L'ameublement peine à garder la tête hors de l'eau face à l'inflation

Dans l'ameublement, les ventes ont légèrement augmenté en valeur en 2022 grâce aux prix qui grimpent, un phénomène qui cache toutefois une baisse des volumes vendus et de la fréquentation des magasins liée à l'inflation. (AFP)
Dans l'ameublement, les ventes ont légèrement augmenté en valeur en 2022 grâce aux prix qui grimpent, un phénomène qui cache toutefois une baisse des volumes vendus et de la fréquentation des magasins liée à l'inflation. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 09 mars 2023

L'ameublement peine à garder la tête hors de l'eau face à l'inflation

  • Avec un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros en 2021, le marché du meuble d'occasion pèse désormais près de 10% de la valeur du neuf, selon une étude
  • Dans un contexte marqué par la baisse du pouvoir d'achat, les amateurs de décoration continuent de renouveler leur mobilier et les économes sont en quête du meilleur prix

PARIS: Dans l'ameublement, les ventes ont légèrement augmenté en valeur en 2022 grâce aux prix qui grimpent, un phénomène qui cache toutefois une baisse des volumes vendus et de la fréquentation des magasins liée à l'inflation. De quoi inquiéter les professionnels français pour l'année à venir.

La filière meubles a ainsi vu son chiffre d'affaires progresser de 2% à 14,85 milliards d'euros en 2022, et de 11% par rapport à l'avant-Covid (13,38 milliards en 2019), notent dans un rapport publié jeudi l'Ameublement français, l'Institut de prospective et d'études de l'ameublement (IPEA) et la Fédération française du négoce de l'ameublement et de l'équipement de la maison (Fnaem).

Mais, en parallèle, les prix de l'ameublement d'intérieur ont progressé d'environ 10%, selon l'Insee, car les professionnels ont dû répercuter sur les prix de vente la hausse des coûts de production (matières premières et énergie) et de transports.

D'après le rapport, la hausse des prix a même été plus importante que celle affichée par l'Insee et "les volumes vendus en 2022 sont proches voire inférieurs" à ceux de 2019.

Avec l'inflation, les consommateurs ont drastiquement réduit leurs dépenses d'ameublement. "Les reports d'achats ont été nombreux dans l'attente de jours meilleurs ou d'une diminution prochaine des prix de vente", signale le rapport.

Certains consommateurs sont aussi retournés "vers des enseignes plus accessibles financièrement" après une montée en gamme durant la pandémie de Covid-19.

"Notre marché a tenu, on s'en sort mieux que le textile par exemple", a déclaré Jean-Charles Vogley, secrétaire général de la Fnaem, lors d'une conférence de presse. Mais "pour le futur proche et le présent, les intentions d'achat restent très fragiles".

A l'inflation s'ajoute une autre difficulté pour le secteur: les mises en chantier des logements neufs affichent un recul de 3,7% sur 2022, loin des niveaux pré-Covid. Et pour la filière, "les perspectives pour 2023 restent sombres".

Moins chers et plus écologiques, les meubles de seconde main trouvent preneurs en ligne

Face à l'augmentation du prix des meubles neufs, le marché de la seconde main fait le plein avec des ventes qui décollent et des valeurs - authenticité et écologie - qui font évoluer les pratiques des plateformes de ventes en ligne.

Chiner dans des vide-greniers n'est pas nouveau, mais le marché de la seconde main a été bouleversé par ces plateformes entre particuliers comme Le Bon Coin ou Selency.

Avec un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros en 2021, le marché du meuble d'occasion pèse désormais près de 10% de la valeur du neuf, selon l'Institut de prospective et d'études de l'ameublement (IPEA).

Et en 2023, un tiers des Français se disent prêts à se tourner vers la seconde main, d'après une étude de janvier de cet institut.

Dans un contexte marqué par la baisse du pouvoir d'achat des ménages et du nombre de meubles neufs vendus, les amateurs de décoration continuent de renouveler leur mobilier et les économes sont en quête du meilleur prix.

Car si le foyer reste un "refuge" et le confort primordial après les confinements, sur le marché de l'occasion, les meubles coûtent jusqu'à moitié moins cher, ajoute l'IPEA.

Livraison et réemploi 

Pour remédier aux problèmes logistiques et de "stockage cher ou impossible" que rencontrent souvent les particuliers, les plateformes spécialisées ont intégré des systèmes de livraison.

C'est le cas de Youzd, cofondé par Ilfynn Lagarde, qui agit également pour l'environnement via un partenariat avec la plateforme de livraison Cocolis, en proposant du covoiturage pour le transport de colis ou marchandises.

Dans une démarche écologique, la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire (Agec) "pousse au recyclage, mais il faudrait favoriser le réemploi", estime Manon Le Padellec, directrice générale d'Izidore, une autre plateforme de seconde main.

L'équipe d'Izidore échange avec une quarantaine de marques d'ameublement afin de les inciter à favoriser le réemploi de leurs produits, un marché "avantageux" pour les marques mais qui "leur échappe complètement" pour l'heure, selon elle.

La loi Agec contraint les enseignes de mobilier à proposer à leurs clients des solutions de reprise des meubles, mais les distributeurs "restent très discrets" à ce sujet, indiquait en janvier Christophe Gazel, directeur de l'IPEA, dans un webinaire.

La reprise par le distributeur peut également lui causer des problèmes logistiques que les partenariats avec une plateforme pourraient résoudre.

La seconde main est en outre un atout dans "la recherche de singularité" dans l'aménagement de son logement, assure Charlotte Cadé, fondatrice de Selency, plateforme créée en 2014 qui recense désormais trois millions de visiteurs mensuels sur son site et son application.

Une croissance liée, selon Mme Cadé, au passage au numérique du secteur des brocantes "un peu vieillissant".

«Environnement difficile»

En valeur, le segment meubles (qui représente un tiers du marché de l'ameublement) a vu ses ventes augmenter de 3,9% en un an et de 6,5% par rapport à 2019. Le mobilier de jardin a lui aussi connu un petit rebond, grâce à la hausse des prix mais également parce que le jardin est "redevenu une pièce à part entière" avec les confinements. La literie peine en revanche à se maintenir (-0,3% sur un an), malgré un marché "régulièrement rythmé par des opérations de promotions".

En volume, on observe un recul général sur tous les types de produits, souligne l'IPEA.

Avec près de 40% des parts de marché, les enseignes de grande distribution comme Alinéa, But, Conforama, Ikea ou Maisons du monde ont réalisé en 2022 un chiffre d'affaires en hausse de 7,1% à 5,66 milliards d'euros, selon l'institut.

Cela s'explique notamment par un "rattrapage au printemps", après les fermetures de 2021 en raison de la pandémie, mais aussi par le fait que les prix plus bas des enseignes de la grande distribution attirent les "ménages financièrement contraints".

Maisons du Monde a toutefois vu son chiffre d'affaires 2022 baisser de 5,1% à 1,24 milliard d'euros et son bénéfice net divisé par plus de deux, à 34 millions d'euros, contre 79 millions l'année précédente.

Le groupe évoque un "environnement difficile" marqué par l'inflation et l'incertitude géopolitique. Face à ces difficultés, il a, comme beaucoup d'autres dans le secteur, mis en place des dispositifs pour faciliter le paiement en plusieurs fois sans frais et développé sa place de marché sur internet.

Les enseignes haut de gamme, "moins sensibles à l'inflation", ont enregistré de "meilleurs résultats". Roche Bobois a notamment publié un "nouveau record de chiffre d'affaires" en 2022, à 408,5 millions d'euros (+22,3% par rapport à 2021) et s'attend à une croissance en 2023.

Les grandes surfaces alimentaires ou les discounteurs ont également vu leur chiffre d'affaires croître (+2,1%), entre offres jardin, petits meubles et literie. Alors que le pouvoir d'achat baisse, l'autre gagnant est le marché de la seconde main qui se développe à vitesse grand V.


Les systèmes des marchés financiers saoudiens ont résisté à la panne technologique mondiale

Selon l'AMC, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet. (Fournie)
Selon l'AMC, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet. (Fournie)
Short Url
  • L'Autorité saoudienne du marché des capitaux a déclaré qu'elle s'était rapidement coordonnée avec les acteurs du marché pour atténuer les effets de l'interruption et veiller à ce que les opérations ne soient pas affectées.  
  • Selon la CMA, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet.

RIYADH : Les systèmes du marché des capitaux de l'Arabie saoudite ont bien résisté à la panne technique mondiale du 19 juillet, qui a perturbé les vols, les services de radiodiffusion et les services essentiels dans le monde entier. 

L'Autorité saoudienne du marché des capitaux a déclaré qu'elle s'était rapidement coordonnée avec les acteurs du marché pour atténuer les effets de l'interruption et veiller à ce que les opérations ne soient pas affectées.  

Selon la CMA, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet.

La panne, déclenchée par une mise à jour logicielle de la société de cybersécurité CrowdStrike, a provoqué des perturbations généralisées dans divers secteurs. 

En réponse, la CMA a demandé aux sociétés cotées sur le marché financier saoudien de divulguer tout développement significatif lié à l'incident. L'autorité de régulation du marché a souligné que ses équipes techniques surveillaient les systèmes 24 heures sur 24 afin d'assurer la stabilité et la continuité des activités. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Grâce à AlUla, les liens culturels entre l'Arabie saoudite et la Chine sortent renforcés

Cet événement souligne le rôle de premier plan joué par AlUla au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays, le long d'anciennes routes commerciales.  (Fournie)
Cet événement souligne le rôle de premier plan joué par AlUla au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays, le long d'anciennes routes commerciales. (Fournie)
Short Url
  • Ces événements ont souligné le rôle prépondérant d'Al-Ula au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie.
  • Ce partenariat vise à renforcer les connaissances et les ressources partagées, en mettant l'accent sur l'archéologie, la préservation du patrimoine culturel, les musées.

RIYADH : L'Arabie saoudite et la Chine ont approfondi leurs liens culturels grâce à la participation de la Commission royale pour AlUla à des forums mondiaux importants à Istanbul et à Luoyang.  

La CRU a participé au Dialogue de la Route de la Soie et au Forum international des anciennes capitales afin de renforcer la collaboration et de présenter AlUla comme le « plus grand musée vivant » du monde. 

Ces événements, qui se sont déroulés du 27 au 30 juin, ont souligné le rôle prépondérant d'Al-Ula au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays le long des anciennes routes commerciales.  

Les forums ont permis de développer les partenariats culturels entre la Chine et l'Arabie saoudite et d'organiser des visites officielles à AlUla. 

La stratégie de l'Arabie saoudite en matière de tourisme, axée sur le riche patrimoine d'Al-Ula, est devenue la pierre angulaire du renforcement des liens culturels et économiques avec la Chine, illustrant l'engagement du Royaume à tirer parti de ses atouts historiques pour favoriser les partenariats internationaux. 

Lors du Forum international des anciennes capitales, des réunions de haut niveau ont été organisées avec des responsables de Luoyang sur le tourisme, l'agriculture, la conservation et le développement urbain, ce qui a permis d'explorer de nouveaux domaines de coopération entre les deux nations. 

« La Commission royale pour Al-Ula continue de s'appuyer sur les fondements profondément ancrés du partenariat culturel qui existe entre la Chine, le Royaume et l'Arabie du Nord-Ouest », a déclaré un porte-parole de la Commission royale pour Al-Ula dans un communiqué. 

Le porte-parole a ajouté : « Le dialogue sur la route de la soie et le forum international des anciennes capitales ont représenté des occasions passionnantes de développer de nouvelles voies de collaboration, en mettant l'accent sur le développement de l'échange de connaissances et la promotion du tourisme, avec diverses initiatives fondées sur notre statut commun de destinations anciennes et de points de repère en développement rapide pour le patrimoine humain ». 

Le forum a été lancé pour favoriser le dialogue et la collaboration entre des villes à l'histoire millénaire. Il facilite également un accord signé plus tôt cette année entre AlUla et ses partenaires chinois de l'administration provinciale du patrimoine culturel du Henan.  

Ce partenariat vise à renforcer les connaissances et les ressources partagées, en mettant l'accent sur l'archéologie, la préservation du patrimoine culturel, les musées et la collaboration en matière de recherche, ainsi que sur le développement des talents, le tourisme et d'autres échanges culturels. 

Il comprend également la création d'un laboratoire archéologique axé sur la technologie, la réalisation d'activités de fouilles, la recherche et la promotion des liens entre les sites patrimoniaux d'AlUla et du Henan. 

L'accord prévoit également la mise en œuvre de programmes d'échange collaboratifs, la participation à des expositions et à des événements, et l'utilisation de technologies muséales telles que la réalité virtuelle et la réalité augmentée. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le diverstissement, un secteur de pointe en Arabie saoudite grâce à la Vision 2030

L'Autorité générale pour le divertissement a fait progresser le secteur en organisant une série d'événements dans tout le Royaume, notamment les célébrations de la “Saison du Riyad”. Autorité générale pour le divertissement
L'Autorité générale pour le divertissement a fait progresser le secteur en organisant une série d'événements dans tout le Royaume, notamment les célébrations de la “Saison du Riyad”. Autorité générale pour le divertissement
Short Url
  • Aujourd'hui, l'Arabie saoudite est à l'avant-garde des loisirs et du divertissement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, sous l'impulsion d'investissements ambitieux et d'initiatives stratégiques dans le cadre de la Vision 2030
  • Depuis l'ouverture de la première salle de cinéma dans le Royaume en 2018, le secteur n'a cessé d'évoluer, l'industrie générant environ 240 millions de dollars en 2023

RIYAD : Lorsque l'Arabie saoudite a lancé l'Autorité générale pour le divertissement en 2016, les personnes sceptiques doutaient de son résultat, car le Royaume n'en était qu'à ses premiers pas dans le secteur.

Aujourd'hui, l'Arabie saoudite est à l'avant-garde des loisirs et du divertissement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, sous l'impulsion d'investissements ambitieux et d'initiatives stratégiques dans le cadre de la Vision 2030.

Dans le cadre de ce programme, le Royaume vise à investir 64 milliards de dollars dans l'industrie d'ici la fin de la décennie, accompagnés de la création de plus de 100 000 emplois.

Des complexes de divertissement partout dans les grandes villes, au secteur cinématographique florissant, l'Arabie saoudite illustre comment des politiques réglementaires déterminées peuvent transformer une industrie naissante en un pilier de la croissance économique et du développement culturel. 

“Sous l'impulsion du lancement de Vision 2030, le domaine du divertissement en Arabie saoudite s'est rapidement développé”, a déclaré Devanshu Mathur, directeur général et associé du Boston Consulting Group. 

“Cette transformation a été initiée par la réouverture des cinémas à travers le Royaume en 2018, suivie par l'établissement de diverses offres de divertissement en 2019, telles que Saudi Seasons et Boulevard Riyadh City, et l'introduction d'événements annuels de musique en direct tels que MDL Beast”.

L'expansion de SEVEN

seven
Des centres de divertissement sur le thème de Play-Doh seront déployés dans tout le Royaume. Fichier/fourni

La création de Saudi Entertainment Ventures, également connue sous le nom de SEVEN, en 2017, a marqué une étape décisive dans le parcours de l'Arabie saoudite en matière de divertissement.

Soutenue par le Fonds d'investissement public du Royaume, la société est prête à investir 13,3 milliards de dollars avec des partenaires internationaux pour développer 21 destinations de divertissement complètes comprenant plus de 150 attractions dans 14 villes saoudiennes d'ici la fin de la décennie.

En 2023, SEVEN a acquis les 85 écrans de cinéma d'AMC Entertainment Holdings en Arabie saoudite, renforçant ainsi son engagement à améliorer le paysage cinématographique du Royaume.

“L'acquisition de la participation d'AMC en Arabie saoudite reflète la stratégie à long terme de SEVEN visant à offrir des expériences inégalées aux habitants et aux visiteurs du Royaume et à contribuer aux objectifs de la Vision 2030”, a déclaré Abdullah Al-Dawood, président de SEVEN, à l'époque.

La même année, la société a également signé un accord historique avec Hasbro Inc. pour introduire des centres de divertissement sur le thème de Play-Doh dans tout le pays, dans le but d'encourager la créativité chez les enfants tout en offrant des expériences familiales attrayantes.

Al-Dawood a ajouté : “Les enfants pourront apprendre tout en s'amusant dans nos centres Play-Doh situés dans SEPT destinations de divertissement”.

Les centres comprendront des espaces de jeu à plusieurs niveaux, des stations de créativité et des espaces de découverte sensorielle, ainsi qu'un café pour permettre aux parents de passer le temps.

“SEVEN est actuellement à un stade avancé de développement. Cette initiative se centre sur le développement d'expériences de divertissement innovantes dans plusieurs régions de l'Arabie saoudite, ciblant les résidents et les touristes nationaux”, a déclaré Mathur du Boston Consulting Group. 

En mai, la société Qiddiya Investment Co., détenue par PIF, a fusionné avec SEVEN dans le cadre de la stratégie plus large de l'Arabie saoudite visant à améliorer son écosystème de divertissement et à accélérer la construction du projet de plusieurs milliards de dollars. 

Commentant l'incorporation, Al-Dawood a déclaré à l'époque que cette mesure soutenait leurs efforts visant à promouvoir une culture du jeu et de la joie parmi tous les membres de la société, y compris les citoyens, les résidents et les visiteurs, contribuant ainsi de manière positive au bien-être de la société. 

Il a ajouté : “Cette démarche vise également à cultiver les connaissances, les compétences et la créativité des individus, dans le but de créer un nouveau concept d'amusement et d'améliorer la qualité de vie grâce au développement d'un système de divertissement nouveau et intégré”.

seven
Devanshu Mathur, directeur général et associé du Boston Consulting Group. Fourni

Évolution cinématographique

Depuis l'ouverture de la première salle de cinéma dans le Royaume en 2018, le secteur n'a cessé d'évoluer, l'industrie générant environ 240 millions de dollars en 2023. 

Mathur explique : “Le nombre d'écrans de cinéma en Arabie saoudite a bondi de zéro à plus de 600, reflétant une croissance substantielle des infrastructures. Le marché du cinéma a vu l'entrée de nombreux acteurs mondiaux et régionaux dans le Royaume”.

Il a ajouté : “Le marché du box-office en Arabie saoudite est le 15e au monde”.

En outre, en 2020, l'Arabie saoudite a été le seul marché cinématographique au monde à enregistrer des gains au box-office, en doublant avec succès le nombre de salles de cinéma malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19.

“L'expansion des cinémas s'étend au-delà des grandes villes pour inclure 22 villes à travers le Royaume. Ces développements soulignent les progrès rapides de l'Arabie saoudite dans l'établissement d'une industrie cinématographique robuste et prospère”, a ajouté Mathur.  

En février, MEFIC Capital a lancé le Fonds cinématographique saoudien avec une injection de capital de 100 millions de dollars, dont 40 pour cent proviennent du Fonds de développement culturel de l'Arabie saoudite. 

Cette initiative vise à élever les productions locales au niveau des normes internationales et constitue le premier investissement du Fonds culturel.

Opportunités mondiales

Selon une analyse du Boston Consulting Group, les entreprises étrangères qui cherchent à entrer dans le secteur du divertissement en Arabie saoudite ont de vastes possibilités en raison du stade naissant de l'industrie.

Le cabinet de conseil a mis en évidence des opportunités sur l'ensemble de la chaîne de valeur du marché du divertissement du Royaume, de la conception et du développement à l'exploitation. 

“Certaines entreprises ont importé leurs marques et concepts de divertissement existants sur le marché saoudien, en tirant parti de leur réputation et de leur expertise opérationnelle”, a déclaré Mathur.  

Parmi les exemples notables, citons les cinémas VOX et les centres de divertissement Magic Planet de Majid Al Futtaim, qui ont introduit avec succès leurs marques renommées dans le Royaume.

Il a ajouté : “Certaines entreprises et marques cherchent à s'associer à des sociétés de développement locales et à obtenir des licences pour leurs propriétés intellectuelles afin de tirer parti de leur popularité tout en élargissant leur marché. Un exemple serait ce que nous observons avec Dragon Ball à Qiddiya City ou Mattel avec SEVEN”.

Le Boston Consulting Group a noté que le secteur du divertissement en Arabie saoudite est prêt à connaître une croissance significative avec des projets majeurs tels que Qiddiya City, une vaste destination de divertissement, de sport et de culture près de Riyad. 

Cette destination comprendra des atouts tels que les parcs à thème Dragon Ball et Six Flags, le plus grand parc aquatique du Moyen-Orient et de nombreuses autres attractions de classe mondiale. 

“Ces sites devraient attirer des millions de visiteurs chaque année, y compris des résidents et des touristes nationaux et internationaux, faisant de l'Arabie saoudite un centre de divertissement mondial”, a conclu le Boston Consulting Group.

La transformation rapide de l'Arabie saoudite en un centre mondial du divertissement souligne son engagement en faveur de la diversification économique et de la croissance culturelle.

Avec des projets ambitieux tels que Qiddiya City et les développements étendus de SEVEN, le Royaume est prêt à attirer des millions de visiteurs, renforçant ainsi sa position de leader dans l'industrie du divertissement.

Cette vision stratégique améliore non seulement la qualité de vie de ses citoyens, mais positionne également l'Arabie saoudite comme une destination de choix pour les divertissements et les loisirs à l'échelle mondiale.