La prix Nobel de chimie Emmanuelle Charpentier parraine un nouveau programme de soutien aux chercheurs

 Sur cette photo d'archive prise le 07 octobre 2020, Emmanuelle Charpentier, chercheuse française en microbiologie, génétique et biochimie, pose pour les photographes à Berlin. (AFP).
Sur cette photo d'archive prise le 07 octobre 2020, Emmanuelle Charpentier, chercheuse française en microbiologie, génétique et biochimie, pose pour les photographes à Berlin. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 23 novembre 2022

La prix Nobel de chimie Emmanuelle Charpentier parraine un nouveau programme de soutien aux chercheurs

  • «Il faut permettre aux chercheurs de poursuivre leurs recherches à haut niveau et de rester dans la recherche fondamentale», a dit la microbiologiste et généticienne, distinguée par son invention d'une technique d'édition du génome
  • Selon elle, le soutien aux chercheurs en milieu de carrière est un impératif aussi important que celui, beaucoup plus fréquent, apporté aux jeunes

PARIS : La lauréate 2020 du Nobel de chimie Emmanuelle Charpentier a parrainé mardi le nouveau programme de soutien à la recherche en sciences de la vie, Impulscience, de la fondation Bettencourt Schueller, qui vise à aider des chercheurs en milieu de carrière.

"Il faut permettre aux chercheurs de poursuivre leurs recherches à haut niveau et de rester dans la recherche fondamentale", a dit à l'AFP la microbiologiste et généticienne, distinguée par son invention d'une technique d'édition du génome.

Selon elle, le soutien aux chercheurs en milieu de carrière est un impératif aussi important que celui, beaucoup plus fréquent, apporté aux jeunes. "J'ai vu beaucoup de collègues qui, après avoir monté leur propre équipe de recherche, n'avaient pas d'autre choix que d'abandonner la recherche fondamentale et de quitter le système académique", faute de financements, a dit Emmanuelle Charpentier avant la cérémonie tenue dans les bâtiments de l'Institut de France.

Impulscience a récompensé sept lauréats dont le "projet de recherche innovant dans les sciences de la vie", selon la fondation, sera accompagné à hauteur de deux missions d'euros sur cinq ans, avec une prime personnelle pour chacun.

Pour sélectionner ses lauréats le conseil scientifique de la fondation s'est reposé sur la sélection du Conseil européen de la recherche (ERC), qui accorde chaque année un financement d'ordre similaire à des chercheurs d'exception.

La fondation pioche dans le vivier de chercheurs qui ont franchi toutes les étapes sans obtenir le financement espéré à cause des limitations budgétaires européennes.

L'ERC est devenu "en quelques années le nouveau standard incontesté de l'excellence", selon Olivier Brault, directeur général de la fondation Bettencourt Schueller, cité dans un communiqué.

Les sept lauréats comptent aussi bien un chercheur en neurosciences, Amaury François, qu'une chercheuse en biologie structurale travaillant à l'Institut de biologie structurale de Grenoble, Malene Jensen, ou Martin Lenz, directeur de recherche CNRS dont les travaux concernent des maladies comme Alzheimer.

Ils ont tous moins de 50 ans, et travaillent, c'est un des critères, dans des laboratoires publics en France.

Les meilleurs talents "ont trop souvent du mal à financer leurs projets, au-delà des périodes initiales qui sont bien accompagnées par de nombreuses institutions", selon M. Brault.


Dans sa brochure annuelle, la banque américaine JPMorgan conseille de visiter le Grand Musée égyptien

Le Grand Musée égyptien au Caire. (Photo Twitter)
Le Grand Musée égyptien au Caire. (Photo Twitter)
Short Url
  • La brochure annuelle de la banque suggère des activités récréatives, artistiques et culturelles à pratiquer pendant les vacances
  • La brochure précise que le musée consacré à l'ancienne civilisation égyptienne présentera la collection intégrale de l'enfant roi Toutankhamon

LE CAIRE: Dans sa brochure annuelle , la banque américaine JPMorgan invite ses clients à visiter le Grand Musée égyptien. Cette publication est remise à la clientèle distinguée de cette banque dans le monde entier. Elle suggère des activités récréatives, artistiques et culturelles à pratiquer pendant les vacances. Elle met par ailleurs en évidence les attractions et les lieux les plus attrayants du monde.

Parmi les nombreux lieux qui figurent dans la brochure de cette année, on trouve une photo du Grand Musée égyptien, qui ouvrira bientôt ses portes. De plus amples informations relatives à cette attraction sont également fournies. Le document précise que le musée consacré à l'ancienne civilisation égyptienne présentera la collection intégrale de l'enfant roi Toutankhamon.

Le ministre égyptien du Tourisme et des Antiquités, Ahmed Issa, a salué la décision de la banque de conseiller à ses clients la visite de ce musée, qui s'imposera comme l'un des plus importants établissements de ce type dans le monde.

Le ministre a déclaré que la date d'ouverture du musée serait annoncée dans les plus brefs délais. Il a précisé que des rois, des présidents et de hauts fonctionnaires du monde entier assisteront à son inauguration.

Soha Ali, PDG de la JPMorgan Bank en Égypte et en Afrique du Nord, vient de rencontrer M. Issa. Elle a remercié à cette occasion le ministère du Tourisme et des Antiquités pour la coopération dont il a fait preuve et pour les informations et les photographies relatives au musée qu'il a fournies.

La JPMorgan Bank, le plus important établissement bancaire aux États-Unis et l’un des plus grands du monde, publie sa brochure une fois par an.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Absents depuis 2019, les super-héros de Marvel de retour en Chine

Une jeune femme prend une photo d'une affiche avant de regarder le film "Black Panther : Wakanda Forever" dans un cinéma de Shanghai, le 6 février 2023. Black Panther sortira dans les cinémas chinois après une interruption de deux ans et demi pour les films Marvel. (AFP).
Une jeune femme prend une photo d'une affiche avant de regarder le film "Black Panther : Wakanda Forever" dans un cinéma de Shanghai, le 6 février 2023. Black Panther sortira dans les cinémas chinois après une interruption de deux ans et demi pour les films Marvel. (AFP).
Short Url
  • Les films des studios Marvel, propriété du géant américain Disney, avaient disparu des salles obscures chinoises après la sortie en juillet 2019 de "Spider-Man: Far from Home"
  • La Chine n'autorise chaque année la diffusion en salles que de quelques dizaines de long-métrages étrangers

SHANGHAI : Les super-héros de Marvel ont fait leur retour sur grand écran en Chine mardi après près de quatre ans d'absence, avec le film "Black Panther: Wakanda Forever".

Les films des studios Marvel, propriété du géant américain Disney, avaient disparu des salles obscures chinoises après la sortie en juillet 2019 de "Spider-Man: Far from Home".

La Chine n'autorise chaque année la diffusion en salles que de quelques dizaines de long-métrages étrangers.

Pour les méga-productions de Marvel, immensément populaires dans le pays asiatique, ce marché est crucial: la diffusion dans les cinémas chinois du premier film de la série Black Panther avait généré 105 millions de dollars.

"Je suis toute excitée", a confié une spectatrice faisant la queue lundi soir à Shanghai, pour la première du film programmée à minuit.

"J'avais dû utiliser les sites de streaming pour regarder les deux films précédents (...) mais j'espère que je pourrai regarder les films Marvel plus souvent en salle à partir de maintenant", a-t-elle ajouté, ne donnant que son nom de famille, Chen.

La fin de cet apparent blocage des films Marvel en Chine survient alors que le pays vient de lever ses restrictions sanitaires anti-Covid, qui ont porté un coup dur aux lieux de divertissement dans le pays.

"A cause du Covid, ça fait vraiment longtemps qu'on n'est pas allé au cinéma", raconte Kun, 25 ans, employé d'un hôpital venu voir le film avec des amis.

"On doit travailler demain mais l'opportunité est tellement rare qu'on est venu".

Lin Fan, venue avec son fils de 13 ans, Jiang Xiaoyi, se réjouit de renouer avec une tradition familiale: "(Xiaoyi) a toujours été un fan de Marvel, et pendant la série des Avengers, on allait toujours voir la première à minuit".

Prochaine étape pour les fans chinois: la sortie, le 17 février, de "Ant-Man et la Guêpe: Quantumania".

Les autorités chinoises n'ont jamais expliqué pourquoi les films Marvel avaient soudainement disparu des écrans depuis 2019.

Pendant cette période, Disney avait refusé d'obéir aux censeurs qui réclamait le retrait de toute référence à des relations homosexuelles dans les films Marvel, notamment "Les Eternels" en 2021 et "Doctor Strange in the Multiverse of Madness" en 2022.

Mais le géant américain a aussi été accusé de trop collaborer avec Pékin.

Des appels au boycott, notamment en Occident, avaient été lancés contre sa nouvelle version de "Mulan", car certaines scènes avaient été tournées dans la région du Xinjiang, longtemps frappée par des attentats meurtriers et où la campagne sécuritaire chinoise est accusée de violer les droits humains de la population musulmane.

Deux épisodes des "Simpsons" ont quant eux été retirés du service de streaming Disney+ à Hong Kong. L'un d'eux faisait référence à la répression des manifestations de Tiananmen en 1989 et l'autre évoquait des "camps de travail forcé" en Chine.


Le festival de lumière Noor Riyadh prolonge son exposition jusqu'en mars

La pièce Numinous Najd de l'artiste saoudienne Huda al-Aithan évoque l'une des régions centrales du Royaume et capture le souffle et les récits de son patrimoine. (Photo fournie)
La pièce Numinous Najd de l'artiste saoudienne Huda al-Aithan évoque l'une des régions centrales du Royaume et capture le souffle et les récits de son patrimoine. (Photo fournie)
Short Url
  • Le plus grand festival de lumière du monde, Noor Riyadh, a prolongé jusqu'au 10 mars son exposition intitulée «From Spark to Spirit» («De l'étincelle à l'esprit»)
  • C'est Neville Wakefield qui dirige cette exposition, et Gaida al-Mogren en est la commissaire associée

RIYAD: Le plus grand festival de lumière du monde, Noor Riyadh, a prolongé jusqu'au 10 mars son exposition intitulée «From Spark to Spirit» («De l'étincelle à l'esprit»). Cette décision est motivée par l'immense succès que connaît l'exposition qui se tient dans le quartier Jax de Diriyah, selon les responsables de Riyadh Art.

L'exposition, qui devait se terminer le 4 février, présente des œuvres innovantes d'artistes venus des quatre coins du monde. Elle aborde les thèmes suivants: la technologie, l’architecture et la perception de la lumière.

Le directeur exécutif de Riyadh Art, Khaled al-Hazani, déclare: «“De l'étincelle à l'esprit” est une magnifique exposition qui nous invite à la réflexion. Elle fait suite au succès du festival Noor Riyadh. En effet, elle prend une dimension trois fois plus importante par rapport à l'édition inaugurale.»

noor
Vous pouvez admirer l'œuvre de Diana Thater A Cast of Falcons jusqu'au 10 mars. (Photo fournie).

«La lumière est un élément universel, à la fois émouvant et captivant. En admirant la diversité des thèmes abordés dans le cadre de l'exposition «De l'étincelle à l'esprit», nous comprenons mieux notre relation avec la lumière, qui remonte à la nuit des temps et s'étend jusqu'à l'ère numérique.»

Il s'agit en effet de la 2e édition du festival annuel Noor Riyadh, organisé par Riyadh Art, la première initiative publique en matière d'art en Arabie saoudite. Le festival a placé des œuvres de lumière un peu partout dans la capitale du Royaume. L'objectif de cette initiative est d'embellir la ville autour du thème «Nous rêvons de nouveaux horizons». Aujourd'hui, le festival propose des activités saisonnières de manière à mettre l'art à la portée de tous.

L'exposition «De l'étincelle à l'esprit» s'adresse aussi bien aux amateurs d'art qu'aux enfants ou à ceux qui visitent pour la première fois une galerie d'art. Elle complète à merveille la scène artistique et culturelle florissante de la ville de Riyad et du Royaume dans son ensemble. Nous conseillons à tous de la visiter», ajoute M. Al-Hazani.

 

noor
Eroding Wave, de l'artiste américain Jim Campbell, reproduit le mouvement de la nage en utilisant des ampoules LED en grappes, mettant ainsi en évidence la dynamique des marées. (Photo fournie)

Dans le quartier de Jax, le Riyadh Art Hub propose trente œuvres de lumière complexes qui mettent l'accent sur la façon dont la lumière façonne notre perception du monde. La lumière est utilisée pour amorcer un changement et un dialogue interculturel.

L'exposition propose des œuvres pour tous les âges. Les visiteurs ont la possibilité de s'aventurer dans des mondes inexplorés avec la chambre interactive de l'artiste turc Refik Anado intitulée «Machine Dreams: Space», ou avec Thnan, la pièce flamboyante de l'artiste saoudien Moath Alofi inspirée par les volcans dormants du Royaume.

C'est Neville Wakefield qui dirige cette exposition, et Gaida al-Mogren en est la commissaire associée.

noor
L'exposition propose des œuvres pour tous les âges. Les visiteurs ont la possibilité de s'aventurer dans des mondes inexplorés avec la chambre interactive de l'artiste turc Refik Anado intitulée «Machine Dreams: Space», ou avec Thnan, la pièce flamboyante de l'artiste saoudien Moath Alofi inspirée par les volcans dormants du Royaume. (Photo fournie)

Pour Mme Al-Mogren, «le voyage à travers les espaces de l'exposition baptisée “De l'étincelle à l'esprit” représente un véritable dialogue entre les générations. Il met en lumière les inspirations venues d'Arabie saoudite et du monde entier ainsi que celles qui émanent d’artistes chevronnés ou d'autres, prometteurs. En outre, l'exposition met en lumière les transformations culturelles accélérées qui marquent le Moyen-Orient, en particulier le Royaume.

«La lumière sous-tend toute forme de vie sur notre planète. Elle est essentielle à notre santé physique et mentale. L'exposition “De l'étincelle à l'esprit” nous éclaire sur la façon dont nous percevons les différents détails, les couleurs individuelles, le mouvement, la vivacité et bien d'autres éléments encore. Les visiteurs se sont déclarés jusque-là enchantés par cet événement.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com