Malgré une récession mondiale, l'Arabie saoudite devrait connaître une certaine croissance

L’économie mondiale dépasse les 100 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) pour la première fois en 2022, mais la croissance devrait faire du surplace en 2023. (Shutterstock)
L’économie mondiale dépasse les 100 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) pour la première fois en 2022, mais la croissance devrait faire du surplace en 2023. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Mardi 27 décembre 2022

Malgré une récession mondiale, l'Arabie saoudite devrait connaître une certaine croissance

L’économie mondiale dépasse les 100 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) pour la première fois en 2022, mais la croissance devrait faire du surplace en 2023. (Shutterstock)
  • Malgré les perspectives mondiales plutôt défavorables, l’économie saoudienne devrait connaître une forte croissance en 2022
  • Le Centre for Economics and Business Research soutient que les efforts de diversification entrepris par le Royaume seront la clé de sa prospérité future

RIYAD: Le monde devrait être témoin d’une récession en 2023, puisque la hausse des coûts d’emprunt visant à lutter contre l’inflation pousserait un certain nombre d’économies à la contraction, selon le Centre for Economics and Business Research (CEBR).

Au moment où l’économie mondiale dépasse les 100 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) pour la première fois en 2022, le cabinet de conseil britannique note que la croissance allait faire du surplace en 2023, alors que le monde continue sa lutte contre la flambée des prix.

«Il est probable que l’économie mondiale soit confrontée à une récession l’année prochaine en raison de la hausse des taux d’intérêt découlant d’une inflation plus élevée», déclare Kay Daniel Neufeld, directeur et responsable des prévisions au CEBR.

Le rapport ajoute que «la bataille contre l’inflation n’est pas encore gagnée», puisque les banques centrales du monde entier devront «garder le cap en 2023 malgré les coûts économiques».

«Rétablir des niveaux plus satisfaisants en matière d’inflation suppose une perspective de croissance plus faible pendant plusieurs années à venir», poursuit-il.

Les conclusions du CEBR sont plus pessimistes que les dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI). Ce dernier avait averti en octobre qu’il y a 25% de chance que le PIB mondial augmente de moins de 2% en 2023. Le FMI définit cela comme une récession mondiale.

Malgré les perspectives mondiales plutôt défavorables, l’économie saoudienne devrait connaître une forte croissance en 2022. Sa production devrait être de 4,8% supérieure à celle de 2021, alors que la reprise se poursuit après la pandémie, indique le CEBR.

La société britannique, qui a publié son tableau annuel de la Ligue économique mondiale, déclare que le Royaume devrait connaître un taux de croissance annuel moyen de 2,2% entre 2023 et 2036. «L’Arabie saoudite passera de la 19e place au tableau de la Ligue économique mondiale en 2021 à la 17e place à la fin de cette période», ajoute-t-il.

Le CEBR souligne que la deuxième économie du Moyen-Orient dépend fortement des ressources naturelles – le pétrole représentant 90% des exportations totales de l’Arabie saoudite et 42% du produit intérieur brut national, selon le CIA World Factbook.

Il soutient que les efforts de diversification entrepris par le Royaume seront la clé de sa prospérité future.

Alors que le gouvernement saoudien se mobilise pour atteindre cet objectif au moyen de cadres stratégiques comme l’initiative Vision 2030, le rapport indique que ce cadre visera à accroître le commerce international non pétrolier, à promouvoir les possibilités d’investissement et à renforcer le secteur public.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Inflation: le Portugal supprime la TVA des biens alimentaires essentiels

Des manifestants protestent contre la hausse du coût de la vie et pour le droit au logement devant le parlement portugais à Lisbonne le 25 février 2023. (Photo, AFP)
Des manifestants protestent contre la hausse du coût de la vie et pour le droit au logement devant le parlement portugais à Lisbonne le 25 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'exécutif socialiste a également décidé d'augmenter les aides sociales aux familles les plus modestes, à hauteur de 30 euros mensuels et une aide de 15 euros par enfant
  • Etablie à 7,8% sur l'ensemble de l'année dernière, la hausse des prix devrait se limiter cette année à 4% selon le gouvernement, ou à 5,8% d'après la Banque du Portugal

LISBONNE: Le gouvernement portugais a annoncé vendredi de nouvelles mesures pour aider les ménages à faire face à la crise inflationniste, dont l'application d'une TVA à "taux zéro" sur un ensemble de biens alimentaires de première nécessité.

"Nous souhaitons que cette mesure se traduise par une réduction" et "une stabilité des prix", a indiqué le ministre des Finances, Fernando Medina, en précisant que des négociations en cours avec les secteurs de la production et de la distribution alimentaires devraient se conclure la semaine prochaine.

L'exécutif socialiste a également décidé d'augmenter les aides sociales aux familles les plus modestes, à hauteur de 30 euros mensuels et une aide de 15 euros par enfant. Cette mesure, qui concernera plus d'un million de familles, commencera à être versée à partir du mois d'avril, a précisé la ministre du Travail Ana Mendes Godinho.

Ces dispositions comprennent également une hausse "extraordinaire" de 1% des salaires des quelque 740.000 fonctionnaires, ainsi qu'une hausse de leur prime repas.

Le gouvernement financera ces mesures grâce à la marge budgétaire dégagée l'an dernier, avec un déficit public qui s'est réduit à 0,4% du PIB alors que l'objectif initial était de le ramener à 1,9%, après un déséquilibre de 2,9% en 2021.

"Les comptes en ordre nous permettent de prendre des mesures en faveur des familles", avec une enveloppe d'aides supplémentaires chiffrée à 2,5 milliards d'euros, s'est félicité le ministre des Finances.

L'inflation au Portugal a commencé à ralentir depuis qu'elle a atteint 10,1% en octobre dernier, son plus haut niveau en 30 ans. Etablie à 7,8% sur l'ensemble de l'année dernière, la hausse des prix devrait se limiter cette année à 4% selon le gouvernement, ou à 5,8% d'après la Banque du Portugal.


Sécheresse: la FAO réclame des financements plus «réactifs et innovants» pour éviter les famines

Le lac d'Oroville presque vide est vu d'en haut à Oroville, en Californie, le 5 septembre 2021.
Le lac d'Oroville presque vide est vu d'en haut à Oroville, en Californie, le 5 septembre 2021.
Short Url
  • «Nous ne pourrons mettre fin à la pauvreté et à la faim si nous ne prenons pas une longueur d'avance sur les sécheresses», a estimé le directeur général de la FAO
  • La FAO a aussi rappelé que l'agriculture est responsable «de 72% des prélèvements mondiaux d'eau douce», alors que la population et la consommation ne cessent de croître

PARIS: Pour lutter contre l'intensification des épisodes de sécheresse et les famines qu'elles provoquent, il va falloir "trouver des mécanismes de financement réactifs et innovants", a plaidé jeudi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

"Nous ne pourrons mettre fin à la pauvreté et à la faim si nous ne prenons pas une longueur d'avance sur les sécheresses", a estimé son directeur général, Qu Dongyu, lors de la conférence sur l'eau à New York, la première organisée par l'ONU à ce sujet depuis près d'un demi-siècle.

Ces épisodes sont de plus en plus fréquents et intenses du fait du réchauffement climatique, "et ils touchent le plus souvent les communautés fragiles", a souligné l'organisation jeudi dans un communiqué.

Dans la Corne de l'Afrique, cinq saisons des pluies consécutives marquées par un grand manque d'eau ont tué des millions de bêtes, détruit des récoltes et forcé plus d'un million de personnes à quitter leur foyer.


Accord Aramco - Samsung Electronics pour accélérer la transformation numérique saoudienne

De gauche à droite: Nabil Nuaim, vice-président principal des technologies numériques et de l'information d'Aramco, Woojune Kim, président et chef de l'activité réseaux de Samsung Electronics, Amin H. Nasser, président et chef de la direction d'Aramco, et June Moon, vice-président et responsable de la R&D de Samsung Electronics (Photo fournie).
De gauche à droite: Nabil Nuaim, vice-président principal des technologies numériques et de l'information d'Aramco, Woojune Kim, président et chef de l'activité réseaux de Samsung Electronics, Amin H. Nasser, président et chef de la direction d'Aramco, et June Moon, vice-président et responsable de la R&D de Samsung Electronics (Photo fournie).
Short Url
  • Aramco, avec l'aide de Samsung Electronics, exploitera les technologies 4G et 5G avancées pour fournir des moyens de communication sécurisés, rapides et fiables
  • Au début du mois de mars, un rapport des Nations unies a révélé que l'Arabie saoudite se classait au quatrième rang mondial pour son niveau de préparation en matière de systèmes numériques

RIYAD: Le géant mondial de l'énergie Aramco a signé un protocole d'accord non contraignant avec Samsung Electronics pour localiser les réseaux de communication 5G industriels et faciliter la transformation numérique du Royaume, selon un communiqué de presse.

Le communiqué a mentionné que les deux entreprises travailleront ensemble pour contribuer à la transformation numérique de divers secteurs industriels en Arabie saoudite, dont l'énergie, la pétrochimie et la fabrication.

Aramco, avec l'aide de Samsung Electronics, exploitera les technologies 4G et 5G avancées pour fournir des moyens de communication sécurisés, rapides et fiables afin de répondre aux exigences des entreprises opérant dans divers secteurs.

Le nouveau protocole d'accord a été signé par Aramco, deux mois seulement après le lancement d'une nouvelle initiative numérique lors du forum annuel de l'IKTVA (In-Kingdom Total Value Add) en Arabie saoudite.

«Nous prévoyons d'investir 1,9 milliard de dollars (1 dollar américain = 0,92 euro) au cours des trois prochaines années, ce qui en fait le plus gros investissement d'Aramco dans le numérique à ce jour, tout en ajoutant de la valeur à l'écosystème numérique du pays», a déclaré Amin Nasser, président et PDG d'Aramco, à la suite du lancement.