Les fissures entre les BRICS commencent-elles à apparaître?

Les cinq membres représentent désormais plus de 30% du PIB mondial (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 15 novembre 2020

Les fissures entre les BRICS commencent-elles à apparaître?

  • Sur le plan politique, il y a eu cette année une montée des tensions entre la Chine et l’Inde, avec des incidents frontaliers au Ladakh
  • L’objectif initial était de bénéficier d’avantages économiques. Mais, même sur ce plan, il existe des divergences marquées qui se sont accentuées avec la pandémie de Covid-19

Le président russe Vladimir Poutine effectue les derniers préparatifs pour accueillir mardi le sommet des BRICS 2020 (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Alors que le bloc se projette de plus en plus comme un forum unifié des principaux marchés émergents, les différences entre les cinq membres sont parfois tout aussi frappantes.

Sur le plan politique, par exemple, il y a eu cette année une montée des tensions entre la Chine et l’Inde. Les tensions frontalières au Ladakh se sont aggravées et au moins 20 militaires indiens ont été tués en juin dernier lors d’affrontements avec les soldats chinois. Les pertes dans les rangs de ces derniers sont inconnues.

Les ministres indiens ont eu des réunions en face à face avec leurs homologues chinois au sujet de l’impasse à la frontière. Cependant, il semble y avoir peu de perspective d’une percée imminente, les deux côtés se creusant avec l’arrivée de l’hiver.

L’objectif initial de la formation du club était de bénéficier d’avantages économiques. Mais, même sur ce plan, il existe des divergences marquées qui se sont accentuées avec la pandémie de Covid-19. La Chine pourrait être la seule économie des BRICS à croître cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI prévoit que, malgré ses propres problèmes de coronavirus en début d’année à Wuhan, la deuxième économie mondiale terminera l’année 1,9% plus haut, après s’être remise d’une contraction de 6,8% au premier trimestre. À comparer à la contraction de 10,3% prévue dans l’ensemble en Inde, 8% en Afrique du Sud, 5,8% au Brésil et 4,2% en Russie.

Si ces données sont frappantes, la Chine est en fait une valeur aberrante du groupe depuis un certain temps, grâce à une surperformance économique soutenue. Le produit intérieur brut réel du pays a augmenté de 979,9% depuis 2001, contre 480,8% pour l’Inde en deuxième place et 188,9% pour le pays à la traîne du groupe, l’Afrique du Sud.

Ces données montrent non seulement le succès relatif de la Chine, mais signifient également qu’il y a une incertitude croissante quant à savoir si le bloc remplira la prédiction de l’économiste Lord Jim O’Neill – qui a inventé le concept de BRICS – qu’il dépassera la production économique collective du G7 dans un peu plus d’une décennie.

Que le club BRICS dépasse ou non le G7 dans le délai proposé par O’Neill, il ne fait aucun doute que sa croissance a un effet mondial majeur. Ses cinq membres représentent désormais plus de 30% du PIB mondial, sur la base de la parité d’achat, une augmentation de plus de 10% par rapport à il y a deux décennies.

En outre, les études de la Banque mondiale montrent que, pour la première fois en deux siècles, l’inégalité globale des revenus dans le monde – l’une des mesures, mais pas la seule, des inégalités économiques – semble être en déclin.

 

Alors que le bloc se projette de plus en plus comme un forum unifié des principaux marchés émergents, les différences entre les cinq membres sont parfois tout aussi frappantes.

Andrew Hammond

 

On le doit notamment aux membres du BRICS, en particulier à la croissance économique collective et aux très grandes populations de Chine et d’Inde. Un grand nombre de personnes dans les deux pays ont été sorties de la pauvreté, ce qui favorise cette plus grande égalité globale des revenus.

En même temps, il existe cependant une force opposée : l’inégalité croissante des revenus dans de nombreux autres pays. Qui prend depuis récemment une importance politique croissante car elle contribue à alimenter le populisme.

Ces contre-pressions, comme les plaques tectoniques, se poussent les unes contre les autres. Alors que la tendance mondiale nette au cours des deux cents dernières années a été vers une plus grande inégalité globale des revenus, il y a de plus en plus de signes depuis deux dernières décennies que «l’effet positif» de l’égalité croissante des revenus entre les pays, stimulé par les principaux membres du BRICS, est en train de se substituer à «l’effet négatif» de l’augmentation des inégalités au sein des nations.

Aussi monumentale qu’elle puisse être, l’image n’est pas encore nette. Ce qui est certain, c’est que, dans l’ensemble, le sort des pays du Sud s’est considérablement amélioré, comme en témoignent les membres clés des BRICS au cours de la dernière génération. C’est en partie pourquoi les cinq pays continuent de valoriser leur appartenance au club, malgré les différences entre elles.

Après la pandémie, on ne sait pas si les BRICS et le développement plus large du Sud auront suffisamment d’énergie pour continuer à avancer vers un ordre mondial plus équitable, et ce sera l’un des points à l’ordre du jour du sommet de mardi.

La réponse dépendra en grande partie de la double question de savoir si les marchés émergents continuent généralement de croître vigoureusement et si la tendance à l’augmentation des inégalités de revenus au sein des pays se maintient.

Sur le premier point, le centre de gravité de l’économie mondiale continuera très probablement à se déplacer vers le Sud et, dans un avenir prévisible, de nombreux marchés émergents clés resteront probablement robustes.

Cependant, la vague remarquable de croissance des marchés émergents observée au cours de la dernière génération pourrait maintenant ralentir, et la transformation mondiale qu’elle a engendrée ces dernières années pourrait ne pas se répéter.

En ce qui concerne la deuxième question, il n’est pas définitif que l’inégalité des revenus à l’intérieur des pays, apparemment toujours croissante, se poursuivra, en particulier s’il existe une volonté politique de s’y attaquer. Cependant, le débat sur les réformes à long terme qui devraient être entreprises pour s’attaquer à ce problème est contesté par les parties gauche et droite du spectre politique dans une grande partie du monde.

Ainsi, alors que la pertinence des BRICS en tant que club politique et économique cohérent est de plus en plus remise en question, elle a contribué à conduire ce qui pourrait être la première période de mouvement soutenu vers une plus grande égalité mondiale des revenus depuis deux siècles.

Cependant, ce processus fragile pourrait encore s’inverser dans l’ère post-pandémie, surtout si la croissance en Chine et en Inde s’aplatit considérablement dans la décennie à venir.

 

Andrew Hammond est un associé LSE IDEAS à la London School of Economics.

NDLR: Les opinions exprimées par les rédacteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com