L'Armée de l'Air et de l'Espace se prépare à utiliser le Rafale F4.1 pour les conflits de haute intensité

La base aérienne 118 de Mont-de-Marsan réceptionne le Rafale F4.1 (Photo, @Armée de l'Air et de l'Espace).
La base aérienne 118 de Mont-de-Marsan réceptionne le Rafale F4.1 (Photo, @Armée de l'Air et de l'Espace).
Short Url
Publié le Samedi 18 mars 2023

L'Armée de l'Air et de l'Espace se prépare à utiliser le Rafale F4.1 pour les conflits de haute intensité

  • La base aérienne 118 de Mont-de-Marsan a réceptionné jeudi 2 mars le premier Rafale au standard F4.1 de Dassault Aviation
  • D’après le constructeur, les apports capacitaires associés à cette nouvelle version du Rafale sont nombreux

PARIS: Le Centre d'expertise aérienne militaire (CEAM) de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan a réceptionné jeudi 2 mars le premier Rafale au standard F4.1. Cette livraison marque une étape cruciale dans le développement du projet F4, présenté en 2019 par l'ancienne ministre des armées Florence Parly comme un saut technologique, industriel et stratégique pour les armées de l’air et de l’espace françaises.

D’après le constructeur, les apports capacitaires associés à cette nouvelle version du Rafale sont nombreux: intégration d'un viseur de casque, d'un nouvel armement de 1000 kg, amélioration des conduites de tir air-air et air-sol, et système d'autoprotection. Ces avancées technologiques sont de nature à faciliter les interventions des pilotes lors des conflits de haute intensité que les armées françaises ont préparé durant l’opération Orion 2023 jusqu’au 11 mars 2023.

Les autres Rafales F4.1 qui compléteront la flotte de chasseurs en cours de modernisation sortiront directement des chaînes de production Dassault. Les engins connaitrons une transformation logicielle permettant aux aéronefs d'être utilisés par les pilotes de la 30ème Escadre de chasse incessamment sous peu selon l’Armée de l’Air et de l’Espace qui recevront un second Rafale F4.1 avant la fin du mois. 

Résultats annuels

Après avoir présenté ses résultats annuels pour 2022 le 9 mars 2023, Dassault Aviation peut maintenant se concentrer sur ses projets d'avenir, et notamment sur la modernisation de la flotte de chasseurs de l'armée de l'Air française, mors d’une première phase d'appropriation du Rafale F4.1.
Le Conseil d'administration de Dassault s'est réuni sous la présidence de Monsieur Éric Trappier. 


Le groupe a réussi à enregistrer des résultats positifs, notamment avec une prise de commandes historique de 21 Md€ et un carnet de commandes record de 35 Md€, grâce à la vente de 156 avions

Le Rafale, un pilote de chasse

En 2022, le Rafale a été l'un des principaux moteurs de la croissance de Dassault Aviation. Les ventes de Rafale Export ont atteint un niveau record, avec 92 appareils vendus à des clients internationaux. Les principales ventes ont été conclues avec l'Inde, qui a commandé 36 Rafale supplémentaires, et avec la Grèce, qui a acheté 18 Rafale d'occasion à la France. Le carnet de commandes du Rafale Export atteint désormais 125 avions, ce qui assure à Dassault Aviation une visibilité sur plusieurs années. En outre, la France a confirmé la commande de 39 Rafale pour remplacer les Mirage 2000D et 2000N de l'armée de l'Air.

Tandis que la guerre continue de sévir dans de nombreuses régions du monde, que la réforme des retraites embrase le débat public en France, les résultats économiques et industrielles de Dassault Aviation et sa contribution à la défense et à la sécurité de nombreux pays contrastent sévèrement avec la morosité du débat public. 

 


Le taux d’aide à l’emploi atteint 50% et couvre 160 professions culturelles, selon le ministre saoudien de la Culture

Des musiciens du National Orchestra and Choir (NOC) et du Saudi Performing Arts Band se produisent. (SPA/photo d’archives)
Des musiciens du National Orchestra and Choir (NOC) et du Saudi Performing Arts Band se produisent. (SPA/photo d’archives)
De jeunes Saoudiens participent à un programme d’incubateur lancé par la Commission des arts culinaires au mois de juillet. (Photo fournie)
De jeunes Saoudiens participent à un programme d’incubateur lancé par la Commission des arts culinaires au mois de juillet. (Photo fournie)
Le programme archéologique de l’Arabie saoudite a incité de plus en plus de Saoudiens à se lancer dans une carrière d’archéologue. (Photo fournie)
Le programme archéologique de l’Arabie saoudite a incité de plus en plus de Saoudiens à se lancer dans une carrière d’archéologue. (Photo fournie)
Les fashionistas participent à l’événement Fashion Futures, organisé par la Commission saoudienne de la mode à Riyad en 2021. (AN/ Photo d’archives)
Les fashionistas participent à l’événement Fashion Futures, organisé par la Commission saoudienne de la mode à Riyad en 2021. (AN/ Photo d’archives)
Short Url
  • Le soutien aux professions culturelles s’inscrit dans les objectifs communs de l’accord de coopération signé par le ministère de la Culture avec le Hadaf au mois de juin
  • Il vise à améliorer la durabilité professionnelle des praticiens, des amateurs et des entrepreneurs dans divers domaines culturels

RIYAD: Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, a déclaré qu’il y avait eu une augmentation de 20% du taux de «soutien à l’emploi» pour 160 professions culturelles au niveau de 286 activités. C’est ce qu’a annoncé mercredi le ministère.

Le prince Badr soutient que le taux d’aide à l’emploi pour ces professions est passé de 30 à 50% dans le cadre d’une initiative mise en œuvre, en coopération avec le ministère de la Culture et le Fonds de développement des ressources humaines (également connu sous le nom de «Hadaf»), pour améliorer la durabilité professionnelle dans les secteurs culturels et atteindre les objectifs de l’initiative Vision 2030. Cette dernière comprend le développement de la contribution saoudienne aux arts et à la culture.

Parmi les professions culturelles soutenues, on compte un grand nombre de professions dans les secteurs du patrimoine, des langues, du livre et de l’édition, des bibliothèques, des arts de la mode, du théâtre et des arts du spectacle, des arts culinaires, du cinéma, des musées, des arts visuels, des festivals et événements, ainsi que de l’architecture et du design.

La liste comprend également des pistes de développement pédagogique pour le secteur culturel et la conception multimédia: réalisateur de cinéma, critique d’art, formateur en art, producteur de théâtre, metteur en scène, poète, auteur, critique littéraire, rédacteur littéraire, éditeur littéraire, designer textile, créateur de mode, archéologue, chef cuisinier, ouvrier brodeur, guide de mode, orfèvre, mannequin, calligraphe, archéologue, technicien en restauration de documents et de manuscrits, créateur de meubles, directeur de musée, guide de musée, directeur de galerie d’art, artiste visuel, chanteur, chef d’orchestre et coach de performance vocale, entre autres professions culturelles de base.

Le soutien aux professions culturelles s’inscrit dans les objectifs communs de l’accord de coopération signé par le ministère de la Culture avec le Hadaf au mois de juin pour unifier les efforts de développement du capital humain dans la culture ainsi que dans les arts et améliorer la durabilité professionnelle des praticiens, des amateurs et des entrepreneurs dans divers domaines culturels.

Le ministère de la Culture a déjà lancé une stratégie de développement des capacités culturelles à travers laquelle il travaille de manière intégrée avec les agences gouvernementales pour permettre le développement professionnel et durable des praticiens et des entrepreneurs des arts et de la culture, renforcer le niveau de sensibilisation au développement des capacités culturelles et créer une image positive des métiers et des talents artistiques et culturels.

Ce projet s’inscrit dans la continuité des efforts du ministère pour un développement national global et il unifie les efforts déployés par les différentes parties concernées.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Métaux critiques: le monde se demande comment contourner la Chine

Jeudi à Paris, les représentants de 47 pays consommateurs et producteurs se sont réunis sous l'égide de l'Agence internationale de l’Énergie (AIE) pour le premier sommet mondial consacré aux «métaux critiques». (AFP)
Jeudi à Paris, les représentants de 47 pays consommateurs et producteurs se sont réunis sous l'égide de l'Agence internationale de l’Énergie (AIE) pour le premier sommet mondial consacré aux «métaux critiques». (AFP)
Short Url
  • Côté raffinage, «dans le seul segment des batteries, la Chine raffine environ 67% du cobalt, 62% du lithium, 60% du manganèse, et 32% du nickel» mondial
  • Face à cette hégémonie et avec le souvenir de la rupture des chaînes d'approvisionnement mondiales durant la crise du Covid, les participants ont amorcé de premières discussions pour réorganiser le système

PARIS: Du cuivre pour transporter l'électricité des éoliennes, du lithium, du cobalt et du nickel pour les batteries automobiles: la transition vers les énergies propres est affamée de métaux. La Chine dominant largement le raffinage et l'approvisionnement, le reste du monde commence à s'organiser pour ne pas être (trop) dépendant.

Jeudi à Paris, les représentants de 47 pays consommateurs et producteurs se sont réunis sous l'égide de l'Agence internationale de l’Énergie (AIE) pour le premier sommet mondial consacré aux "métaux critiques", le nouvel or noir, dans le but de tracer les contours d'une "diplomatie des métaux".

Trois défis principaux sont à relever, a indiqué le directeur général de l'AIE Fatih Birol en ouverture: Comment "accélérer la diversification" de l'approvisionnement? Comment "organiser le recyclage des métaux" à l'échelle industrielle et planétaire? Comment rendre l'exploitation et l'extraction minière et le raffinage "durable", tant sur le plan environnemental que social?

Au cours d'un entretien récent avec l'AFP, il avait été plus précis: "le raffinage des métaux est très concentré en Chine", avait-il dit.

Pas plus que la Russie, également grand producteur de métaux et minéraux, la Chine n'est représentée au sommet.

Or à elle seule, la Chine assure "près de 70% de la production de terres rares", selon Emmanuel Hache, chercheur spécialiste des matières premières, et Benjamin Louvet, gérant d'actifs, auteurs du récent ouvrage "Métaux, le nouvel or noir".

«Normes harmonisées»

Côté raffinage, "dans le seul segment des batteries, la Chine raffine environ 67% du cobalt, 62% du lithium, 60% du manganèse, et 32% du nickel" mondial, soulignent-ils.

Pour le cobalt, elle produit environ 1% du minerai, mais elle participe à plus des deux tiers du raffinage mondial. Idem pour le cuivre, dont elle produit 8% du minerai mondial, mais en raffine 41%.

Face à cette hégémonie et avec le souvenir de la rupture des chaînes d'approvisionnement mondiales durant la crise du Covid, les participants ont amorcé de premières discussions pour réorganiser le système.

La secrétaire à l’Énergie américaine Jennifer Granholm a appelé à la "coopération internationale" et à "la créativité" pour relever des défis "complexes". Il faut "travailler pour "aligner les conventions et régulations" nationales, et améliorer "la transparence des marchés", afin "d'avoir des outils neufs" lorsque et si des ruptures d'approvisionnement devaient voir le jour, a-t-elle dit.

Arifin Tasrif, ministre indonésien de l’Énergie et des ressources minérales, un pays qui fonde son développement sur l'exploitation et le raffinage du nickel notamment, a aussi mis l'accent sur "une nouvelle coopération", pour l'organisation du recyclage des métaux par exemple.

"Dans l'Union Européenne, nous ne pouvons pas remplacer la dépendance aux énergies fossiles par une dépendance aux matières premières", a relevé le commissaire européen à l'industrie Thierry Breton. Rappelant le "Critical raw material act" présenté par Bruxelles, M. Breton a appelé à plus de coopération afin de "gonfler les capacités minières et de raffinage".

Côté industriel, le géant minier australien BHP a appelé les pays à adopter "des cadres fiscaux stables, des processus de recherche et d'autorisation rationalisés et des normes harmonisées". Sous peine de faire fuir les capitaux et de "rendre la transition énergétique plus difficile et plus coûteuse", a prévenu son PDG Mike Henry.

D'autres groupes miniers comme Rio Tinto ou le chilien Sociedad Quimica y Minera de Chile, ainsi que des géants du commerce des matières premières comme Glencore et Trafigura, ont participé aux échanges, tout comme le patron du London Metal Exchange (LME) Matthew Chamberlain.

L'augmentation de projets miniers ou de recyclage de métaux peut aider à limiter le réchauffement climatique "en dessous de 1,5°C" par rapport à l'ère pré-industrielle, selon l'AIE.

Ce que l'Afrique voit comme une opportunité, "puisque 50 à 70% des ressources en métaux se trouvent en Afrique" a relevé la commissaire de l'Union Africaine (55 pays) à l’Énergie Amani Abou-Zeid, lors d'un entretien avec l'AFP.

La seule électrification des transports à l'horizon 2040 engendrera une multiplication de la demande en lithium de plus de 40 au niveau mondial, d'environ 20 pour celle du cobalt et du nickel et plus de 3 pour le cuivre dans des scénarios de décarbonation compatibles avec l'accord de Paris sur le climat, selon l'AIE.


Le ministre de l'Économie appelle les entreprises françaises à explorer les opportunités des EAU

Le ministre de l'Économie a discuté avec un groupe d'hommes d'affaires, d'investisseurs et de PDG de grandes entreprises françaises lors d'une réunion à laquelle participaient le président de la branche internationale du Medef. (Photo, WAM)
Le ministre de l'Économie a discuté avec un groupe d'hommes d'affaires, d'investisseurs et de PDG de grandes entreprises françaises lors d'une réunion à laquelle participaient le président de la branche internationale du Medef. (Photo, WAM)
Short Url
  • Plus de 600 entreprises françaises opèrent aux EAU et emploient plus de 30 000 personnes
  • Les EAU sont le deuxième plus grand investisseur du Golfe en France, avec plus de 50 entreprises représentant divers secteurs

PARIS: Abdallah ben Touq al-Marri, ministre de l'Économie, a discuté avec un groupe d'hommes d'affaires, d'investisseurs et de PDG de grandes entreprises françaises lors d'une réunion à laquelle participaient Frédéric Sanchez, président de la branche internationale du Medef (Mouvement des entreprises de France) des moyens de renforcer la coopération économique entre Abu Dhabi et Paris. Ils ont également évoqué la manière de créer de nouvelles voies qui permettent aux communautés d'affaires des deux pays d'explorer davantage d'opportunités favorables à la croissance durable de leurs économies, notamment dans les secteurs de la nouvelle économie.

Abdallah ben Touq a déclaré que la coopération économique et commerciale constituait le moteur principal pour renforcer les liens de partenariat entre les deux pays et les faire avancer vers la réalisation de leurs objectifs de développement durable, de prospérité et de progrès pour leurs deux peuples amis. Dans ce contexte, les deux parties ont travaillé ces dernières années à fournir tous les outils et moyens nécessaires pour favoriser la prospérité et l'expansion de leurs entreprises. Cela s'est traduit positivement par le nombre croissant d'entreprises qui opèrent sur les marchés des deux pays.

Il a ajouté que les politiques économiques adoptées par les EAU au cours des trois dernières années, conformément à la vision du leadership, avaient créé un terrain fertile pour la croissance des grandes entreprises françaises et leur expansion vers de nouveaux marchés grâce à divers incitatifs et avantages, notamment une infrastructure avancée, des réglementations flexibles qui garantissent une concurrence équitable ainsi qu'un système de services numériques qui permet la création d'entreprises en peu de temps.

Il a appelé les entrepreneurs français et les start-up à tirer parti des opportunités prometteuses offertes par le marché émirati afin de faire en sorte que leurs entreprises gagnent davantage de marchés au sein de la région du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Cela contribue à la croissance de leurs activités et à l'augmentation de la pénétration de leurs marchandises vers ces marchés riches.

Le Medef, qui compte 173 000 entreprises et membres, est un réseau leader qui possède un poids économique considérable, en France et à l'étranger. Il vise à soutenir les entrepreneurs et les petites et moyennes entreprises, qui représentent environ 95% du total des entreprises affiliées à son réseau, en leur offrant des solutions innovantes pour favoriser une croissance durable grâce à une série d'initiatives et de programmes de pointe.

Abdallah ben Touq al-Marri s’était précédemment rendu en France la à la tête d'une délégation économique des EAU pour discuter du renforcement des liens de coopération économique dans un large éventail de secteurs vitaux, notamment les énergies renouvelables, le tourisme, l'aviation, l'entrepreneuriat, l'intelligence artificielle, l'espace, la propriété intellectuelle et l'économie circulaire.