Deux explosions à Jérusalem: un mort et dix-huit blessés

La police israélienne des frontières passe devant un bus détruit par des explosions à Jérusalem, le 23 novembre dernier. (Reuters)
La police israélienne des frontières passe devant un bus détruit par des explosions à Jérusalem, le 23 novembre dernier. (Reuters)
Short Url
Publié le Jeudi 24 novembre 2022

Deux explosions à Jérusalem: un mort et dix-huit blessés

  • La police a imputé la déflagration initiale, à une heure de pointe le matin, à un dispositif explosif de circonstance placé dans une gare routière près de la sortie de la ville
  • La seconde – environ trente minutes plus tard – a eu lieu à un arrêt de bus situé près d’une colonie, à l’est de la ville

RAMALLAH: Mercredi, deux bombes ont explosé dans des arrêts de bus situés à la périphérie de Jérusalem, tuant un garçon israélien de 16 ans et blessant au moins dix-huit autres personnes.

La police a imputé la déflagration initiale, le matin à une heure de pointe, à un dispositif explosif de circonstance placé dans une gare routière près de la sortie de la ville. La seconde – environ trente minutes plus tard – a eu lieu à un arrêt de bus situé près d’une colonie, à l’est de la ville.

Selon la police, la première déflagration a été causée par un engin explosif placé à l’intérieur d’une valise, alors que la gare routière était bondée de passagers et de soldats.

La zone a été interdite d’accès après les explosions et la police déployée dans toute la ville. Les entrées principales de Jérusalem ont été fermées et une chasse à l’homme a été lancée pour tenter de retrouver les auteurs. La police n’avait reçu aucun avertissement au sujet de ces attaques.

Les services de sécurité israéliens ont déclaré qu’ils n’avaient aucune idée de l’identité des personnes impliquées dans ces attentats à la bombe. Des sources ont cependant déclaré que l’opération avait été menée par les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, la branche armée du mouvement Fatah.

Les services de sécurité pensent que les responsables étaient munis de cartes d’identité israéliennes bleues, qui leur auraient permis d’entrer dans Jérusalem-Ouest.

L’homme politique ultranationaliste israélien Itamar Ben-Gvir, l’un des partenaires probables de la coalition de Benjamin Netanyahou, exige une action ferme. Il suggère que les forces de sécurité aillent «de maison en maison à la recherche d’armes» et explique vouloir «restaurer notre pouvoir de dissuasion».

Jusqu’à présent, aucun groupe n’a revendiqué la responsabilité des attaques.

Le porte-parole du Hamas, Abdelatif al-Qanou, affirme que l’organisation «salue les attaques qui constituent une sorte de riposte continue à la prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa, à sa judaïsation et aux tentatives pour la diviser».

«C’est le résultat des crimes de l’occupation et des colons contre notre peuple et Al-Aqsa. Davantage d’opérations héroïques viendront contrer le terrorisme israélien à travers divers moyens et dans différentes régions», ajoute-t-il.

M. Al-Qanou soutient que l’occupation israélienne «récolte désormais le prix de ses crimes et de ses agressions contre notre peuple et la mosquée Al-Aqsa. Nous avons, à plusieurs reprises, mis en garde contre de telles attaques. La colère d’Al-Aqsa va exploser et se répandre dans toutes les régions.»

Tariq Ezzedine, porte-parole du mouvement du Djihad islamique, souligne que l’attaque envoie un message clair aux dirigeants et aux colons israéliens: «Toutes les politiques criminelles de votre gouvernement ne vous protégeront pas des coups de la résistance du peuple palestinien.»

Trente Israéliens auraient été tués par des Palestiniens depuis le début de l’année, tandis que l’armée israélienne a tué cent quarante-huit Palestiniens en Cisjordanie et cinquante-deux dans la bande de Gaza.

Les tensions sont vives dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, qui a connu un déploiement massif de la police après que des hommes armés de la brigade de Jénine se sont emparés du corps d’un jeune Druze de Haïfa décédé mardi soir dans un accident de la route.

Ils ont exigé d’échanger son corps contre ceux de Palestiniens tués par l’armée israélienne et que cette dernière détient toujours.

Tiran Fero, un Druze israélien, a été victime d’un «grave accident de la route» au nord de la Cisjordanie, annonce l'armée israélienne.

Selon un responsable de la sécurité israélienne, un tel échange n’aura pas lieu.

Le Premier ministre israélien, Yaïr Lapid, déclare: «Si le corps de Tiran n’est pas restitué, les ravisseurs paieront un lourd tribut.»

Des sources de l’ONU confirment à Arab News que l’envoyé de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, et l’Autorité palestinienne tentent de désamorcer la situation. Cependant, aucun progrès n’a été constaté dans les efforts pour récupérer le corps de Tiran Fero.

L’ancien ministre israélien Ayoub Kara indique qu’il a engagé des pourparlers avec des responsables des États du Golfe pour faire pression sur l’Autorité palestinienne afin qu'elle restitue rapidement le corps.

Des sources militaires israéliennes disent que l’armée se prépare à la possibilité de prendre d’assaut le camp de Jénine pour récupérer le corps.

Pendant ce temps, le ministère palestinien de la Santé a annoncé la mort d’Ahmed Shehadeh, 16 ans. Mardi soir dernier, une balle tirée par des soldats israéliens lui a transpercé le cœur lors de la prise de Naplouse.

Un grand nombre de forces, accompagnées d’un bulldozer, ont pris d’assaut la zone orientale de Naplouse en prévision d’une visite des colons au tombeau de Joseph. Cela a conduit à de violents affrontements au cours desquels les forces israéliennes ont ouvert le feu et utilisé des grenades assourdissantes ainsi que du gaz lacrymogène contre les manifestants palestiniens. Trois personnes ont été blessées.

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a condamné le meurtre du jeune Shehadeh. Il constitue selon lui le prolongement d’une série d’exécutions extrajudiciaires qui font partie intégrante des intentions israéliennes de prendre des enfants palestiniens pour cible.

Eyal Alima, un analyste militaire israélien, déclare à Arab News que l’attentat de Jérusalem témoigne de l’échec des services de sécurité israéliens à anticiper une telle attaque ou à l’empêcher.

«Je ne pense pas que cela marque le retour des bombardements à grande échelle, comme cela a été le cas lors de la deuxième intifada, parce que l’armée israélienne contrôle le territoire en Cisjordanie et à Jérusalem. Il n’y a pas de structure militaire forte qui permettrait aux organisations palestiniennes de fabriquer des bombes et d’envoyer des bombardiers en Israël.»

Pour Eyal Alima, la situation en Cisjordanie risque de connaître une violence accrue, surtout si l’armée israélienne lance une opération militaire dans le camp de Jénine pour récupérer le corps du jeune druze.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Little Riyadh ouvre ses portes au public

Le célèbre bar à jus et café danois Joe & The Juice a ouvert dans la zone Little Riyadh. (Photo fournie)
Le célèbre bar à jus et café danois Joe & The Juice a ouvert dans la zone Little Riyadh. (Photo fournie)
Short Url
  • Little Riyadh propose aux visiteurs une gamme d’activités, notamment de la musique en direct, des séances de yoga et des ateliers artisanaux
  • La zone est ouverte tous les jours de 7h00 à 1h00

RIYAD: Une nouvelle zone de divertissement a été ajoutée au festival Riyadh Season samedi, avec l’ouverture de Little Riyadh, qui propose aux visiteurs une gamme d’activités, notamment de la musique en direct, des séances de yoga et des ateliers artisanaux.

Située à côté de The Groves dans le quartier diplomatique, la zone Little Riyadh abrite également un certain nombre d’options de restauration, dont Parker’s, qui se décrit comme un «restaurant français avec une touche américaine», ainsi que la première succursale de Riyad du célèbre bar à jus et café danois Joe & The Juice.

La zone Little Riyadh est ouverte tous les jours de 7h00 à 1h00.

La troisième édition du festival Riyadh Season comprend désormais quinze zones de divertissement: Boulevard World, Boulevard Riyadh City, Winter Wonderland, Al-Murabaa, Sky Riyadh, Via Riyadh, Riyadh Zoo, Little Riyadh, The Groves, Imagination Park, Al-Suwaidi Park, Souq al- Zel, Qariat Zaman, Fan Festival et Riyadh Front.

Tout au long de la saison, les différentes zones accueilleront des concerts, des expositions, des feux d’artifice, des représentations théâtrales dont le Cirque du Soleil, des événements sportifs comme la Riyadh Season Cup entre le Paris Saint-Germain et une équipe mixte formée des équipes Al-Hilal et Al-Nassr et les spectacles de la WWE.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Caire critique le rapport du Parlement européen sur les droits de l'homme

Des membres du Parlement égyptien assistent à une session générale au Caire (Photo, AFP/Archives).
Des membres du Parlement égyptien assistent à une session générale au Caire (Photo, AFP/Archives).
Short Url
  • De nombreux députés et hommes politiques égyptiens ont exprimé leur rejet de l'appel du Parlement européen et ont affirmé qu'il s'agissait d'une ingérence flagrante dans les affaires de l'Égypte
  • Tamer Abdel Kader a également affirmé que la déclaration violait la charte de l'ONU, «car elle comportait de nombreux mensonges, faussetés et rumeurs»

LE CAIRE: Les députés et les politiciens égyptiens ont rejeté ce qu'ils appellent l'ingérence «flagrante» du Parlement européen dans les affaires intérieures de l'Égypte.

Dans une déclaration publiée vendredi, le Parlement européen a demandé la libération immédiate et inconditionnelle de dizaines de défenseurs des droits de l'homme, d'avocats, de journalistes, d'activistes, de politiciens et d'influenceurs des médias sociaux actuellement détenus dans les prisons égyptiennes, ainsi que l'annulation du recours excessif à la détention provisoire arbitraire en Égypte.

Le Parlement européen a également appelé les États membres de l'UE à «soutenir l'appel à la création d'un mécanisme international de surveillance et de signalisation des violations flagrantes des droits de l'homme en Égypte au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, ainsi qu'à un réexamen approfondi et complet des relations de l'UE avec l'Égypte à la lumière des progrès très limités enregistrés par ce pays en matière de droits de l'homme».

De nombreux députés et politiciens égyptiens ont exprimé leur rejet de l'appel du Parlement européen et ont affirmé qu'il s'agissait d'une ingérence flagrante dans les affaires de l'Égypte.

Hind Rachad, membre de la Chambre des représentants, a déclaré à Arab News: «Je rejette fermement tous les mensonges et les tentatives d'ingérence dans les affaires de l'État égyptien.»

Son commentaire est intervenu alors que le Parlement égyptien affirmait que la position de l'UE ne reflétait qu'une vision biaisée et subjective de la réalité dans le pays.

Tamer Abdel Kader, également membre de la Chambre des représentants, a déclaré à Arab News que la déclaration du Parlement européen sur les droits de l'homme en Égypte constitue une «ingérence flagrante» dans les affaires d'«un pays qui jouit de tous les droits souverains».

Il a également affirmé que la déclaration violait la charte de l'ONU, «car elle comportait de nombreux mensonges, faussetés et rumeurs».

Abdel Kader a ajouté: «Cette vieille école a vu ses politiques exposées plus d'une fois et tout le monde sait quelles sont les intentions des rédacteurs de ces politiques à l'égard de l'État égyptien, qui a récemment lancé la stratégie nationale pour les droits de l'homme et établi des cadres pour sa mise en œuvre devant tout le monde.»

«Parmi les inexactitudes de la déclaration figure l'affirmation selon laquelle l'Égypte exécute des enfants, sachant que les lois égyptiennes criminalisent le jugement ou l'exécution d'enfants. Les lois égyptiennes stipulent qu'ils doivent être placés dans des foyers de soins pour leur réhabilitation et leur intégration dans la société.»

L'expert politique Hazem El-Gendy, chef adjoint du parti égyptien Wafd, a déclaré à Arab News que la décision du Parlement européen confirmait sans aucun doute «qu'il existe un état d'hostilité et d'embuscade adopté par certaines institutions internationales contre l'Égypte» et que celles-ci ne sont «pas suffisamment au courant de l'évolution de la situation en Égypte».

El-Gendy a indiqué: «Les résolutions disent que l'Égypte vit sous l'état d'urgence depuis 2017, malgré l'annonce du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, de l'annuler en octobre 2021. La déclaration de l'état d'urgence est intervenue à la lumière de la guerre menée par l'État et les groupes terroristes dans le Sinaï.»

Mahmoud Bassiouni, membre du Conseil national des droits de l'homme, a également affirmé à Arab News que la déclaration du Parlement européen constitue une ingérence dans les affaires intérieures de l'Égypte et ignore les efforts de l'État égyptien menés afin d’améliorer les droits de l'homme.

Il a soutenu que la déclaration controversée reposait sur une seule source d'information.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Mystère et magie lors du premier festival consacré à l'histoire Antique de l'Arabie saoudite

Ce festival unique en son genre était entièrement axé sur les sites, qui étaient un carrefour culturel durant l'Antiquité, ainsi que des zones d'influence et de richesse (Photo, AN par Huda Bashatah).
Ce festival unique en son genre était entièrement axé sur les sites, qui étaient un carrefour culturel durant l'Antiquité, ainsi que des zones d'influence et de richesse (Photo, AN par Huda Bashatah).
Short Url
  • Le festival a redonné vie à des paysages anciens
  • «AlUla, Khaybar et Tayma ont beaucoup de récits historiques et beaucoup d'informations que nous devons montrer au monde», a soutenu Alanzi

KHAYBAR: Le passé, le présent et l'avenir se sont rejoints lors de la clôture du premier festival des anciens royaumes, avec une série d'événements dramatiques mettant en valeur trois oasis historiques du nord-ouest — AlUla, Khaybar et Tayma — pour un public moderne.

Le festival, lancé le 11 novembre, est le premier en son genre à se concentrer entièrement sur ces sites, qui étaient au carrefour de la culture dans l'Antiquité, mais aussi sur des centres d'influence et de richesse.

En mettant l'accent sur une série d'événements, notamment des spectacles culturels, des ateliers et des visites touristiques, le festival a donné un nouveau souffle à ces paysages anciens et de nombreuses activités devraient se poursuivre après la clôture du festival.

Un spectacle incroyable a illuminé le ciel nocturne alors que 1 450 drones formaient des formes pendant qu'un orchestre jouait la musique du compositeur britannique Matt Faddy. Le spectacle se poursuivra jusqu'au 15 décembre 2023.