Le conflit au Yémen ne peut être résolu par la violence, déclare l’envoyé de l’ONU à Arab News

Des personnes achètent des produits frais sur un marché en plein air à Taïz, la troisième plus grande ville du Yémen, le 4 octobre 2022 (Photo, AFP).
Des personnes achètent des produits frais sur un marché en plein air à Taïz, la troisième plus grande ville du Yémen, le 4 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 24 novembre 2022

Le conflit au Yémen ne peut être résolu par la violence, déclare l’envoyé de l’ONU à Arab News

  • Hans Grundberg: Les récents pourparlers entre l’Arabie saoudite et les Houthis sont les bienvenus
  • Depuis l’expiration de la trêve, les Houthis ont lancé de nombreuses attaques de drone visant des ports yéménites

NEW YORK: L’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen a déclaré mardi à Arab News que toute tentative de résoudre le conflit dans le pays par la violence était «inutile» et qu’un règlement à long terme ne pouvait être obtenu que par des négociations directes.
Hans Grundberg commentait les nombreuses attaques de drone menées par la milice houthie au cours des deux derniers mois, visant des ports du gouvernement yéménite, dont une qui a touché un pétrolier grec près du terminal pétrolier d’Al-Dubba, dans le gouvernorat d’Hadramaout.
Les Houthis ont affirmé avoir lancé cette attaque pour mettre en garde le gouvernement yéménite contre l’utilisation du terminal pour l’exportation de pétrole. Le Conseil de sécurité a ensuite condamné ces attaques. Des attaques de drone similaires ont ensuite visé le terminal pétrolier de Rudum, puis le port de Qena, dans le sud du gouvernorat de Chabwa. Ces attaques ont entraîné une nouvelle condamnation du Conseil de sécurité, qui a appelé le groupe à renouveler la trêve qu’il avait abandonnée.
Grundberg, qui avait également condamné ces attaques, considère que l’escalade des Houthis «fait partie des éléments d’ensemble du conflit».
«Ce que je veux dire, c’est que ce conflit doit être réglé par des négociations. C’est pourquoi toute tentative de résoudre le conflit par des échanges violents, quelle que soit la manière dont ces échanges se déroulent, est inutile, d’autant plus que nous avons assisté à un conflit qui dure depuis sept à huit ans», a-t-il expliqué à Arab News.
«Plus de violence n’aboutira pas à un règlement à long terme. Cela ne peut se faire que par des négociations, et c’est ce que nous préconisons et espérons obtenir à un moment donné.»
Les commentaires de Grundberg faisaient suite à une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU consacrée au Yémen, au cours de laquelle il a informé les États membres des derniers développements dans ce pays en guerre.
Il a prévenu les membres du Conseil que les attaques des Houthis menées ces dernières semaines, qui privent le gouvernement yéménite de sa principale source de recettes provenant de l’exportation de pétrole, «ont des répercussions économiques importantes».
«Les attaques contre les infrastructures pétrolières et les menaces contre les compagnies pétrolières portent atteinte au bien-être de l’ensemble du peuple yéménite, risquent de déclencher une spirale d’escalades militaire et économique, et sont interdites par le droit humanitaire international», a-t-il ajouté.
Grundberg a par ailleurs souligné que ce qu’il considère comme «une recrudescence inquiétante» des incidents à Marib et Taïz, y compris des pertes civiles, montre à quel point la situation reste fragile.
Il a de nouveau appelé les parties à «parvenir d’urgence à un accord pour renouveler la trêve» et, entre-temps, à «faire preuve d’un maximum de retenue pendant cette période critique».
Même si les violences n’ont «heureusement» pas dégénéré en véritable guerre, Grundberg a prévenu que la situation économique et humanitaire allait continuer à se détériorer.
Depuis l’expiration, le 2 octobre, de la trêve de deux mois négociée par l’ONU, l’organisation a intensifié ses efforts pour tenter de la relancer, tout en insistant sur la nécessité d’un règlement global.
Au cours des deux derniers mois, Grundberg s’est rendu à deux reprises à Riyad — où il s’est entretenu avec des représentants du gouvernement yéménite et des autorités saoudiennes — et à Oman, où il a rencontré de hauts responsables omanais et le négociateur en chef des Houthis, Mohammed Abdelsalam. Ces entretiens n’ont toutefois débouché sur aucune avancée.
À l’approche de l’expiration de la trêve, Grundberg avait proposé un projet de prolongation et d’expansion de l’accord, qui prévoyait le paiement des salaires et des pensions des fonctionnaires.
La revendication par les Houthis de l’inclusion de leurs forces militaires et de sécurité dans le paiement des salaires des fonctionnaires a entravé la conclusion de l’accord.
Alors que Grundberg poursuivait sa diplomatie de la navette, des informations concernant des pourparlers directs entre les Houthis et l’Arabie saoudite, dont certains facilités par Oman, ont également été diffusées ces dernières semaines.
Le mois dernier, une délégation houthie s’est rendue dans la ville saoudienne d’Abha, tandis qu’une délégation saoudienne s’est rendue à Sanaa.
La Coalition arabe a précisé que les délégations ont rendu visite aux prisonniers de guerre dans le cadre d’une mesure de confiance visant à prolonger la trêve.
«Tout contact direct entre les parties belligérantes d’un conflit est le bienvenu», a indiqué Grundberg à Arab News. «Il faut encourager les parties à se parler. Évidemment, cela peut se faire de différentes manières. Cependant, ce que nous recherchons ici, c’est une approche qui, au final, nécessite un processus sous les auspices de l’ONU.»
«Ainsi, tous les entretiens qui sont menés pour soutenir mes efforts sont toujours les bienvenus. C’est une chose que je répète notamment aux pays de la région et au Conseil. C’est ce que nous avons en ce moment.»
«Nous avons différents engagements à différents niveaux, à travers différents canaux qui soutiennent les efforts de l’ONU, et c’est quelque chose qui, je pense, est utile.»
Invité à apporter des précisions sur les obstacles qui entravent la mise en œuvre de son plan de «prolongation et d’extension» de la trêve, Grundberg a refusé de révéler les détails des discussions qui se sont déroulées à huis clos, déclarant que si «la politique étrangère doit être élaborée au grand jour parce que la population doit comprendre ce qu’elle représente, les négociations, en revanche, doivent rester confidentielles».
«Je ne vais donc pas aborder en détail les questions relatives à notre position dans ces négociations, car cela nécessite un certain niveau de confiance et de confidentialité afin d’obtenir des résultats.»
Il a toutefois souligné qu’à un niveau plus général, les principaux défis consistent à trouver des moyens de cerner les questions liées aux aspects économiques, tels que le paiement des salaires, mais aussi des questions plus larges «qui ont une implication sur le règlement à long terme du conflit.»
En mettant l’accent sur l’importance d’«élargir» la question, Grundberg a ajouté: «C’est une façon pour moi de rappeler à tous que la trêve en elle-même n’est pas la finalité. Elle ne peut pas être considérée comme une solution à long terme.»
«La solution à long terme consiste à revenir à un processus politique où les parties s’engagent dans un règlement à long terme du conflit.»
«Cela nécessite une approche plus globale. C’est ce que nous recherchons également et ce sur quoi nous nous engageons avec les parties.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: la famille d'un intellectuel assassiné en 2021 réclame une enquête de l'ONU

Les gens se rassemblent pour commémorer l'éminent militant et intellectuel libanais Lokman Slim place de la Sorbonne à Paris, la capitale française, le 11 février 2021 (Photo, AFP).
Les gens se rassemblent pour commémorer l'éminent militant et intellectuel libanais Lokman Slim place de la Sorbonne à Paris, la capitale française, le 11 février 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Des ONG et les familles de victimes de l'explosion du port, qui a fait plus de 215 morts en août 2020, réclament une enquête internationale sur ce drame
  • Lokman Slim avait été assassiné deux semaines après avoir révélé que des quantités de ce nitrate d'ammonium avaient été utilisées par le régime syrien

BEYROUTH: La famille de l'intellectuel libanais Lokman Slim a réclamé vendredi une mission d'enquête de l'ONU pour déterminer si son assassinat il y a deux ans ainsi que deux autres meurtres sont liés à la gigantesque explosion au port de Beyrouth.

Des Rapporteurs spéciaux de l'ONU ont critiqué jeudi "la lenteur des progrès" de l'enquête locale sur le meurtre de Lokman Slim, un militant réputé pour ses positions critiques envers le Hezbollah pro-iranien.

"Nous appelons le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à s'engager à mener une mission d'enquête" sur l'explosion meurtrière au port, a déclaré Monika Borgman, la veuve de Lokman Slim. Elle s'exprimait en présence d'ambassadeurs occidentaux au cours d'une commémoration de l'assassinat de son époux organisée à son domicile de la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah.

Soulignant que "l'enquête locale n'avance pas et est entravée", elle a demandé à ce qu'une enquête de l'ONU engloble l'assassinat le 3 février 2021 de Lokman Slim et deux meurtres qui l'ont précédé, "qui pourraient être liés à l'explosion" ayant ravagé Beyrouth.

Des ONG et les familles de victimes de l'explosion du port, qui a fait plus de 215 morts en août 2020, réclament une enquête internationale sur ce drame, la classe politique tentant d'entraver l'investigation locale par tous les moyens.

Le juge chargé de l'enquête a même été poursuivi pour "insubordination" la semaine dernière en raison de sa détermination à faire toute la lumière sur l'explosion causée par une énorme quantité de nitrate d'ammonium stockée au port depuis 2013.

Lokman Slim avait été assassiné deux semaines après avoir révélé que des quantités de ce nitrate d'ammonium avaient été utilisées par le régime syrien pour larguer des barils explosifs sur les zones rebelles au plus fort de la guerre en Syrie.

Deux mois plus tôt, un officier des douanes à la retraite, Mounir Abou Rjeili, et un photographe indépendant, Joe Bejjani, avaient été assassinés, et des médias libanais avaient suggéré un possible lien avec l'explosion au port de Beyrouth.

L'enquête locale sur l'assassinat de Lokman Slim "n'avance pas pour des raisons politiques", a déclaré sa veuve de nationalité allemande à l'AFP, soulignant que sur "plus de 200 assassinats politiques au Liban depuis l'indépendance", "presque rien n'a été fait".

Lokman Slim, 58 ans, avait été retrouvé mort dans sa voiture, tué par balles, dans le sud du pays. Partisan acharné de la laïcité, issu de la haute bourgeoisie chiite, il était l'une des rares voix dissidentes au sein de sa communauté.

Peu avant son assassinat, il avait répété lors d'entretiens à la télévision que le Hezbollah prenait le Liban en otage pour le compte de l'Iran.


Emoi en Irak après la mort d'une jeune YouTubeuse tuée par son père

Tiba al-Ali (Photo, Twitter).
Tiba al-Ali (Photo, Twitter).
Short Url
  • Tiba al-Ali a été tuée par son père dans la nuit du 31 janvier au 1er février dans la province de Diwaniya
  • Dans des enregistrements de leurs conversations partagés sur les réseaux sociaux, on peut entendre combien son père est ulcéré que Tiba al-Ali vive seule en Turquie

BAGDAD: Le meurtre d'une YouTubeuse irakienne de 22 ans tuée par son père en raison d'un "différend familial" suscitait l'émoi vendredi en Irak, pays largement patriarcal où les féminicides commis au nom de l'"honneur" ne sont pas rares.

Tiba al-Ali a été tuée par son père dans la nuit du 31 janvier au 1er février dans la province de Diwaniya (sud), a indiqué vendredi sur Twitter Saad Maan, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Selon lui, la police avait auparavant tenté une médiation entre la jeune femme et ses proches pour "résoudre de manière définitive le différend familial" les opposant.

Dans des enregistrements de leurs conversations partagés sur les réseaux sociaux, on peut entendre combien son père est ulcéré que Tiba al-Ali vive seule en Turquie. 

Saad Maan a expliqué qu'une unité de police suivant les questions de société était intervenue. Au lendemain d'une première rencontre, "alors que nous devions les revoir, nous avons été surpris par la nouvelle du meurtre par son père, qui a fait des aveux initiaux après s'être livré à la police", a-t-il précisé.

Sollicité par l'AFP, un responsable des services de sécurité de Diwaniya a confirmé que des "différends familiaux" remontant à 2015 étaient à l'origine du drame.

La famille s'était rendue en Turquie en 2017. Mais au moment de rentrer en Irak, Tiba al-Ali avait refusé de se joindre à ses proches. Elle vivait depuis en Turquie, selon ce responsable s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Son meurtre a eu lieu alors qu'elle était en visite en Irak.

Sur son compte YouTube, la jeune femme partageait des vidéos de son quotidien dans lesquelles apparaissait très souvent son fiancé.

Le drame a provoqué un tollé et des militants ont appelé à manifester dimanche devant un tribunal de Bagdad.

Dans une société irakienne largement patriarcale, avocates et militantes luttent pour défendre les droits des femmes souvent piétinés. Elles dénoncent l'inaction des autorités face aux violences domestiques, aux mariages précoces et aux crimes dits d'"honneur".

"Les femmes dans nos sociétés sont les otages de coutumes arriérées en raison de l'absence de lois dissuasives et de mesures gouvernementales qui ne sont pas à la hauteur de l'ampleur des violences domestiques", a déploré sur Twitter l'ancienne députée kurde Ala Talabani.

"Tant que les autorités irakiennes n'auront pas adopté de législation assez solide pour protéger les femmes et les filles des violences sexistes, nous continuerons à être témoins de meurtres aussi épouvantables que celui de Tiba Ali", a réagi vendredi Aya Majzoub, directrice régionale adjointe à Amnesty International.


Tunisie: le président s'en prend aux syndicats «pour détourner l'attention»

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, prononce son discours inaugural devant plusieurs centaines de salariés du secteur des transports, le 30 novembre 2022 à Tunis, et met en garde contre la dégradation de la situation sociale et économique du pays. (AFP)
Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, prononce son discours inaugural devant plusieurs centaines de salariés du secteur des transports, le 30 novembre 2022 à Tunis, et met en garde contre la dégradation de la situation sociale et économique du pays. (AFP)
Short Url
  • «Le président essaye de détourner l'attention de ce qui s'est passé au 2e tour des législatives et de l'échec cuisant de ses choix économiques et sociaux», a dénoncé le chef du syndicat UGTT
  • «L'Etat utilise l'intimidation pour réprimer les opposants», a accusé M. Taboubi

TUNIS: Le président Kais Saied s'en prend aux syndicats pour "détourner l'attention" après la forte abstention aux législatives et "l'échec" de sa politique économique et sociale, a dénoncé vendredi le chef du syndicat UGTT après l'arrestation d'un responsable de cette influente centrale.

"Le message est clair que l'UGTT est visée", a déclaré Noureddine Taboubi au début d'une réunion du syndicat portant entre autres sur l'interpellation mardi du responsable UGTT pour la branche autoroutes, Anis Kaabi.

"Le président essaye de détourner l'attention de ce qui s'est passé au 2e tour des législatives et de l'échec cuisant de ses choix économiques et sociaux", a dénoncé le chef de ce syndicat, fort de près d'un million d'adhérents. "L'Etat utilise l'intimidation pour réprimer les opposants", a accusé M. Taboubi.

Les législatives ont été marquées dimanche - comme au premier tour mi-décembre - par une abstention record de quasi 90%, analysée par l'opposition comme un rejet des réformes lancées par le président Saied après son coup de force du 25 juillet 2021.

M. Saied concentre tous les pouvoirs depuis 18 mois et a révisé la Constitution pour réduire les prérogatives du Parlement et revenir à un système ultra-présidentialiste similaire à celui d'avant la Révolution de 2011 et la chute du dictateur Ben Ali.

Outre les divisions politiques que ce processus a provoquées, le pays a vu son économie se détériorer avec une forte inflation (plus de 10%), une augmentation de la pauvreté et un creusement de la dette.

Suite à un débrayage de deux jours sur les péages autoroutiers, M. Kaabi a été interpellé mardi, juste après un discours du président Saied dénonçant une instrumentalisation du droit de grève "à des fins politiques".

Le syndicaliste a été placé en détention provisoire jeudi dans l'attente d'un procès fixé au 23 février. Il est poursuivi pour "exploitation de sa qualité de fonctionnaire en vue de porter préjudice à l'administration". La société publique Tunisie Autoroutes a déposé deux plaintes à son encontre pour les pertes financières provoquées par la grève.

Soulignant que cette grève était parfaitement "légale", l'UGTT a demandé sa "libération immédiate" et fustigé une "violation des droits syndicaux et des conventions internationales" signées par la Tunisie.

L'UGTT a reçu des messages de solidarité de la CGT en France et de la fédération IndustriALL Global Union, présente dans 140 pays et basée à Genève.