Enquête ouverte sur le cumul d'emplois de l'ex-épouse d'Éric Ciotti

Le 13 mai 2016, Eric Ciotti et son épouse Caroline Magne posent au 69e Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France. (AFP)
Le 13 mai 2016, Eric Ciotti et son épouse Caroline Magne posent au 69e Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 22 novembre 2022

Enquête ouverte sur le cumul d'emplois de l'ex-épouse d'Éric Ciotti

  • Le Canard enchaîné a affirmé que l'ancienne épouse du député LR Éric Ciotti, Caroline Magne, avait cumulé divers emplois auprès du député ou d'alliés politiques
  • Selon Libération, Mme Magne a été rémunérée en 2008 et 2009 près de 20 000 euros par an pour son emploi de collaboratrice de M. Ciotti à l'Assemblée nationale. Ses revenus seraient passés de 51 700 euros brut par an en 2007 au total à 94 500 euros en 2009

PARIS: Le Parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire après la publication d'articles selon lesquels l'ex-épouse d'Eric Ciotti, donné comme favori pour la présidence du parti Les Républicains, a cumulé plusieurs emplois pendant près de dix ans. 

L'enquête, qui "a pour but de vérifier le bien-fondé des éléments parus dans la presse", a été ouverte pour détournement de fonds publics, abus de confiance et recel de ces infractions, a précisé mardi le PNF, confirmant une information de BFMTV. 

Sollicité par l'AFP, le député des Alpes-Maritimes n'avait pas réagi à la mi-journée. Son ex-épouse, jointe par téléphone, se dit "abasourdie par cette histoire" mais "ne souhaite pas réagir". 

Le Canard enchaîné a affirmé il y a une semaine que l'ancienne épouse de M. Ciotti, Caroline Magne, avait cumulé divers emplois auprès du député ou d'alliés politiques: attachée de presse de Christian Estrosi, elle est en 2007 devenue attachée parlementaire d'Éric Ciotti lorsqu'il a été élu à l'Assemblée nationale, en plus d'un emploi au Conseil départemental des Alpes-Maritimes où elle "étend ses compétences" lorsque son époux en prend la présidence, en 2008. 

Selon l'article, elle a aussi occupé un poste de directrice adjointe à la mairie de Nice avant d'intégrer l'équipe de pilotage de la communauté urbaine, exerçant ces responsabilités jusqu'en 2011. 

Interrogée par l’AFP, la mairie de Nice n'a pas souhaité réagir. 

A l'Assemblée nationale, son contrat a pris fin en 2016 mais elle a également, entre 2014 et 2016, selon le Canard enchaîné, exercé des responsabilités dans la commune de La Colle-sur-Loup, et eu un emploi au diocèse de Nice entre 2012 et 2014. Cette dernière information a été démentie mardi par le diocèse de Nice qui a assuré à l'AFP que Mme Magne avait "occupé un emploi dans un établissement de l'Enseignement catholique des Alpes-Maritimes". 

« Bassement attaqué » 

Après la publication de cet article, le député, candidat à la présidence de son parti, s'était dit "bassement attaqué" et avait expliqué avoir employé Mme Magne comme collaboratrice parlementaire "à temps très partiel" et "dans le strict respect des lois et règlements". 

"Dans les deux cas, le cumul d’activité n’a jamais dépassé 44h par semaine", a-t-il indiqué dans un communiqué, assurant que son emploi "en circonscription" atteignait "5h25 par semaine". Quant à celui à la mairie de La-Colle-sur-Loup, "la durée de travail hebdomadaire n’a jamais dépassé 9h par semaine". 

Selon Libération, Mme Magne a été rémunérée en 2008 et 2009 près de 20 000 euros par an pour son emploi de collaboratrice de M. Ciotti à l'Assemblée nationale. Ses revenus seraient passés de 51 700 euros brut par an en 2007 au total à 94 500 euros en 2009, écrit le journal. 

Le quotidien affirme qu'"il n’y avait pas, dans le dossier individuel de Caroline Magne, de demande d'autorisation de cumul accordée par la ville de Nice, comme la loi l'exige". Au journal, l'intéressée a répondu qu'ayant déjà obtenu l'autorisation de cumuler quand elle était au département, elle n’avait pas besoin de la renouveler, n’ayant "pas changé d'employeur" en suivant M. Estrosi à la mairie de Nice. 

Mardi, Libération révèle également que Mme Magne a produit une "attestation mensongère" autorisant le cumul, signée par le maire de La Colle-sur-Loup, auprès d'une journaliste qui enquêtait sur l'affaire au printemps dernier. Elle a transmis cette même attestation à plusieurs médias après l'article du Canard enchaîné. 

Campagne percutée 

L'annonce de cette enquête intervient en pleine campagne pour la présidence de LR, scrutin pour lequel Éric Ciotti est donné favori contre le sénateur Bruno Retailleau et le député Aurélien Pradié. 

Le président des députés LR, Olivier Marleix, a dénoncé mardi "une juridiction d'exception" pour son parti et un "deux poids deux mesures". 

En 2017, le candidat LR à la présidentielle d'alors, François Fillon, avait vu son parcours exploser avec le "Penelopegate". Pour cette affaire d'emplois fictifs qui a pris le nom de son épouse, M. Fillon a été condamné en appel en mai à quatre ans de prison dont un an ferme. Il s'est pourvu en cassation. 

Sur Twitter, l'ex-secrétaire national d'EELV David Cormand a ironisé: "Pas de doute, Éric Ciotti sera le prochain Président des #LR. Il a la principale qualité requise pour le poste..." 


Du salaire au logement, le gouvernement tente de réenchanter les métiers de la fonction publique

Le ministre français de la Transformation et des Services publics Stanislas Guerini quitte le palais présidentiel de l'Elysée après avoir assisté à la réunion hebdomadaire du cabinet à Paris le 1er février 2023. (Photo, AFP)
Le ministre français de la Transformation et des Services publics Stanislas Guerini quitte le palais présidentiel de l'Elysée après avoir assisté à la réunion hebdomadaire du cabinet à Paris le 1er février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Avec une inflation à 6%, l'augmentation générale de 3,5% consentie à l'été 2022 est dénoncée comme insuffisante par les huit syndicats de fonctionnaires représentatifs
  • Le gouvernement veut aussi assouplir les quotas annuels de promotions, en donnant «plus de marges de manœuvre» aux employeurs publics pour reconnaître l'engagement de leurs agents

PARIS: Salaires, accès au logement, promotions: en pleine crise d'attractivité de la fonction publique, le gouvernement a lancé mardi à Nantes une série de "chantiers" pour tenter de rendre leur attrait au millier de métiers de la sphère publique.

Depuis des mois, le ministre de la Fonction publique le répète: "il y a deux fois moins de candidats aux concours aujourd'hui qu’il y a dix ans". Métiers du soin, du numérique ou de la petite enfance: plus de 50.000 postes seraient vacants parmi les employeurs publics, selon une estimation publiée mardi dans le journal Ouest-France.

Pour les syndicats, avec qui le gouvernement va mener les différents chantiers de discussions tout au long du premier semestre 2023, c'est d'abord la faiblesse des salaires qui explique ces difficultés.

Avec une inflation à 6%, l'augmentation générale de 3,5% consentie à l'été 2022 est dénoncée comme insuffisante par les huit syndicats de fonctionnaires représentatifs.

"Une négociation salariale et une véritable revalorisation du point d’indice sont indispensables de toute urgence", a encore réclamé Solidaires-FP dans un communiqué publié lundi.

La dernière grande concertation sur les salaires des agents publics, une "Conférence sur les perspectives salariales" qui a eu lieu fin 2021-2022, a laissé un goût amer aux syndicats. Plusieurs avaient d'ailleurs quitté la table des négociations avant leur terme.

Si le levier des rémunérations est "majeur" pour recruter, selon les propos de Stanislas Guerini dans Ouest-France, le gouvernement entend aussi travailler sur les conditions de vie et de travail des 5,7 millions d'agents publics.

"Je veux que nous aidions les agents publics aux plus faibles revenus et qui travaillent sur les métiers les plus en tension à se loger", doit déclarer mercredi à Nantes Stanislas Guerini, selon une copie de son discours envoyée à l'AFP. En pratique, le ministre veut faire construire plus de logements réservés aux fonctionnaires sur les terrains détenus par l'Etat et les collectivités locales.

"Récompenser l'engagement" 

Le gouvernement veut aussi assouplir les quotas annuels de promotions, en donnant "plus de marges de manœuvre" aux employeurs publics pour reconnaître l'engagement de leurs agents.

Sur le volet salarial, M. Guerini ouvre une nouvelle fois la porte à des "mécanismes" individuels et collectifs "qui permettent de récompenser l'engagement et la performance" - c'est-à-dire l'introduction d'une forme d'intéressement dans la fonction publique.

Cette rémunération à la performance, décriée par les syndicats, a déjà été introduite début 2023 par le gouvernement pour quelque 6.000 hauts fonctionnaires.

Parmi les mesures égrenées mercredi, M. Guerini veut aussi que les apprentis formés dans la fonction publique puissent y être recrutés dès la fin de leur alternance.

Enfin, le gouvernement va lancer une campagne d'information et de valorisation des métiers publics en mars, en plus d'un salon national de l'emploi public le 16 mars à Paris.

Les travaux sur l'attractivité, une des trois priorités affichées par le ministre depuis sa nomination avec l'accessibilité des services publics et l'adaptation aux grandes transitions (écologique notamment), démarrent au lendemain de la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Un timing tout sauf innocent pour Nathalie Makarski. Pour la présidente du syndicat CFE-CGC des Services publics, le gouvernement a tout intérêt à discuter de mesures favorables aux agents publics (amélioration des conditions de travail, promotions...) face à des syndicats unanimement opposés par ailleurs au report de 62 à 64 ans de l'âge de départ à la retraite.

Dans la fonction publique d'Etat, 21% des agents étaient en grève mardi selon les chiffres du ministère, contre 10,25% dans le versant territorial et 15,7% dans le versant hospitalier.

Une mobilisation en baisse par rapport à la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites le 19 janvier, mais nettement supérieure à celle observée lors des derniers mouvements sociaux dans la fonction publique, centrés sur des revendications salariales.


Le régime iranien s'«enfonce dans le déni et la rhétorique complotiste», selon Laurence Boone

La ministre française des Affaires européennes Laurence Boone après la réunion hebdomadaire du cabinet à l'Élysée, le 26 octobre 2022. (Photo, AFP)
La ministre française des Affaires européennes Laurence Boone après la réunion hebdomadaire du cabinet à l'Élysée, le 26 octobre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Les sanctions prises par les Iraniens n'ont évidemment aucune comparaison possible avec les sanctions prises par l'UE», a lancé Laurence Boone
  • L'Iran a adopté mercredi dernier des sanctions contre 25 individus et entités de l'Union européenne, dont la maire de Paris, et neuf du Royaume-Uni

PARIS: La ministre française des Affaires européennes Laurence Boone a estimé mercredi que le régime iranien s'enfonçait "dans le déni, la rhétorique complotiste" après les sanctions prises par Téhéran contre des Européens. 

Ces sanctions "participent du même aveuglement que celui avec lequel le régime iranien s'enferme dans le déni, dans la rhétorique complotiste, et mène une politique scandaleuse d'otages de l'Etat", a déclaré Mme Boone devant les sénateurs. 

L'Iran a adopté mercredi dernier des sanctions contre 25 individus et entités de l'Union européenne, dont la maire de Paris, et neuf du Royaume-Uni, en guise de représailles aux mesures de rétorsion imposées par ces derniers. 

"Les sanctions prises par les Iraniens n'ont évidemment aucune comparaison possible avec les sanctions prises par l'UE", a lancé Mme Boone. 

L'Union européenne a adopté quatre trains de sanctions contre la République islamique, visant "78 individus et 27 entités", a rappelé Mme Boone. 

Ces mesures visent notamment les responsables de la répression en Iran, où un mouvement de contestation ayant éclaté après la mort en septembre d'une jeune Kurde iranienne arrêtée par la police des moeurs est réprimé dans le sang. 


Le ministre du Logement défend la loi anti-squatteurs, «équilibrée»

Le ministre délégué à la Ville et au Logement, Olivier Klein, à Paris le 30 janvier 2023. (Photo, AFP)
Le ministre délégué à la Ville et au Logement, Olivier Klein, à Paris le 30 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Mardi, les sénateurs ont entamé l'examen de la proposition de loi du député Renaissance Guillaume Kasbarian, déjà adoptée à l'Assemblée, qui prévoit de porter jusqu'à trois ans de prison les sanctions contre les squatteurs
  • Ce texte, qui entend mieux protéger les propriétaires contre l'occupation illégale, suscite un fort rejet du monde associatif, qui craint une «criminalisation» du mal-logement

PARIS: La proposition de loi durcissant les sanctions contre les squatteurs, en discussion au Parlement, est "équilibrée", a défendu mercredi le ministre délégué à la Ville et au Logement, Olivier Klein, devant la Fondation Abbé Pierre. 

"Elle sera équilibrée, parce que le pouvoir du juge est renforcé, parce que les délais entre l'assignation et les impayés seront rallongés ; elle sera équilibrée parce que nous aurons mis un certain nombre d'outils qui ne sont pas là aujourd'hui pour lutter contre les marchands de sommeil", a promis Olivier Klein. 

"Moi, je crois à l'équilibre entre les propriétaires et les locataires. Si aujourd'hui les propriétaires n'ont pas confiance et se retirent, (...) ce n'est pas dans l'intérêt de ceux qui cherchent un logement", a-t-il ajouté. 

Mardi, les sénateurs ont entamé l'examen de la proposition de loi du député Renaissance Guillaume Kasbarian, déjà adoptée à l'Assemblée, qui prévoit de porter jusqu'à trois ans de prison les sanctions contre les squatteurs. 

Ce texte, qui entend mieux protéger les propriétaires contre l'occupation illégale, suscite un fort rejet du monde associatif, qui craint une "criminalisation" du mal-logement. 

Dans la salle de la Maison de la Mutualité, des militants du collectif Droit au Logement (DAL) ont déployé une banderole sur laquelle était écrit "Se loger n'est pas un crime". 

Le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, s'est inquiété de "voir une proposition de loi de la majorité co-adoptée avec Les Républicains, avec des députés du Rassemblement national, qui criminalise les plus pauvres et les mal-logés, qui constitue la première loi (sur le logement, NDLR) de ce nouveau Parlement". 

"Il faut absolument qu'il y ait un message hyper clair du gouvernement qui dise : ça n'est pas possible de s'attaquer aux pauvres", a-t-il réclamé. 

"Bien évidemment, cette loi, elle ne met pas un signal égal entre le squat et les personnes en impayés de loyer. Personne n'ira en prison parce qu'on est en impayés de loyer, bien évidemment !", a assuré Olivier Klein. 

"La priorité, c'est la prévention des expulsions locatives", a ajouté le ministre, après avoir esquissé les contours du nouveau plan quinquennal pour le "Logement d'abord", qui vise à faciliter le retour au logement des personnes sans domicile.