Le dirigeant du Yémen en Jordanie pour demander des sanctions contre les Houthis

Le gouvernement internationalement reconnu du Yémen a intensifié ses pressions diplomatiques pour obtenir un soutien international (Agence de presse jordanienne).
Le gouvernement internationalement reconnu du Yémen a intensifié ses pressions diplomatiques pour obtenir un soutien international (Agence de presse jordanienne).
Short Url
Publié le Mardi 29 novembre 2022

Le dirigeant du Yémen en Jordanie pour demander des sanctions contre les Houthis

  • Le ministre yéménite des Affaires étrangères exhorte la communauté internationale à soutenir les efforts du gouvernement pour sanctionner la milice
  • Malgré la pression du gouvernement, les Houthis continuent de lancer dans tout le pays des attaques sur des sites contrôlés par l'État

AL-MUKALLA: Rashad al-Alimi, président du Conseil présidentiel du Yémen, est arrivé lundi à Amman pour appeler à des sanctions internationales contre les Houthis pour leurs attaques répétées sur les zones contrôlées par le gouvernement et sur l'infrastructure pétrolière du pays.
L'agence de presse officielle yéménite a rapporté qu'Al-Alimi, qui était accompagné de deux membres du conseil, rencontrera le roi Abdallah II ainsi que d'autres responsables jordaniens pour discuter de la guerre au Yémen et faire pression pour obtenir un soutien international de façon à contrer les menaces des Houthis contre le trafic maritime international au large des côtes du pays.
Le gouvernement internationalement reconnu du Yémen a intensifié ses pressions diplomatiques pour obtenir un soutien international visant à qualifier la milice houthie de groupe terroriste et persuader le monde de les condamner publiquement pour avoir ciblé des terminaux pétroliers dans le sud du Yémen au cours des deux derniers mois.
La visite d'Al-Alimi en Jordanie a eu lieu un jour après que le Conseil présidentiel a approuvé, après trois jours de délibérations, un certain nombre de mesures en réponse aux attaques de drones houthis contre les installations pétrolières. Ces mesures comprennent l'inscription sur la liste noire des dirigeants et organisations houthis, et le fait de sanctionner les commerçants qui traitent avec eux ou les soutiennent, dans le but de cibler les ressources financières de la milice.
Le conseil a également ordonné la relance des agences gouvernementales concernées par les mesures de lutte contre le terrorisme et la défense des infrastructures de l'État contre les menaces des Houthis.
Le ministre yéménite des Affaires étrangères, Ahmed Awadh ben Mubarak, a exhorté la communauté internationale à soutenir les efforts du Yémen pour sanctionner les Houthis. Il a déclaré à l'ambassadeur américain dans le pays, Steven H. Fagin, que la désignation des Houthis comme terroristes contribuerait à freiner leurs attaques meurtrières et les pousserait à cesser de bloquer les efforts de paix visant à mettre fin à la guerre.
Malgré la pression du gouvernement, les Houthis continuent de lancer dans tout le pays des attaques sur des sites contrôlés par l'État, occasionnant des victimes et des dégâts matériels.
Selon les médias locaux ce lundi, de violents combats ont éclaté entre les soldats gouvernementaux et les Houthis dans la province de Lahj située au sud, au cours des dernières vingt-quatre heures, tandis que les Houthis lançaient une nouvelle offensive dans le district d'Al-Qabbabeh. Plusieurs soldats gouvernementaux et un migrant africain auraient été tués ou blessés dans les combats.
Les Houthis ont également lancé un tir de barrage de roquettes Katioushas sur un village à l'ouest du district de Hays dans la province ouest de Hodeidah, ont rapporté les médias locaux. Il n'y a pas eu de victimes. Les Forces conjointes du gouvernement dans la région ont réagi en ciblant les Houthis responsables de ces lancements.
À Sanaa dimanche, les Houthis ont organisé des cortèges funèbres pour neuf militaires de divers grades qui avaient été tués lors de batailles contre les troupes gouvernementales.
Par ailleurs, au moins dix soldats ont été blessés lundi dans la province d'Abyan au sud, au cours d'une patrouille, lorsque leur véhicule a déclenché une bombe en bordure de route dans la vallée d'Omaran, a déclaré à Arab News un responsable militaire local. Des engins similaires ont tué trois soldats et en ont blessé quinze dans la vallée et les zones voisines depuis le début de la semaine dernière, a indiqué cette source.
En septembre, les forces yéménites pro-indépendance ont déclaré avoir pris le contrôle total de la vallée d'Omaran, qui a longtemps été utilisée par les militants d'Al-Qaïda comme base pour se cacher, s'entraîner et planifier des attaques.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Trois morts dans l'incendie d'un hôpital du Caire

Les pompiers égyptiens éteignent un incendie qui s'est déclaré à l'hôpital caritatif al-Noor al-Mohammadi  au Caire, le 1er février 2023. (Photo, AFP)
Les pompiers égyptiens éteignent un incendie qui s'est déclaré à l'hôpital caritatif al-Noor al-Mohammadi au Caire, le 1er février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Le feu est parti du département de radiologie d'un hôpital d'une organisation caritative dans le quartier de Matariya», dans le nord de la capitale, a précisé le porte-parole du ministère, Hossam Abdelghaffar
  • Dans la mégalopole tentaculaire du Caire, où des millions de personnes vivent dans des quartiers informels, des incendies accidentels font régulièrement des victimes

LE CAIRE: Trois personnes ont été tuées et 32 blessées dans un incendie qui s'est déclaré mercredi dans un hôpital d'un quartier populaire du Caire, a indiqué le ministère égyptien de la Santé.

"Le feu est parti du département de radiologie d'un hôpital d'une organisation caritative dans le quartier de Matariya", dans le nord de la capitale, a précisé le porte-parole du ministère, Hossam Abdelghaffar, cité par les médias d'Etat.

Le ministère ne précise pas les raisons exactes du départ de feu.

Dans la mégalopole tentaculaire du Caire, où des millions de personnes vivent dans des quartiers informels, des incendies accidentels font régulièrement des victimes.

Ces départs de feux, notamment provoqués par des court-circuits, ne sont pas rares en Egypte, pays de plus de 104 millions d'habitants aux infrastructures publiques souvent déliquescentes.

L'un des plus meurtriers ces dernières années avait tué 41 fidèles coptes en pleine messe l'été dernier. Le 14 août, un climatiseur avait pris feu, remplissant de fumée l'étroit immeuble où une petite église de quartier avait été installée.

Bloqués dans les escaliers étroits d'un bâtiment sans aucune mesure de sécurité, des dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants ont suffoqué alors que les secours tardaient, peinant à circuler dans les ruelles étroites.


Nouvelle panne de navire sur le canal de Suez, le trafic reste normal

Un remorqueur tire le transporteur de matières en vrac pavillon des îles Marshall M/V Glory dans le canal de Suez. (Fichier, AFP)
Un remorqueur tire le transporteur de matières en vrac pavillon des îles Marshall M/V Glory dans le canal de Suez. (Fichier, AFP)
Short Url
  • «Une avarie de moteur a provoqué une panne sur ce bateau alors qu'il remontait le canal de Suez», a expliqué, sous couvert de l'anonymat, ce responsable de l'Autorité du canal de Suez (SCA)
  • Le scénario d'un arrêt du trafic sur le canal est redouté par les marchés mondiaux qui n'ont pas oublié le blocage ultra-médiatisé d'un porte-conteneurs géant, l'Ever Given, pendant plusieurs jours en 2021

ISMAÏLIA: Un nouveau navire a eu mercredi une panne dans le canal de Suez, selon une source au sein de l'autorité égyptienne de ce passage, sans toutefois perturber le trafic sur cette voie stratégique reliant Europe et Asie, où transite 10% du commerce maritime mondial. 

"Une avarie de moteur a provoqué une panne sur ce bateau alors qu'il remontait le canal de Suez", a expliqué, sous couvert de l'anonymat, ce responsable de l'Autorité du canal de Suez (SCA). "Le trafic n'a pas été perturbé et une opération est en cours pour secourir ce navire", a-t-il poursuivi. 

Début janvier déjà, un vraquier transportant du maïs ukrainien s'était brièvement échoué dans le canal de Suez avant d'être remis à flot sans perturber le trafic. 

Le scénario d'un arrêt du trafic sur le canal est redouté par les marchés mondiaux qui n'ont pas oublié le blocage ultra-médiatisé d'un porte-conteneurs géant, l'Ever Given, pendant plusieurs jours en 2021. 

L'opération de sauvetage avait duré six jours et coûté la vie à un agent de la SCA. L'Egypte avait perdu entre 12 et 15 millions de dollars par jour de fermeture alors que les assureurs estimaient à des milliards de dollars par jour les pertes pour le commerce maritime mondial. 

L'immense ouvrage inauguré en 1869 puis agrandi et modernisé à plusieurs reprises, qui relie la mer Rouge et la Méditerranée, est un joyau pour l'Etat égyptien, l'un des cinq au monde désormais en danger de ne pas pouvoir payer sa dette extérieure. Le canal de Suez lui a rapporté en 2022 un bénéfice record de 7,5 milliards d'euros. 

Avec une inflation à 22% officiellement - mais en réalité de plus de 100% selon les experts de l'hyperinflation - l'Egypte est lancée dans la chasse au dollar: le FMI a accepté de lui prêter trois milliards de dollars sur quatre ans, loin des 42 que le pays doit rembourser pour sa dette en 2022-2023. 


Une roquette tirée depuis Gaza interceptée par Israël

Les sirènes ont retenti dans le sud d'Israël et un missile a été intercepté en provenance de Gaza alors que les tensions montaient entre les Palestiniens et le nouveau gouvernement ultra-nationaliste du pays. (Fichier, Reuters)
Les sirènes ont retenti dans le sud d'Israël et un missile a été intercepté en provenance de Gaza alors que les tensions montaient entre les Palestiniens et le nouveau gouvernement ultra-nationaliste du pays. (Fichier, Reuters)
Short Url
  • L'armée israélienne avait auparavant rapporté que des sirènes d'alerte avaient retenti dans la ville israélienne de Sderot (sud) et dans le secteur autour de Gaza
  • En Cisjordanie, des gardes israéliens ont tué dimanche un Palestinien et les forces israéliennes ont tué lundi un Palestinien

JÉRUSALEM: Une roquette tirée depuis le territoire palestinien de Gaza a été interceptée mercredi par le système de défense antiaérien israélien, au lendemain de la visite du secrétaire d'Etat américain Antony Blinken qui a exhorté Israéliens et Palestiniens à éviter une nouvelle escalade. 

L'armée israélienne avait auparavant rapporté que des sirènes d'alerte avaient retenti dans la ville israélienne de Sderot (sud) et dans le secteur autour de Gaza. 

"Une roquette a été tirée depuis la bande de Gaza. La roquette a été interceptée par le système de défense aérien de l'armée", indique un communiqué militaire. 

Le tir n'a pas été revendiqué dans l'immédiat par les groupes armés dans la bande de Gaza, territoire de 2,3 millions d'habitants sous blocus israélien depuis 2007. 

"Je demande une réunion urgente du cabinet (de sécurité) ce soir pour examiner les manières de répondre au tir de roquette de Gaza", a réagi dans un communiqué le ministre de la Sécurité nationale et figure de l'extrême droite en Israël, Itamar Ben Gvir. 

Vendredi, l'armée israélienne avait mené des frappes contre des infrastructures du mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza, après des tirs de roquettes vers le territoire israélien. 

Il n'y avait pas eu de victime. 

Ces échanges de tirs faisaient suite au raid israélien le plus meurtrier depuis des années en Cisjordanie survenu jeudi. Dix personnes, des combattants et des civils, ont péri dans cette opération dans le camp de réfugiés de Jénine (nord de la Cisjordanie). 

Dans la foulée, sept personnes sont mortes vendredi dans une attaque palestinienne à Jérusalem-Est, secteur occupé et annexé par Israël. Et samedi un Palestinien a blessé deux Israéliens, un père et son fils, également à Jérusalem-Est, avant d'être blessé et arrêté. 

En Cisjordanie, des gardes israéliens ont tué dimanche un Palestinien et les forces israéliennes ont tué lundi un Palestinien. 

« Faire baisser la température » 

"Toutes les parties doivent prendre des mesures pour empêcher une nouvelle escalade de la violence et rétablir le calme", a déclaré Antony Blinken mardi à la fin de sa tournée moyen-orientale durant laquelle il a rencontré des responsables israéliens, palestiniens et égyptiens. 

Il a annoncé que des membres de son équipe allaient rester dans la région pour continuer les discussions, en vue de prendre des "mesures concrètes", "pour faire baisser la température, favoriser une plus grande coopération et renforcer la sécurité". 

L'escalade des dernières jours est intervenue après l'année la plus meurtrière depuis 2005 en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël, d'après l'ONU. 

En 2022, les violences ont fait 235 morts, à près de 90% palestiniens, selon un décompte de l'AFP établi à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes. 

En août 2021, 49 Palestiniens ont été tués en trois jours à Gaza lors d'une escalade entre le groupe armé Jihad islamique et Israël. 

A Gaza, le mouvement Hamas a jugé que la visite de M. Blinken reflétait un "soutien absolu" à "l'occupation" israélienne.