Tollé arabe contre un ministre israélien niant l'existence des Palestiniens

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh (Photo, AFP).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 21 mars 2023

Tollé arabe contre un ministre israélien niant l'existence des Palestiniens

  • «Il n'y a pas de Palestiniens car il n'y a pas de peuple palestinien», a déclaré Bezalel Smotrich, figure de l'extrême droite israélienne
  • Ces propos selon lesquels «il n'y a pas de peuple palestinien et que celui-ci est une invention des cent dernières années est une preuve irréfutable du racisme de l'idéologie sioniste extrémiste (…)», a dénoncé Mohammad Shtayyeh

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne et plusieurs pays arabes ont fermement dénoncé lundi les propos d'un ministre israélien d'extrême droite ayant nié l'existence des Palestiniens comme individus et comme peuple.

"Il n'y a pas de Palestiniens car il n'y a pas de peuple palestinien", a déclaré dimanche soir le ministre des Finances israélien Bezalel Smotrich lors d'une visite privée à Paris, selon une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux.

"Ce genre de commentaire n'aide pas du tout", a déclaré Farhan Haq, porte-parole du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres. L'ONU "continuera à soutenir les droits du peuple palestinien et à pousser pour une solution à deux Etats, israélien et palestinien, vivant côte-à-côte dans la paix et la sécurité", a-t-il ajouté.

En visite privée à Paris, M. Smotrich a fait ces déclarations le jour même de pourparlers en Egypte pour tenter d'atténuer les tensions à l'approche du ramadan et alors que le conflit israélo-palestinien est aspiré dans une nouvelle spirale de violence ayant fait déjà plus de cent morts depuis le début de l'année.

"Après 2 000 ans d'exil, les prophéties (de la Bible) commencent à se réaliser et (...) le peuple d'Israël retourne chez lui", a déclaré M. Smotrich.

"Il y a des Arabes autour qui n'aiment pas cela, alors que font-ils? Ils inventent un peuple fictif et prétendent à des droits fictifs sur la terre d'Israël", a-t-il ajouté.

Ces "propos incendiaires" selon lesquels "il n'y a pas de peuple palestinien et que celui-ci est une invention (...) est une preuve irréfutable du racisme de l'idéologie sioniste extrémiste" du gouvernement israélien dirigé par Benjamin Netanyahu, a déclaré le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh.

«Vérité biblique»

Mais pour M. Smotrich, "c'est la vérité historique, c'est la vérité biblique (...) et cette vérité, les Arabes en Israël doivent l'entendre (et elle) doit être entendue ici au palais de l'Elysée, et à la Maison Blanche à Washington"

Ces paroles témoignent de la "politique raciste et fasciste" d'Israël, a déclaré le mouvement islamiste Hamas, appelant la communauté internationale, dont la France, à prendre "fermement position contre l'occupation" israélienne des Territoires palestiniens.

M. Smotrich a tenu ses propos derrière un pupitre avec une carte figurant un Israël incluant les territoires qu'il occupe depuis 1967 et la Jordanie voisine.

Condamnant des propos relevant d'un "racisme extrême", le ministère des Affaires étrangères jordanien a prévenu que "l'utilisation d'une (telle) carte" pourrait être une violation du traité de paix israélo-jordanien de 1994.

L'ambassadeur israélien en Jordanie a ensuite été convoqué par les autorités qui lui ont remis une "lettre de protestation aux termes forts" qu'il doit transmettre à son gouvernement, a indiqué le ministère jordanien en soirée.

Le ministère des Affaires étrangères israélien a affirmé l'"attachement d'Israël à l'accord de paix" avec Amman, assurant que "la position de l'Etat d'Israël, qui reconnaît l'intégrité territoriale du Royaume hachémite, n'(avait) pas changé."

Le Caire a qualifié les propos de M. Smotrich de "racistes", "incendiaires et inacceptables".

«Désescalade»

Les discussions de dimanche en Egypte ont accouché d'un communiqué semblable à celui d'une rencontre similaire tenue en Jordanie le 26 février et faisant part d'un engagement d'Israël et de l'Autorité palestinienne en faveur d'une "désescalade", qui n'avait alors guère été suivi d'effets.

Alors même que se tenait la réunion en Jordanie, deux jeunes colons israéliens avaient été tués par balles dans leur voiture à Huwara, localité palestinienne du nord de la Cisjordanie occupée. En représailles, des colons avaient attaqué Huwara, incendiant des dizaines de bâtiments et de voitures.

"Je pense que Huwara devrait être anéantie", avait déclaré de son côté M. Smotrich, avant de se rétracter face au tollé international provoqué par cette déclaration.

Autre figure d'extrême droite au sein du gouvernement Netanyahu, Itamar Ben Gvir, ministre de la Sécurité nationale, a annoncé la fermeture, à Jérusalem-Est annexée, d'un bureau de production travaillant pour le compte de la Radio-Télévision publique palestinienne, affirmant que cette société n'était pas régulièrement enregistrée auprès des autorités israéliennes et l'accusant d'"incitation à la haine".

Interrogé par l'AFP, Ahmad Assaf, chef de l'audiovisuel public palestinien a rappelé que le bureau de Palestine TV à Jérusalem-Est avait été fermé par Israël en 2018 et a condamné la décision de M. Ben Gvir comme "crime contre le journalisme".

Israël a annoncé parallèlement des mesures visant à alléger les restrictions imposées aux Palestiniens et censées leur permettre de se rendre en plus grand nombre pour venir prier sur l'esplanade des Mosquées de Jérusalem – troisième Lieu saint de l'islam – pendant le ramadan, qui doit commencer mercredi ou jeudi.


L'Iran poursuit son escalade nucléaire, tout en coopérant avec l'AIEA

L'AIEA a déclaré que le stock estimé d'uranium enrichi de l'Iran avait atteint plus de 23 fois la limite fixée dans l'accord de 2015 entre Téhéran et les puissances mondiales.  (Photo, AFP)
L'AIEA a déclaré que le stock estimé d'uranium enrichi de l'Iran avait atteint plus de 23 fois la limite fixée dans l'accord de 2015 entre Téhéran et les puissances mondiales. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ses stocks d'uranium enrichi dépassent désormais de plus de 23 fois la limite autorisée
  • Autre point abordé, la détection en début d'année de particules d'uranium enrichies à 83,7%, un niveau proche du seuil pour fabriquer une bombe, sur le site de l'usine souterraine de Fordo

VIENNE: L'Iran a nettement accru ces derniers mois son stock d'uranium enrichi, poursuivant son escalade nucléaire, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui note cependant des "progrès" dans la coopération.

Elle a ainsi décidé de clôturer le dossier portant sur la présence de matière nucléaire sur un des trois sites non déclarés, question qui empoisonne de longue date les relations entre les deux parties.

Concernant ce site de Marivan, à proximité de la localité d'Abadeh, (sud), l'AIEA dit avoir reçu des "explications plausibles" de Téhéran.

Elle s'en tient à ses précédentes évaluations sur le sujet, selon lesquelles l'Iran avait prévu en 2003 d'y entreposer des matières nucléaires pour des essais d'explosifs.

Deux autres sites continuent à poser problème, rappelle l'AIEA: Turquzabad et Varamin.

Autre point abordé, la détection en début d'année de particules d'uranium enrichies à 83,7%, un niveau proche du seuil pour fabriquer une bombe, sur le site de l'usine souterraine de Fordo.

L'Iran, qui nie vouloir se doter de l'arme atomique, avait invoqué des "fluctuations involontaires" au cours du processus d'enrichissement et a apporté de nouvelles données.

L'Agence, chargée de vérifier le caractère pacifique du programme nucléaire iranien, "a estimé que les informations fournies n'étaient pas incompatibles avec les explications de l'Iran sur l'origine de ces particules et n'a plus de questions", écrit-elle.

La République islamique a fortement limité ses échanges avec l'AIEA et débranché des caméras de surveillance l'an dernier, dans un contexte de détérioration des relations entre l'Iran et les puissances occidentales.

De retour d'une visite à Téhéran début mars, le directeur général de l'AIEA Rafael Grossi avait salué la promesse de Téhéran de remettre en route ces appareils.

A l'heure actuelle, "l'Iran a autorisé l'agence à installer des équipements de surveillance" sur trois sites, précisent les rapports.

"Ce processus doit être poursuivi", insiste l'AIEA, qui réclame également un accès aux données enregistrées par ces caméras, y compris pendant les mois d'interruption.

Parallèlement, l'Iran a continué à s'affranchir des engagements pris dans le cadre de l'accord international de 2015, dans la foulée du retrait des Etats-Unis décidé en 2018 par le président Donald Trump.

Ses stocks d'uranium enrichi dépassent désormais de plus de 23 fois la limite autorisée: ils s'élevaient à 4.744,5 kg le 13 mai (contre 3.760,8 kg en octobre), selon le rapport présenté aux Etats membres à quelques jours d'une réunion du Conseil des gouverneurs.

Surtout l'Iran enrichit toujours plus à des niveaux élevés, loin de la limite fixée à 3,67%: il dispose ainsi de 470,9 kg à 20% (contre 434,7 kg auparavant) et de 114,1 kg à 60% (contre 87,5 kg).

Des négociations avaient démarré en avril 2021 à Vienne pour ranimer l'accord connu sous l'acronyme JCPOA, qui limitait les activités atomiques de l'Iran en échange d'une levée des sanctions internationales.

Mais elles sont au point mort depuis l'été 2022, sans signaux positifs de reprise même si Téhéran affirme publiquement être en faveur d'un redémarrage.


Les astronautes saoudiens de retour sur Terre après une mission spatiale réussie

L’astronaute saoudienne Rayyanah Barnawi utilise la boîte de gants scientifiques pour mener des expériences sur les cellules immunitaires humaines et leur réaction inflammatoire en microgravité. (@astro_rayyanah)
L’astronaute saoudienne Rayyanah Barnawi utilise la boîte de gants scientifiques pour mener des expériences sur les cellules immunitaires humaines et leur réaction inflammatoire en microgravité. (@astro_rayyanah)
Short Url
  • Le voyage de douze heures de la capsule SpaceX Crew Dragon de l’ISS vers la Terre a été suivi en direct par de nombreux citoyens saoudiens
  • Lors de séjour spatial de huit jours, les astronautes ont mené 14 expériences sur la santé humaine et les fluides en microgravité

RIYAD: Les deux astronautes saoudiens Rayyanah Barnawi et Ali al-Qarni, ainsi que les Américains Peggy Whitson et John Schoffner, ont atterri en toute sécurité au large des côtes de la Floride mercredi matin, après avoir achevé avec succès la mission Ax-2, qui a duré huit jours, à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Le voyage de douze heures de la capsule SpaceX Crew Dragon de l’ISS vers la Terre a été suivi en direct par de nombreux citoyens saoudiens, qui ont exprimé leur fierté de voir deux astronautes saoudiens contribuer à la recherche spatiale.

PHOTO
Après dix jours en orbite, la capsule SpaceX Crew Dragon et l’équipage de l’Ax-2 sont revenus sur Terre. (@SpaceX)

 «J’étais plus inquiète en regardant leur retour sur Terre, car j’ai appris qu’il est souvent difficile pour un vaisseau spatial de rentrer dans l’atmosphère terrestre», raconte Rima, une lycéenne de 15 ans basée à Dhahran. «J’ai veillé toute la nuit pour regarder la retransmission en direct de leur arrivée, et cela en valait la peine. Je me suis sentie fière d’être Saoudienne.»

«Je me sens privilégié de vivre dans un pays qui cherche à autonomiser ses citoyens grâce à un soutien continu sous forme d’initiatives, d’ateliers et de bourses, en travaillant jour et nuit pour marquer les pas des Saoudiens dans tous les domaines», déclare Yasser, 34 ans, ingénieur chimiste basé dans la ville industrielle de Joubaïl.

PHOTO
Après dix jours en orbite, la capsule SpaceX Crew Dragon et l’équipage de l’Ax-2 sont revenus sur Terre. (@SpaceX)

La princesse Rima bent Bandar al-Saoud, ambassadrice saoudienne aux États-Unis, a tweeté: «Je suis remplie de fierté en regardant nos astronautes et l’équipage de l’Ax-2 revenir sur Terre sains et saufs après leur voyage à l’ISS au cours duquel ils ont mené des expériences scientifiques qui repousseront les limites de l’innovation scientifique et ont inspiré toute une nation à rêver et à explorer.»

Expériences dans l’espace

Barnawi et Al-Qarni ont réalisé 14 expériences pionnières en microgravité, dont trois à des fins éducatives et pédagogiques, avec la participation de 12 000 étudiants saoudiens dans 47 régions différentes du Royaume.

Ces expériences éducatives, conçues pour inciter les élèves à faire preuve d’esprit critique, visaient à démontrer les différences de comportement des fluides sur Terre et en microgravité, à étudier le comportement aérodynamique de différentes formes de cerfs-volants à bord de l’ISS et à mettre en évidence les effets de l’environnement extérieur de l’espace sur les modes de transfert de chaleur existants.

Lors de l’expérience de transfert de chaleur, les astronautes saoudiens ont montré les réactions qui se produisaient dans l’espace en surveillant un fil qui chauffait et se refroidissait, tandis que les élèves observaient et comparaient les différences avec des expériences contrôlées sur Terre.

«Ces expériences éducatives ont pour but de susciter la curiosité des élèves pour les sciences spatiales, car ils sont les futurs scientifiques, astronautes et ingénieurs saoudiens», a affirmé Michaal Alshemimry, ingénieur aérospatial saoudien et conseiller spécial du PDG de la Commission spatiale saoudienne, lors d’une interview accordée à Al-Ekhbariya.

Parmi toutes les expériences réalisées, 11 étaient axées sur le système nerveux, en particulier sur les tissus, les cellules et les molécules, les cellules immunitaires et sur l’ensemencement des nuages à l’aide d’une technologie d’ensemencement de l’eau. Plusieurs de ces expériences ont été conçues par des scientifiques saoudiens dont les projets ont été emmenés dans l’espace par Barnawi et Al-Qarni.

Barnawi, première femme arabe astronaute et chercheuse en cancérologie qui possède une dizaine d’années d'expérience dans la recherche sur les cellules souches, a mené des expériences sur les cellules immunitaires humaines et sur leur réaction inflammatoire dans un environnement de microgravité.

Ces expériences étaient affiliées à l’Hôpital spécialisé et Centre de recherche du roi Faisal du pays, en coopération avec la Commission spatiale saoudienne. L’objectif était de déterminer la réponse des cellules immunitaires et les effets de certains traitements sur les conditions inflammatoires, de comprendre les changements biologiques qui se produisent dans un environnement de microgravité et l’activité des gènes dans les cellules immunitaires exposées à l’inflammation au fil du temps.

Les expériences ont été réalisées sous la supervision de l’équipe de recherche dirigée par le chef du département des molécules et des chercheurs du roi Faisal. Elles ont été menées en plusieurs étapes, en commençant par la préparation de cellules vivantes dans des récipients spéciaux et en les plaçant dans un incubateur de cellules pendant quarante-huit heures pour les adapter aux conditions de microgravité.

La deuxième étape a consisté à ajouter des composés aux propriétés thérapeutiques pour inhiber les enzymes qui stimulent la production de protéines. La troisième étape a été réalisée en ajoutant un catalyseur pour les réactions inflammatoires afin de stimuler les réactions biologiques dans la cellule. Lors de la dernière étape, les échantillons chimiquement traités ou non-traités ont été prélevés et conservés à différents moments dans le but de suivre l’évolution de la durée de vie de l’acide ribonucléique messager (ARNm).

Parallèlement aux travaux menés par Barnawi dans l’espace, le Dr Wijdan al-Ahmadi, de l’Hôpital spécialisé et Centre de recherche du roi Faisal, mènera les mêmes expériences sur Terre en collaboration avec la Nasa. Le Dr Al-Ahmadi analysera les échantillons et comparera les effets et les résultats dans des conditions de microgravité et de grande gravité. Ces expériences ont été réalisées afin de mieux comprendre la santé humaine dans l’espace et d’identifier des biomarqueurs ou des traitements biotechnologiques potentiels pour les maladies inflammatoires sur Terre et en dehors de la planète.

Les expériences sur le système nerveux ont permis d’étudier les changements dans les biomarqueurs sanguins et de mesurer les changements dans la pression intracrânienne, ce qui a permis de mieux comprendre le syndrome neuro-oculaire associé aux vols spatiaux.

D’autres expériences concernant le système nerveux ont été menées pour déterminer les effets d’un environnement de microgravité sur l’activité électrique du cerveau à l’aide d’un électroencéphalogramme portable (EEG). Ces tests ont permis de mesurer le diamètre de la gaine du nerf optique chez les astronautes, ainsi que la perfusion cérébrale et les modifications de la position du cerveau en microgravité.

Ali al-Qarni a également mené un programme de recherche chargé d’explorer diverses techniques d’ensemencement des nuages dans un environnement de microgravité. Dans une chambre de réaction, l’astronaute a combiné des cristaux de sel avec de l’air humide pour voir si des gouttelettes d’eau se formeraient.

Dans le cadre de la contribution continue du Royaume aux sciences spatiales, le ministère de l’Éducation a approuvé que le livre Earth and Space Science soit enseigné dans les écoles à partir de la prochaine année académique. Ce livre permet aux élèves de développer leurs compétences en sciences naturelles et appliquées au niveau secondaire. Le cours constitue en effet une introduction à la relation entre la Terre, l’air, l’espace, l’eau et les organismes vivants.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Mauritanie: internet coupé après de violentes manifestations

Les autorités ont décidé de couper internet pour "réduire les chances de liaisons entre les malfaiteurs". (Photo, AFP)
Les autorités ont décidé de couper internet pour "réduire les chances de liaisons entre les malfaiteurs". (Photo, AFP)
Short Url
  • Mardi, des manifestations spontanées se sont déroulées à Nouakchott et Boghé (Sud) pour réclamer «justice pour Omar Diop»
  • Toutes les connexions internet sur les téléphones portables étaient coupées mercredi, mais les lignes fixes continuaient de fonctionner

NOUAKCHOTT: Le gouvernement mauritanien a coupé mercredi le réseau internet sur les téléphones portables au lendemain de manifestations liées au décès d'un jeune Mauritanien à la suite d'une brève garde-à-vue dans un commissariat de police.

Toutes les connexions internet sur les téléphones portables étaient coupées mercredi, mais les lignes fixes continuaient de fonctionner et l'activité économique suivait son cours, a constaté un journaliste de l'AFP.

Mardi, des manifestations spontanées se sont déroulées à Nouakchott et Boghé (Sud) pour réclamer "justice pour Omar Diop", un jeune homme arrêté lundi soir à Nouakchott après avoir participé à une bagarre selon la police, et décédé quelques heures plus tard à l'hôpital à la suite de problèmes respiratoires.

Une autopsie et une enquête sont en cours pour déterminer les circonstances du décès, a déclaré le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Les manifestants ont brûlé des pneus dans les rues de la capitale, "incendié et saccagé des biens publics et privés", a-t-il aussi indiqué.

A Boghé, à environ 300 km au sud-est de Nouakchott, un manifestant a été tué au cours de heurts entre petits groupes de jeunes et forces de l'ordre, lorsque les premiers ont tenté "d'investir le commissariat de police de la ville", a ajouté le ministère de l'Intérieur.

Les autorités ont décidé de couper internet pour "réduire les chances de liaisons entre les malfaiteurs" a affirmé à l'AFP un haut gradé de la police.

Mercredi, le calme était revenu dans les deux villes de ce pays qui a connu samedi et dimanche l'épilogue de ses élections législatives, le parti au pouvoir du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani raflant un an avant la présidentielle 107 sièges sur 176.