Iran: le procureur promet des résultats rapides sur le port obligatoire du voile

Cette capture d'image d'une vidéo UGC publiée le 25 novembre 2022 montrerait des femmes marchant avec des pancartes anti-régime dans la ville de Zahedan, dans la province iranienne du Sistan-Baloutchistan. (UGC/AFP)
Cette capture d'image d'une vidéo UGC publiée le 25 novembre 2022 montrerait des femmes marchant avec des pancartes anti-régime dans la ville de Zahedan, dans la province iranienne du Sistan-Baloutchistan. (UGC/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 03 décembre 2022

Iran: le procureur promet des résultats rapides sur le port obligatoire du voile

Cette capture d'image d'une vidéo UGC publiée le 25 novembre 2022 montrerait des femmes marchant avec des pancartes anti-régime dans la ville de Zahedan, dans la province iranienne du Sistan-Baloutchistan. (UGC/AFP)
  • Les Iraniennes ont été le fer de lance des manifestations, criant des slogans antigouvernementaux, enlevant et brûlant leur foulard
  • Lundi dernier, le général Amirali Hajizadeh, du corps des Gardiens de la Révolution, a fait état de plus de 300 morts

TÉHÉRAN: Le Parlement et l'Autorité judiciaire iraniens travaillent sur la question du port obligatoire du voile pour les femmes, a annoncé le procureur général en promettant des résultats rapides, sans préciser dans quel sens cette loi pourrait être modifiée. 

L'Iran connaît des troubles depuis la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée le 16 septembre après son arrestation par la police des moeurs pour avoir enfreint le code vestimentaire de la République islamique, imposant aux femmes de porter le voile en public. 

Depuis, les Iraniennes ont été le fer de lance des manifestations, criant des slogans antigouvernementaux, enlevant et brûlant leur foulard. 

Le Conseil suprême de la sécurité nationale a déclaré samedi que "plus de 200 personnes" avaient été tuées en deux mois et demi de protestations. Ce nombre comprend, selon l'agence officielle Irna, "les morts civils et des forces de sécurité, les victimes de heurts entre groupes opposés, les émeutiers et les groupes contre-révolutionnaires et séparatistes" 

Lundi dernier, le général Amirali Hajizadeh, du corps des Gardiens de la Révolution, a fait état de plus de 300 morts. 

Le Conseil estime en outre que le montant des dommages s'élève à "des milliers de milliards de rials" (1 dollar équivaut à 360 000 rials). 

"Le Parlement et le pouvoir judiciaire travaillent" sur cette question, a déclaré le procureur général Mohammad Jafar Montazeri, cité vendredi par l'agence de presse Isna. Il n'a pas précisé ce qui pouvait être modifié dans la loi, d'autant que le président ultra-conservateur Ebrahim Raïssi a déjà imposé de nouvelles restrictions vestimentaires. 

Le voile est devenu obligatoire en Iran en 1983, quatre ans après la révolution islamique de 1979. La police des moeurs, connue sous le nom de Gasht-e Ershad (patrouilles d'orientation), a été créée sous le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, pour "répandre la culture de la décence et du hijab". 

Le procureur général a annoncé une date prochaine pour les résultats de l'examen sur le port obligatoire du hijab. "Par exemple, nous avons eu une réunion avec la Commission culturelle du Parlement mercredi et nous verrons les résultats dans une semaine ou deux", a-t-il dit dans un discours prononcé à Qom, au sud de Téhéran. 

Cet ultraconservateur a demandé aux "familles des martyrs" et aux "Hawzah" (séminaires d'étude des valeurs islamiques chiites), d'exiger une action des organes exécutifs dans la lutte contre la désobéissance au port du voile. 

Pour sa part, le président Raïssi a déclaré samedi à Téhéran lors d'une conférence: "Notre constitution a des valeurs et des principes solides et immuables (...) Mais il existe des méthodes de mise en œuvre de la constitution qui peuvent être infléchies". 

Depuis la mort de Mahsa Amini et les manifestations qui ont suivi, un nombre grandissant de femmes se découvre la tête, notamment dans le nord huppé de Téhéran. 


L'ONU s'alarme du trafic de faux médicaments dans des pays du Sahel

Les traitements non efficaces liés à ce trafic de produits médicaux réduisent la confiance dans le système de santé (Photo, AFP).
Les traitements non efficaces liés à ce trafic de produits médicaux réduisent la confiance dans le système de santé (Photo, AFP).
Short Url
  • Ceux qui entretiennent ce commerce vont des employés de firmes pharmaceutiques aux vendeurs de rue
  • Les médicaments décriés sont soustraits de la chaîne d'approvisionnement à partir de l'Europe

DAKAR: Jusqu'à 50% des médicaments dans des pays du Sahel sont de qualité inférieure à la norme ou falsifiés, s'alarme l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans un rapport publié mardi sur le trafic des produits médicaux.

Ce rapport de l'ONUDC met l'accent cinq pays de cette région d'Afrique: Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad, des pays pauvres confrontés en outre à des violences multiformes dont celles jihadistes.

Les médicaments décriés sont soustraits de la chaîne d'approvisionnement à partir de l'Europe et dans une moindre mesure de la Chine et d'Inde. Ils passent souvent à travers les ports de mer de Guinée, du Ghana, du Bénin et du Nigeria avant d'être acheminés au Sahel.

"Même s'il n'y a pas de données fiables sur toutes les quantités objet de trafic suivant des formes et des voies variées dans les pays du Sahel, les études indiquent" un pourcentage de "médicaments de qualité inférieure ou falsifiés sur le marché allant de 19 à 50%", selon le rapport de l'ONDUC.

Au Sahel et dans les pays voisins, "la forte prévalence des maladies infectieuses comme le paludisme et les défis en termes de disponibilité et d'accès aux soins de santé créent un environnement dans lequel la demande en produits et services médicaux n'est pas pleinement satisfaite à travers des circuits formels".

"Une fois qu'un produit (légitime) est dévié de la chaîne d'approvisionnement, il y a très peu (de suivi) sur comment il doit être utilisé, affirme François Patuel, chef de l'unité de la recherche et de la sensibilisation de l'ONUDC.

"Si vous voulez vous procurer un antibiotique sur le marché, vous pouvez l'avoir. Est-ce ou non le bon devant être utilisé ? Il doit être contrôlé", dit-il. Ces manques contribuent selon lui aux résistances microbiennes et antipaludéennes.

Ceux qui entretiennent ce commerce vont des employés de firmes pharmaceutiques aux vendeurs de rue en passent par les agents de sécurité. Les groupes armés sont moins impliqués dans ce trafic.

"Malgré l'implication souvent annoncée des groupes terroristes et des groupes armés non étatiques dans le trafic de médicaments au Sahel, de nombreux cas répertoriés montrent qu'elle est limitée et tourne autour de la consommation de ces produits médicaux et des taxes prélevées sur (ces produits) dans les zones sous leur contrôle" où ils passent, dit le rapport.

Les traitements non efficaces liés à ce trafic de produits médicaux réduisent la confiance dans le système de santé et le gouvernement, dit le document.


Abus sexuels au sein de l'OMS: une cinquantaine de pays exigent des poursuites contre les coupables

L'OMS affirme avoir une tolérance zéro pour toute forme d'inconduite de la part de l'un de ses effectifs (Photo, AFP).
L'OMS affirme avoir une tolérance zéro pour toute forme d'inconduite de la part de l'un de ses effectifs (Photo, AFP).
Short Url
  • L'OMS a été sommée d'agir après la révélation, en 2020, d'abus sexuels généralisés commis par des travailleurs humanitaires
  • L'ambassadeur britannique Simon Manley a prononcé une déclaration commune au nom de 57 pays

GENÈVE: Plus de 50 pays ont averti mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qu'ils exigeaient que les membres de l'organisation onusienne auteurs d'abus sexuels soient tenus de rendre des comptes.

Les personnes ayant subi des exploitations, abus ou harcèlements sexuels doivent également bénéficier d'un soutien approprié, ont déclaré les pays lors de la réunion du Conseil exécutif de l'agence des Nations unies pour la santé.

L'OMS a été sommée d'agir après la révélation, en 2020, d'abus sexuels généralisés commis par des travailleurs humanitaires en République démocratique du Congo (RDC).

L'ambassadeur britannique Simon Manley a prononcé une déclaration commune au nom de 57 pays, exprimant de "profondes inquiétudes" au sujet de ces accusations.

Ces pays comprennent notamment les 27 États membres de l'UE, l'Afrique du Sud, l'Inde, l'Indonésie, la Thaïlande, la Malaisie, le Chili, le Japon, les États-Unis, le Canada, l'Australie, le Mexique, l'Argentine, le Brésil, la Corée du Sud et l'Ukraine.

Ils ont admis que des progrès avaient été accomplis ces dernières années et ont salué le courage des victimes et des dénonciateurs qui ont osé s'exprimer.

"Nous encourageons la direction de l'OMS à montrer l'exemple dans ces domaines, notamment en établissant des lignes de responsabilité claires", indique le texte de la déclaration commune.

Ils ont appelé à l'adoption d'une approche centrée sur les victimes et les survivants.

"Les plaintes doivent être traitées rapidement et les auteurs d'abus doivent rendre des comptes, aussi soutenons-nous fermement les efforts visant à renforcer les capacités d'enquête de l'OMS", ajoute le texte.

Le conseil exécutif de l'OMS, composé de 34 membres, a pour mission de conseiller l'Assemblée mondiale de la santé des États membres - l'organe décisionnel de l'Organisation - et de mettre en œuvre ses décisions.


Tir mortel sur un tournage: Alec Baldwin formellement inculpé d'homicide involontaire

Alec Baldwin, sortant de chez lui, a été accusé d'homicide involontaire pour la mort par balle de la directrice de la photographie Halyna Hutchins sur le tournage de "Rust", New York, États-Unis, le 31 janvier 2023 (Photo, Reuters).
Alec Baldwin, sortant de chez lui, a été accusé d'homicide involontaire pour la mort par balle de la directrice de la photographie Halyna Hutchins sur le tournage de "Rust", New York, États-Unis, le 31 janvier 2023 (Photo, Reuters).
Short Url
  • La procureure avait annoncé son intention d'engager des poursuites le 20 janvier
  • L'armurière du film Hannah Gutierrez-Reed, qui avait manipulé l'arme, est visée par le même chef d'inculpation

LOS ANGELES: L'acteur américain Alec Baldwin, auteur d'un tir mortel sur le tournage du film "Rust" en 2021, a été inculpé d'homicide involontaire et encourt jusqu'à cinq ans de prison s'il est reconnu coupable de négligence aggravée, a annoncé mardi une procureure.

L'armurière du film Hannah Gutierrez-Reed, qui avait manipulé l'arme, est visée par le même chef d'inculpation, a précisé la procureure du comté de Santa Fe au Nouveau-Mexique, Mary Carmack-Altwies.

"Personne n'est au-dessus de la loi et la justice sera rendue", a-t-elle insisté dans un communiqué.

Le 21 octobre 2021, ce tournage dans un ranch du Nouveau-Mexique (sud-ouest) avait viré au drame quand M. Baldwin avait actionné une arme censée ne contenir que des balles à blanc, mais dont un projectile bien réel avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins, 42 ans, et blessé le réalisateur Joel Souza.

Ce fait divers rare avait choqué Hollywood et eu un fort retentissement, déclenchant des appels à interdire les armes à feu sur les plateaux, où la présence de munitions réelles est en théorie déjà interdite.

S'ils sont condamnés pour simple homicide involontaire, Alec Baldwin et Hannah Gutierrez-Reed risquent jusqu'à 18 mois de prison. Mais cette peine pourrait être portée à un maximum de cinq ans d'emprisonnement en cas de négligence aggravée.

La procureure avait annoncé son intention d'engager des poursuites le 20 janvier. L'avocat de l'acteur, Luke Nikas, avait alors dénoncé une "terrible erreur judiciaire".

"M. Baldwin n'avait aucune raison de penser qu'une balle réelle se trouvait dans l'arme, ou nulle part ailleurs sur le lieu de tournage", avait-il insisté.

Alec Baldwin, 64 ans, notamment connu pour la série "30 Rock", a toujours dit qu'on lui avait assuré que son arme était inoffensive.

L'adjoint à la réalisation, David Halls, qui lui avait remis l'arme en l'informant qu'elle n'était pas dangereuse, va lui être accusé de négligence lors de l'utilisation d'une arme mortelle. Des poursuites qu'il a choisi de ne pas contester.

M. Baldwin nie également avoir appuyé sur la détente, une affirmation mise en doute par de nombreux experts.

En août, l'acteur avait dit s'attendre à ce que personne ne soit inculpé, indiquant à la chaîne CNN avoir embauché un détective privé pour établir les responsabilités dans cette affaire.

Le drame a donné lieu à une volée de poursuites au civil, émanant de plusieurs membres de l'équipe.

En octobre, Alec Baldwin avait annoncé avoir trouvé un accord mettant fin aux poursuites judiciaires engagées au civil par la famille de Mme Hutchins. Son montant n'avait pas été divulgué.

A l'époque, la reprise du tournage de "Rust" avait également été annoncée pour début 2023. Le veuf de la défunte directrice de la photographie, Matthew Hutchins, doit être promu producteur exécutif du film.