Plus de 200 prisonniers politiques libérés au Nicaragua et expulsés aux Etats-Unis

Juan Sebastian Chamorro, l'un des plus de 200 prisonniers politiques libérés du Nicaragua, s'adresse aux journalistes après son arrivée dans la capitale américaine le 9 février 2023. (AFP)
Juan Sebastian Chamorro, l'un des plus de 200 prisonniers politiques libérés du Nicaragua, s'adresse aux journalistes après son arrivée dans la capitale américaine le 9 février 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 10 février 2023

Plus de 200 prisonniers politiques libérés au Nicaragua et expulsés aux Etats-Unis

  • Deux femmes ayant la double nationalité nicaraguayenne et française se trouvent parmi les personnes libérées
  • La remise en liberté des 222 détenus est intervenue après des mois de discussions menées en toute discrétion

WASHINGTON: Plus de 200 prisonniers politiques ont été libérés jeudi au Nicaragua et expulsés vers les Etats-Unis par le gouvernement du président Daniel Ortega, un geste inattendu qui pourrait relancer le dialogue avec Washington.

La remise en liberté des 222 détenus, dont deux Françaises et un Américain, est intervenue après des mois de discussions menées en toute discrétion et n'a été rendue publique qu'une fois le groupe en route vers les Etats-Unis.

Ils sont arrivés en fin de matinée à bord d'un vol charter à Washington, où les autorités américaines ont promis de leur délivrer des permis de séjour d'une durée initiale de deux ans.

"Nous sommes au pays de la liberté", s'est réjoui l'opposant Juan Sebastian Chamorro, qui a passé "20 mois dans une prison de sécurité maximum, sans aucun contact avec l'extérieur". "On nous a mis dans des bus sans nous dire où on allait (...) et on a réalisé une fois en vol", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ariana Gutierrez Pinto, venue accueillir sa mère Evelyn, une militante des droits humains incarcérée pendant 15 mois, était partagée: "Leur libération me semble juste car ils ne vivront pas dans la misère, mais injuste parce qu'ils ont été expulsés de leur propre pays..."

Déchéance de nationalité 

Les Etats-Unis ont salué une décision "positive", tout en insistant sur le fait qu'elle avait été prise "de manière unilatérale" par le régime Ortega, sans aucune promesse d'assouplissement des sanctions qui pèsent contre lui.

C'est "une étape constructive" qui "ouvre la porte à un dialogue" entre Washington et Managua, a toutefois déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

Un haut magistrat a confirmé "l'expulsion" des anciens prisonniers qualifiés de "traîtres à la Nation". "Leurs droits civiques ont été suspendus à vie", a précisé le juge Octavio Rothschuh, de la Cour d'appel de Managua.

Ils vont également être déchus de leur nationalité nicaraguayenne en vertu d'une loi adoptée en première lecture jeudi par le Parlement, et dont l'approbation finale ne fait aucun doute.

"Je serai nicaraguayen jusqu'à ma mort", a rétorqué le militant Felix Maradiaga, qui fait partie des prisonniers libérés. Ces derniers chantaient l'hymne du Nicaragua dans l'avion, selon lui.

Deux Françaises 

Deux femmes ayant la double nationalité nicaraguayenne et française se trouvent parmi les personnes libérées: Jeannine Horvilleur Cuadra, 63 ans, et Ana Alvarez Horvilleur, 43 ans.

Arrêtées le 13 septembre avec le mari de cette dernière, elles avaient été condamnées récemment à huit ans de prison pour "complot et diffusion de fausses nouvelles".

Paris a salué leur libération et réitéré son appel "à un retour de l'Etat de droit au Nicaragua".

Parmi les personnes libérées se trouve également l'ancienne guérillera sandiniste Dora Maria Tellez, mais pas l'évêque catholique Rolando Alvarez, a dit à l'AFP Javier Alvarez, l'époux de Jeannine Horvilleur Cuadra qui vit en exil au Costa Rica.

Le prélat a refusé d'embarquer à bord de l'avion qui conduisait les opposants aux Etats-Unis, a affirmé jeudi le président du Nicaragua, Daniel Ortega.

"M. Alvarez n'a pas voulu respecter ce que lui dictait la loi", a ajouté le président, précisant que l'évêque avait été de nouveau incarcéré.

Ce détracteur d'Ortega avait été arrêté en août avec six autres religieux. Le pape François avait exprimé sa "préoccupation" après leur interpellation.

«Un grand jour»

Fervent marxiste dans sa jeunesse, Daniel Ortega avait mené l'insurrection qui a fait chuter le dictateur Anastasio Somoza et l'avait remplacé à la tête du pays en 1979.

Défait aux élections de 1990, il était revenu au pouvoir en 2007 mais ses opposants l'accusent d'avoir ensuite versé dans l'autoritarisme et le népotisme.

En 2018, des manifestations réclamant son départ avaient été sévèrement réprimées, le pouvoir considérant ces protestations comme une tentative de coup d'Etat soutenue par les Etats-Unis. Plus de 350 personnes avaient été tuées et plus de 200 emprisonnées.

Daniel Ortega a été réélu en novembre 2021 pour un quatrième mandat consécutif, à l'issue d'un scrutin duquel étaient absents ses rivaux, arrêtés ou contraints à l'exil.

Depuis quatre ans, l'Union européenne et les Etats-Unis ont imposé de nombreuses sanctions au Nicaragua et à des personnalités du régime.

L'écrivain nicaraguayen Sergio Ramirez, qui fut vice-président de Daniel Ortega dans les années 1980 et vit en exil en Espagne, s'est félicité de la libération des prisonniers. C'est "un grand jour pour la liberté au Nicaragua", a-t-il tweeté.

Le Centre national des droits de l'Homme s'est dit soulagé qu'ils "ne souffrent plus des conditions inhumaines" de détention, mais a regretté, dans un communiqué, leur expulsion "arbitraire et contraire au droit international".


L'UE adopte une révision des règles de Schengen

L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire. (AFP)
L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire. (AFP)
Short Url
  • La réforme vise à contrôler les mouvements migratoires au sein de l'espace Schengen et à répondre aux situations d'instrumentalisation des migrants par des pays tiers
  • Les nouvelles règles permettront notamment aux Etats membres de limiter le nombre de points de passage aux frontières

BRUXELLES: L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire.

La réforme, sur laquelle les négociateurs avaient trouvé un accord en février, vise aussi à contrôler les mouvements migratoires au sein de l'espace Schengen et à répondre aux situations d'instrumentalisation des migrants par des pays tiers.

Elle permet à un État membre de "transférer les ressortissants de pays tiers appréhendés dans la zone frontalière et séjournant illégalement sur son territoire vers l'État membre d'où ils sont directement arrivés".

"L'arrestation devra avoir lieu dans un cadre de coopération bilatérale", précise dans un communiqué le Conseil de l'UE (représentant les Vingt-Sept).

Afin de lutter contre les tentatives de pays tiers d'orchestrer l'arrivée de migrants dans le bloc, comme le Bélarus et la Russie ont été accusés de le faire à des fins de déstabilisation, les nouvelles règles permettront notamment aux Etats membres de limiter le nombre de points de passage aux frontières.

Elles permettent aussi de prendre des mesures contraignantes au niveau européen pour restreindre l'accès de ressortissants de pays tiers au bloc en cas d'urgence sanitaire de grande ampleur.

Pendant la pandémie de Covid-19, Bruxelles n'avait pu émettre que des recommandations non contraignantes à l'intention des États membres pour tenter d'harmoniser les restrictions imposées aux voyageurs entrant dans l'UE.

Selon les nouvelles règles, le Conseil de l'UE pourra aussi imposer des tests et des mesures de quarantaine.

La réforme du code Schengen a été proposée en décembre 2021 par la Commission européenne pour tirer les leçons de la crise du Covid-19, qui avait donné lieu à des restrictions en pagaille.

Au sein de l'espace Schengen qui regroupe 27 pays --dont 23 Etats membres de l'UE plus l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse--, plus de 400 millions de personnes peuvent en principe circuler sans être soumises à des contrôles. Depuis mars deux autres pays, la Bulgarie et la Roumanie, ont partiellement rejoint ce groupe.

Mais depuis 2015, invoquant la pression migratoire et/ou la menace terroriste, un certain nombre de pays ont réintroduit des contrôles d'identité à leurs frontières. Ils sont actuellement huit à le faire (Slovénie, Italie, Allemagne, Autriche, France, Norvège, Danemark, Suède).

Ces contrôles sont autorisés par le code Schengen à titre exceptionnel, en cas de menace grave pour l'ordre public ou la sécurité intérieure d'un Etat, mais de manière provisoire. La Cour de justice de l'UE avait rappelé en avril 2022 qu'ils ne devaient pas excéder six mois.

La réforme prévoit qu'en cas de menace grave à sa sécurité, un Etat peut autoriser des contrôles à ses frontières pour une durée maximale de deux ans, avec une prolongation possible d'un an.

Ces Etats devront évaluer la nécessité et la proportionnalité de ces contrôles et déterminer si les objectifs poursuivis ne peuvent être atteints par des mesures alternatives.


Un parti flamand à la conquête de voix wallonnes, scénario inédit en Belgique

Short Url
  • Le parti flamand N-VA, dont la position dominante en Flandre est menacée par l'extrême droite, a choisi de présenter des candidats en Wallonie
  • L'Alliance néo-flamande (Nieuw-Vlaamse Alliantie, N-VA) juge que la majorité sortante --une coalition de sept partis dirigée par le Premier ministre libéral Alexander De Croo-- n'a pas su mener les réformes économiques nécessaires

HUY: C'est une première en Belgique. Le parti flamand N-VA, dont la position dominante en Flandre est menacée par l'extrême droite, a choisi de présenter des candidats en Wallonie aux législatives du 9 juin, afin de maximiser ses chances de revenir au pouvoir au niveau fédéral.

L'Alliance néo-flamande (Nieuw-Vlaamse Alliantie, N-VA) juge que la majorité sortante --une coalition de sept partis dirigée par le Premier ministre libéral Alexander De Croo-- n'a pas su mener les réformes économiques nécessaires, et se présente comme "la seule alternative" à sa possible reconduction.

Derrière ce choix de concourir dans les cinq provinces wallonnes, "l'idée est d'aller glaner un maximum de sièges en Belgique pour pouvoir forcer cette alternative", explique l'universitaire Drieu Godefridi, tête de liste dans le Brabant wallon.

Mais le défi est de taille pour la N-VA, qui se dit "nationaliste" et réclame "un degré d'autonomie maximal" pour les régions, afin qu'elles puissent mener "une politique à la mesure de leur propre communauté".

La formation, dirigée par le maire d'Anvers Bart De Wever, est souvent accusée par les francophones de vouloir séparer la Wallonie de la Flandre, plus dynamique économiquement.

"Je ne vais pas voter pour quelqu'un qui veut casser le pays en deux!", déclare à l'AFP un sexagénaire rencontré sur le marché de Huy, l'une des deux villes wallonnes où les candidats N-VA sont venus ce matin-là à la rencontre de la population.

"C'est mieux d'aider la Wallonie que de l'enfoncer non ?", ajoute cet électricien à la retraite, préférant taire son nom.

Reconnaissables au vêtement jaune qu'ils portent tous --une veste, un sweat-shirt ou une cravate à la couleur de la N-VA--, une quinzaine de candidats arpentent les allées du marché pour distribuer leurs tracts.

Des prospectus vantant l'objectif d'"une Wallonie prospère", "qui récompense le travail", et "une politique énergétique et climatique intelligente" passant notamment par l'investissement dans le nucléaire.

« Le modèle flamand »

En tête de cortège, Theo Francken, ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, est le visage le plus connu du déplacement, venu du Brabant flamand où il est candidat pour conserver son siège de député. Il décline un autre des thèmes favoris de son parti.

"Nous voulons une politique migratoire plus stricte, je suis sûr que beaucoup de Wallons sont d'accord", dit celui qui fut la bête noire des socialistes et des écologistes quand la N-VA était associée au gouvernement fédéral (2014-2018).

Devant les étals, l'accueil est généralement poli et souriant. Des bras se tendent pour saisir les tracts. Mais les dos se tournent vite. Les visiteurs sont pressés par le temps, et il est rare qu’un dialogue s'engage.

La N-VA, qui occupait 25 des 150 sièges dans la Chambre des députés sortante, refuse de faire des pronostics sur ses résultats en Wallonie. Le 9 juin aura valeur de "test", dit-on en interne.

Le parti a peu de visibilité dans les médias francophones et n'est pas testé dans les enquêtes d'opinion côté wallon. Celles-ci créditent le PS de la première place devant le Mouvement réformateur (MR, libéraux francophones) avec lequel il gouverne la région en coalition.

Pour Theo Francken, redonner le pouvoir à ce duo reviendrait à ne rien changer, tant au niveau régional qu'au fédéral.

Selon lui, il est temps d'appliquer à tout le pays "le modèle flamand", à savoir "un meilleur taux d'emploi, une bonne gestion, un budget en ordre". La N-VA propose notamment de limiter dans le temps les allocations de chômage.

"J'espère que les francophones vont arrêter de dire toujours +non, non, non+ aux exigences flamandes, sinon ça donnera encore plus de voix au Vlaams Belang", prévient l'ex secrétaire d'Etat.

Une allusion au grand rival, le parti d'extrême droite (ex-Vlaams Blok) donné vainqueur du prochain scrutin en Flandre par les derniers sondages, avec 26-27% des voix, soit six points devant la N-VA.


Netanyahu invité à s'adresser «  bientôt » au Congrès américain

Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter. (AFP).
Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter. (AFP).
Short Url
  • Cette invitation, lancée au Premier ministre israélien par l'opposition républicaine au président Joe Biden, intervient après un double revers subi cette semaine par Israël
  • Elle intervient aussi alors que le président américain a dit publiquement son opposition à une offensive terrestre de grande ampleur à Rafah

WASHINGTON: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adressera "bientôt" au Congrès américain, a annoncé jeudi soir le chef républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, pour qui il s'agira d'une expression "forte de soutien" en pleine guerre à Gaza.

"Ce soir, je suis heureux de vous annoncer autre chose: nous accueillerons bientôt le Premier ministre Netanyahu au Capitole pour une session conjointe du Congrès", a déclaré le "speaker" (président) républicain de la Chambre des Représentants, lors d'une réception à l'ambassade d'Israël à Washington.

"Il s'agira d'une manifestation opportune et, je pense, très forte de soutien au gouvernement israélien au moment où il en a le plus besoin", a-t-il ajouté.

Cette invitation, lancée au Premier ministre israélien par l'opposition républicaine au président Joe Biden, intervient après un double revers subi cette semaine par Israël: la reconnaissance par trois pays européens de l'Etat de Palestine et la décision du procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khan, de demander des mandats d'arrêt contre M. Netanyahu pour des "crimes contre l'humanité" présumés, en même temps que contre les dirigeants du Hamas.

Elle intervient aussi alors que le président américain a dit publiquement son opposition à une offensive terrestre de grande ampleur à Rafah où plus d'un million de civils sont piégés, et a menacé de cesser certaines livraisons d'armes à Israël si son avertissement n'était pas entendu.

Cette décision a suscité des critiques à Washington de la part de ses opposants républicains, qui l'accusent de lâcher Israël.

Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter.

En mars, le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, avait provoqué un tollé en déclarant dans un discours dans l'hémicycle que la coalition gouvernementale "menée par Netanyahu ne correspond plus aux besoins d'Israël après le 7 octobre", date de début de la guerre avec le mouvement palestinien Hamas, et appelant à des élections en Israël.