Mondial: La diaspora arabe d'Amérique latine divisée par des loyautés partagées

Supporters à Doha de la Coupe du monde 2022 (Photo, AFP).
Supporters à Doha de la Coupe du monde 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 04 décembre 2022

Mondial: La diaspora arabe d'Amérique latine divisée par des loyautés partagées

  • Les descendants d'immigrants palestiniens, syriens et libanais regardent avec fierté les équipes nationales du monde arabe
  • Bien que beaucoup soutiennent leur équipe locale, les supporters ont suivi avec intérêt les matches de l'Arabie saoudite, de la Tunisie, du Maroc et du Qatar

SAO PAULO: La Coupe du monde de football est un événement majeur en Amérique latine. Les villes du Brésil, d'Argentine, du Mexique et des autres pays sont à l’arrêt dès que leurs équipes nationales respectives sont sur le terrain. Mais pour un groupe de la société en particulier, le tournoi de 2022 organisé par le Qatar revêt une importance particulière.

On estime que les latino-américains d’origine arabe représentent environ 23 millions de personnes. Il existe d'importantes communautés au Brésil et en Argentine, ainsi que des populations importantes au Mexique, au Chili, au Venezuela et en Colombie, composées de descendants d'immigrants arabes venus du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, volontairement ou en tant que réfugiés. Et, comme tout le monde dans ces pays, les Arabes aiment le football.

Le fait que la Coupe du monde 2022 se déroule pour la première fois dans un pays arabe incite encore plus la diaspora arabe d'Amérique latine à suivre le tournoi depuis des fuseaux horaires éloignés. La seule question est de savoir s'il faut supporter l'équipe arabe qui reflète leurs origines ethniques ou les équipes de leur pays hôte. 

L'organisation de la compétition par le Qatar «suscite certainement la sympathie des communautés arabes; les gens attendent cette Coupe du monde depuis longtemps», a déclaré à Arab News, Agustin Dib, directeur du Club de la culture arabe de Buenos Aires.

Toutefois, selon lui, la plupart des latino-américains d’origine arabe ont tendance à soutenir l'équipe qui représente leur pays hôte.

«En Argentine, les premiers immigrants libanais et syriens ont commencé à arriver à la fin du 19e siècle», a révélé Dib. «Ceci a de même eu lieu au Brésil. Ainsi, nous sommes pleinement argentins, brésiliens, etc. et nous aimons nos équipes nationales.»

En même temps, les latino-américains d’origine arabe regardent avec fierté les sélections nationales du monde arabe et suivent avec intérêt les exploits du Maroc, de l'Arabie saoudite, de la Tunisie et du Qatar. La victoire historique 2-1 de l'équipe saoudienne contre l'Argentine lors de son premier match au Qatar a sans aucun doute suscité l'imagination de beaucoup d’entre eux.

Il existe d'importantes communautés arabes dans les zones frontalières entre le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay. Dans ces régions, une campagne de la Coupe du monde peut diviser temporairement les communautés arabes.

ds
Saleh al-Shehri célèbre avec l'attaquant saoudien #09 Firas al-Buraikan après avoir marqué le premier but de son équipe lors de la Coupe du monde Qatar 2022, match de football du groupe C entre l'Argentine et l'Arabie saoudite au stade Lusail (Photo, AFP).

C'est le cas de la ville brésilienne de Chui, divisée en deux, et de son homologue uruguayenne, Chuy, où plusieurs milliers de Palestiniens se sont installés. La plupart du temps, cette communauté fait peu de cas de la frontière géographique qui la sépare. Mais une Coupe du monde peut changer cela.

«En général, nous encourageons à la fois l'Uruguay et le Brésil», a déclaré à Arab News Jaber Nassar, un commerçant de 43 ans qui vit du côté brésilien de la ville. «Mais s'il y a un match entre les deux équipes, chaque partie encouragera son équipe nationale.»

Le reste du temps, cependant, les deux communautés ont toujours entretenu un lien historique en matière de football. En 1987, elles ont fondé le Central Palestino Futbol Club. Actif pendant un peu plus d'une décennie avant de cesser ses activités par manque de fonds, Central Palestino faisait partie de la ligue uruguayenne et a marqué les esprits dans les années 1990 en atteignant la finale d'un championnat national.

«J'avais l'habitude de voir de nombreux matchs avec ma mère quand j'étais petit. Central Palestino était un champion local et nous voyagions dans tout l'Uruguay pour les voir jouer», a signalé Nassar, dont le beau-frère a fait partie de l'équipe pendant plusieurs années.

La communauté palestinienne a l'habitude de se déplacer en force pour regarder autant de matchs que possible pendant une Coupe du monde, a indiqué Nassar. Certains de ses amis se sont même rendus au Qatar pour le tournoi.

«Certainement, nous allons nous concentrer sur les équipes arabes», a-t-il ajouté.

Selon Nassar, l'amour des Palestiniens pour le football sud-américain n'est pas seulement le résultat de l'immigration. Même en Palestine, a-t-il affirmé, de nombreuses personnes encouragent le Brésil lors des tournois internationaux.

 

EN BREF

* La diaspora arabe en Amérique centrale et du sud compterait environ 23 millions de personnes.

* Les plus grandes communautés arabes se trouvent au Brésil et en Argentine, puis au Mexique, au Chili, au Venezuela et en Colombie.

 

Selon Dib, cette situation est courante dans de nombreux pays arabes et reflète une reconnaissance et une appréciation des talents des joueurs sud-américains.

«Dans des pays comme la Syrie et le Liban, les gens aiment le football argentin et brésilien», a-t-il jugé. «J'ai vécu quelques mois en Tunisie et les gens me posaient toujours des questions sur Maradona et Messi.»

Zuka Khouri, qui a quitté la Syrie en tant que réfugiée et s'est installée dans la ville brésilienne de Curitiba il y a neuf ans, a affirmé que sa famille encourageait l'équipe nationale brésilienne lors de chaque Coupe du monde.

«Nous avons également aimé voir l'Italie jouer», a-t-elle dévoilé à Arab News. «Cette année, l'Italie n'est pas dans la compétition, donc nous encourageons le Brésil.»

Anas Obaid, un réfugié syrien de 34 ans, a été capturé et retenu en otage par un groupe armé en Syrie jusqu'à ce que sa famille paie une rançon. Après sa libération, il a fui au Liban où il a travaillé dans un camp de réfugiés à Zahlé. Il vit au Brésil depuis 2015 et il est désormais journaliste et militant des droits de l'homme. Il aime le football et a confié qu'il avait l'habitude d'encourager l'Argentine lorsqu'il était enfant.

«J'étais là pendant la Coupe du monde 2014 qui a eu lieu au Brésil», a déclaré Obaid à Arab News. «J'ai encouragé l'Allemagne, car le pays accueillait de nombreux réfugiés syriens. Mais certains réfugiés dans le camp ont soutenu le Brésil.»

Depuis son arrivée à Sao Paulo, il est devenu un fervent supporter de l'équipe nationale brésilienne. «Les Brésiliens ont une passion pour le football et c'est un honneur de soutenir leur équipe», a-t-il estimé.

Bien que le football soit sans équivoque une obsession nationale au Brésil et que la Coupe du monde soit un événement majeur pour les habitants de ce pays, le nombre de supporters brésiliens ayant acheté des billets pour les matchs au Qatar (39 546) est nettement inférieur à celui des Argentins (61 083) et des Mexicains (91 173).

Le Mexique envoie régulièrement un important contingent de supporters aux Coupes du monde. La plupart des Mexicains arabes sont d'origine libanaise, selon Hector Chamlati, membre du conseil d'administration du Centro Libanes, une association communautaire de Mexico. Le nombre de Libano-mexicains est estimé à environ 500 000, dont la plupart sont chrétiens.

ds
Le président de la FIFA, Gianni Infantino, souriant pendant le match de football du groupe G de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Brésil et la Suisse au stade 974 à Doha (Photo, AFP).

«Nous avons un lien très fort avec l'équipe nationale mexicaine», a déclaré Chamlati à Arab News. «Mais cela fait plaisir à beaucoup d'entre nous de voir des équipes arabes jouer. J'ai été heureux de voir que la Tunisie a réussi à faire match nul avec le Danemark le 22 novembre.»

Petit-fils d'immigrants libanais, il a assuré que la communauté mexicaine ressentait un lien intense avec le Liban et que si l'équipe nationale du pays participait à une compétition au Qatar, nombre d'entre eux la soutiendraient certainement.

«Mais je crois que c'est spécial de voir le succès potentiel de toute équipe arabe», a-t-il ajouté.

Jose Alejandro Serio Haddad, un Libano-mexicain de 25 ans, s'est rendu au Qatar avec ses amis pour voir jouer le Mexique. C'était sa première visite dans un pays arabe et il a subi un choc culturel.

«Je pense que les cultures qatarie et libanaise sont très différentes», a-t-il déclaré à Arab News. «De plus, le nombre d'Arabes ici n'est pas très élevé. La plupart du temps, nous rencontrons des sud-asiatiques. Nous nous sentons tout le temps comme des étrangers.»

Serio Haddad ne s'est pas montré confiant quant aux chances d'une équipe arabe de passer de la phase de groupe à la phase finale du tournoi «mais nous ressentons certainement plus d'empathie à leur égard qu'à l'égard des équipes latino-américaines, comme l'Argentine, par exemple.»

Quant au fait que la Coupe du monde soit organisée pour la première fois par un pays musulman, Obaid a déclaré qu'il s'agit d'un événement notable, mais qu'il était mécontent des nombreuses critiques formulées à l'encontre du Qatar.

«Je suis préoccupé par la réaction de la communauté internationale», a-t-il avisé. «Cela peut être un moyen de lutter contre les préjugés sur les musulmans et les Arabes. Mais en même temps, les gens prêtent beaucoup plus attention aux contradictions sociales du Qatar qu'ils ne le faisaient lorsque la Coupe du monde se déroulait dans des pays non musulmans.»

Dib a souligné qu'il avait organisé des discussions pour débattre des distorsions courantes dans la façon dont les pays occidentaux perçoivent la Coupe du monde au Qatar.

«Depuis la première Coupe du monde, en Uruguay en 1930, il y a eu des scandales de corruption, par exemple», a-t-il indiqué. «Mais les médias se concentrent désormais presque exclusivement sur les problèmes du Qatar. C'est une question de préjugés.»

Dans tout autre contexte, la presse mondiale aurait parlé des merveilles de construction réalisées par le pays hôte, «mais étant donné qu'il s'agit d'un pays arabe, elle ne parle que des décès survenus pendant la construction», a-t-il signalé.

Dib a ajouté: «Je ne dis pas que ces problèmes ne sont pas importants, mais le fait de se concentrer exclusivement sur ces sujets est un problème. Ceci est en lien avec l'orientalisme tel que défini par Edward Saïd.»

Dans son livre de 1978, «Orientalism», Saïd a établi le terme comme un concept critique afin de décrire la représentation occidentale souvent méprisante de l'Orient.

Dib a soutenu que de nombreux Latino-américains d'origine arabe ne sont pas à l'aise avec ce qu'ils perçoivent comme une couverture biaisée du Qatar — ce qui a été répercuté dans les médias latino-américains également — car ils ont le sentiment qu'«il y a une attaque permanente contre la culture arabe dans son ensemble». 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Cabinet saoudien réaffirme son soutien total à la stabilité et à la sécurité de l’Irak

Le roi Salmane préside la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres au palais d’Irqah à Riyad (Photo, SPA).
Le roi Salmane préside la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres au palais d’Irqah à Riyad (Photo, SPA).
Short Url
  • La présidence du Royaume à l’Organisation de coopération numérique jusqu’en 2030 a été saluée
  • Les conférences majeures organisées cette semaine ont pour but de renforcer le rôle de premier plan du pays sur la scène mondiale

RIYAD: Mardi, le Cabinet saoudien a exprimé son soutien aux efforts du gouvernement irakien pour parvenir à une croissance et une prospérité durables pour son peuple.

Au début de la réunion, présidée par le roi Salmane au palais d’Irqah à Riyad, les ministres ont été informés des récents entretiens entre l’Arabie saoudite et plusieurs autres pays. Ceux-ci ont été organisés pour assurer le développement, la coopération et la stabilité aux niveaux régional et mondial.

Selon le ministre d’État et ministre des Médias par intérim, Issam ben Saad ben Saïd, le Cabinet a examiné plusieurs rapports sur les conférences régionales et internationales tenues par l’Arabie saoudite au cours de la semaine. Il a souligné que ces événements ont été organisés pour garantir des partenariats et des investissements qui renforceraient le rôle de premier plan du pays sur la scène mondiale.

Le Cabinet a également salué l’élection de l’Arabie saoudite à la présidence du conseil exécutif de l’Organisation de coopération numérique, poste qu’elle occupera jusqu’en 2030. Cela témoigne du rôle de pionnier que joue le Royaume dans le domaine de la technologie et de l’économie numérique, et contribuera à l’établissement de relations et de pactes mutuellement bénéfiques avec les États membres, afin de garantir un avenir numérique prometteur pour tous.

Les ministres ont par ailleurs discuté des derniers développements régionaux et internationaux, et ont réitéré le soutien de l’Arabie saoudite aux nations touchées par les tremblements de terre de lundi, qui ont fait des morts, des blessés et des disparus.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Football: victoire historique d'Al Hilal qui se qualifie en finale du Mondial des clubs

Les joueurs de Hilal célèbrent leur victoire lors de la demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA entre le Brésilien Flamengo et Al-Hilal saoudien au stade Ibn Batouta de Tanger le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Les joueurs de Hilal célèbrent leur victoire lors de la demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA entre le Brésilien Flamengo et Al-Hilal saoudien au stade Ibn Batouta de Tanger le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Lors de la seconde période, réduit à dix, les Brésiliens ont tenté de renverser la tendance dès les premiers instants. Cependant ils ont buté sur bloc défensif saoudien qui ne laissait rien passer
  • Grâce à cette victoire historique, Al Hilal devra défaire soit Al Ahly, soit le mythique Real Madrid, afin de remporter la finale.

TANGER : C’est fait ! Les Saoudiens d’Al Hilal se qualifient pour la finale de la Coupe du monde des Clubs, pour la première fois de leur histoire. Face aux Brésiliens de Flamengo et devant un public acquis à leur cause, les joueurs d’Al Hilal ont enchanté le stade Ibn Batouta de Tanger (3-2).

A peine quatre minutes après le coup d’envoi, les Saoudiens d’Al Hilal trouvent le chemin des filets grâce à un penalty transformé par Salem Al Dawsari. 

Malgré ce retard, les joueurs de Flamengo ont continué à pousser jusqu’au but de l'égalisation de Pedro Guilherme (20’). 

Lors du temps additionnel, Al Hilal bénéficient d’un second penalty, suite à une action litigieuse qui verra l’expulsion de Gerson Santos.

C’est Salem Al Dawsari qui s’occupera de tirer ce penalty, qui le transformera également, signant par la même occasion un doublé.

Lors de la seconde période, réduit à dix, les Brésiliens ont tenté de renverser la tendance dès les premiers instants. Cependant ils ont buté sur bloc défensif saoudien qui ne laissait rien passer.

A la 70e minute, suite à une contre-attaque rapide, Luciano Vietto scelle le sort de cette demi-finale en inscrivant un troisième but pour Al Hilal (3-1).

A quelques minutes de la fin de la rencontre, Flamengo réduit le score grâce à une seconde réalisation de Pedro Guilherme (3-2).

Grâce à cette victoire historique, Al Hilal devra défaire soit Al Ahly, soit le mythique Real Madrid, afin de remporter la finale.

 


Trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à la suite du séisme en Turquie

Des secouristes évacuant une personne d'un bâtiment qui s’est effondré après le tremblement de terre à Malatya, en Turquie, le 6 février 2023. (Reuters)
Des secouristes évacuant une personne d'un bâtiment qui s’est effondré après le tremblement de terre à Malatya, en Turquie, le 6 février 2023. (Reuters)
Short Url
  • Aucun décès n'a été signalé parmi les 300 Yéménites vivant en Turquie dans des centres touchés par le tremblement de terre
  • L'ambassade du Yémen et l’Union des étudiants ont mis en place des installations et des numéros d'urgence

AL-MUKALLA: Les secouristes tentent désespérément de retrouver trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à la suite du tremblement de terre, dans une ville du sud de la Turquie, ont annoncé mardi les autorités.

La catastrophe qui a provoqué lundi la mort de milliers de personnes en Syrie et en Turquie a également fait au moins 50 blessés yéménites et détruit leurs maisons.

Un porte-parole de l'Union des étudiants du Yémen en Turquie, Anas al-Mazabi, a affirmé à Arab News qu'une femme avait été extraite des décombres d’un immeuble alors que les secouristes poursuivaient leurs tentatives pour sauver trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à Malatya, dans le sud du pays.

Aucun décès n'a été signalé parmi les 300 Yéménites vivant dans des centres touchés par le tremblement de terre en Turquie.

L'ambassade du Yémen et l’Union des étudiants ont mis en place des installations et des numéros d'urgence, et ont demandé aux Yéménites de signaler tout parent ou ami porté disparu.

Al-Mazabi a affirmé qu'un centre d'opérations spéciales suivait les informations et maintenait le contact avec les Yéménites piégés dans les régions dévastées par le tremblement de terre.

Une équipe de secours a été envoyée dans la province de Hatay et une équipe d'évacuation à Iskenderun, pour aider les Yéménites, a-t-il ajouté.

Les numéros d’urgence ont été submergés d'appels de Yéménites désespérés, en Turquie et au Yémen, à la recherche de parents et d'amis après que les régions touchées par le tremblement de terre ont connu des coupures d'Internet et de téléphones portables.

«Nous avons tenté de les réconforter et leur avons dit que si leurs enfants ne répondaient pas, c'est parce que les communications avaient été interrompues et que cela ne signifiait pas qu’ils se trouvaient dans une mauvaise situation», a indiqué Al-Mazabi.

Les médias officiels yéménites ont affirmé que Rashad al-Alimi, président du Conseil de direction présidentiel, ainsi que d'autres membres du conseil avaient téléphoné à l'ambassadeur du Yémen en Turquie, Mohammed Saleh, pour faire le point sur la situation des Yéménites et lui avaient demandé d'offrir toute l'aide nécessaire.

Des milliers de Yéménites, dont des politiciens, des chefs de tribus, du personnel militaire et des journalistes, ont fui vers la Turquie et les pays voisins après que les Houthis soutenus par l'Iran ont pris le contrôle du Yémen en 2014.

Des centaines d'étudiants yéménites sont inscrits dans des institutions turques à travers le pays.

Par ailleurs, Al-Alimi a réitéré l'engagement de son conseil à aider une mission de l'ONU en vue d’établir la paix au Yémen et à obtenir un accord global visant à mettre fin à la guerre.

Lors d'une réunion à Aden avec l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, Al-Alimi a appelé à une plus grande pression internationale sur les Houthis pour qu'ils se conforment aux efforts visant à mettre fin à la guerre.

Grundberg a atterri dans la ville mardi alors qu'il se lançait dans une nouvelle mission pour faire pression en vue d’un renouvellement de la trêve négociée par l'ONU qui s'est délitée en octobre, ainsi que pour persuader les factions yéménites d'adhérer à un accord de paix.

L'arrivée de l'envoyé de l'ONU au Yémen fait suite à une visite qu’il a effectuée à Riyad, où il a discuté des efforts de paix et des opérations économiques et humanitaires avec le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Jasem al-Budaiwi, et l'ambassadeur saoudien au Yémen, Mohammed al-Jabir.

Les tentatives de rétablissement de la paix au Yémen ont subi un coup dur en octobre lorsque les Houthis ont refusé de prolonger la trêve négociée par l'ONU ou d'ouvrir des routes vers la ville assiégée de Taïz.

La milice a également lancé des attaques de drones contre des installations pétrolières dans le sud du Yémen pour tenter de forcer le gouvernement yéménite à partager les bénéfices provenant du pétrole et à payer les fonctionnaires dans les régions sous son contrôle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com