Crise au Liban: Les braquages de banques font leur retour

Deux tentatives de braquage de banques et un sit-in de protestation mercredi ont mis en évidence le désespoir croissant des Libanais (Photo, Reuters).
Deux tentatives de braquage de banques et un sit-in de protestation mercredi ont mis en évidence le désespoir croissant des Libanais (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Jeudi 24 novembre 2022

Crise au Liban: Les braquages de banques font leur retour

  • Trois incidents en une seule journée font craindre des troubles croissants
  • Le Liban est en proie à ce qui, selon la Banque mondiale, pourrait figurer parmi les trois principales crises financières de l'histoire moderne

BEYROUTH: Deux tentatives de braquage de banques et un sit-in de protestation mercredi ont mis en évidence le désespoir croissant des Libanais aux prises avec la crise économique qui s'aggrave dans le pays.
Les attaques de banques par des épargnants réclamant leur argent ont été relativement rares au cours des deux derniers mois, mais une série d'incidents survenue ces derniers jours a de nouveau fait craindre une agitation croissante.
Dans la troisième incursion contre une banque en une seule journée, Amina Mohammed a fait irruption dans une succursale de l'Intercontinental Bank of Lebanon à Tripoli, exigeant l'accès à ses économies pour payer une intervention chirurgicale pour sa mère âgée.
La banque a été contrainte de fermer ses portes pendant que le personnel négociait avec Mohammed et sa mère.
Plus tôt, un ancien soldat, Rida Rida, a fait irruption dans une succursale de la Bank Audi à Tyr, dans le sud du Liban, réclamant son dépôt de 15 000 dollars (1 dollar américain = 0,96 euro) pour payer le traitement de sa mère atteinte d’un cancer.
Des patrouilles des services de renseignement de l'armée et de la sécurité ont été envoyées à la banque pendant que Rida exposait ses exigences au directeur de l'enseigne.
Lors du premier incident de la journée, Anis Tannous a organisé un sit-in devant la succursale de la Société Générale de Banque au Liban à Amioun, au nord du Liban, empêchant les gens d'entrer ou de sortir de la banque.
Tannous a exigé que l'institution bancaire transfère les frais d'inscription de son fils à une université aux États-Unis.
Il y a deux jours, un autre épargnant, Hossein Ramadan, et sa mère ont fait irruption dans la banque Al-Baraka à Hamra, à Beyrouth, pour tenter de récupérer 132 000 dollars d'économies. Après des heures de négociations, l'enseigne a accepté de leur verser 15 000 dollars.
Le licenciement d'employés a également pris une tournure tragique; un homme a tenté de se suicider à l'aide d'une arme d'assaut devant son ancien lieu de travail à Jnah, dans la banlieue sud de Beyrouth. Les forces de sécurité sont arrivées immédiatement et ont arrêté l'homme.
Le Liban est en proie à ce qui, selon la Banque mondiale, pourrait figurer parmi les trois principales crises financières de l'histoire moderne.
Le ministre des Finances par intérim, Youssef Khalil, a déclaré mercredi que son ministère commencera à calculer les taux de change pour les taxes et les frais perçus par le département des douanes sur les marchandises importées. Cela sur la base du taux de change de 15 000 livres libanaises pour un dollar à partir du 1er décembre, quelques semaines avant le début de la saison des vacances.
Cette mesure «contribuera à limiter l'exploitation des différences de prix et à réduire les distorsions et les pertes subies par le trésor public», a-t-il souligné.
Les observateurs pensent que les commerçants ont anticipé cette mesure en stockant des centaines de tonnes de marchandises importées au taux de change en vigueur avant le début des difficultés économiques du Liban.
À l'époque, le taux était de 1 500 livres libanaises pour un dollar.
Rien qu'au cours des sept premiers mois de cette année, les importations ont totalisé 10,5 milliards de dollars, tandis que le total des importations pour l'année devrait atteindre 18 milliards de dollars – un record proche des niveaux d'avant la crise.
L'année dernière, les activités d'importation ont totalisé 13,6 milliards de dollars, un chiffre surprenant dans un pays confronté à l'effondrement et à un taux de pauvreté élevé, et qui supplie le Fonds monétaire international de lui fournir 3 milliards de dollars.
Les Libanais sont convaincus que le gouvernement, en particulier le ministère de l'Économie et du Commerce, est incapable de contrôler le prix des marchandises après l'application du dollar des douanes aux droits et taxes, ce qui entraîne une exploitation par les commerçants.
Les revenus des marchandises, pour lesquelles les droits et taxes sont payés par les consommateurs, iront dans les poches des commerçants plutôt que dans le trésor public, affirment plusieurs analystes.
Riad Salamé, le gouverneur de la banque centrale, a indiqué lundi que la banque adoptera un taux de change de 15 000 livres libanaises pour un dollar à partir du 1er février, dans le cadre d'un processus visant à unifier le système de taux de change multiples du pays.
Commentant la question de savoir si la mesure entraînera une hausse ou une baisse du taux de change, Salamé a assuré que ce «sera déterminé par le marché en fonction de l'offre et de la demande».
Le député Michel Daher a avisé que «des mesures strictes devraient être prises pour absorber l'excès de liquidités qui pourrait être causé par la décision d'augmenter le taux de change».
Il a averti que «le taux de change montera en flèche pour dépasser les 75 000 livres libanaises pour 1 dollar s'il s'accompagne d'un vide présidentiel permanent».
Selon les données bancaires, les Libanais ont retiré environ 70 milliards de dollars, principalement sur des comptes de petite et moyenne taille, entre 2019 et 2021.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Caire critique le rapport du Parlement européen sur les droits de l'homme

Des membres du Parlement égyptien assistent à une session générale au Caire (Photo, AFP/Archives).
Des membres du Parlement égyptien assistent à une session générale au Caire (Photo, AFP/Archives).
Short Url
  • De nombreux députés et hommes politiques égyptiens ont exprimé leur rejet de l'appel du Parlement européen et ont affirmé qu'il s'agissait d'une ingérence flagrante dans les affaires de l'Égypte
  • Tamer Abdel Kader a également affirmé que la déclaration violait la charte de l'ONU, «car elle comportait de nombreux mensonges, faussetés et rumeurs»

LE CAIRE: Les députés et les politiciens égyptiens ont rejeté ce qu'ils appellent l'ingérence «flagrante» du Parlement européen dans les affaires intérieures de l'Égypte.

Dans une déclaration publiée vendredi, le Parlement européen a demandé la libération immédiate et inconditionnelle de dizaines de défenseurs des droits de l'homme, d'avocats, de journalistes, d'activistes, de politiciens et d'influenceurs des médias sociaux actuellement détenus dans les prisons égyptiennes, ainsi que l'annulation du recours excessif à la détention provisoire arbitraire en Égypte.

Le Parlement européen a également appelé les États membres de l'UE à «soutenir l'appel à la création d'un mécanisme international de surveillance et de signalisation des violations flagrantes des droits de l'homme en Égypte au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, ainsi qu'à un réexamen approfondi et complet des relations de l'UE avec l'Égypte à la lumière des progrès très limités enregistrés par ce pays en matière de droits de l'homme».

De nombreux députés et politiciens égyptiens ont exprimé leur rejet de l'appel du Parlement européen et ont affirmé qu'il s'agissait d'une ingérence flagrante dans les affaires de l'Égypte.

Hind Rachad, membre de la Chambre des représentants, a déclaré à Arab News: «Je rejette fermement tous les mensonges et les tentatives d'ingérence dans les affaires de l'État égyptien.»

Son commentaire est intervenu alors que le Parlement égyptien affirmait que la position de l'UE ne reflétait qu'une vision biaisée et subjective de la réalité dans le pays.

Tamer Abdel Kader, également membre de la Chambre des représentants, a déclaré à Arab News que la déclaration du Parlement européen sur les droits de l'homme en Égypte constitue une «ingérence flagrante» dans les affaires d'«un pays qui jouit de tous les droits souverains».

Il a également affirmé que la déclaration violait la charte de l'ONU, «car elle comportait de nombreux mensonges, faussetés et rumeurs».

Abdel Kader a ajouté: «Cette vieille école a vu ses politiques exposées plus d'une fois et tout le monde sait quelles sont les intentions des rédacteurs de ces politiques à l'égard de l'État égyptien, qui a récemment lancé la stratégie nationale pour les droits de l'homme et établi des cadres pour sa mise en œuvre devant tout le monde.»

«Parmi les inexactitudes de la déclaration figure l'affirmation selon laquelle l'Égypte exécute des enfants, sachant que les lois égyptiennes criminalisent le jugement ou l'exécution d'enfants. Les lois égyptiennes stipulent qu'ils doivent être placés dans des foyers de soins pour leur réhabilitation et leur intégration dans la société.»

L'expert politique Hazem El-Gendy, chef adjoint du parti égyptien Wafd, a déclaré à Arab News que la décision du Parlement européen confirmait sans aucun doute «qu'il existe un état d'hostilité et d'embuscade adopté par certaines institutions internationales contre l'Égypte» et que celles-ci ne sont «pas suffisamment au courant de l'évolution de la situation en Égypte».

El-Gendy a indiqué: «Les résolutions disent que l'Égypte vit sous l'état d'urgence depuis 2017, malgré l'annonce du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, de l'annuler en octobre 2021. La déclaration de l'état d'urgence est intervenue à la lumière de la guerre menée par l'État et les groupes terroristes dans le Sinaï.»

Mahmoud Bassiouni, membre du Conseil national des droits de l'homme, a également affirmé à Arab News que la déclaration du Parlement européen constitue une ingérence dans les affaires intérieures de l'Égypte et ignore les efforts de l'État égyptien menés afin d’améliorer les droits de l'homme.

Il a soutenu que la déclaration controversée reposait sur une seule source d'information.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Mystère et magie lors du premier festival consacré à l'histoire Antique de l'Arabie saoudite

Ce festival unique en son genre était entièrement axé sur les sites, qui étaient un carrefour culturel durant l'Antiquité, ainsi que des zones d'influence et de richesse (Photo, AN par Huda Bashatah).
Ce festival unique en son genre était entièrement axé sur les sites, qui étaient un carrefour culturel durant l'Antiquité, ainsi que des zones d'influence et de richesse (Photo, AN par Huda Bashatah).
Short Url
  • Le festival a redonné vie à des paysages anciens
  • «AlUla, Khaybar et Tayma ont beaucoup de récits historiques et beaucoup d'informations que nous devons montrer au monde», a soutenu Alanzi

KHAYBAR: Le passé, le présent et l'avenir se sont rejoints lors de la clôture du premier festival des anciens royaumes, avec une série d'événements dramatiques mettant en valeur trois oasis historiques du nord-ouest — AlUla, Khaybar et Tayma — pour un public moderne.

Le festival, lancé le 11 novembre, est le premier en son genre à se concentrer entièrement sur ces sites, qui étaient au carrefour de la culture dans l'Antiquité, mais aussi sur des centres d'influence et de richesse.

En mettant l'accent sur une série d'événements, notamment des spectacles culturels, des ateliers et des visites touristiques, le festival a donné un nouveau souffle à ces paysages anciens et de nombreuses activités devraient se poursuivre après la clôture du festival.

Un spectacle incroyable a illuminé le ciel nocturne alors que 1 450 drones formaient des formes pendant qu'un orchestre jouait la musique du compositeur britannique Matt Faddy. Le spectacle se poursuivra jusqu'au 15 décembre 2023.

 


Fars, l'agence de presse iranienne, victime d'une cyberattaque

L'Iran a été ciblé par plusieurs groupes de pirates informatiques anonymes ces dernières années (Photo, LinkedIn/Archives).
L'Iran a été ciblé par plusieurs groupes de pirates informatiques anonymes ces dernières années (Photo, LinkedIn/Archives).
Short Url
  • Un groupe de pirates informatiques semble avoir obtenu des informations personnelles du personnel et des données gouvernementales
  • Fars a été fortement critiquée pour sa couverture déformée des récentes manifestations qui ont secoué l'Iran depuis la mort de Mahsa Amini à la mi-septembre

LONDRES: L’organe de presse de l'État iranien Fars a été affecté par une cyberattaque, selon l'agence de presse samedi.

L'incident semble faire partie d'une opération plus vaste visant à discréditer l’organe de presse, qui est géré par le Corps des gardiens de la révolution islamique, et à exposer des informations gouvernementales sensibles.

Fars a déclaré que son site web avait été perturbé vendredi en fin de journée par une «opération complexe de piratage et de cyberattaque».

«La suppression d'éventuels bugs peut entraîner des problèmes pour certains services de l'agence de presse pendant quelques jours», a indiqué Fars dans un communiqué publié sur sa chaîne Telegram.

«Les cyberattaques contre l'agence de presse Fars sont effectuées presque quotidiennement depuis différents pays, notamment les territoires occupés (Israël)», a ajouté Fars.

Fars a été fortement critiquée pour sa couverture déformée des récentes manifestations qui ont secoué l'Iran depuis la mort de Mahsa Amini à la mi-septembre.

La jeune femme de 22 ans avait été arrêtée pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire des femmes du pays et elle est décédée alors qu'elle était détenue par la police des mœurs du pays.

Les pirates semblent avoir pris pour cible le compte Twitter de l'un des responsables de Fars et publié une vidéo sur son profil.

Vendredi, le groupe de pirates informatiques Black Reward a affirmé avoir pénétré dans la base de données de l'agence et a dévoilé avoir obtenu des bulletins confidentiels et des directives envoyés par l'agence de presse au bureau du Guide suprême Ali Khamenei.

L'Iran a été la cible de plusieurs groupes de pirates informatiques anonymes ces dernières années.

En octobre, Black Reward a publié des documents relatifs au programme nucléaire iranien après que le gouvernement a ignoré les exigences des pirates de libérer tous les prisonniers politiques et les manifestants arrêtés lors des récentes manifestations.

Ces dernières semaines, Black Reward a également piraté les courriels des responsables et des employés de la presse et de la télévision affiliées à l'État, obtenant ainsi des informations personnelles.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com