Fermées à Noël ? Les stations de ski, abasourdies, veulent encore convaincre

« Pour les amoureux de ski alpin, il est clair que les remontées mécaniques resteront fermées » (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 26 novembre 2020

Fermées à Noël ? Les stations de ski, abasourdies, veulent encore convaincre

  • « On est dans l'incompréhension totale et on souhaite une clarification de la situation »
  • « Il faut absolument qu'on trouve une solution pour ouvrir (...) Les stations de ski de région font 30% de leur chiffre d'affaires à Noël »

GRENOBLE : Les stations de ski ont été prises de court par les annonces présidentielles semblant exclure une réouverture pour Noël, alors qu'une décision n'était pas attendue dans l'immédiat. Devant l'importance de l'enjeu, elle espèrent encore pouvoir infléchir la position du gouvernement.

« On est dans l'incompréhension totale et on souhaite une clarification de la situation », affirme Jean-Luc Boch, président de l'Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM) et de France Montagnes, organisme de promotion de la destination.

Car lundi, après une réunion avec tout le secteur, le Premier ministre Jean Castex avait parlé d'une « réponse définitive le 5 décembre ». Las, le mardi le président Emmanuel Macron dit qu'on « n'aurait pas l'autorisation d'ouvrir et d'exploiter nos domaines skiables avant le 20 janvier », constate M. Boch.

« Il y a peut-être eu une précipitation dans l'annonce du Président et elle est très préjudiciable à toute l'économie de montagne », qui pèse pour 10 milliards d'euros de retombées économiques et 120.000 emplois saisonniers, dit-il.

La « cordée montagnarde » espère pouvoir « infléchir cette position, qui nous apparaît extrêmement injuste », ajoute le responsable, qui « a demandé un rendez-vous avec le Premier ministre ».

« Il était trop tôt encore pour décider ! », renchérit la députée de la Savoie Emilie Bonnivard (LR), pointant un « couperet inacceptable ».

Avec le secteur de la montagne, « le travail va se poursuivre », a assuré mercredi à l'Assemblée nationale le secrétaire d'Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, afin de « voir quelles sont les activités qui pourraient être autorisées: la raquette, les jardins d'enfants en plein air... ».

Pour le PDG de la Compagnie du Mont-Blanc, « cet été, on a fait 2,3 millions de passages, jusqu'à fin octobre. On n'a eu aucun cluster ou coup de fil de l'ARS. Ca montre que le protocole fonctionne ! », assène Mathieu Dechavanne, inquiet des « conséquences désastreuses » de cette décision pour ses 1.000 salariés l'hiver.

« Désarroi » face aux « incohérences »

Même incompréhension et colère dans les Hautes-Alpes, où l'Agence de développement interpelle directement le président : « Vous autorisez l'ouverture d'établissements en lieux clos mais pas la pratique du ski, activité de plein air. Vous autorisez les déplacements entre régions pour passer Noël en famille, mais pas en station ».

« Vous mettez nos territoires de montagne en danger », écrivent ses président Patrick Ricou et directeur Yvan Chaix.

En Isère, « c'est la stupéfaction et le désarroi », dénonce Chantal Carlioz, vice-présidente du conseil départemental chargée de la montagne. De plus, « les stations suisses et autrichiennes sont ouvertes. Et certaines stations italiennes ont également annoncé leur ouverture prochaine », souligne l'élue, alors que le gouvernement parle de « coordination européenne ». 

« Comment peut-il y avoir une posture aussi radicalement opposée entre le chef de l'Etat et le chef du gouvernement ? », s'interroge Jacques Alvarez, responsable de la communication d'Altiservices, qui gère les stations de Saint-Lary et de Font Romeu-Pyrénées 2000, deux des plus grandes stations des Pyrénées.

« On reste sur le pied de guerre pour ouvrir dès qu'on nous dira que c'est possible », a déclaré Christine Massoure, directrice générale de la Compagnie des Pyrénées, qui exploite huit domaines.

Pour Renaud Muselier, président LR de la région PACA, « il faut absolument qu'on trouve une solution pour ouvrir (...) Les stations de ski de région font 30% de leur chiffre d'affaires à Noël ». « Le président de la République a dit qu'il ne pensait pas que cela était faisable avant les fêtes et bien montrons-lui que c'est faisable ! », a-t-il déclaré sur France Bleu Provence.

« Pour les amoureux de ski alpin, il est clair que les remontées mécaniques resteront fermées ». Mais « ça ne veut pas dire que la montagne est fermée », a pour sa part déclaré le chef de file des députés MoDem Patrick Mignola, élu de Savoie, plaidant pour « une communication gouvernementale sur le fait que les autres activités liées à la neige et aux autres sports de plein air (ski nordique, raquette, randonnées...) puissent être pratiquées ». 

Le protocole sanitaire, peaufiné depuis des semaines sous l'égide du préfet de la Savoie en cas de réouverture des stations, fait encore des allers-retours avec la cellule interministérielle de crise (CIC).

« Si on ouvre, la distanciation, on l'a; les médecins de montagne sont capables de réagir; nous avons un protocole de tests antigéniques réfléchi collectivement », détaille Jean-Luc Boch.

« On peut faire de la montagne un laboratoire national et montrer que quand on veut, on peut ! ».


«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin condamne publiquement les agissements de ce groupuscule et évoque la possibilité de sa dissolution (Photo, AFP)
Short Url
  • «Si les éléments sont réunis, je n'hésiterais pas à proposer la dissolution», a déclaré le ministre
  • Selon un message de Génération identitaire posté sur les réseaux sociaux, cette campagne entendait lutter contre le «risque terroriste et migratoire dans les Pyrénées»

PARIS: Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est dit mardi « scandalisé » par les opérations anti-migrants de Génération identitaire (GI) dans les Alpes et les Pyrénées et a annoncé avoir demandé à ses services de réunir les éléments permettant de dissoudre le groupuscule d'extrême droite.  

« Si les éléments sont réunis, je n'hésiterais pas à proposer la dissolution », a déclaré le ministre, « scandalisé par le travail de sape de la République des militants de Génération identitaire », qui ont mené la semaine dernière une opération anti-migrants entre Luchon (Haute-Garonne) et l'Espagne.  

Le ministère agira « évidemment dans le cadre des lois et des règlements de la République en proposant notamment, une fois que ces éléments seront réunis, le contradictoire dû à chaque association », a ajouté Gérald Darmanin à Paris lors de la conférence de presse mensuelle sur l'activité des forces de l'ordre.  

C'est la première fois que M. Darmanin condamne publiquement les agissements de ce groupuscule et évoque la possibilité de sa dissolution. Ces dernières semaines, son ministère avait obtenu celle d'associations soupçonnées d'accointances avec l'islamisme (CCIF, BarakaCity, collectif Cheikh Yassine).  

Plusieurs élus d’Occitanie dont la présidente socialiste de région, Carole Delga, avaient demandé la semaine dernière au ministère de l'Intérieur la dissolution de « ce groupuscule d'extrême droite violent et dangereux » après leur action coup de poing dans les Pyrénées.  

Mardi dernier, une trentaine de militants de GI « dans des voitures sérigraphiées +Défend Europe+ » se sont installés au Col du Portillon, certains sont « partis en randonnée » et utilisant « un drone » pour surveiller la frontière.  

Selon un message de Génération identitaire posté sur les réseaux sociaux, cette campagne entendait lutter contre le « risque terroriste et migratoire dans les Pyrénées ».   

En décembre, Génération identitaire et trois de ses cadres avaient été relaxés par la cour d'appel de Grenoble pour des précédentes opérations anti-migrants menées en 2018 dans les Alpes, à la frontière franco-italienne. 


Un réseau illégal de travailleurs agricoles marocains démantelé dans le sud-ouest de la France

Travailleurs saisonniers agricoles immigrés sur leur lieu de travail (Photo, AFP).
Short Url
  • Des Français d'origine marocaine et des Marocains ont fait travailler illégalement environ 250 personnes
  • En deux ans d'activité, leurs sociétés ont généré un chiffre d'affaires d'1,6 million d'euros mais officiellement ces sociétés n'avaient aucun chiffre d'affaires, selon la PAF

TOULOUSE: Une importante filière de saisonniers marocains travaillant dans des exploitations agricoles dans toute la France a été démantelée dans le Sud-Ouest du pays et cinq personnes inculpées, dont une placée en détention provisoire, a-t-on appris lundi auprès de la Police aux frontières.

Les personnes poursuivies sont des Français d'origine marocaine et des Marocains basés à Montauban (Sud-Ouest) qui ont fait travailler illégalement environ 250 personnes, exclusivement des ressortissants marocains, a ajouté cette source. 

En deux ans d'activité, leurs sociétés ont généré un chiffre d'affaires d'1,6 million d'euros mais officiellement ces sociétés n'avaient aucun chiffre d'affaires, selon la PAF. 

Lors des interpellations le 19 janvier dans le Tarn-et-Garonne, 23 000 euros en liquide ont été saisis, 30 000 euros sur des comptes bancaires ainsi que des véhicules.

Les suspects étaient prestataires de mains d’œuvre agricole mais ne déclaraient pas leurs activités. Ils ont fait entrer illégalement en France plusieurs dizaines de personnes et en ont utilisés d'autres qui s'y trouvaient déjà mais en situation irrégulière.

Ces sociétés créées avec des prête-noms faisaient de la prestation de services agricoles pour des exploitants ayant besoin de main d’œuvre pour des tâches spécifiques comme le ramassage de fruits ou la taille de vignes. Les saisonniers étaient employés sous des identités différentes dans plusieurs exploitations. 

« Les exploitants avaient l'impression de faire appel à une société classique car ils avaient des documents qui donnaient l'apparence de la légalité », selon un responsable de la PAF.


Agent orange: les grandes firmes rejettent la compétence de la justice française

Un champ vietnamien contaminé par l’agent orange, produit toxique qui aurait engendré des pathologies graves aux habitants des environs (Photo, AFP).
Short Url
  • Née en 1942 en Indochine française, Tran To Nga affirme souffrir de pathologies causées par cet herbicide toxique, déversé de 1961 à 1971 sur les forêts vietnamienne et laotienne
  • A l'audience, les conseils des multinationales mises en cause ont plaidé lundi l'incompétence du tribunal d'Evry, près de Paris, pour traiter de ce dossier

EVRY: Les avocats d'une dizaine de géants de l'agrochimie, dont le groupe germano-américain Bayer-Monsanto, ont contesté lundi la compétence d'un tribunal français pour juger de la plainte d'une Franco-Vietnamienne, victime de « l'agent orange », déversé par l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam.

Née en 1942 en Indochine française, Tran To Nga affirme souffrir de pathologies causées par cet herbicide toxique, déversé de 1961 à 1971 sur les forêts vietnamienne et laotienne pour empêcher la progression des troupes du Nord Vietnam en guerre contre le Sud, soutenu par les Etats-Unis.

Appuyée par nombre d'associations, la septuagénaire a porté plainte en 2014 contre 14 firmes qui ont fabriqué ou commercialisé ce composé chimique, dont Monsanto (racheté en 2018 par l'allemand Bayer) et l'américain Dow Chemical. 

« L'agent orange » détruit la végétation, pollue les sols, intoxique végétaux et animaux. Les conséquences sanitaires sur la population (cancers, malformations) se font encore sentir aujourd'hui.

Quatre millions de personnes ont été exposées à « l'agent orange », estiment les ONG qui défendent les victimes.

A l'audience, les conseils des multinationales mises en cause ont plaidé lundi l'incompétence du tribunal d'Evry, près de Paris, pour traiter de ce dossier.

Arguant que ces sociétés « agissaient sur l'ordre d'un Etat et pour son compte », le conseil de Monsanto, Me Jean-Daniel Bretzner a fait valoir qu'elles pouvaient bénéficier de l'immunité de juridiction et qu'en conséquence, la juridiction française n'était pas compétente à juger de l'action d'un Etat étranger souverain dans le cadre « d'une politique de défense » en temps de guerre.

« C'est fondamentalement contraire au droit positif », a asséné l'avocat qui a estimé que « Madame Tran contourne la difficulté » en s'attaquant à des entreprises de droit privé plutôt qu'à l'Etat américain.

« Votre tribunal ne peut contrôler l'acte d'un Etat souverain étranger », a surenchéri Laurent Martinet, défendant Dow Chemical.

« On nous dit que ce procès serait caractéristique de la culture de judiciarisation extrême », a moqué le conseil de Tran To Nga, Me William Bourdon, répondant aux nombreuses fins de non-recevoir avancées par les entreprises. 

« Est-ce scandaleux d'espérer que la justice et l'éthique fassent bon ménage ? », a interrogé l'avocat qui a exhorté le tribunal à se saisir de ce sujet « marqueur d'une histoire judiciaire collective ».

Sur le fond, la défense des géants de l'agrochimie a soutenu que le lien de causalité entre les pathologies décrites par Tran To Nga et l'exposition à « l'agent orange » n'était pas établi. 

Tran To Nga a porté plainte « pour que la communauté internationale se mobilise pour (reconnaître) l'écocide » mais « elle n'a pas plus de dioxine dans le sang que vous et moi », a dénoncé Me Laurent Martinet, à savoir 3,49 picogrammes par gramme de sang selon une analyse datant de 2012, une valeur « parfaitement dans la moyenne de la population occidentale ».

A travers ce procès présenté comme « historique », la plaignante et les ONG qui la soutiennent entendent promouvoir la reconnaissance internationale d'un crime « d'écocide ».

La décision sera rendue le 10 mai.