Ukraine: les athlètes russes ne doivent pas pouvoir participer aux JO-2024 à Paris estime Zelensky

Les athlètes russes ne doivent pas pouvoir participer aux Jeux olympiques de Paris en 2024, a demandé mardi le président ukrainien Volodymyr Zelensky à son homologue français Emmanuel Macron, alors que la Russie a envahi l'Ukraine depuis onze mois. (AFP).
Les athlètes russes ne doivent pas pouvoir participer aux Jeux olympiques de Paris en 2024, a demandé mardi le président ukrainien Volodymyr Zelensky à son homologue français Emmanuel Macron, alors que la Russie a envahi l'Ukraine depuis onze mois. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 25 janvier 2023

Ukraine: les athlètes russes ne doivent pas pouvoir participer aux JO-2024 à Paris estime Zelensky

  • La Russie a envahi l'Ukraine à partir de son territoire et de celui du Bélarus le 24 février, trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux d'hiver de Pékin-2022, en violation de la Trêve olympique
  • Le Comité international olympique (CIO) a rapidement sanctionné Moscou et Minsk et le président du CIO, Thomas Bach, avait indiqué fin 2022 vouloir voir ses sanctions sportives prolonger en 2023

KIEV: Les athlètes russes ne doivent pas pouvoir participer aux Jeux olympiques de Paris en 2024, a demandé mardi le président ukrainien Volodymyr Zelensky à son homologue français Emmanuel Macron, alors que la Russie a envahi l'Ukraine depuis onze mois.

"J'ai particulièrement insisté sur le fait que les athlètes russes ne doivent pas avoir leur place aux JO de Paris", a déclaré sur Telegram M. Zelensky à l'issue d'un entretien téléphonique avec le chef de l'Etat français.

La Russie a envahi l'Ukraine à partir de son territoire et de celui du Bélarus le 24 février, trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux d'hiver de Pékin-2022, en violation de la Trêve olympique (qui s'étend d'une semaine avant le début des JO à une semaine après la fin des Jeux paralympiques).

Le Comité international olympique (CIO) a rapidement sanctionné Moscou et Minsk. Depuis, aucun événement sportif international n'est organisé ou soutenu en Russie ou au Bélarus et aucun symbole national de ces pays n'est affiché pendant un événement sportif.

Dans un message de Nouvel An, le président du CIO, Thomas Bach, avait indiqué fin 2022 vouloir voir ses sanctions sportives prolonger en 2023.

"Ces sanctions contre les États et les gouvernements russes et bélarusses doivent rester et resteront fermement en place", avait-il lancé.

"Nous voulons voir une équipe forte de (...) l'Ukraine aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d'hiver de Milan Cortina 2026", avait encore dit M. Bach, rappelant "l'engagement total du CIO et de l'ensemble du Mouvement olympique en faveur de cette solidarité".

A la mi-décembre, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait réclamé que les athlètes russes soient placés dans un "isolement complet" de toutes compétitions internationales.

M. Zelensky avait également indiqué à M. Bach sa ferme opposition à la prise de position du Comité olympique et paralympique américain qui s'était dit mi-décembre favorable à une participation des athlètes de Russie et du Bélarus aux JO de Paris (du 26 juillet au 11 août 2024) à condition qu'ils ne portent pas les couleurs de leurs pays.

Par ailleurs mardi, le dirigeant ukrainien a de nouveau remercié Emmanuel Macron pour les livraisons de systèmes de défense antiaériens et l'envoi de chars de combat légers, selon son message sur Telegram et un communiqué séparé de l'Elysée.

Emmanuel Macron a également "réaffirmé son plein soutien à la proposition ukrainienne de plan de paix en dix points, et sa détermination à soutenir cette initiative sur la scène internationale", a enfin indiqué la présidence française.


Bolsonaro demande un visa de six mois supplémentaires pour rester aux Etats-Unis

Bolsonaro s’était envolé pour la Floride fin décembre (Photo, AFP).
Bolsonaro s’était envolé pour la Floride fin décembre (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Bolsonaro serait entré aux États-Unis avec un visa délivré aux dirigeants en visite
  • L'ancien président d'extrême droite avait quitté le Brésil pour la Floride deux jours avant l'investiture de Lula

MIAMI: L'ex-président brésilien Jair Bolsonaro, qui fait l'objet d'une enquête sur son rôle dans l'attaque violente contre le siège d'institutions nationales à Brasilia le 8 janvier, a demandé un visa de six mois pour rester aux États-Unis, a indiqué lundi son avocat.

L'ancien président d'extrême droite avait quitté le Brésil pour la Floride deux jours avant l'investiture de Lula, le 1er janvier, et son visa actuel devrait bientôt expirer, selon le cabinet d'avocats AG Immigration.

"Nous avons hâte d'apporter la plus grande satisfaction et les résultats désirés à notre client", a indiqué le cabinet dans un communiqué.

M. Bolsonaro serait entré aux États-Unis avec un visa délivré aux dirigeants en visite, qui expirera mardi étant donné qu'il n'est plus en mission officielle.

L'ex-président brésilien avait indiqué à l'antenne de CNN au Brésil qu'il comptait rentrer à la fin du mois de janvier et qu'il réfléchissait même à avancer son retour pour raison de santé.

Jair Bolsonaro avait été victime d'une agression à l'arme blanche en 2018 lors d'un déplacement électoral. Il a depuis subi plusieurs interventions chirurgicales pour occlusion intestinale.

Le 8 janvier, des milliers de partisans de M. Bolsonaro, mécontents de la victoire de Lula da Silva sur l'ex-président d'extrême droite lors de l'élection présidentielle d'octobre 2022, ont envahi et vandalisé le palais présidentiel, le Congrès et la Cour suprême à Brasilia.

Anderson Torres, ex-ministre de la Justice bolsonariste, a lui été arrêté le 14 janvier dans le cadre de l'enquête sur les saccages, alors qu'il rentrait en avion des États-Unis.


Rishi Sunak défend le Brexit, «immense opportunité» pour le Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak (Photo, AFP).
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak (Photo, AFP).
Short Url
  • Le soutien de la population britannique au Brexit n'a par ailleurs jamais été aussi faible
  • Un Brexiter sur cinq a changé d'avis

LONDRES: Le Brexit est "une immense opportunité" pour la croissance britannique, a affirmé lundi soir le Premier ministre Rishi Sunak, alors que son 100e jour à Downing Street mardi marque aussi le troisième anniversaire de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Depuis le 31 janvier 2020, "nous avons fait d'énormes progrès en exploitant les libertés offertes par le Brexit pour relever des défis générationnels. Que ce soit en menant le déploiement de vaccins le plus rapide d'Europe, en concluant des accords commerciaux avec plus de 70 pays ou en reprenant le contrôle de nos frontières", a-t-il affirmé dans un communiqué.

"Au cours de mes 100 premiers jours en tant que Premier ministre, cet élan ne s'est pas ralenti", a-t-il ajouté. "Je suis déterminé à faire en sorte que les avantages du Brexit continuent à donner du pouvoir aux gens et aux entreprises dans tout le pays."

Le communiqué de Downing Street souligne notamment "l'immense opportunité" de la sortie de l'UE notamment "pour la croissance de l'économie britannique". Il cite la création de ports francs, des zones considérées hors du territoire douanier du pays et bénéficiant donc d'une fiscalité avantageuse, et les perspectives ouvertes selon lui par la dérégulation post-Brexit.

Selon l'organisme public de prévision budgétaire OBR, la sortie de l'UE réduira pourtant la taille de l'économie britannique d'environ 4% à long terme, malgré l'accord de libre-échange signé avec l'UE. Par ailleurs, le Royaume-Uni est le seul pays du G7 à n'avoir pas encore renoué avec son Produit intérieur brut (PIB) d'avant la pandémie de Covid-19.

Le soutien de la population britannique au Brexit n'a par ailleurs jamais été aussi faible. Selon un sondage YouGov paru en novembre, moins d'un tiers des Britanniques estime que c'était une bonne décision. Un Brexiter sur cinq a changé d'avis.

Arrivé à la tête du gouvernement britannique fin octobre, Rishi Sunak a restauré une forme de stabilité après le mandat éclair de Liz Truss, mais il se trouve à la peine face aux nombreux mouvements sociaux provoqués par la flambée des prix, l'inflation dépassant les 10% dans le pays.


Afghanistan: L'ONU espère d'autres exemptions à l'interdiction des femmes dans les ONG

Martin Griffiths, secrétaire général des Nations Unies aux affaires humanitaires et aux secours d'urgence (Photo, AFP).
Martin Griffiths, secrétaire général des Nations Unies aux affaires humanitaires et aux secours d'urgence (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon l'ONU qui estime à 4,6 milliards de dollars son plan d'aide à l'Afghanistan pour 2023, 28 millions d'Afghans en dépendent
  • Le 24 décembre, les talibans ont interdit aux ONG de travailler avec des femmes afghanes

NATIONS UNIES: Le chef humanitaire de l'ONU a plaidé auprès des talibans pour de nouvelles exemptions à l'interdiction de l'emploi de femmes afghanes par les ONG, a-t-il indiqué lundi, espérant qu'il ne faudra "pas attendre trop longtemps" pour que cela se concrétise.

"En plus de dire clairement notre grande inquiétude concernant le décret, nous leur avons dit, si vous n'annulez pas le décret maintenant, alors vous devez étendre les exemptions pour inclure tous les aspects de l'aide humanitaire", a déclaré à la presse Martin Griffiths, qui était à Kaboul la semaine dernière avec des responsables d'ONG internationales.

Le 24 décembre, les talibans, qui depuis leur retour au pouvoir en août 2021 ont imposé de sévères restrictions aux femmes, ont interdit aux ONG de travailler avec des femmes afghanes, forçant des organisations à suspendre leurs activités. Des exceptions ont malgré tout depuis été annoncées, pour le secteur de la santé et celui de l'éducation primaire.

"On nous a dit que des lignes directrices étaient en train d'être préparées par les autorités talibanes, qui pourraient préciser le rôle des femmes dans les opérations humanitaires", a indiqué Martin Griffiths. Mais "on nous a demandé d'être patients".