En Égypte, un parc éolien devrait alimenter l’Europe et l’Arabie saoudite en électricité à partir de 2030

Le parc éolien coûtera onze milliards de dollars. (Shutterstock)
Le parc éolien coûtera onze milliards de dollars. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Mardi 22 novembre 2022

En Égypte, un parc éolien devrait alimenter l’Europe et l’Arabie saoudite en électricité à partir de 2030

  • Pour Mohammed Mansour, président d’Infinity Power, le projet aura une capacité de production de 10 gigawatts et sera opérationnel d’ici à la fin de cette décennie
  • L’accord a été signé lors d’une rencontre à Riyad entre le ministre de l’Électricité Mohammed Chaker et le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane

RIYAD: L’un des plus grands parcs éoliens du monde devrait devenir opérationnel d’ici à 2030 en Égypte. La construction devrait être entamée en 2024, selon Infinity Power, l’une des principales sociétés soutenant le projet.

Le parc éolien qui coûte onze milliards de dollars (1 dollar = 0,97 euro) est en cours de construction par un consortium dirigé par Masdar et Infinity Power Holdings, propriétés d’Abu Dhabi. Une fois achevé, le projet pourrait fournir de l’électricité à l’Arabie saoudite et à l’Europe, rapporte Bloomberg.

Mohammed Mansour, président d’Infinity Power, déclare que le projet aura une capacité de production de 10 gigawatts et sera opérationnel d’ici à la fin de cette décennie.

Par ailleurs, M. Mansour note que le consortium, qui comprend également l’entreprise égyptienne Hassan Allam Utilities, envisage de sécuriser des terres pour le projet cette année, principalement à deux endroits dans le désert occidental du pays nord-africain – près de Minya et d’Assouan.

Il ajoute que ces emplacements sont idéaux pour un tel projet, puisque la vitesse du vent pourrait atteindre dix mètres par seconde dans ces zones.

C’est lors du sommet de l’ONU sur les changements climatiques que l’Égypte et les Émirats arabes unis (EAU) ont signé un protocole d’accord pour mettre en place ce projet éolien qui vise à transformer le pays en un pôle électrique régional.

Selon le Centre d’information et d’aide à la décision du gouvernement égyptien, l’Égypte était en tête de liste des pays arabes dans la production d’énergie éolienne et solaire en juillet, avec 3,5 gigawatts de capacité et prévoit d’atteindre 6,8 gigawatts en 2024.

Plus tôt en novembre, la société saoudienne Acwa Power Co. a signé un accord initial avec des entités égyptiennes pour construire un projet de 10 gigawatts en vue de produire de l’électricité à partir de l’énergie éolienne dans ce pays d’Afrique du Nord.

L’accord a été signé lors d’une rencontre à Riyad entre le ministre de l’Électricité, Mohammed Chaker, et le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane.

Au cours de la réunion, les deux ministres ont suivi les progrès de l’interconnexion électrique entre l’Égypte et l'Arabie saoudite, discutant également des possibilités d’une coopération plus poussée dans les énergies renouvelables et l’hydrogène.

Dans le cadre de l’accord, l’Égypte fournira les terrains nécessaires à la réalisation des études de faisabilité du projet avant la signature des contrats définitifs.

En juin, Acwa Power a investi 1,5 milliard de dollars pour développer, construire et exploiter le parc éolien de 1 100 mégawatts, situé dans le golfe de Suez en Égypte.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Efforts de reconstruction au Moyen-Orient pour alimenter la demande d’électricité croissante

La production d’électricité dans la région devrait être accélérée, selon Majid al-Monif.
La production d’électricité dans la région devrait être accélérée, selon Majid al-Monif.
Short Url
  • Le président de l’Association saoudienne pour l’économie d’énergie note que la production d’électricité dans la région devrait être augmentée
  • Il soutient que le Royaume ferait en sorte que les sources solaires et éoliennes représentent la moitié de la capacité totale de production d’électricité d’ici à 2030

RIYAD: La demande d’électricité devrait augmenter de façon spectaculaire au Moyen-Orient, alors que d’importants travaux de reconstruction ont lieu dans la région, selon Majid al-Monif, président de l’Association saoudienne pour l’économie d’énergie.

Dans un entretien accordé au Meed, M. Al-Monif déclare que l’expansion des activités industrielles pourrait également renforcer le besoin de produire plus d’électricité.

«Il y aura une demande croissante d’électricité dans de nombreux pays, notamment en Irak, en Syrie et en Libye, où d’importants efforts de reconstruction devraient avoir lieu, ainsi que l’expansion des activités industrielles dans d’autres juridictions», affirme M. Al-Monif.

Le président de l’Association saoudienne pour l’économie d’énergie note par ailleurs que la production d’électricité dans la région devrait être augmentée. De plus, l’électricité devrait être utilisée de manière efficace.

M. Al-Monif, qui est également président du Comité consultatif international du Centre d’études et de recherches sur le pétrole du roi Abdallah, basé à Riyad, ajoute que l’Arabie saoudite est sur la voie d’un avenir durable, au moment où le Royaume augmente sa capacité de production d’énergie renouvelable.

Il soutient que le Royaume fera en sorte que les sources solaires et éoliennes représentent la moitié de la capacité totale de production d’électricité d’ici à 2030.

«Nous nous engageons à atteindre zéro émission nette de carbone d’ici à 2060. Nous augmenterons considérablement notre capacité d’énergie renouvelable pour atteindre cet objectif. Nous exploiterons également les technologies de capture de carbone pour soutenir et augmenter la capacité de nos centrales électriques au pétrole ou au gaz», ajoute-t-il.

Selon M. Al-Monif, les tensions géopolitiques comme le conflit en cours en Ukraine et la pandémie de Covid-19 ont contribué à retarder la transition énergétique.

Il a en outre souligné que les efforts de transition énergétique ne représentaient aucune menace pour les fournisseurs et les exportateurs d’énergie conventionnelle de la région.

«Ce sont de nouveaux ajouts à la panoplie énergétique. […] Nous avons besoin de davantage d’énergies renouvelables, d’hydrogène et de nucléaire. Nous avons besoin de plus de pétrole et de gaz», poursuit M. Al-Monif.

Plus tôt dans le mois de janvier, lors du Forum économique mondial (WEF) de Davos, le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, a fait savoir que le monde assistait à la plus grande crise énergétique jamais enregistrée dans l’histoire, en particulier après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Selon M. Birol, les préoccupations actuelles ont donné un grand coup de pouce au développement de l’énergie propre. Il a ajouté que les problèmes de sécurité étaient à l’origine des progrès qu’enregistre le secteur des énergies renouvelables.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: la pénurie de lait, symptôme d'une filière «en lent effondrement»

De 30 litres de lait par jour, chaque vache n'en produit plus que 12. (AFP)
De 30 litres de lait par jour, chaque vache n'en produit plus que 12. (AFP)
Short Url
  • Le marché tunisien absorbe 1,8 million de litres quotidiennement alors que la production atteint au maximum 1,2 million, selon des données officielles
  • Cette pénurie est apparue au grand jour fin octobre quand des supermarchés ont placardé l'injonction: «deux briques de lait par citoyen»

EL BATTAN: Noura arpente le centre de Tunis à la recherche de lait. "Quand j'en trouve, je ne peux pas acheter plus de deux briques", dit-elle à propos d'une pénurie qui illustre les affres d'une filière "en lent effondrement".

Le marché tunisien absorbe 1,8 million de litres quotidiennement alors que la production atteint au maximum 1,2 million, selon des données officielles.

"Le lait est indispensable, surtout pour nos enfants", confie à l'AFP Noura Bchini, ménagère quinquagénaire. Près d'elle, une autre cliente, Leila Chaouali, dit s'en procurer "mais à des moments précis, surtout le matin. L'après-midi il n'y en a plus".

Cette pénurie est apparue au grand jour fin octobre quand des supermarchés ont placardé l'injonction: "deux briques de lait par citoyen".

A 40 km à l'ouest de Tunis, Mohamed Gharsallaoui, éleveur dans le village d'El Battan, penché sur sa trayeuse, explique avoir dû vendre quatre vaches ces derniers mois pour acheter du fourrage et nourrir sa vingtaine de bêtes.

Sur son exploitation, cet éleveur de 65 ans montre ses factures de foin, d'orge ou de complément maïs-soja, qu'il peine à régler.

Le prix du sac de 50 kg de complément a été multiplié par 8 en 10 ans pour atteindre 81 dinars (24 euros).

"Pourquoi on manque de lait? Parce qu'on ne donne pas aux vaches les quantités de nourriture dont elles ont besoin", explique-t-il à l'AFP.

«A perte»

De 30 litres de lait par jour, chaque vache n'en produit plus que 12. "Nous leur fournissons la moitié de la quantité précédente de fourrage et d'herbe", souligne-t-il.

Eleveur passionné qui a débuté il y a 50 ans avec une seule vache, M. Gharsallaoui est triste de voir son troupeau s'étioler.

"Ce sont les vaches qui faisaient vivre ma famille", se désole ce père de quatre enfants adultes. "Aujourd'hui je dois envoyer (mes enfants) travailler ailleurs pour faire vivre mes vaches."

L'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (Utap) a tiré la sonnette d'alarme il y a un an "quand les éleveurs ont commencé à vendre leur lait à perte".

"Les prix de l'alimentation animale sont devenus fous avec 30 à 40% de hausse sur un an. C'est lié à la situation internationale, à la guerre en Ukraine en particulier" qui a fait flamber les cours des céréales dont la Tunisie est fortement importatrice, souligne son porte-parole Anis Kharbeche.

Il s'inquiète pour le mois du Ramadan qui débutera vers le 22 mars, "au cours duquel la consommation de lait augmente et où la pénurie atteindra un million de litre par jour".

Ces difficultés sont accentuées par la sécheresse qui sévit sur la Tunisie, avec des barrages remplis au maximum à 30%, selon l'Utap.

«herbe fraîche»

Pour limiter leurs pertes, beaucoup d'agriculteurs sont contraints de vendre une partie de leur cheptel, soit à des bouchers locaux, soit à des éleveurs dans l'Algérie voisine.

Selon l'Utap, les troupeaux tunisiens se sont réduits de 30% en 2022.

Face à ce "lent effondrement", l'Etat, qui avait soutenu après l'indépendance (en 1956) l'établissement d'une filière lait, doit reprendre l'initiative, estime M. Kharbeche, rappelant que la Tunisie parvenait à exporter du lait certaines années jusqu'en 2017.

Pour le moment, l'Etat s'est contenté, dans la loi de finances 2023, de lever les taxes sur l'importation de lait en poudre, au risque de concurrencer la production locale.

Et des déclarations récentes du président Kais Saied imputant à des "spéculateurs" non identifiés les problèmes de la filière n'ont pas rassuré les éleveurs.

Pour l'Utap, la solution serait "un prix variable" appliqué par l'Etat aux achats de lait, qui fluctuerait en fonction des cours de l'alimentation animale. Et il faudrait "aider les agriculteurs pour la production d'herbe fraîche", avec une stratégie de retraitement des eaux usées et les soutenir dans l'achat de compléments alimentaires.

Le lait n'est qu'un des produits touchés par des pénuries sporadiques ces derniers mois, à côté du café, du sucre ou de l'huile.

Des experts les expliquent par un manque de liquidités de l'Etat tunisien, qui a le monopole de l'approvisionnement en produits de base subventionnés. Très endetté, le pays négocie depuis des mois un prêt de presque 2 milliards de dollars avec le FMI.


L’avion furtif du Pentagone défie les lois de la physique: L'X Plane sans gouvernail, ni ailerons

L’X-plane utilise un système de contrôle des flux aériens pour se diriger, au lieu des traditionnelles gouvernes de vol (Photo, Aurora Flight).
L’X-plane utilise un système de contrôle des flux aériens pour se diriger, au lieu des traditionnelles gouvernes de vol (Photo, Aurora Flight).
Short Url
  • Le Pentagone annonce des progrès notables dans la construction d’un avion furtif sans gouvernail ni ailerons
  • Selon les modélisations des chercheurs, cet X-Plane devrait ressembler à la pointe d’une flèche

PARIS: Le monde de l’aviation pourrait connaitre une nouvelle révolution copernicienne. Le Pentagone annonce des progrès notables dans la construction d’un avion furtif sans gouvernail ni ailerons. Ce projet fait partie du programme Crane de la Darpa, l'agence de recherche et de développement de l'armée américaine, et est mené par Aurora Flight Sciences, une filiale de Boeing. Pour l’heure, il s’agit d’un avion expérimental dont l’objectif est de réduire au possible le frottement de l'air, particulièrement sur la carlingue de l’engin volant. Ainsi, selon les modélisations des chercheurs, cet X-Plane devrait ressembler à la pointe d’une flèche au profil allongé.

Crane en forme de flèche

L’aéronef utilise un système de contrôle des flux aériens pour se diriger, au lieu des traditionnelles gouvernes de vol caractéristiques de l’aviation civile et militaire telle qu’elle s’est développé tout au long du XXᵉ siècle. Présentant l’avantage de réduire les frottements, ce nouveau système pourrait remplacer les gouvernes arrière, telles que les ailerons et les volets, en utilisant des rafales d'air comprimé pour diriger l'avion. En réduisant considérablement la traînée de l'avion, ces aéronefs seraient, en conséquence, plus difficilement repérables. Cet atout donnerait à ces engins un avantage certain dans la conception d'avions militaires furtifs.

X-Planes

Les X-planes (parfois appelés avions-X) sont des engins volants expérimentaux développés par les États-Unis. Hélicoptères ou fusées, appareils autonomes ou pouvant accueillir des pilotes, ces appareils sont le plus souvent développés dans le plus grand des secrets. Le premier d'entre eux, le X-1, fut lancé le 19 janvier 1946 dans le cadre de recherches sur le vol supersonique. Il s'agissait du premier engin volant à avoir franchi le mur du son en vol horizontal. Le projet X-Plane sans gouvernail ni ailerons est dans la continuité de ces recherches expérimentales dans le domaine de l’aviation militaire.

Horizon 2025

Le projet est codirigé par Aurora Flight Sciences, et est financé par la Darpa. Si l’avancement des travaux de recherches ne sont pas encore totalement aboutis, les premières étapes du projet ont été si encourageantes que le contrat a été prolongé au-delà de la date butoir initiale de décembre 2022. 

Les prochaines étapes incluront la conception détaillée de l'appareil et la mise au point de son logiciel de vol, suivies des tests en vol prévus à partir de 2025.

La Darpa n’a pas été exhaustive dans les explications concernant le système de gestion des flux. Les premiers comptes rendus sur les travaux de recherche ne précisent pas encore si le système de propulsion génère lui-même l'air comprimé nécessaire à son fonctionnement ou s'il a besoin d'une source auxiliaire. Cependant, Aurora et ses partenaires croient fermement en cette nouvelle technologie et espèrent qu'elle pourra être utilisée, dans un premier temps, pour un usage militaire.