L’histoire du cimetière non musulman de Djeddah est entourée de mystère

Le cimetière est situé à proximité de l'une des rues les plus fréquentées de la ville, mais la plupart des passants ignorent que derrière les hauts murs se trouve le dernier lieu de repos de nombreux chrétiens et personnes d'autres confessions. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 14 novembre 2020

L’histoire du cimetière non musulman de Djeddah est entourée de mystère

  • La paix et la sérénité du cimetière non musulman de Djeddah ont été troublées mercredi par le bruit d’une explosion. C’est la première fois, semble-t-il, que ce lieu fait l’objet d’une attaque
  • Des mystères et des rumeurs circulent depuis des années au sujet du cimetière et de ses origines; personne ne sait réellement à quelle époque remontent les premiers enterrements

DJEDDAH: La paix et la sérénité du cimetière non musulman de Djeddah ont été troublées mercredi par le bruit d’une explosion. C’est la première fois, semble-t-il, que ce lieu fait l’objet d’une attaque. 

Le cimetière est situé à proximité de l'une des rues les plus fréquentées de la ville, au sud du centre-ville, mais la plupart des passants ignorent que derrière ses hauts murs se trouve le dernier lieu de repos de nombreux chrétiens et personnes d'autres confessions. Dans le cimetière, trois cents sépultures environ portent des inscriptions, mais certains historiens pensent que des milliers de personnes y ont été enterrées au fil des années.

Des mystères et des rumeurs circulent depuis des années au sujet du cimetière et de ses origines; personne ne sait réellement à quelle époque remontent les premiers enterrements. À un moment donné, l'endroit est devenu connu localement sous le nom de « Khawajat », terme arabe désignant les étrangers.

Certains chercheurs et certains historiens pensent que le cimetière a été créé il y a environ deux cents ans. Djeddah était à cette époque sous la domination ottomane et de nombreux marchands étrangers passaient par la ville, qui était un centre commercial florissant et une porte d'entrée vers la péninsule Arabique.

D'autres pensent que son origine remonte encore plus loin, au xvie siècle, et plus précisément au temps de la bataille menée pour prendre contrôle de la ville, en 1517, entre l'Empire portugais, dirigé par Lopo Soares de Albergaria, et le gouverneur mamelouk de la ville, Amir Husain al-Kurdi.

Q
Pour commémorer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, les consuls généraux européens déposent ensemble des couronnes, dans l'esprit de la coopération européenne, sur les tombes du cimetière non musulman de Djeddah, le 11 novembre 2018. (GermanyinKSA)

Certains historiens pensent que les Portugais ont encerclé la ville pendant trois mois, d'autres disent que le siège a duré jusqu'à treize mois. Il y a eu des victimes des deux côtés et on pense que les soldats portugais tombés au combat ont été enterrés en dehors des limites de la ville. Les habitants de la région ont plus tard pris la décision de préserver la zone comme lieu de sépulture pour les non-musulmans.

Djeddah accueille depuis des siècles des visiteurs de nombreuses nationalités et de différentes confessions. Certains ne font que passer, tandis que d'autres ont décidé de s'installer dans la ville. Historiquement, il aurait été difficile et coûteux de transporter les corps des étrangers qui y sont morts vers leur pays d'origine. Cet endroit est donc devenu, pour beaucoup d’entre eux, un lieu de repos définitif.

Pendant des années, les consulats de pays comme le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, l'Allemagne et l'Éthiopie ont entretenu le cimetière et ses tombes, et ont fourni les fonds nécessaires pour payer un gardien.

Depuis plus de dix-huit ans, c'est Younis, un musulman africain, qui se charge, entre autres choses, de polir les tombes, de retirer les ornements floraux en décomposition, et de tailler les arbres qui offrent de l'ombre aux visiteurs.

« Beaucoup trouvent que le cimetière est un endroit étrange, pour des raisons qu’eux seuls connaissent », explique-t-il. «cIl est comme tous les cimetières. Il y a des gens enterrés ici depuis cinquante ou soixante ans et plus. »

« De nombreuses personnes passent, rendent hommage aux personnes enterrées et prient selon leurs cultures et leurs traditions. Certains allument des bougies, tandis que d'autres recouvrent la tombe de riz; c'est un endroit où les non-musulmans peuvent rendre hommage aux défunts. »

Un responsable du consulat éthiopien révèle à MBC qu'il en coûte 2 500 riyals saoudiens (1 SR = 0,23 euro) pour enterrer un adulte dans le cimetière et 1 500 SR pour enterrer un enfant. Les historiens disent que le cimetière contient des tombes de soldats de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que celles de capitaines, de consuls généraux et d'enfants. Il compte des défunts de plusieurs confessions, notamment des hindous, des bouddhistes et des chrétiens.

L'attaque de mercredi, qualifiée de «lâche et ratée», serait la première à viser le cimetière. Les résidents qui vivent à proximité comprennent que c'est un site sacré et respectent sa sainteté et les morts qui y sont enterrés comme s'ils étaient les leurs.

« Le cimetière était autrefois situé à l'extérieur de la ville de Djeddah – l'urbanisation l'a touché il y a quelques décennies seulement », déclare Ameen al-Sabein, âgé de 80 ans, qui vit dans le quartier Ash Shati. « Ceux qui connaissent l’ancienne Djeddah savent que le cimetière était à l'origine situé hors de ses murs. »

Il ajoute que le cimetière est également connu sous le nom de « cimetière chrétien » et que, jusqu'à présent, c’était un lieu paisible et respecté.

« Il est entouré d'une clôture et aucune personne étrangère au pays qui l’administre n'est autorisée à entrer », déclare-t-il encore. « L'urbanisation est venue jusqu’à lui et l'a placé au cœur de la ville de Djeddah, mais il n’a jamais été menacé. »

Une enquête est en cours sur l'attaque qui a eu lieu alors que des résidents étrangers et des dignitaires, dont le consul général français, organisaient une cérémonie du Jour du souvenir pour commémorer le 102e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Un employé du consulat grec et un agent de sécurité saoudien ont été blessés dans l'explosion.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


«Seize ans d’échec» affectent l’attitude des électeurs palestiniens

Un employé électoral quitte le bureau de la Commission électorale centrale palestinienne à Gaza. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Un nombre de listes indépendantes parient à présent sur un changement d’humeur des électeurs
  • «Le tribalisme n’aura pas d’importance dans ces élections, et la priorité ne sera pas accordée au programme politique»

GAZA CITY: Lors des dernières élections législatives, Muhammad Al-Astal a voté pour Muhammad Dahlan, candidat du Fatah dans la ville de Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza, au lieu de donner sa voix à un membre de sa famille, Yunus Al-Astal, candidat du Hamas.

Cette fois-ci, Muhammad votera à nouveau pour le Fatah lors des élections prévues le 22 mai, malgré la présence de ses proches dans les listes factions.

Aujourd’hui, bien après les dernières élections qui datent du début de 2006, 36 listes, dont sept qui appartiennent à des partis politiques et le reste formées d’indépendants, sont en lice aujourd’hui. Mais les électeurs sont exténués par des années de division interne.

En raison de l'occupation israélienne, les Palestiniens sont traditionnellement affiliés à des partis ou à de larges groupes avec des tendances politiques qui décident souvent de leur choix aux urnes.

Cependant, un nombre de listes indépendantes parient à présent sur un changement d’humeur des électeurs, en raison de ce qu’elles appellent «des années d’errance et d’échec politique».

Mohammad fait partie de ces électeurs. Il a hérité d'une affiliation au Fatah de son père et de ses frères, et il croit que ce parti est «le plus apte à diriger le peuple palestinien».

Les divergences internes au Fatah, représenté par trois listes dans les législatives, n'ont pas affecté sa position. Il soutient la liste officielle du Fatah formée par le président Mahmoud Abbas.

«Nous ne devons pas perdre de vue nos objectif, ni en votant pour des candidats sur la base de nos liens de parenté, ni pour d'autres listes. Nous avons besoin de l'unité du Fatah pour achever la continuité de la lutte et de la libération de la Palestine», déclare Mohammad à Arab News.

Les factions du Dialogue du Caire ont accepté d’adopter une représentation proportionnelle complète lors des prochaines élections, au lieu d’un système mixte des listes et des candidats. La personnalité d’un candidat n’est plus un facteur principal pour attirer les électeurs.

Les experts appellent les électeurs comme Mohammad le «bloc solide», qui est composé de ceux qui appartiennent à des partis politiques et dont les votes sont réglés en faveur de leurs listes de parti, et ne sont pas influencés par leur tribu ou leur région géographique. Ils ne font pas attention à la campagne électorale.

Mohammad n'a tenu compte, lors des dernières élections, d'aucune critique à l'encontre de Dahlan, qui dirigeait le mouvement de réforme démocratique au sein du Fatah jusqu’à sa révocation du parti en 2018. Cette fois, il a formé une liste électorale indépendante, mais Mohammad ne compte certainement pas voter pour lui.

Le Centre de vision pour le développement politique a interrogé des experts et des universitaires sur les priorités des électeurs pour une liste particulière, en demandant comment l'éducation sociale et les facteurs d'appartenance aux espaces sociaux tels que la famille et la tribu, ou à l'espace géographique comme la ville et le village, affectent les attitudes.

Le sondage arrive à la conclusion que «le tribalisme n’aura pas d’importance dans ces élections, et la priorité ne sera pas accordée au programme politique». Le facteur décisif sera l’affiliation à un parti, en plus des chances de fournir une liste qui s’intéresse en premier lieu sur le plan économique.

Samer Najm Al-Din, professeur de droit à l'Université d'Hébron en Cisjordanie, explique que «l'affiliation politique sera sans doute le principal acteur dans l'orientation de l'électeur, car il n'y a pas de Palestinien qui ne soit pas encadré intellectuellement.

«Malheureusement, les programmes électoraux détaillés des candidats en bloc n'auront pas un rôle décisif pour influencer l'électeur. Ce qui peut influer sur l’orientation des électeurs, ce sont les titres clairs ou généraux du programme électoral, tels que l’adoption de la résistance ou la prospérité économique, sans prêter grande attention aux détails. Le programme électoral qui est fondé sur des idées claires et simplifiées, faisant appel aux Palestiniens avec des gros titres attirants, est le programme qui attire l’électorat en général».

Sania Al-Husseini, professeur de sciences politiques et de relations internationales à l'Université arabe américaine de Ramallah, a indiqué: «Il ne fait aucun doute que la scène palestinienne est complexe, en particulier à l’étape actuelle, et ses priorités en matière de vote pour une liste se distinguent en fonction de la situation économique et sociale, etc…».

En ce qui concerne les conditions d'éducation sociale et les facteurs d'appartenance à une famille ou à une tribu, Al-Husseini croit que les deux auront probablement un impact sur les attitudes des électeurs, mais la nature du système existant limite ces effets, à cause du système de vote proportionnel.

Le chercheur en développement politique Thamer Sabaana estime que, sur la base des sondages d'opinion, le factionnalisme continuera à jouer un rôle crucial dans les résultats des votes.

Hussam Al-Dajani, professeur de sciences politiques à l'Université Al-Oumma à Gaza, reconnaît que «l'appartenance au parti est plus forte que l'appartenance à une tribu ou à une région géographique». Il ajoute cependant que «seize ans d’échec et d’errance politique auront décidément un impact significatif sur l’attitude des électeurs».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Blinken dénonce la «provocation» iranienne

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken lors d'une conférence de presse mercredi au siège de l'OTAN à Bruxelles. (Photo, AP)
Short Url
  • Blinken affirme que l'enrichissement de l'uranium remet en question le sérieux de l’Iran dans les négociations sur le nucléaire
  • Les puissances européennes ont averti Téhéran que ses actions sont «particulièrement regrettables» et «dangereuses»

WASHINGTON: Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a qualifié mercredi l'annonce de l’Iran de son intention de commencer à enrichir de l'uranium à 60% de pureté de «provocante», affirmant que cette mesure soulevait évidemment des questions sur le sérieux de Téhéran au sujet des pourparlers nucléaires à Vienne.

L'Iran a annoncé qu'il compte enrichir l'uranium à 60%, un grand pas de plus vers les 90% de qualité militaire par rapport au maximum de 20% qu'il a atteint jusqu'à présent. Sa réaction survient à la suite ce qu'il pense être un acte de sabotage israélien contre son installation nucléaire de grande importance.

«Nous prenons très au sérieux l'annonce provocante de son intention de commencer à enrichir de l'uranium à 60%», affirme Blinken lors d'une conférence de presse au siège de l'OTAN à Bruxelles, faisant référence à l'Iran.

Les pays européens qui font partie de l'accord nucléaire iranien de 2015 ont également informé Téhéran que cette mesure est contraire aux efforts qui visent à relancer l'accord.

«Je dois vous dire que cette mesure remet en question le sérieux de l'Iran en ce qui concerne les pourparlers nucléaires, tout comme elle souligne l’importance de revenir au respect mutuel du (JCPOA)», indique Blinken, se référant à l'accord nucléaire, également connu sous le nom du Plan d'Action Global Commun.

L'accord nucléaire s'est effondré quand l'Iran a violé ses limites d'enrichissement d'uranium dans une réaction progressive au retrait des États-Unis de l'accord en 2018 et aux sanctions économiques sévères imposées par Washington contre la République islamique.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré mercredi que l'Iran a «presque terminé les préparatifs» pour débuter l'enrichissement d'uranium à 60%.

La semaine dernière, l'Iran et les pays signataires de l’accord ont tenu des pourparlers «constructifs» afin de rétablir l'accord abandonné par l'ancienne administration Trump.

L'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré mercredi que les pourparlers indirects à Vienne reprendront jeudi.

«Nous croyons comprendre que les Iraniens prévoient d'y assister demain. Nous sommes également très ouverts sur la façon dont ce sera un long processus. Cela se passe par des négociations indirectes, mais nous pensons toujours que c'est un pas en avant », ajoute-t-elle.

Le leader suprême iranien a rejeté mercredi les offres initiales issues des pourparlers de Vienne, pour sauver l'accord nucléaire en péril. Elles «ne valant pas la peine d'être examinées», dit-il.

Les remarques de l’ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot sur toutes les questions d’État en République islamique, surviennent après une journée au cours de laquelle le président iranien a également accru la pression sur l’accord. Les puissances européennes ont quant à elles averti Téhéran que ses actions sont «particulièrement regrettables» et «dangereuses».

 

(Avec Reuters, l’AFP et l’AP)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi Salmane d'Arabie saoudite reçoit un appel d'Erdogan

Short Url

RIYAD: Le roi Salmane d'Arabie saoudite a reçu mercredi un appel téléphonique du président turc Recep Tayyip Erdogan, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Au cours de l'appel, Erdogan a adressé ses salutations au roi pour le mois de Ramadan.

Le roi Salman a remercié le président turc et a échangé ses meilleurs vœux pour le mois sacré musulman.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com