser des drones de fabrication iranienne pour mener des attaques en Ukraine au cours des dernières semaines.

La Grande-Bretagne et l'Union européenne ont déjà imposé des sanctions aux responsables iraniens et aux entreprises d'armement.

Début novembre, l'Iran a reconnu avoir fourni des drones à la Russie, mais a assuré que ces livraisons avaient eu lieu avant l'offensive en Ukraine.

Plus tôt cette semaine, Ottawa a également interdit de façon permanente l'accès au Canada à des milliers de responsables iraniens en raison de ce que le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a qualifié de "violations flagrantes des droits de l'Homme, et de terrorisme".

"C'est un régime qui a tué ses propres citoyens. C'est un régime qui a également tué nos citoyens", a déclaré le ministre lundi, en référence à la répression meurtrière des manifestations par Téhéran, et à la tragédie du vol PS752.

En janvier 2020, un tir de missile iranien sur un avion de la compagnie Ukraine International Airlines avait fait 176 morts, dont 85 citoyens et résidents permanents canadiens.


Mondial: Brésiliens et Argentins face aux Croates et Néerlandais pour une place en demie

Pour ce qui est sans doute son dernier tournoi, Luka Modric, 37 ans, se verrait bien prolonger le plaisir (Photo, AFP).
Pour ce qui est sans doute son dernier tournoi, Luka Modric, 37 ans, se verrait bien prolonger le plaisir (Photo, AFP).
Short Url
  • Le match entre Croates et Brésiliens, qui lancera le bal des quarts (16h00), semble a priori plus déséquilibré
  • Samedi, Angleterre-France et Maroc-Portugal décideront de l'autre demi-finale

DOHA: Du haut de ces duels, seize finales vous contemplent: les quarts de finale du Mondial-2022 commencent très fort vendredi, avec Croatie-Brésil et Pays-Bas - Argentine, des pays qui ont tous atteint l'ultime marche de la compétition reine du football, avec des fortunes diverses.

Samedi, Angleterre-France et Maroc-Portugal décideront de l'autre demi-finale.

En Amérique du Sud et bien au-delà, beaucoup ont coché sur leur agenda la date du 13 décembre, avec la perspective d'une demi-finale Brésil-Argentine. On y est presque, mais il reste une dernière marche à franchir pour les deux équipes.

Elle est haute pour des Argentins, cueillis à froid par l'Arabie saoudite (défaite 2-1) en hors d’œuvre avant de rassurer quelque peu. Car les Pays-Bas sont progressivement montés en puissance durant ce tournoi et apparaissent comme une des équipes les plus cohérentes de ces quarts de finale.

Capables de fulgurances, comme en atteste leur premier but contre les Etats-Unis, redoutables sur les côtés, avec un Memphis Depay de plus en plus performant match après match comme leader de l'attaque, ils ont aussi une défense particulièrement impressionnante dirigée par Virgil van Dijk et sont dirigés par le sélectionneur le plus expérimenté du tournoi, avec Louis van Gaal, 71 ans, invaincu depuis son retour à la tête de l'équipe nationale à l'automne 2021.

Ce duel entre l'Albiceleste et les Oranje (20h00) est un classique. C'est contre l'Argentine que les Pays-Bas, orphelins de Johan Cruyff, ont joué la deuxième de leurs trois finales perdues, en 1978. C'est encore un Argentine - Pays-Bas qui a accouché au Mondial-98 d'un des plus beaux buts de l'histoire du football, inscrit de l'extérieur du droit par Dennis Bergkamp après un contrôle orienté lunaire à la réception d'une passe de 60 mètres.

La principale arme de l'Argentine sera encore Lionel Messi, superbe en 1/8 de finale contre l'Australie, et qui tient sa cinquième et dernière occasion d'accrocher la Coupe du monde à son palmarès. Histoire de rejoindre dans la légende Diego Maradona, l'autre géant du football argentin.

Mais à la différence du "Pibe del oro", Messi dispose de plusieurs lieutenants de classe internationale, comme Angel Di Maria ou le jeune Julian Alvarez qui pourrait être titularisé devant aux dépens de Lautaro, décevant depuis le début du tournoi.

Dernière danse pour Luka?

Le match entre Croates et Brésiliens, qui lancera le bal des quarts (16h00), semble a priori plus déséquilibré. Mais "ne sous-estimez jamais un Croate", a prévenu le sélectionneur des Vatreni (les Flamboyants) Zlatko Dalic après la qualification de son équipe aux tirs au but contre le Japon, témoignage d'une force mentale impressionnante.

Il y a quatre ans, en Russie, personne n'aurait pu imaginer la bande de Luka Modric aller jusqu'à la finale, perdue contre la France (4-2).

Pour ce qui est sans doute son dernier tournoi, le vétéran croate, 37 ans, se verrait bien prolonger le plaisir. Certes, le Brésil est "favori", dit le milieu de terrain du Real Madrid. "Mais nous ne devons pas nous satisfaire d'atteindre les quarts de finale."

En face, le Brésil poursuit sa quête d'une sixième étoile. Avec des garanties en défense, et une animation offensive plus que convaincante en première mi-temps contre la Corée du Sud en 1/8 (4-1).

Avec les Brésiliens, "le danger vient de partout, il ne faudra pas laisser d'espaces", dit Dalic. "Mais quand ils perdent le ballon ils sont en difficulté, il nous faudra en profiter."

Son équipe sera-t-elle capable de résister aux accélérations de tempo des Brésiliens, également animés par leur volonté d'exprimer leur solidarité avec l'icône Pelé, le seul footballeur à avoir remporté trois fois la Coupe du monde, actuellement hospitalisé? "Il est une inspiration pour nous tous", dit Tite, le sélectionneur.


Washington s'évertuera à ne pas pénaliser ses partenaires européens dans son plan climat

«Nous écoutons un large éventail de parties prenantes pour nous assurer que nous faisons bien les choses», a précisé Janet Yellen (Photo, AFP).
«Nous écoutons un large éventail de parties prenantes pour nous assurer que nous faisons bien les choses», a précisé Janet Yellen (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat
  • Le sujet a également été discuté par les Etats-Unis et l'Union européenne lundi, près de Washington

FORT WORTH: La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a de nouveau affirmé jeudi que l'administration Biden ne veut pas, avec son plan climat, pénaliser ses partenaires commerciaux, notamment européens, malgré les difficultés concrètes dans l'écriture de ces règles.

"L'objectif du Congrès était de s'assurer que nous ayons des chaînes d'approvisionnement sûres et d'essayer d'y inclure nos alliés. On va donc regarder ce qui peut être fait", a assuré à des journalistes la ministre de l'Economie et des Finances de Joe Biden, lors d'un déplacement à Fort Worth (Texas).

Elle a évoqué les subventions américaines accordées uniquement aux véhicules électriques construits aux Etats-Unis, et qui "suscitent également des inquiétudes".

"Nous avons la responsabilité, au Trésor, d'écrire les règles concernant les diverses incitations fiscales. Et nous écoutons un large éventail de parties prenantes pour nous assurer que nous faisons bien les choses", a précisé Mme Yellen.

Elle a ainsi souligné que l'une des problématiques est de "définir les partenaires de libre-échange", citant l'exemple "des alliances avec l'Europe au Japon, avec qui nous n'avons pas d'accord formel de libre-échange".

L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat et adopté l'été dernier, et qui était au cœur de la visite d'Etat à Washington du président français Emmanuel Macron la semaine dernière.

Le sujet a également été discuté par les Etats-Unis et l'Union européenne lundi, près de Washington, dans le cadre de la réunion du Conseil pour le commerce et les technologies (TTC).

Mme Yellen a par ailleurs martelé que l'économie américaine peut échapper à la récession en 2023, malgré une inflation toujours très élevée (7,7% sur un an en octobre).

"Je pense que nous sommes sur la bonne voie pour faire ralentir l'inflation et que la récession peut être évitée", a ainsi déclaré la ministre.

La persistance de cette forte inflation pousse la banque centrale (Fed) à resserrer plus fortement les conditions monétaires avant de faire ralentir l'activité économique, et donc l'inflation, mais au risque de provoquer une récession.

La Fed doit se réunir mardi et mercredi, et devrait relever son taux directeur d'un demi-point de pourcentage. Il s'agit d'une hausse toujours forte, mais qui marque un ralentissement par rapport à celles adoptées lors des quatre dernières réunions, reflétant les premiers signes de ralentissement de l'inflation.


Protéger la haute mer «n'a que trop tardé», déplore le chef de l'ONU

«De nos jours, 35% des pêches sont surexploitées dans le monde. Le niveau de la mer augmente. L'océan s’acidifie et étouffe à cause de la pollution. Les récifs de corail, indispensables à la vie, sont en train de blanchir et de mourir» (Photo, AFP).
«De nos jours, 35% des pêches sont surexploitées dans le monde. Le niveau de la mer augmente. L'océan s’acidifie et étouffe à cause de la pollution. Les récifs de corail, indispensables à la vie, sont en train de blanchir et de mourir» (Photo, AFP).
Short Url
  • Antonio Guterres a souligné la «situation désastreuse» des océans
  • Parmi les outils de protection, le traité sur «la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale»

NATIONS UNIES: Le traité pour protéger la haute mer n'a "que trop tardé", a déploré jeudi le secrétaire général de l'ONU, alors qu'une nouvelle session de négociations pour accoucher de cet accord crucial pour les océans est désormais prévue début 2023.

Lors d'une session spéciale de l'Assemblée générale de l'ONU pour célébrer le 40e anniversaire de l'adoption de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, Antonio Guterres a souligné la "situation désastreuse" des océans.

"De nos jours, 35% des pêches sont surexploitées dans le monde. Le niveau de la mer augmente. L'océan s’acidifie et étouffe à cause de la pollution. Les récifs de corail, indispensables à la vie, sont en train de blanchir et de mourir", a-t-il énuméré, appelant à être "plus ambitieux" pour protéger les océans et tous ceux qui en dépendent.

Parmi les outils de protection, le traité sur "la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale", en discussion depuis quinze ans.

Le texte vise à protéger la haute mer, là où s'arrêtent les zones économiques exclusives (ZEE) des Etats, à maximum 200 milles nautiques des côtes. Une vaste zone longtemps ignorée mais qui représente 60% des océans et recèle des trésors de biodiversité

Après une impossibilité à conclure lors de ce qui devrait être le dernier round de négociations en mars, une session de rattrapage en août avait également échoué.

Une nouvelle réunion, qui doit encore être formellement approuvée par l'Assemblée générale de l'ONU, est désormais programmée à New York du 20 février au 3 mars 2023, selon les dates publiées jeudi sur le site internet de la conférence.

"Cet instrument, qui n’a que trop tardé à voir le jour, est indispensable au rétablissement de la santé, de la résilience et de la productivité des océans", a commenté Antonio Guterres.

"Nous étions très proches d'un accord lors de la dernière session en août (...) Maintenant plus que jamais, nous devons faire preuve de flexibilité pour atteindre notre objectif commun: un traité ambitieux, universel, efficace, inclusif, juste, équilibré et à l'épreuve de l'avenir", a déclaré l'ambassadeur de l'UE Olof Skoog.

Ce traité, qui exclut les fonds marins et leurs ressources minières couverts par un autre accord, concerne notamment la création d'aires marines protégées, la réalisation d'études d'impact environnementales et la répartition des possibles bénéfices issus de l'exploitation des ressources génétiques de la haute mer.

"Un accord est nécessaire, maintenant plus que jamais, si nous voulons assurer un avenir durable pour nos océans", a commenté jeudi auprès de l'AFP Liz Karan, de l'ONG Pew Charitable Trusts.