Au moment du retrait des troupes, dernier coup de fouet de Pompeo aux négociations afghanes                      

Le reflection du Boeing C-408 du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo se devine dans la vitre du bâtiment de l'aéroport d'Al-Bateen à Abu-Dhabi. (AFP).
Short Url
Publié le Samedi 21 novembre 2020

Au moment du retrait des troupes, dernier coup de fouet de Pompeo aux négociations afghanes                      

  • Le ministre de Donald Trump, qui arrivera d'Abou Dhabi, termine ce week-end dans le Golfe une tournée dans sept pays d'Europe et du Moyen-Orient alors que le président sortant, accélère ses priorités de fin de mandat
  • Plus tôt dans la semaine, le Pentagone a ainsi annoncé le retrait de quelque 2.000 soldats supplémentaires d'Afghanistan d'ici le 15 janvier: cinq jours avant la prise de fonctions du président élu Biden, il n'en restera plus que 2.500

ABU DHABI: Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo doit rencontrer samedi au Qatar des négociateurs des talibans et du gouvernement afghan, dont les pourparlers montrent de premiers signes d'avancées, au moment où Donald Trump accélère le retrait des troupes américaines d'Afghanistan malgré la violence persistante.


Une série de fortes explosions ont secoué samedi le centre de Kaboul, y compris plusieurs ayant retenti de manière rapprochée, ont rapporté des journalistes de l'AFP.


"Vers 8h40 ce matin, les terroristes ont tiré 23 roquettes sur la ville de Kaboul", a déclaré le porte-parole du ministre de l'Interieur Tariq Arian, précisant qu'au moins "huit personnes ont été tuées et 31 autres blessées".


Les explosions se sont produites dans des zones densément peuplées de la capitale afghane. Aucune revendication n'a pour l'heure été émise mais des responsables du gouvernement afghan ont accusé les talibans.


Dans ce contexte toujours tendu, les services de Mike Pompeo ont annoncé qu'il tiendrait des réunions séparément à Doha, la capitale de l'émirat où il a assisté le 29 février à la signature d'un accord historique entre les Etats-Unis et les talibans pour mettre fin à la plus longue intervention militaire américaine de l'histoire, et où se déroulent les négociations de paix interafghanes.


Mike Pompeo doit également rencontrer l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, lors de cette étape à Doha, base diplomatique des insurgés afghans.


Le ministre de Donald Trump, qui arrivera d'Abou Dhabi, termine ce week-end dans le Golfe une tournée dans sept pays d'Europe et du Moyen-Orient alors que le président sortant, tout en refusant de reconnaître la victoire du démocrate Joe Biden à l'élection du 3 novembre, accélère ses priorités de fin de mandat.


Plus tôt dans la semaine, le Pentagone a ainsi annoncé le retrait de quelque 2.000 soldats supplémentaires d'Afghanistan d'ici le 15 janvier: cinq jours avant la prise de fonctions du président élu Biden, il n'en restera plus que 2.500.


Le calendrier établi dans un accord entre Washington et les talibans prévoit un départ complet des troupes mi-2021 mais sur la base de conditions que plusieurs observateurs ne jugent pas remplies à ce stade.


Donald Trump a promis à plusieurs reprises de mettre fin aux "guerres sans fin" des Etats-Unis, notamment en Afghanistan où l'armée américaine est intervenue après les attentats du 11 septembre 2001.


Les alliés européens de Washington, mais aussi certains ténors républicains, ont exprimé leur préoccupation face à ce retrait que beaucoup jugent prématuré.


Joe Biden, sur un rare terrain d'entente avec Donald Trump, souhaite également mettre fin à la guerre en Afghanistan, même si les modalités du retrait peuvent varier entre les deux hommes.


Signe d'une possible continuité sur ce dossier délicat, plusieurs voix appellent d'ailleurs le démocrate à garder en fonctions le négociateur américain Zalmay Khalilzad une fois à la Maison Blanche.

Négociations depuis mi-septembre

Les insurgés ont engagé depuis mi-septembre leurs premières négociations directes avec le gouvernement de Kaboul mais ces discussions ont presque immédiatement capoté en raison de désaccords.


Après deux mois sans réelles avancées, plusieurs sources ont déclaré à l'AFP vendredi que les deux parties semblaient avoir résolu un point-clé de mésentente sur les règles des négociations.


Elles se sont ouvertes après l'accord entre les talibans et Washington, les Etats-Unis acceptant de retirer leurs troupes en échange de garanties sur la sécurité et sur le début de pourparlers.


Mais les violences ont augmenté dans tout le pays, les rebelles multipliant les attaques quotidiennes contre les forces de sécurité afghanes.


Le retrait d'une partie des troupes d'ici le 15 janvier a été critiqué par les habitants de Kaboul qui craignent que cela n'encourage les talibans à déclencher une nouvelle vague de combats.


Les civils afghans sont depuis longtemps les principales victimes du conflit.


Les autorités de Kaboul craignent également que les talibans ne durcissent leurs positions dans les négociations, où sont en jeu des sujets-clés comme les droits des femmes.


Manche: accord Royaume-Uni/France pour freiner l'immigration clandestine

La ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel s'est félicitée de l'accord en déclarant qu'il permettrait aux deux pays de « partager la mission de rendre impossibles les traversées de la Manche » (Photo, AFP)
Short Url
  • L'accord prévoit le doublement des patrouilles françaises à partir du 1er décembre
  • En septembre, les autorités françaises ont précisé avoir intercepté plus de 1.300 personnes qui tentaient de rejoindre le Royaume-Uni

LONDRES : Des patrouilles supplémentaires et des nouveaux moyens technologiques seront déployés le long des plages françaises dans le cadre d'un nouvel accord entre Paris et Londres visant à mettre un terme à l'immigration clandestine par la Manche, a annoncé samedi la ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel.

L'accord prévoit le doublement des patrouilles françaises à partir du 1er décembre, qui seront appuyées de drones et de radars permettant de repérer ceux qui tentent la traversée, a-t-elle déclaré sur la chaîne britannique BBC.

Mme Patel s'est félicitée de l'accord en déclarant qu'il permettrait aux deux pays de « partager la mission de rendre impossibles les traversées de la Manche ».

Ces derniers mois, de plus en plus de migrants ont tenté de rejoindre la Grande-Bretagne par cette voie dangereuse et très fréquentée. Quatre décès ont été recensés en 2019, et sept depuis le début de l'année.

Le dossier a été source de tension, le Royaume-Uni accusant la France de ne pas s'impliquer suffisamment pour empêcher les traversées.

En septembre, les autorités françaises ont précisé avoir intercepté plus de 1.300 personnes qui tentaient de rejoindre le Royaume-Uni, dont une poignée avaient essayé de traverser la Manche à la nage sur une trentaine de kilomètres.

Entre le 1er janvier et le 31 août, environ 6.200 migrants avaient tenté leur chance, à l'aide de canots pneumatiques, de paddles, kayaks, voire de gilets de sauvetage.

Le nord de la France attire depuis longtemps les candidats à l'immigration clandestine vers la Grande-Bretagne, à bord d'embarcations ou de l'un des dizaines de milliers de véhicules traversant quotidiennement la Manche sur des ferries et des trains.


Présidentielle: nouvel échec pour Trump devant un tribunal de Pennsylvanie

Le président américain Donald Trump à l'aéroport international de Harrisburg à Middletown, en Pennsylvanie, le 26 septembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président élu Joe Biden a remporté la victoire en Pennsylvanie avec une différence de 81.000 voix
  • Le président américain continue néanmoins de rejeter sans preuves la victoire de Joe Biden

WASHINGTON : La Cour suprême de l'Etat de Pennsylvanie a rejeté samedi une nouvelle plainte de la campagne de Donald Trump dénonçant des irrégularités lors du scrutin présidentiel, réduisant ainsi presqu'à néant la possibilité d'une modification des résultats.

La plainte déposée par les républicains réclamait soit l'invalidation des votes par la poste, soit l'annulation de l'ensemble du vote pour laisser aux législateurs de l'Etat le choix de décider du vainqueur.

Le président élu Joe Biden a remporté la victoire en Pennsylvanie avec une différence de 81.000 voix. 

La cour a rejeté ces deux demandes, qualifiant la deuxième de « surprenante » et estimant qu'elle visait à « déposséder de leurs votes les 6,9 millions de personnes ayant voté en Pennsylvanie ».

La plainte contestait aussi la loi adoptée en 2019 instaurant le vote par correspondance en Pennsylvanie, affirmant qu'elle était anticonstitutionnelle.

Dans leur verdict, les juges ont fait valoir que la contestation de cette loi intervenait trop tard, soit plus d'un an après son adoption, et à un moment où le résultat de l'élection « devenait selon toute apparence évident ».

La Pennsylvanie a certifié la victoire de Joe Biden le 24 novembre, mais cette dernière plainte visait également à contester cette décision.

Vendredi, une cour d'appel avait rejeté une autre plainte de la campagne Trump affirmant que l'élection n'avait pas été équitable, et a refusé de bloquer la certification de la victoire de Joe Biden toujours en Pennsylvanie.

La campagne de Donald Trump a essuyé une vingtaine de défaites judiciaires dans tout le pays.

Jeudi, le président sortant a dit qu'il quitterait « bien sûr » la Maison Blanche si la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle était officiellement confirmée, tout en répétant qu'il pourrait ne pas reconnaître sa propre défaite.

Le président américain continue néanmoins de rejeter sans preuves la victoire de Joe Biden.


Nicola Sturgeon n'a «jamais été aussi certain » de réaliser l'indépendance de l'Ecosse

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a affirmé samedi qu'elle « n'a jamais été aussi certaine » que la province britannique allait obtenir son indépendance (Photo, AFP)
Short Url
  • Même si « notre objectif principal doit rester l'élimination du Covid-19 de notre territoire, l’Ecosse doit se tenir prête pour ce qui vient après »
  • Un tel scrutin a déjà été organisé en 2014 et les Ecossais ont voté à 55% pour rester au sein du Royaume-Uni

GLASGOW : La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a affirmé samedi qu'elle « n'a jamais été aussi certaine » que la province britannique allait obtenir son indépendance, au moment où le Brexit s'apprête à devenir réalité au 1er janvier. 

« L'Ecosse est désormais une nation sur le point d'entrer dans l'histoire. L'indépendance est clairement en vue: avec un objectif commun, de l'humilité et beaucoup de travail, je n'ai jamais été aussi certaine que nous la réaliserons », a déclaré Mme Sturgeon à l'ouverture du congrès - virtuel à cause du nouveau coronavirus - du Parti indépendantiste écossais (SNP), qu'elle dirige.

Même si « notre objectif principal doit rester l'élimination du Covid-19 de notre territoire, l’Ecosse doit se tenir prête pour ce qui vient après », a-t-elle ajouté depuis son domicile à Glasgow.  

Les velléités d'indépendance reviennent en force après la gestion très critiquée de l'épidémie de nouveau coronavirus par Londres. 

C'est désormais une « opinion soutenue et majoritaire dans l'opinion publique », selon la dirigeante indépendantiste, qu'un sondage réalisé début octobre par Ipsos Mori créditait d'un « très fort » soutien du public, satisfait à 72% de sa gestion de la pandémie. 

Sa formation apparaît donc en position de force à l'approche des élections locales de mai prochain. Le SNP pourrait rafler de nombreux sièges au parlement décentralisé d'Holyrood, chargé de prendre ses propres décisions en matière d'éducation, de santé et de transport. 

Mme Sturgeon avait promis en septembre de fixer avant ce scrutin les termes et la date d'un second référendum sur l'indépendance de la province britannique, malgré le refus de Londres. 

Un tel scrutin a déjà été organisé en 2014 et les Ecossais ont voté à 55% pour rester au sein du Royaume-Uni. Depuis, le Premier ministre britannique Boris Johnson a exclu à plusieurs reprises de permettre à l'Ecosse d'organiser un nouveau référendum, arguant qu'il s'agissait d'un vote qui arrivait « une fois par génération ». 

Mais Nicola Sturgeon fait valoir que le Brexit a changé la donne pour les Ecossais. La province britannique a en effet massivement voté en 2016 contre la sortie de l'Union européenne.

Entré officiellement en vigueur le 31 janvier dernier, le Brexit va devenir réalité au 1er janvier, à l'issue de la période de transition. Alors que l'échéance approche, Londres et Bruxelles poursuivent leurs négociations pour tenter de conclure un accord de libre-échange malgré de persistantes divergences. 

« Le peuple écossais a le droit de choisir son avenir », a déclaré la Première ministre écossaise. « La question qui se pose à tous pour les élections de mai est la suivante: qui devrait prendre les décisions qui façonnent notre avenir ? » 

Elle a enjoint à ses troupes de « démontrer avec sang-froid et patience que l’Ecosse est prête à prendre sa place dans la grande famille des nations indépendantes ».