Des activistes propalestiniens demandent l'arrestation de Netanyahou pour crimes de guerre lors de sa visite à Londres

Des activistes propalestiniens ont manifesté devant la résidence officielle du Premier ministre britannique, située au 10 Downing Street à Londres (Photo, Fournie).
Des activistes propalestiniens ont manifesté devant la résidence officielle du Premier ministre britannique, située au 10 Downing Street à Londres (Photo, Fournie).
Des activistes propalestiniens ont manifesté devant la résidence officielle du Premier ministre britannique, située au 10 Downing Street à Londres (Photo, Fournie).
Des activistes propalestiniens ont manifesté devant la résidence officielle du Premier ministre britannique, située au 10 Downing Street à Londres (Photo, Fournie).
Des activistes propalestiniens ont manifesté devant la résidence officielle du Premier ministre britannique, située au 10 Downing Street à Londres (Photo, Fournie).
Des activistes propalestiniens ont manifesté devant la résidence officielle du Premier ministre britannique, située au 10 Downing Street à Londres (Photo, Fournie).
Short Url
Publié le Dimanche 26 mars 2023

Des activistes propalestiniens demandent l'arrestation de Netanyahou pour crimes de guerre lors de sa visite à Londres

  • «Netanyahou a violé les lois de la guerre à plusieurs reprises au cours des quinze années», a déclaré Friends of Al-Aqsa
  • L’organisation Friends of Al-Aqsa a souligné: «Netanyahou a également supervisé les attaques d'Israël sur Gaza en 2014, qui ont laissé 1 000 enfants palestiniens handicapés à vie.»

LONDRES: Des «militants anti-apartheid» ont demandé que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, soit arrêté pour crimes de guerre vendredi, alors qu'il rencontrait le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, au 10 Downing Street à Londres, ont indiqué des organisateurs.

Cette décision intervient après que le Centre international de justice pour les Palestiniens a demandé au gouvernement britannique de déférer Israël devant la Cour pénale internationale pour crimes de guerre en Palestine.

«Netanyahou a violé les lois de la guerre à plusieurs reprises au cours des quinze années de son mandat de Premier ministre israélien, ce qui constitue des crimes de guerre en vertu du droit international», a déclaré Friends of Al-Aqsa, une organisation non gouvernementale basée au Royaume-Uni qui se consacre à la défense des droits de l'homme des Palestiniens et à la protection du sanctuaire d'Al-Aqsa.

«Pendant 15 ans, Netanyahou a en personne supervisé le nettoyage ethnique de villes et de villages palestiniens et l'assassinat ciblé d'hommes, de femmes et d'enfants palestiniens vivant sous l'occupation israélienne illégale. Aujourd'hui, nous lui demandons de rendre compte de ces crimes de guerre», a déclaré Shamiul Joarder, responsable des affaires publiques à l’organisation Friends of Al-Aqsa.

Joarder a signalé: «La cour pénale internationale (CPI) a lancé un mandat d'arrêt contre Poutine, mais qu'en est-il de Netanyahou? Sunak devrait demander des comptes à Netanyahou, et non pas signer des accords pour renforcer les relations avec un État d'apartheid et accueillir un criminel de guerre à Downing Street.»

L’organisation Friends of Al-Aqsa a indiqué que la visite de Netanyahou intervient après la signature, en début de semaine, d'une «feuille de route 2030 pour les relations entre le Royaume-Uni et Israël».

«Pourtant, les trois premiers mois de 2023 ont été marqués par certaines des pires violences israéliennes contre les Palestiniens depuis des décennies, dans lesquels les soldats et les colons israéliens ont tué au moins 89 Palestiniens, dont 15 enfants», a déclaré l’organisation.

L’organisation Friends of Al-Aqsa a ajouté que les attaques menées par Israël contre des immeubles résidentiels à Gaza sous la présidence de Netanyahou au cours des étés 2021 et 2022 ont été largement condamnées comme des crimes de guerre.

«Ces bombardements brutaux ont tué 66 enfants palestiniens et le 16 mai 2021, Israël a délibérément pris pour cible deux bâtiments résidentiels des familles Abou al-Ouf et Al-Kolaq, tuant 30 membres de famille dont 11 enfants.»

«L'utilisation de balles réelles par Israël contre des Palestiniens qui ne représentaient pas une menace imminente lors des manifestations de la Grande Marche du retour en 2018 et 2019 – notamment des médecins et des journalistes – a également été énormément condamnée en tant que crime de guerre en vertu du droit international», a précisé l’organisation.

L’organisation Friends of Al-Aqsa a souligné: «Netanyahou a également supervisé les attaques d'Israël sur Gaza en 2014, qui ont laissé 1 000 enfants palestiniens handicapés à vie.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


«Nous devrions tous les tuer», réagit un membre du Congrès américain sur Gaza

Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Short Url
  • Les propos d’Ogles sont «révélateurs de la complicité de Washington» dans les souffrances des habitants de Gaza, avertissent les experts
  • Une vidéo controversée révèle que les États-Unis ont opposé leur veto à la résolution de l’ONU sur le cessez-le-feu pour la troisième fois

LONDRES: Un membre du Congrès américain a suscité l’indignation après avoir lancé «Nous devrions tous les tuer» en référence aux Palestiniens de Gaza.

Mardi, le représentant américain de la cinquième circonscription du Tennessee, Andy Ogles, a été approché par un groupe d’activistes propalestiniens à Washington.

L’un d’entre eux lui a dit: «J’ai vu les images de corps d’enfants déchiquetés. C’est l’argent que je paye en impôts qui va bombarder ces enfants.»

«Vous savez quoi? Je pense que nous devrions tous les tuer, si cela peut vous rassurer. Le Hamas et les Palestiniens attaquent Israël depuis vingt ans. Il est temps de payer les pots cassés», a répondu Ogles.

La vidéo choquante du membre républicain du Congrès a suscité une condamnation générale sur les réseaux sociaux, les experts avertissant que les propos d’Ogles sont révélateurs de la complicité de Washington dans les souffrances des habitants de Gaza. 

«Pour ceux d’entre vous qui se demandent comment les nazis, Daech, etc. peuvent tuer des gens sans discernement, vous voyez maintenant des dirigeants et des personnes éminentes dans les sociétés démocratiques soi-disant éclairées démontrer que l’adhésion aveugle à toute idéologie peut transformer des gens ordinaires en monstres diaboliques», a écrit Faisal Kutty, avocat, auteur et défenseur des droits de l’homme, sur la plate-forme X.

«Ces personnes ont toutes vendu leur âme au plus offrant», a-t-il ajouté.

Indignation

Ogles, connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël, a déjà voté en faveur de la censure de la députée Rashida Tlaib, accusée d’avoir soutenu l’attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre. Ogles a également proposé une loi visant à empêcher les Palestiniens d’entrer aux États-Unis.

L’indignation suscitée par les propos d’Ogles survient alors que l’administration Biden est de plus en plus critiquée pour avoir opposé son veto à une résolution sur le cessez-le-feu au Conseil de sécurité de l’ONU. Il s’agit du troisième veto américain depuis le 7 octobre.

L’Unicef a mis en garde contre une augmentation potentielle des décès évitables d’enfants à Gaza en raison de la malnutrition et de la maladie. Jason Lee, de l’ONG Save the Children, a qualifié la situation d’«astronomique» et a averti qu’aucun mot ne pouvait décrire l’ampleur de la mort et de la destruction dans l’enclave.

L’armée israélienne aurait tué plus de 12 400 enfants à Gaza depuis le 7 octobre, et plus de 600 000 enfants sont actuellement bloqués à Rafah. Save the Children a révélé le nombre alarmant d’amputations: en moyenne, plus de dix enfants par jour à Gaza ont perdu une jambe ou les deux depuis le mois d’octobre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Washington va sanctionner plus de 500 entités liées à la «machine de guerre» russe

Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre" (Photo, AFP).
Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre" (Photo, AFP).
Short Url
  • La Maison Blanche avait indiqué plus tôt dans la journée que des sanctions majeures contre la Russie seraient annoncées vendredi
  • Joe Biden a rencontré jeudi à San Francisco la veuve et la fille d'Alexeï Navalny

WASHINGTON: Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre", a indiqué jeudi à l'AFP une porte-parole du département américain du Trésor.

"Il s'agira de la tranche la plus importante depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par Poutine", a-t-elle précisé, soulignant que ces sanctions seront prises à la fois par le département du Trésor et par le département d'Etat.

La Maison Blanche avait indiqué plus tôt dans la journée que des sanctions "majeures" contre la Russie seraient annoncées vendredi, en réponse au décès de l'opposant russe d'Alexeï Navalny, mais aussi pour marquer les deux années écoulées depuis l'invasion de l'Ukraine.

Le président américain Joe Biden a rencontré jeudi à San Francisco la veuve et la fille d'Alexeï Navalny. Le démocrate de 81 ans a accusé le président russe Vladimir Poutine d'être "responsable" de sa mort, annoncée le 16 février.

"Nous avons déjà des sanctions mais nous sommes en train d'en considérer des supplémentaires", avait-il déjà dit lundi.

Les Etats-Unis et l'Union européenne appliquent déjà une batterie de sanctions contre Moscou depuis le déclenchement de la guerre consécutive à l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février 2022.

L'administration Biden assure régulièrement l'Ukraine de son soutien, mais l'aide militaire américaine de 60 milliards de dollars est actuellement bloquée au Congrès.

Le Royaume-Uni, de son côté, a annoncé jeudi des sanctions supplémentaires contre la Russie, visant plus de 50 personnalités et entreprises, notamment dans des secteurs qui permettent à l'armée russe de se fournir en munitions, missiles et explosifs, et des "sources clés de revenus pour la Russie", comme le commerce de métaux, de diamants et de ressources énergétiques.

Londres a également annoncé de nouvelles livraisons de missiles aux Ukrainiens.


En pleine guerre dans la bande de Gaza, la solution à deux Etats poussée au G20

Le chef de la diplomatie brésilienne Mauro Vieira a souligné devant la presse "l'unanimité virtuelle en soutien de la solution à deux Etats comme la seule possible pour le conflit entre Israël et la Palestine" (Photo, AFP).
Le chef de la diplomatie brésilienne Mauro Vieira a souligné devant la presse "l'unanimité virtuelle en soutien de la solution à deux Etats comme la seule possible pour le conflit entre Israël et la Palestine" (Photo, AFP).
Short Url
  • Le chef de la diplomatie brésilienne a souligné «l'unanimité virtuelle en soutien de la solution à deux Etats comme la seule possible pour le conflit entre Israël et la Palestine»
  • Le Parlement israélien a massivement voté une résolution s'opposant à toute «reconnaissance unilatérale d'un Etat palestinien»

RIO DE JANEIRO: La solution à deux Etats comme "seule possible" pour une paix entre Israéliens et Palestiniens a reçu un large soutien parmi les pays du G20 réunis jeudi à Rio de Janeiro, où la guerre dans la bande de Gaza a été au coeur des débats.

Clôturant une réunion de deux jours des ministres des Affaires étrangères des pays de ce groupe, le chef de la diplomatie brésilienne Mauro Vieira a souligné devant la presse "l'unanimité virtuelle en soutien de la solution à deux Etats comme la seule possible pour le conflit entre Israël et la Palestine".

"Il n'a pas dit juste +unanimité+ parce que toutes les interventions n'ont pas porté sur le sujet mais ceux qui se sont manifestés se sont montrés favorables, et ils ont été nombreux", a expliqué à l'AFP une source diplomatique brésilienne, dont le pays assure depuis décembre la présidence tournante du G20.

"J'ai demandé au ministre brésilien dans sa conclusion orale (...) d'aborder ce sujet et d'expliquer au monde qu'au G20 tout le monde était favorable à cette solution" consistant en la coexistence d'Israël et d'un Etat palestinien indépendant, a déclaré à des journalistes le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

Alors que quatre mois de conflit entre l'armée israélienne et le mouvement islamiste Hamas ont engendré une crise humanitaire catastrophique, les Etats-Unis, premier soutien d'Israël, ont mis leur véto cette semaine à une résolution en faveur d'un cessez-le-feu humanitaire immédiat à Gaza.

"Nous plaidons pour qu'on parvienne au plus vite à un accord qui assure la libération des otages (retenus par le Hamas, ndlr) et qui aboutisse à un cessez-le-feu humanitaire prolongé", a défendu le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon le texte de son intervention durant la séance plénière de mercredi, transmis par le département d'Etat.

Mercredi, le Parlement israélien a massivement voté une résolution proposée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'opposant à toute "reconnaissance unilatérale d'un Etat palestinien", qui reviendrait selon le texte à récompenser le "terrorisme sans précédent" du Hamas.

Ce vote a eu lieu peu après que le Washington Post a écrit que les Etats-Unis et plusieurs pays arabes alliés travaillaient à un plan global destiné à établir une paix israélo-palestinienne durable après la fin de la guerre, et prévoyant notamment un calendrier pour l'établissement à terme d'un Etat palestinien.

L'attaque sans précédent lancée le 7 octobre par des commandos du Hamas infiltrés dans le sud d'Israël a fait plus de 1.160 morts, en majorité des civils, selon un comptage de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas et a déclenché une offensive qui a fait 29.410 morts dans la bande de Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère gazaoui de la Santé.

Hystérie

Deux ans après le début de l'offensive russe, la guerre en Ukraine s'est aussi imposée à l'agenda du G20, de même que la mort en prison, annoncée vendredi, dAlexei Navalny, principal opposant au président russe Vladimir Poutine.

"Plusieurs pays" participant à la réunion du G20 ont réitéré leur condamnation de la guerre, a déclaré le ministre brésilien.

"Non seulement de la part des pays du G7 mais aussi de beaucoup d'autres pays, il y a eu un très large accord sur l'impératif de mettre fin à l'agression russe", a insisté M. Blinken devant des journalistes.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'en est, lui, pris à l'Occident pour les accusations lancées contre la Russie après la mort de Navalny.

"Ils se comportent en procureur, accusateur, juge et bourreau - tout à la fois", a-t-il dit à des journalistes, fustigeant une "hystérie".

MM. Blinken et Lavrov n'ont eu aucun contact bilatéral. Leur dernière entrevue date d'une réunion du G20 en Inde en mars 2023.

Malgré les pressions de pays occidentaux en vue de condamner l'invasion russe, le précédent sommet du groupe, en septembre à New Delhi, avait accouché d'un communiqué final vague.

Le texte dénonçait l'usage de la force mais sans citer la Russie de Vladimir Poutine, qui entretient des liens étroits avec des membres du G20 comme l'Inde et le Brésil.

C'était le premier rendez-vous de haut niveau de l'année pour le G20, qui tiendra son sommet annuel des chefs d'Etat en novembre à Rio. Au-delà des conflits actuels, le Brésil souhaite faire avancer la lutte contre la faim et le réchauffement climatique, ainsi qu'une réforme de la gouvernance globale.