Les Houthis harcèlent les médias et poursuivent des journalistes, accuse Amnesty

Rassemblement de combattants houthis à Sanaa, au Yémen, le 19 avril 2019. (Reuters)
Rassemblement de combattants houthis à Sanaa, au Yémen, le 19 avril 2019. (Reuters)
Short Url
Publié le Jeudi 22 décembre 2022

Les Houthis harcèlent les médias et poursuivent des journalistes, accuse Amnesty

  • L’organisation internationale de défense des droits de l’homme a critiqué les Houthis pour avoir violemment attaqué les médias d’opposition
  • Amnesty International: Les Houthis doivent annuler les condamnations à mort prononcées à l’encontre de quatre journalistes, qui risquent d’être exécutés à l’issue d’un procès manifestement inique

AL-MUKALLA: Amnesty International a appelé la milice houthie du Yémen, soutenue par l’Iran, à cesser de poursuivre les journalistes emprisonnés et à mettre fin à ses violentes attaques contre les médias. Il s’agit de la dernière condamnation internationale en date d’une série de mauvais traitements infligés aux prisonniers par la milice et de suppression de la liberté d’expression.

L’organisation internationale de défense des droits de l’homme a critiqué les Houthis pour avoir violemment attaqué les médias d’opposition, arrêté et poursuivi les journalistes, et condamné à mort ou à de longues peines de prison les journalistes qui ne mâchent pas leurs mots.

«Amnesty International appelle les autorités de facto des Houthis à libérer immédiatement et sans condition tous les journalistes, militants politiques, défenseurs des droits humains et autres personnes illégalement emprisonnées uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits fondamentaux», indique l’organisation dans un communiqué.

«Les Houthis doivent également annuler les condamnations à mort prononcées à l’encontre des quatre journalistes, qui risquent d’être exécutés à l’issue d’un procès manifestement inique, et assurer leur libération immédiate.» 

L’indignation internationale suscitée par le traitement des journalistes est due à des informations selon lesquelles les Houthis infligent des violences mentales et physiques à quatre journalistes yéménites, les confinant dans des cellules séparées et les privant de médicaments vitaux.

Selon des militants et des proches des journalistes, Tawfiq al-Mansouri, l’un des quatre journalistes arrêtés, pourrait mourir en captivité en raison de la brutalité croissante de ses ravisseurs et de l’insuffisance des soins médicaux, puisqu’il souffre de maladies chroniques depuis le début de son incarcération, il y a sept ans.

Les Houthis ont aussi suscité l’ire des organisations étrangères lorsqu’ils ont fermé un certain nombre de stations de radio indépendantes à Sanaa pour avoir refusé de diffuser les slogans du mouvement. «Ils doivent de même mettre fin aux restrictions arbitraires qu’ils imposent à la liberté d’expression des stations de radio, notamment en les fermant et en essayant de contrôler leur contenu», a déclaré Amnesty.

Le groupe a ajouté que depuis 2015, les Houthis ont arbitrairement enlevé, agressé, fait disparaître de force et poursuivi en justice au moins 75 journalistes, militants des droits humains, professeurs et autres personnes considérées par la milice comme ayant un franc-parler. «Ces 75 personnes ont été prises pour cible en raison de leur travail de journaliste ou pour avoir exercé pacifiquement leurs droits fondamentaux, notamment leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de croyance», ajoute l’organisation.

Les estimations de l’organisation concernant le nombre de critiques enlevés sont infimes par rapport aux estimations données par les organisations yéménites de défense des droits de l’homme, qui les chiffrent en centaines.

Les Houthis ont pris le pouvoir au Yémen lors d’un coup d’État militaire fin 2014 et se sont rapidement dispersés dans le pays, déclenchant une guerre civile qui a coûté la vie à plus de 100 000 personnes et provoqué la pire crise humanitaire au monde. Les Houthis ont enlevé des centaines d’individus à Sanaa et dans d’autres régions qu’ils contrôlent, les ont soumis à d’horribles tortures, puis les ont poursuivis en justice.

Selon des militants, de nombreux détenus meurent des suites de torture, tandis que des dizaines de personnes libérées meurent peu après leur retour chez elles de maladies qui se sont développées en captivité.

Par ailleurs, les anciens prisonniers pensent que la critique mondiale de la torture des journalistes par les Houthis pourrait ne pas donner les résultats escomptés. Hisham al-Yousifi, un journaliste yéménite qui a été enlevé par les Houthis en 2015 et libéré lors d’un important échange de prisonniers en 2020, a noté que les condamnations et les appels internationaux n’ont aucun effet sur les Houthis, et que les miliciens ne l’ont libéré, lui et d’autres détenus, qu’en échange de leurs combattants.

«Ces déclarations et condamnations n’aboutiront pas à la libération des journalistes, à mon avis», a déclaré M. Al-Yousifi, ajoutant qu’il a été détenu par les Houthis pendant cinq ans malgré plus de 150 plaidoyers et déclarations d’organisations de défense des droits exigeant sa libération.

«Des mesures concrètes doivent être prises sur le terrain en refusant d’accorder aux Houthis l’aide des organisations internationales. L’ONU peut apporter son aide en qualifiant les Houthis d’organisation terroriste pour le traitement barbare qu’ils infligent aux journalistes», a souligné M. Al-Yousifi.

Les journalistes yéménites exigent depuis longtemps que le gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale et l’envoyé de l’ONU pour le Yémen plaident en faveur d’un nouvel échange de prisonniers avec les Houthis, en incluant les noms des journalistes gravement malades dans la liste des personnes demandées.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le roi Salmane émet un décret royal pour accueillir mille pèlerins issus de familles de victimes palestiniennes

Pendant ses vingt-six années d'existence, le programme a accueilli plus de soixante mille pèlerins. (Dossier/SPA)
Pendant ses vingt-six années d'existence, le programme a accueilli plus de soixante mille pèlerins. (Dossier/SPA)
Short Url
  • Mille trois cents pèlerins provenant de plus de quatre-vingt-huit pays seront présents
  • Vingt-deux pèlerins issus des familles de jumeaux conjoints qui ont été séparés dans le Royaume participeront également à ce programme

L’agence de presse saoudienne a rapporté aujourd’hui que le roi Salmane avait émis un décret royal pour accueillir mille trois cents pèlerins provenant de plus de quatre-vingt-huit pays, dont mille membres de familles de victimes palestiniennes.

Vingt-deux pèlerins issus des familles de jumeaux conjoints qui ont été séparés dans le Royaume participeront également à ce programme.

Le ministre des Affaires islamiques, Abdelatif ben Abdelaziz, a exprimé sa profonde gratitude envers le roi Salmane et le prince héritier, Mohammad ben Salmane, pour leur générosité. Il a souligné que cet acte témoigne de leur engagement constant envers le bien-être des musulmans à travers le monde, soutenant ainsi l'islam et favorisant l'unité et la fraternité lors du Hajj, qui est entièrement financé par le roi Salmane.

En effet, le ministère met en place des services complets à La Mecque et à Médine afin de faciliter cette initiative.

Depuis l'émission du décret royal, le ministère s'est activement préparé à accueillir ces pèlerins en élaborant une stratégie impliquant plusieurs comités chargés de les accompagner de leur départ à leur retour. L'objectif est de garantir qu'ils puissent effectuer l’Omra et le Hajj sans encombre, visiter Médine et accomplir leurs prières dans la Mosquée du Prophète.

Pendant ses vingt-six années d'existence, le programme a accueilli plus de soixante mille pèlerins.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: l'OMS déplore un arrêt complet des évacuations médicales depuis 3 semaines

Les évacuations médicales désespérément nécessaires de Gaza – déjà très limitées – ont été complètement interrompues lorsqu'Israël a lancé son offensive militaire sur Rafah il y a trois semaines, a déclaré mardi l'OMS (Photo, AFP).
Les évacuations médicales désespérément nécessaires de Gaza – déjà très limitées – ont été complètement interrompues lorsqu'Israël a lancé son offensive militaire sur Rafah il y a trois semaines, a déclaré mardi l'OMS (Photo, AFP).
Short Url
  • Avant que la guerre n'éclate, 50 à 100 personnes sortaient chaque jour de Gaza afin de bénéficier de traitements complexes
  • Avant cet arrêt, l'OMS avait reçu l'autorisation de procéder à 5.800 évacuations médicales, soit environ la moitié de celles demandées

GENEVE: Plus de personnes vont mourir parce que les évacuations médicales depuis la bande de Gaza ont complètement cessé depuis le début des bombardements israéliens sur Rafah il y a trois semaines, a déploré mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'OMS plaide depuis longtemps pour un accès permettant d'évacuer davantage de personnes gravement malades ou blessées du territoire palestinien ravagé par la guerre.

Alors que des milliers de Palestiniens ont besoin d'une évacuation médicale urgente, très peu de personnes y ont jusqu'ici été autorisées.

Depuis qu'Israël a commencé début mai à bombarder la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, "toutes les évacuations médicales ont brusquement cessé", signifiant que davantage de personnes meurent dans l'attente de soins, a déclaré la porte-parole de l'OMS, Margaret Harris.

Avant que la guerre n'éclate, 50 à 100 personnes sortaient chaque jour de Gaza afin de bénéficier de traitements complexes, pour le cancer notamment, qui n'étaient pas disponibles dans le territoire palestinien.

"Ces personnes ne sont pas parties simplement parce que le conflit a commencé, elles ont donc besoin d'un suivi", a déclaré Mme Harris aux journalistes à Genève.

Les infrastructures sanitaires de Gaza ayant été dévastées, un plus grand nombre de personnes ont besoin de partir pour accéder à des traitements (chimiothérapie, dialyse...) dont elles bénéficiaient auparavant dans le territoire, a-t-elle ajouté.

En outre, des milliers d'autres Palestiniens gravement traumatisés par la guerre doivent être évacués.

Arrêt Total 

Selon l'OMS, "quelque 10.000 personnes doivent être évacuées (...) pour recevoir le traitement médical dont elles ont tant besoin", a déclaré Mme Harris. Parmi elles, plus de 6.000  souffrent de traumatismes et au moins 2.000 sont atteintes de maladies chroniques graves.

Depuis l'arrêt total des évacuations médicales de Gaza le 8 mai, s'y est ajouté un millier de patients gravement malades ou blessés, a indiqué Mme Harris.

Avant cet arrêt, l'OMS avait reçu l'autorisation de procéder à 5.800 évacuations médicales, soit environ la moitié de celles demandées depuis le début de la guerre il y a près de huit mois. Seuls 4.900 patients avaient effectivement pu être évacués, a précisé Mme Harris.

La guerre a débuté le 7 octobre après l'attaque sur le sol israélien de commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza, entraînant la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza, où le Hamas, classé organisation "terroriste" par Israël, l'Union européenne et les Etats-Unis notamment, a pris le pouvoir en 2007.

Au moins 35.800 Palestiniens, essentiellement des civils, ont été tués, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.


Irak: l'influent Moqtada Sadr appelle à fermer l'ambassade des Etats-Unis

Short Url
  • Toutes les formations politiques irakiennes soutiennent la cause palestinienne
  • L'ex-chef de milice qui a combattu les forces américaines après l'invasion de l'Irak en 2003 conserve une importante base populaire

 

BAGDAD: L'influent leader religieux chiite irakien, Moqtada Sadr, a renouvelé mardi son appel à fermer l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad après une frappe israélienne sur un camp de Palestiniens déplacés qui a fait des dizaines de morts dans le sud de la bande de Gaza.

"Je réitère ma demande d'expulser" l'ambassadrice américaine d'Irak, Alina L. Romanowski, et "de fermer l'ambassade par des moyens diplomatiques sans effusion de sang," a déclaré M. Sadr sur X.

Moqtada Sadr a dénoncé un "génocide" à Gaza et "le bombardement des camps à Rafah" ainsi que le soutien américain "honteux" à Israël dans la guerre dévastatrice sur le territoire palestinien, déclenchée par une attaque inédite du Hamas le 7 octobre sur le sol israélien.

L'ex-chef de milice qui a combattu les forces américaines après l'invasion de l'Irak en 2003 conserve une importante base populaire et exerce une grande influence sur la politique irakienne.

Indignation 

Il avait déjà réclamé fin octobre au gouvernement irakien qu'il "ferme" l'ambassade américaine à Bagdad en raison du "soutien inconditionnel" de Washington à Israël dans la guerre contre le Hamas palestinien.

La frappe israélienne à Rafah a fait dimanche soir 45 morts et 249 blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza, et mis le feu à des tentes occupées par des Palestiniens dans un camp de déplacés.

Elle a suscité une vague d'indignation à l'étranger, et le Conseil de sécurité de l'ONU soit se réunir mardi en urgence.

A Bagdad, le ministère irakien des Affaires étrangères a condamné les "actes criminels que continue de commettre l'occupant (l'armée israélienne, NDLR) dans la bande de Gaza", appelant la communauté internationale à prendre des mesures "dissuasives" et à imposer des sanctions à Israël.

Toutes les formations politiques irakiennes soutiennent la cause palestinienne, et comme son voisin l'Iran, ennemi juré d'Israël, l'Irak ne reconnaît pas l'Etat israélien.